Samedi 23 Septembre 2017
(Libération 14/09/17)
Plus de 40 ans après leur accession à l'indépendance, les Comores sont partagées sur le bilan à dresser de la période des années 1970. Questions à Houssamoudine Ankili, doctorant au CESSMA (Paris VII) et spécialiste de l’histoire des Comores. Pouvez-vous résumer l’histoire de l’accession à l’indépendance des Comores ? Protectorat(s) français dans la deuxième moitié du XIXème siècle, l’archipel des Comores [quatre îles de l’océan indien occidentale ; Grande-Comore, Anjouan, Mohéli et Mayotte] est rattaché à la colonie de Madagascar entre 1912 et 1946. Après l’indépendance de la grande île (1960), il bénéficie d’une autonomie de gestion. En 1963, Saïd Mohamed Cheikh, son premier Président du Conseil, exprime au Général de Gaulle son souhait d’entamer...
(Al-Watwan 13/09/17)
La Cour suprême a commencé à auditionner les bénéficiaires de l’aide budgétaire saoudienne octroyée fin décembre 2015 à l’Union des Comores. Pourquoi le cas de la Ceni passionne tant ? La portée politique de cette institution - la politique étant le sport national aux Comores après le foot - y est sans doute pour quelque chose. Et la réélection, lundi dernier, d’Ahmed Mohamed Djaza à la tête de cette commission électorale, n’a fait qu’accentuer le sentiment de malaise de la population comorienne, face à l’impunité dont continuent de bénéficier les délinquants en col blanc. C’est ce même Djaza à qui est reproché, avec ses collaborateurs, par la haute cour de justice d’avoir fait volatiliser plus de 153 millions de francs...
(Al-Watwan 11/09/17)
Les partis politiques, toutes tendances confondues, se sont réunis, samedi dernier à Moroni, pour peaufiner une stratégie commune concernant les assises nationales, prévues pour décembre prochain. Au cours de cette réunion, qui n’excluait personne, les partis ont révélé que la composition du comité de pilotage des assises est imminente avec quarante membres repartis entre la société civile, le Mouvement du11 août, les institutions et les partis politiques. Certains leaders, dont les formations ne sont pas reconnues par la loi sur...
(Al-Watwan 04/09/17)
Débarqué à la tête de la Crc, député Ali Mhadji avait dans une conférence de presse, accusé son successeur d’avoir commis un “putsh”. Depuis cette sortie, les coordinations du parti se manifestent pour apporter leur soutien au nouveau secrétaire général, Yahya Mohamed Illiassa et dénoncer les propos du désormais ex secrétaire général. A son tour, la coordination de Mbadjini Est se désolidarise d’Ali Mhadji et affirme soutenir Yahya Mohamed Illiassa “pour la cohésion et les intérêts de la Crc” Après...
(Al-Watwan 29/08/17)
Ce rassemblement avait drainé plusieurs militants et sympathisants du parti au pouvoir, la Crc (Convention pour le renouveau des Comores), mais également des gens d’autres bords politiques, comme le leader du Mouvement des démocrates comoriens (Mdc). L’ancien ministre des Relations extérieures, Ahmed Jaffar, a organisé un meeting au foyer Jaf de Mutsamudu, le samedi 26 août dernier, pour parler des futures assises censées faire le bilan de la gestion du pays depuis son accession à l’indépendance. Il est actuellement l’initiateur...
(Al-Watwan 28/08/17)
Remplacé à la tête du secrétariat national de la Crc pour son «incapacité à organiser le congrès mais aussi pour cause de fin de mandat», le député Ali Mhadji rétorque et parle d’un «putsch». Le parlementaire parle d’une décision illégitime qui place le conseiller du chef de l’État, Yahya Mohamed Illiassa, à la tête du parti au pouvoir. L’ex secrétaire national voit en son successeur, «un manipulateur et un hypocrite». Il dénonce en outre «une mise à l’écart» et se...
(Al-Watwan 22/08/17)
Trois jours après avoir observé une grève pour protester contre “l’arrestation” d’un des leurs et l’ “empiètement” de leurs activités par les gardes-côtes, l’Autorité portuaire des Comores (Apc) a repris ses activités. Pour régler cette mésentente opposant les deux institutions, le ministère des Transport a organisé une réunion pendant laquelle il était question de définir les missions respectives des gardes-côtes ainsi que celles de l’Apc. Au cours de cette rencontre le patron des gardes-côtes a expliqué qu’ils ne faisaient rien...
(Al-Watwan 17/08/17)
À en croire les conférenciers, si l’opposition a sombré dans la léthargie, c’est dû au fait que certains partis, qui ont soutenu l’Updc et le Rdc lors de l’élection présidentielle, ont du mal aujourd’hui à se déclarer dans l’opposition. Ils seraient en train de flirter avec la ligne qui sépare le pouvoir et l’opposition dans l’attente d’une opportunité. «Certains partis n’ont jamais voulu être dans l’opposition or le pays mérite une opposition forte», selon Nourdine Bourhane. Au moment où tous...
(Al-Watwan 14/08/17)
Durant deux jours, samedi et dimanche derniers, les membres du Comité Maore se sont réunis à Kwambani ya Washili dans le cadre de leur premier congrès. Un membre du comité estime qu’il va falloir “changer de cap et intégrer nos compatriotes de la quatrième île dans la gestion des affaires de l’État”. Par ailleurs on a enregistré une forte délégation de Mayotte dans ce congrès. A l’approche de l’organisation des Assises nationales sur le bilan des 42 ans d’indépendance dans...
