Mercredi 20 Septembre 2017

Denis Sassou N’Guesso appelle les Libyens à donner la priorité à la paix dans leur pays

Denis Sassou N’Guesso appelle les Libyens à donner la priorité à la paix dans leur pays
(APA 11/09/17)
Denis Sassou N’Guesso, président du Comité de haut niveau de l’Union africaine sur la crise libyenne

APA-Brazzaville (Congo) - Le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou N’Guesso, président du Comité de haut niveau de l’Union africaine sur la crise libyenne, a appelé lors de l’ouverture de la 4ème réunion sur la crise libyenne samedi à Brazzaville, à « donner la priorité à la paix et la réconciliation souhaitées par le peuple libyen ».

« Votre présence parmi nous est l’expression de votre engagement en faveur de la cause libyenne qui, depuis quelques années, constitue une profonde préoccupation pour l’Afrique, en raison de son impact sur le continent », a déclaré le chef de l’Etat congolais, président du Comité de haut niveau de l’UA sur la Libye à l’endroit des acteurs de la crise libyenne présents à cette réunion.

Denis Sassou N’Guesso a saisi cette occasion pour redire aux acteurs de la crise libyenne que « l’aboutissement de nos efforts est largement tributaire de l’implication et de la détermination des
libyens eux-mêmes ».

Le président du Comité de haut niveau de l’UA sur la crise libyenne les a exhortés à un sursaut en les appelant à « tout mettre en œuvre pour dépasser les clivages, vaincre les égoïsmes individuels et partisans, pour donner la priorité à la Libye, en donnant à ce pays la paix et la réconciliation que le peuple libyen souhaite de manière forte ».

Le chef de l’Etat congolais a décliné quelques axes pour une solution durable de la crise. Il s’agit entre autres d’assurer une plus grande coordination et harmonisation des initiatives des différents acteurs africains impliqués dans les efforts de règlement de la crise libyenne, la nécessité pour les Libyens de privilégier l’intérêt supérieur de leur nation en adhérant au processus de dialogue inclusif pour une sortie de crise, de même que le rejet de toutes ingérences extérieures.

Le président du Comité de haut niveau de l’UA sur la Libye qui a martelé que sa structure n’a pas d’autres agendas que « le retour de la paix en Libye », a invité la communauté internationale « à ne pas ignorer la voie de l’Afrique dans la résolution de cette crise comme en 2011 ».

Cette réunion a été ouverte en présence de deux chefs d’Etat africain membres dudit Comité sur la crise libyenne que sont le Sud-Africain Jacob Zuma et le Nigérien Mahamadou Issoufou, le chef du gouvernement libyen d’Union nationale, Fayez al-Sarraj, et un représentant du maréchal Khalifa Haftar n’a finalement pas fait le déplacement de Brazzaville et du président du parlement libyen basé à Tobtrouk, Aguila Salah Issa.

Commentaires facebook