Mercredi 25 Avril 2018

Ce jour-là : le 15 mars 1992, le Congo adopte par référendum sa première Constitution post-ère socialiste

Ce jour-là : le 15 mars 1992, le Congo adopte par référendum sa première Constitution post-ère socialiste
(Jeune Afrique 15/03/18)

Le 15 mars 1992, le peuple congolais adopte par référendum sa sixième Constitution. Le nouveau texte permet au pays de tourner la page de la période marxiste de parti unique.

Ce dimanche 15 mars 1992, la grande majorité de la population des deux grandes villes du pays, Brazzaville, capitale politique, et Pointe-Noire, la capitale économique, se presse dans les bureaux de vote. Dès le matin, certains électeurs dépourvus de cartes font même la queue sous le soleil devant les différends centres dans l’espoir de pouvoir participer au premier scrutin libre depuis la fin de la présidence d’Alphonse Massamba-Débat en 1969.

Il s’agit d’entériner la nouvelle Constitution adoptée en décembre 1991 par le Conseil supérieur de la République. Le Parlement de transition, qui remplace l’Assemblée nationale populaire, est présidé par le charismatique Mgr Ernest Kombo, évêque d’Owando. Initialement prévu fin décembre, le votre référendaire a subi de nombreux reports. L’apprentissage de la démocratie s’avère difficile. Les partis d’opposition critiquent le manque de sérieux des opérations de recensement de la population, le peu de fiabilité des listes électorales et l’insuffisance de cartes électorales par ailleurs « distribuées de façon sélective » (Jeune Afrique n°1626 du 5-11 mars 1992, p.9). Soixante-dix partis menacent de boycotter le scrutin avant de se raviser finalement.

Le régime de parti unique a été aboli deux ans auparavant, le 30 septembre 1990, peu après le discours historique prononcé par le président français François Mitterrand lors du sommet France-Afrique de La Baule, le 20 juin 1990. Désormais, plus besoin d’être membre du Parti congolais du travail (PCT), formation du président Denis Sassou Nguesso, au pouvoir depuis 1979, pour accéder aux mandats électifs, notamment la magistrature suprême.

La période de transition démocratique qui s’ouvre a été marquée notamment par les quatre mois de débats de la Conférence nationale souveraine, qui s’est étalée de février à juin 1991. Quatre mois de psychothérapie collective, afin de solder le passif de la courte mais déjà sanglante histoire politique du Congo indépendant. La conférence se conclut avec l’abolition de la précédente Constitution de 1979, et l’adoption d’un Acte fondamental régissant le fonctionnement de l’État pendant la période de transition, prévue pour s’achever en juin 1992.

Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/541926/politique/ce-jour-la-le-15-mars-1992-...

Commentaires facebook