Mercredi 20 Septembre 2017

Congo : un nouveau gouvernement pour affronter les grands défis économiques

Congo : un nouveau gouvernement pour affronter les grands défis économiques
(Xinhua 23/08/17)

BRAZZAVILLE, (Xinhua) -- Le chef de l'Etat congolais, Denis Sassou Nguesso, a procédé mardi sur proposition du Premier ministre, à la nomination d'une nouvelle équipe gouvernementale qui aura la lourde tâche d'affronter la crise économique que traverse le pays.

Ce nouveau gouvernement qui a gardé l'essentiel des ministres en postes en dépit de quelques réaménagements, est constitué de 35 membres contre 38 pour l'équipe sortante. Il comprend un vice premier ministre, trois ministres d'Etat, et 31 ministres simples.

Quatre nouveaux ministres ont fait leur entrée dans cette nouvelle équipe dirigée par le Premier ministre Clément Mouamba. Il s'agit notamment de l'actuel directeur de cabinet du président de la République, Firmin Ayessa qui devient vice-Premier ministre, chargé de la fonction publique, de la réforme de l'Etat, du travail et de la sécurité sociale. Il cède ainsi ses fonctions de directeur de cabinet à l'ancien ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Florent Tsiba.

L'autre nouvelle entrée, c'est celle du maire de la ville de Brazzaville, Hugues Ngouélondélé, qui s'occupera du ministère des Sport et de l'Education physique en remplacement de Léon Alfred Opimbat, élu premier vice-président de la nouvelle Assemblée nationale.

Au ministère des Transports, de la marine marchande et de l'aviation civile, Gilbert Mokoki cède le témoin au préfet du Kouilou, Fidèle Dimou pour prendre le département en charge des zones économiques spéciales tandis que l' ancien commissaire général du festival panafricain de musique (FESPAM), Dieudonné Moyongo se voit confié le ministère de la Culture et des Arts, et remplace le ministre Carrel Mottom Mamoni, élu deuxième questeur au bureau de l'Assemblée nationale.

Une fois constitué, le nouveau gouvernement du Premier ministre Mouamba aura pour mission de mener à bien les différentes reformes exigées par la situation économique et financière difficile que connait le Congo depuis environ trois ans en raison de la chute des prix du baril du pétrole.

Il devra spécifiquement mettre en œuvre des reformes hardies et des politique appropriées, afin de relancer la machine économique nationale ; accélérer la sortie de crise et de mettre l'ensemble du pays en marche vers le développement.

Commentaires facebook