| Africatime
Lundi 16 Janvier 2017
(L'Express de Madagascar 06/01/17)
L’ambassadeur britannique, doyen du corps diplomatique absent, celui de l’Union des Comores sera le porte-parole de la Communauté internationale. Un nouveau visage représentera le corps diplomatique durant la série de discours qui seront prononcés ce jour à Iavoloha. Après le départ inattendu et plutôt mouvementé de Mohamed Amar, ancien ambassadeur du Maroc à Madagascar, en novembre 2016, le message de la Communauté internationale au couple présidentiel sera transmis par l’ambassadeur comorien en poste dans la Grande île, Caabi Elyachroutu Mohamed. C’est en sa qualité de vice-doyen du corps diplomatique, le doyen étant absent du pays, que l’ambassadeur de l’Union des Comores prendra la parole à Iavoloha. Caabi Elyachroutu Mohamed a présenté ses lettres de créances...
(APA 04/01/17)
Les Comores attendent "impatiemment" le retour du Maroc à l'Union africaine (UA), a affirmé, mardi à Rabat, le ministre comorien de la Justice, des affaires islamiques, des administrations publiques et des droits humains, Fahmi Said Ibrahim. « Nous attendons impatiemment le retour du Maroc à l'UA, afin que ce pays retrouve sa place naturelle au sein de sa famille institutionnelle panafricaine », a déclaré Fahmi Said Ibrahim lors d'un point de presse à l'issue de son entretien avec le ministre marocain des Affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar. Le Maroc a un rôle « majeur » à jouer en Afrique dans le cadre de la coopération avec les pays africains frères, a ajouté le responsable comorien, en visite...
(Atlas Info.fr 04/01/17)
Les Îles Comores attendent "impatiemment" le retour du Maroc à l'Union africaine (UA), a affirmé, mardi à Rabat, le ministre d'État comorien, ministre de la Justice, des Affaires islamiques, des Administrations publiques et des Droits Humains, Fahmi Said Ibrahim. "Nous attendons impatiemment le retour du Maroc à l'UA, afin que ce pays retrouve sa place naturelle au sein de sa famille institutionnelle panafricaine", a dit M. Said Ibrahim lors d'un point de presse à l'issue de son entretien avec le...
(Al-Watwan 19/12/16)
Le projet Crcca est le premier projet qui part du fait que l’agriculture doit être adaptée aux changements climatiques pour pouvoir se développer. Les Comores, en tant que Petit pays insulaire en développement, sont particulièrement sensibles aux changements climatiques. C’est une foule nombreuse qui a envahi, jeudi dernier, l’aéroport de Wani pour accueillir le président de la République. Toutes tendances confondues, les alliances naturelles qui l’ont aidé à gagner les élections comme ses opposants farouches étaient présents sur le tarmac...
(Al-Watwan 19/12/16)
Une journée d’information sur les programmes français et européens d’appui à la société civile comorienne dans le cadre de la programmation conjointe Ue/France pour les Comores sur la période 2015-2020 a été organisée, le 17 décembre au palais du Peuple par le Commissariat général au plan, l’ambassade de France, l’Agence française de développement et l’Union européenne. Cette journée avait pour but de présenter le fonctionnement et les objectifs des programmes existant actuellement en Union des Comores ainsi que leurs réalisations...
(RFI 16/12/16)
Aux Comores, la loi de finances 2017 a été rejetée à l'Assemblée nationale ce mercredi. Pour le gouvernement, c'est un choc puisque le refus ne vient pas de l'opposition, mais des députés issus de la mouvance présidentielle. Une première dans le pays. Avec cette loi, le ministre des Finances prévoyait d'atteindre près de cent soixante millions d'euros de recettes internes sur l'année 2017. Seulement, la majorité des deux tiers n'a pas été atteinte. Le président de l'Assemblée nationale a souligné...
