Lundi 19 Février 2018

Espionnage de l’UA par la Chine : Moussa Faki Mahamat vole à la rescousse de Pékin

Espionnage de l’UA par la Chine : Moussa Faki Mahamat vole à la rescousse de Pékin
(La Tribune 09/02/18)
Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’Union africaine (UA) et Wang Yi, le chef de la diplomatie chinoise

Presque mot pour mot et sans contre-enquête. En visite en Chine pour le renforcement des relations sino-africaines, Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’Union africaine (UA) a adopté la même rhétorique que la diplomatie chinoise sur l’affaire d’espionnage supposé du siège de l’institution panafricaine « gracieusement » offert par l’Empire du Milieu. Une deuxième charge contre les révélations du quotidien français Le Monde pour ébranler la thèse de son enquête, présentée par la Chine et désormais par le président de la Commission de l'UA comme un travail de sape de l’avance chinoise en Afrique.

Un allié de taille pour la Chine dans sa riposte contre le journal français Le Monde, sur l'espionnage présumé du siège de l'Union africaine (UA) par la Chine. La voix de Moussa Faki Mahamat va sans doute porter au milieu du tumulte.

C'est d'ailleurs en visite à Pékin que le président de la Commission de l'institution s'est joint à Wang Yi, le chef de la diplomatie chinoise, pour apporter un démenti virulent aux accusations d'espionnage supposé du siège de l'UA à Addis-Abeba par l'Empire du Milieu.

Rhétorique contre les « jaloux » empruntée à la diplomatie chinoise

« L'Union africaine est une organisation internationale qui ne traite pas de dossiers secret-défense. Je ne vois pas quel intérêt a la Chine d'offrir un tel bâtiment puis à l'espionner. Ce sont des allégations totalement mensongères. Les relations entre la Chine et l'Afrique sont inébranlables (...) Nous sommes en plein débat pour le renforcement de cette coopération et aucune manœuvre ne le fera dérailler », a asséné le président de la commission de l'UA devant la presse chinoise, ce jeudi 7 février.

Sa rhétorique, Moussa Faki Mahamat n'a pas eu à chercher loin pour s'inspirer. Presque dans des termes similaires, Kuang Weilin, l'ambassadeur de la Chine auprès de l'Union africaine (UA) avait dénoncé au lendemain des révélations du journal Le Monde, une histoire «complètement fausse et absurde ». Entre les lignes, l'un des seuls diplomates d'une puissance étrangère représentée auprès de l'UA avait même insinué un travail de sape des relations sino-africaines. Il dénonçait le timing de publication de l'article intervenu à la veille de l'ouverture du 30ème sommet de l'UA.

Une position reprise à son compte par Wang Yi d'une manière beaucoup plus explicite. Le ministre chinois des Affaires étrangères met les révélations du journal français sur le compte de « jaloux de la coopération sino-africaine » dont le volet commercial s'est chiffré à 150 milliards de dollars en 2016. Pour prolonger sa contre-offensive, la Chine n'a pas fait dans la dentelle.

Lire la suite sur: https://afrique.latribune.fr/politique/2018-02-08/espionnage-de-l-ua-par...

Commentaires facebook