Mercredi 22 Novembre 2017

Makhtar Diop : « La BM veut soutenir au maximum le secteur privé »

Makhtar Diop : « La BM veut soutenir au maximum le secteur privé »
(La Tribune 13/07/17)
Makhtar Diop, vice-président pour l'Afrique de la Banque mondiale.

Invité vedette lors de la présentation de l'étude Havas Horizons-Institut Choiseul sur les perspectives d'investissement en Afrique -où l'Ouest francophone fait désormais figure de région préférée- Makhtar Diop, vice-président pour l'Afrique de la Banque mondiale, s'est livré à un fort plaidoyer en faveur du secteur privé.
Tandis que 91 % des investisseurs internationaux affirmaient en 2015 leur optimisme pour l'Afrique, ils n'étaient plus que 75 % en 2016. Mais le recul aura été de courte durée: dès le premier semestre 2017, le taux des optimistes est remonté à 90 % ! C'est ce que nous apprend la troisième édition de l'étude annuelle sur les perspectives économiques de l'Afrique, intitulée "Financer la croissance africaine à l'horizon 2022 : perception des investisseurs internationaux". Coproduite par Havas Horizons et l'Institut Choiseul, l'étude s'est déroulée entre janvier et juin 2017, avec l'interrogation de représentants de 55 institutions d'investisseurs internationaux : analystes seniors, directeurs financiers, directeurs Afrique, présidents de groupe...

L'Ouest et le dynamisme démocratique en tête
Outre le retour rapide d'un optimisme qui est censé aller croissant (de 89,8 % en 2017 à 98 % en 2022), l'étude met en exergue des tendances fortes, à commencer par la suivante, qui pourrait surprendre certains observateurs : c'est l'Afrique de l'Ouest francophone qui figure cette année en tête des préférences d'investissement, avec 75 % des répondants déclarant souhaiter s'y renforcer -contre 67 % pour l'Afrique de l'Est, 36 % pour l'Afrique du Nord, 22 % pour l'Afrique du Sud.

Concernant cette fois le classement des pays les plus attractifs, on observe à l'inverse un top 5 plus équilibré entre l'Est et l'Ouest du Continent : le Kenya arrive en tête avec 61% des votes, suivi par la Côte d'Ivoire (57%), l'Éthiopie (44%), le Nigeria (42%), le Sénégal (38%).

Quant aux secteurs considérés les plus prometteurs, ce sont, dans l'ordre : l'énergie (73%), l'agriculture (65%), les services financiers (59%), la grande distribution (53%).

Reste la question de la motivation -pour quelles raisons les investisseurs sont-ils prêts à renforcer leurs investissements en Afrique?- à laquelle l'étude apporte également des réponses: le dynamisme démographique du Continent arrive en tête, avec 68% des répondants, puis l'émergence des classes moyennes (66%), suivies ex-aequo à 44% par le processus de diversification économique et l'amélioration du climat des affaires, tandis que l'urbanisation clôt ce top 5, avec 42% des réponses.

Lire la suite sur:http://afrique.latribune.fr/economie/strategies/2017-07-13/makhtar-diop-...

Commentaires facebook