Dimanche 19 Novembre 2017

16 milliards FCFA mobilisés pour le plan de vaccination 2018-2022 au Congo

16 milliards FCFA mobilisés pour le plan de vaccination 2018-2022 au Congo
(APA 11/11/17)

APA-Brazzaville (Congo) - Le Congo va mobiliser près de 16 milliards de FCFA pour la mise en œuvre de son plan pluriannuel élargi de vaccination 2018-2022 dans le but d’éliminer la morbidité et la mortalité liées aux maladies qui peuvent être évitées par la vaccination, a-t-on appris vendredi auprès du ministère congolais de la population et de la santé.

L’annonce a été faite par Alexis Mourou Moyoka concepteur dudit plan vendredi à Brazzaville au cours de la réunion du Comité inter-agence du programme élargi de vaccination qui faisait le point des activités de vaccination des années passées en présence du ministre congolais de la population et de la santé, Lidia Mikolo.

Présentant les stratégies de ce plan 2018-2022, Alexis Mourou Moyoka a indiqué qu’il « consiste à mobiliser les ressources et planifier les activités de vaccination au Congo durant cinq ans pour un montant estimé à près de 16 milliards de FCFA.

« La mise en œuvre de ce plan pluriannuel complet de vaccination 2018-2022 va contribuer à éliminer la morbidité et la mortalité liés aux maladies qui peuvent être évitées par la vaccination » a déclaré le médecin chef de ce plan, Alexis Mourou Moyoka.

Il a indiqué que « ce plan vise à atteindre un pourcentage élevé de couverture vaccinale dans tous les districts sanitaires pour les antigènes dans le pays en maintenant les indicateurs de performances du statut d’élimination du tétanos maternel néonatal.»

D’autre part la ministre de la santé, Lidia Mikolo, a profité de cette occasion pour annoncer la réception d’ici quelques jours d’un lot de vaccins acquis avec le financement de la coopération chinoise.

Elle a expliqué que « dès 2018 le Congo devrait prendre en intégralité la charge du financement de la vaccination dans le pays car l’appui financier de Gavi (Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination) qui fournit les vaccins au Congo, prend fin le 31 décembre prochain.»

« Cela demande une nouvelle réflexion avec les partenaires latéraux et le système des Nations Unies afin de pérenniser les actions de vaccination et il faut un « mise en œuvre des nouvelles stratégies, le renforcement des capacités managériales, le renforcement des chaînes d’approvisionnements et du système de surveillance épidémiologique », a-t-elle conclu.

Commentaires facebook