(Al-Watwan 15/12/16)
Le Qatar est l’un des partenaires clés de l’Union des Comores. Son ambassadeur, Cheikh Moubarak Abdourahmane Al-Nasri, a accepté de répondre aux questions d’Al-watwan sur l’état des relations entre les deux pays et sur d’autres questions encore. Cela fait deux ans depuis que vous êtes accrédités aux Comores en qualité d’ambassadeur. Peut-on connaitre les principaux projets que vous avez initiés dans le cadre du renforcement de la coopération bilatérale ? C’est un grand honneur pour moi d’être le premier ambassadeur...
(Al-Watwan 13/12/16)
Alors que l’alliance Juw-Crc rejette l’arrêt de la cour constitutionnelle ayant déchu Nourdine Soula de son mandat de député, un groupe de parlementaires critique cette réaction et estime que remettre en cause un arrêt du juge constitutionnel, c’est tout simplement fragiliser l’Etat de droit. «Les décisions de la cour constitutionnelle ne sont susceptibles d’aucun recours. Elles s’imposent à toute autorité ainsi qu’aux juridictions sur tout le territoire de l’Union», rappelle le député Mmadi Hassani Oumouri, citant l’article 40 de la Constitution. La décision de la cour constitutionnelle de déchoir Nourdine Soula de son mandat de député...
(Al-Watwan 07/12/16)
Abdou Salam Abdou, Hassani Hamadi et Mohamed Saïd Fazul, respectivement gouverneurs de Ndzuani, Ngazidja et Mwali, ont été reçus à Beit Salam, hier en milieu de journée, par Azali Assoumani. Il a notamment été question du budget de l’Etat. A en croire le service de communication de la présidence, qui a fait le compte-rendu de cette rencontre, il y aurait eu, au niveau du budget, des malentendus entre les différentes parties causant un retard dans le paiement des fonctionnaires des...
(Al-Watwan 07/12/16)
«A Ngazidja, l’idée est venue de tenir le congrès. Mais alors que du consensus général a été fixé la date du 7 janvier, le président du parti, Abidhar Abdallah, l’a reportée unilatéralement au 21». Ambiance au sein de la formation politique. Au sein du parti Radhi (Rassemblement pour une alternative de développement harmonieux et intégré), la tension est au zénith. Entre ceux qui souhaitent l’organisation du congrès le 7 janvier prochain, et l’autre camp favorable aux prolongations jusqu’au 21, aucune...
(Al-Watwan 06/12/16)
La tempête semble s’éloigner du parlement fédéral, depuis samedi, suite au compromis trouvé entre les protagonistes. La médiation, dépêchée par le chef de l’Etat et composée de son directeur de cabinet, des ministres de la Justice et de l’Intérieur chargé des relations avec les institutions, a réussi à arracher un compris pour que les choses rentrent dans l’ordre dès ce lundi, notamment la reprise des travaux parlementaires. Le point d’orgue de l’accord engageant les deux blocs des parlementaires et remis...
(RFI 05/12/16)
La justice comorienne pourrait bien rattraper les anciens dirigeants politiques. Quelques mois après l'élection du président Azali, deux vice-présidents de l'ancien régime se retrouvent accusés dans une affaire de marchés publics octroyés illégalement pour plus de trente millions d'euros. Deux anciens vice-présidents et l'entreprise Colas aux Comores sont accusés de violation de la loi sur les marchés publics fixant à 60 000 euros le montant maximal d'un marché avant d'être soumis à un appel d'offres. Les contrats avec Colas ont...
(Al-Watwan 02/12/16)
Dans leur majorité, les députés soutiennent cette volonté d’avoir un budget nettement à la hausse et encouragent l’initiative car ils sont d’avis qu’il faut un budget ambitieux pour que le pays s’inscrive dans le chemin de l’émergence. Il faut, donc, dans le cadre de cette loi des finances, mettre en place, avant le 1er janvier, les mécanismes et les réformes nécessaires pour s’assurer que les recettes prévues dans le budget seront au rendez-vous aussi bien au niveau des régies de...
