Lundi 23 Octobre 2017

Législatives : victoire sous tension du Parti congolais du travail

Législatives : victoire sous tension du Parti congolais du travail
(Le Point 05/08/17)
Les électeurs à la mairie de Ouenzé.

Sans surprise, le PCT, au pouvoir, a obtenu 90 sièges à l'issue du 2e tour de législatives entachées de violences et de fraudes, notamment à Brazzaville. On ne peut pas dire que la sérénité ait marqué ce second tour des législatives qui a eu lieu ce 30 juillet. Climat de suspicion et de violences aidant, le vote a été reporté sine die dans neuf circonscriptions sur quatorze du Pool, situées dans la partie sud-ouest du département. Cette zone est le théâtre d'affrontements intermittents entre des miliciens locaux et les forces armées congolaises, depuis l'élection de 2016 remportée sur fond de contestation par le président Sassou N'Guesso. Selon l'article 109 de la Constitution de 2015, les députés élus lors des élections législatives de 2012, dont trois du PCT, seront automatiquement reconduits.

Face à l'opposition au PCT…

En deuxième position arrivent, ex æquo, avec huit députés chacun, l'Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS), créée en 1991 par Pascal Lissouba et présidée actuellement par Pascal Tsaty Mabiala, et les indépendants élus sous le label de l'Union des démocrates et humanistes (UDH-Yuki), de Guy-Brice Parfait Kolélas. Jeune formation politique fondée en 2017, l'UDH-Yuki a présenté des candidats dans des circonscriptions de Bacongo, Makélékélé, Mfilou à Brazzaville et du Pool. Tout nouveau venu dans le paysage politique congolais, Jeremy Lissouba, fils de Pascal Lissouba, a été élu, dès le premier tour, à Dolisie, sous l'étiquette UPADS.

... de solides alliés

Du côté de la majorité présidentielle, la Dynamique pour la République et le développement, présidé par le ministre de la Recherche scientifique, Hellot Mampouya Matson, a remporté trois sièges tandis que le Rassemblement pour la démocratie et le progrès social (RDPS) de Jean-Marc Thystère-Tchicaya, l'actuel ministre des Hydrocarbures, ainsi que le Mouvement action et renouveau (MAR) de Roland Bouiti Viaudo comptabilisent, à eux deux, une dizaine de députés. Ces formations sont principalement implantées dans les départements du Kouilou et de Pointe-Noire. En revanche, le Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral (MCDDI) de Landry Euloge Kolélas, ministre du Commerce extérieur et de la Consommation et frère de Guy-Brice Parfait, a été complètement laminé.

Les élus PCT comptent dans leurs rangs des figures connues, dont certaines ont rejoint le parti au pouvoir peu avant les élections. Parmi elles, l'actuel Premier ministre Clément Mouamba, seul candidat en lice à Sibiti, a été élu avec 100 % des suffrages exprimés. Sur les bancs du futur hémicycle figureront également les « honorables » députés Denis Christel Sassou N'Guesso, élu à Oyo (département de la Cuvette), Stella Sassou N'Guesso (Kintélé, Pool), Claudia Sassou N'Guesso (Talangaï à Brazzaville). En revanche, Andrea Carole, une autre fille du chef de l'État congolais, n'aura pas cette chance. Arrivée troisième à Kinkala (Pool), elle a été battue dès le premier tour. L'heureux élu, au second tour, est Nicéphore Nick Fylla Saint Eudes, président du Parti républicain libéral (PRL) et actuel ministre de l'Enseignement technique et professionnelle, de la Formation qualifiante et de l'Emploi.

Lire la suite sur: http://afrique.lepoint.fr/actualites/legislatives-victoire-sous-tension-...

Commentaires facebook