(Al-Watwan 31/07/17)
Après l’accord de principe du 4 juillet dernier, le chef de l’Etat a rencontré le Mouvement du 11 août pour une séance de réflexion et d’échanges quant à la façon d’organiser les assises en mettant l’accent sur une dimension nationale. Selon le porte-parole du Mouvement, pour assurer leur réussite, les assises vont être organisées par l’Etat avec la participation de tous. Après l’entrevue du mardi 4 juillet, le président de l’Union a rencontré le Mouvement du 11 aout, le samedi...
(Al-Watwan 31/07/17)
Dans un point de presse, organisé samedi dernier à la présidence, le secrétaire général du gouvernement (Sgg), Idaroussi Hamadi, est revenu longuement sur les actions gouvernementales en faveur de l’émergence, mais aussi sur l’actualité nationale. Celle-ci étant dominée par les Assises nationales, l’administrateur principal de l’exécutif a ainsi dévoilé la politique générale du gouvernement. D’emblée, il a tenu à rappeler que le président de la République, Azali Assoumani, avait affirmé que l’année dernière était celle de l’énergie et que celle-ci...
(Al-Watwan 27/07/17)
Le conseil hebdomadaire des ministres a eu lieu hier, mercredi 26 juillet, au palais présidentiel de Beït-Salam, sous la présidence du chef de l’Etat, Azali Assoumani. Plusieurs points d’actualités ont été à l’ordre du jour. Au titre du ministère de la Santé, Rashid Mohamed Mbaraka Fatma a fait part au conseil du lancement de la campagne de distribution de masse des médicaments, dès le mois d’août prochain. Il s’agit d’une lutte intégrée contre la filariose, le paludisme… La nouvelle ministre...
(Al-Watwan 25/07/17)
Un an près son élection à la tête du pays, le président de la République Azali Assoumani a pris part, pour la première fois, à un grand meeting qui s’est tenu dans la localité de Mde. Organisé par les cadres de la région de Bambao, ce grand rassemblement avait pour objectif de saluer les efforts engagés par le gouvernement tout en lui affirmant le soutien de la région pour l’émergence. C’est donc une foule en liesse qui a fait le...
(Al-Watwan 24/07/17)
Une semaine après le remaniement gouvernemental, à l’issue duquel, il a été reconduit à son poste, le ministre de l’Intérieur et de l’Information, Mohamed Daoudou, a réuni samedi dernier l’ensemble des directions qui sont sous sa tutelle pour faire le point sur les perspectives du gouvernement. Le ministre de l’Intérieur, Mohamed Daoudou, a rencontré, samedi 22 juillet, les responsables des directions et départements qui sont sous sa tutelle. Plusieurs directeurs y ont pris part, notamment celui d’Alwatwan, Ahmed Ali Amir, Msa Ali Djamal, directeur de l’Ortc, le directeur général de la police, etc.
(RFI 19/07/17)
A Moroni, l'annonce ce lundi 17 juillet du nouveau gouvernement du président Azali a officialisé la rupture avec le parti de l'ancien président Sambi qui avait diffusé une vidéo dans laquelle il déclarait ne pas être d'accord avec la manière dont le président Azali gère la crise entre le Qatar et l'Arabie saoudite. Quelles conséquences pour l'échiquier politique comorien? Quel cap va être suivi par cette nouvelle équipe? Reportage à Moroni. Revoir le système de la présidence tournante, et donc...
(Al-Watwan 19/07/17)
Selon le directeur de cabinet du président de la République, Youssoufa Mohamed Ali, le nouveau gouvernement a pour mission première, l’organisation et la réussite avec succès des assises du bilan des 42 ans d’indépendance et des 15 ans de la présidence tournante. Quant à la question de l’exclusion des membres du parti Juwa dans la nouvelle équipe gouvernementale, le premier collaborateur du chef de l’Etat a répondu que «le parti Juwa ne pouvait pas faire partie de l’équipe gouvernementale et...
(Al-Watwan 19/07/17)
Jusqu’à sa nomination au poste de ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, lundi 17 juillet, Soeuf Mohamed El-Amine était le chef du bureau de la Minusma (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali) à Gao. Ce parfait polyglotte, qui connait sur le bout des doigts les arcanes de la diplomatie et auteur de plusieurs livres, notamment sur les enjeux stratégiques de la région, retrouve un portefeuille qu’il avait déjà occupé sans discontinuer entre 1999...
(Al-Watwan 18/07/17)
C’était hier lundi, aux environs de 20 heures, que le décret présidentiel annonçant le nouveau gouvernement est tombé. À la lecture de ce décret No17-083/PR du 17 juillet 2017, on comprend aisément qu’il s’agit d’un gouvernement de rupture puisque seuls les postes occupés par les membres du parti Juwa ont été remplacés si on fait abstraction d’Abdou Houmadi, proche de l’ancien ministre Ali Nassor qui n’a pas été reconduit et qui a été remplacé par un autre proche du même...
(Al-Watwan 18/07/17)
Soeuf Mohamed El Amine est apparemment pressenti pour pouvoir mener avec aisance et jusqu’au bout la politique du président dans le Golfe. Parce que tout l’enjeu de ce remaniement est là. Mais ce choix politique du président n’est pas sans risque. Il trouve désormais en face de lui, des adversaires sérieux, et pousse l’opposition à des recompositions délicates. L’entente harmonieuse entre les deux formations politiques, Juwa et Crc qui, il y a un peu plus d’un an, avait donné la...
(APA 18/07/17)
L'Afrique progresse vers la création d'ici le 30 octobre d'une grande zone de libre-échange (ZLE) qui couvrira environ la moitié des pays du continent. Cette zone serait formée de la fusion du Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA), de la Communauté d'Afrique de l'Est (EAC) et de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC). Francis Mangeni, directeur des questions commerciales et douanières auprès du COMESA, rappelle dans une tribune parue lundi dans le quotidien kenyan The Star que...

Pages