Mercredi 25 Avril 2018

Congo-Brazzaville : « On ne peut parler de paix durable dans le Pool tant que l’impunité persiste »

Congo-Brazzaville : « On ne peut parler de paix durable dans le Pool tant que l’impunité persiste »
(Jeune Afrique 27/03/18)
Trésor Nzila Kendet, directeur exécutif de l'Observatoire congolais des droits de l'homme

Lors d'un récent passage à Paris, Trésor Nzila Kendet, directeur exécutif de l'Observatoire congolais des droits de l'homme, et Christian Mounzeo, coordonnateur de la campagne « Publiez ce que vous payez au Congo », ont livré à Jeune Afrique leur regard sur l’état actuel du Congo-Brazzaville. Interview croisée.

« Pas facile » d’être défenseur de l’environnement et des droits humains au Congo-Brazzaville, souffle Christian Mounzeo, coordonnateur de la campagne « Publiez ce que vous payez au Congo ». Les bureaux à Pointe-Noire de son organisation, la Rencontre pour la paix et les droits humains (RPDH), ont été saccagés dans la nuit du 9 au 10 mars, dans des circonstances non élucidées. « Nous travaillons dans un contexte très difficile », confirme son camarade Trésor Nzila Kendet, directeur exécutif de l’Observatoire congolais des droits de l’homme.

Les deux militants congolais ont séjourné mi-mars à Paris, encadrés par l’ONG Fern, basée à Bruxelles. L’occasion de revenir avec eux sur la situation politique, sociale et économique de ce pays pétrolier en proie à des difficultés financières depuis la chute des cours du baril de brut.

Jeune Afrique : Quel rôle la société civile congolaise joue-t-elle dans un contexte de crise politique, économique et sécuritaire ?

Christian Mounzeo : Elle reste l’une des opportunités qui doit permettre aux citoyens de pouvoir s’exprimer. Nous avons lancé un certain nombre d’initiatives à travers lesquelles la société civile se fait entendre et dans le cadre desquelles nous avons eu quelques résultats…

Trésor Nzila Kendet : Mais nous sommes très profondément préoccupés par le rétrécissement de l’espace des libertés.

Quelles sont aujourd’hui les avancées enregistrées dans le domaine de la défense des droits de l’homme au Congo-Brazzaville ?

Christian Mounzeo : Concernant les engagements internationaux relatifs aux droits et libertés fondamentaux, le Congo-Brazzaville a bien avancé. Le pays est à jour. Sur le plan interne, les libertés individuelles ont toujours été garanties dans toutes nos Constitutions. Il existe aussi un ensemble législatif qui garantit l’exercice des droits humains. Mais des défis persistent quant à leur mise en œuvre.

Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/545789/societe/congo-brazzaville-on-ne-peut-...

Commentaires facebook