(Al-Watwan 30/11/16)
Un communiqué ne portant aucune signature mais portant les noms des députés Abdallah Tocha Djohar et Nassimou Ahamadi a été affiché hier au parlement. Ni une ni deux, les frondeurs exigent «un renouvellement du bureau dont le mandat des membres a pris fin depuis le mois d’avril 2016». Dans le document publié, on pouvait lire également que «face à cette situation de refus du président de l’Assemblée nationale de procéder à l’élection d’un nouveau bureau, nous, députés de la majorité...
(Al-Watwan 23/11/16)
«Organiser une élection ne suffit pas pour définir ce qu’est une démocratie. Surtout quand on sait comment, aujourd’hui, on tripatouille les listes. Je ne vous parle même pas de la composition tendancieuse des commissions électorales. La communauté internationale est responsable de ce jeu de dupes. La démocratie, c’est d’abord la liberté de la presse.» Tel est le postulat énoncé par l’ancien secrétaire général de la Commission de l’océan indien (Coi), Jean Claude de L’Estrac, au cours d’un brillant exposé, lundi,...
(Al-Watwan 16/11/16)
Au lendemain de la célébration de la journée du 12 novembre, qui marque l’admission des Comores à l’Onu, l’ancien ambassadeur des Comores à Paris, Ali Mlahaili, a accepté de revenir sur l’historique de l’indépendance. Il a coutume de citer cet extrait du discours du président français François Hollande devant le parlement algérien en 2012 : «la vérité, elle n’abime pas, elle répare. L’histoire même quand elle est tragique, ou douloureuse doit être dite. Rien ne se résout dans la dissimulation,...
(Al-Watwan 12/11/16)
Cette célébration serait aussi l’occasion de dresser le bilan des démarches entreprises jusqu’ici dans le cadre du règlement de la question de Mayotte. A en croire le directeur de cabinet, les relations entre la France et les Comores sont excellentes. A deux jours de la journée nationale Maore, le directeur de cabinet du chef de l’Etat, Youssoufa Mohamed Ali, a rencontré la presse hier, jeudi 10 novembre, pour faire le point sur cette célébration. Selon lui, cette édition 2016 est...
(Al-Watwan 11/11/16)
Au cours de sa conférence de presse hier, le chef de l’exécutif de Ngazidja a dressé un pitoyable état des lieux de l’administration insulaire. «Nous avons trouvé dans les caisses de l’île des chèques d’une valeur de 42 millions de francs et une énorme dette qu’il fallait payer d’urgence. Concrètement, nous avons hérité d’un solde de zéro franc. En ce qui concerne le parc automobile, sur le papier, nous devions trouver 32 véhicules», a-t-il dit. Une conférence de presse aux...
(Al-Watwan 07/11/16)
Dans son discours, Azali Assoumani a particulièrement insisté sur l’impérieuse nécessité de préserver la paix, condition sine qua non, selon lui, du développement. «Depuis notre accession à l’indépendance en 1975, nous avons toujours vécu dans l’instabilité. A mon arrivée au pouvoir, je n’ai ménagé aucun effort pour le retour à la stabilité. Aujourd’hui, on nous félicite dans plusieurs colloques internationaux et nous servons de modèle aux autres», a-t-il dit. Le président de la République a accompli la prière collective hebdomadaire...
(Al-Watwan 07/11/16)
L’histoire serait-elle en train de repasser les mêmes plats ? Les perturbations qui ont émaillé les travaux parlementaires, le samedi 5 novembre, rappellent, à certains égards, un des épisodes les plus mouvementés de l’histoire récente de l’Assemblée nationale. Sauf que, cette fois, on retrouve des élus du parti Crc (Convention pour le renouveau des Comores), de Juwa et de l’Updc dans le même camp. Un fait suffisamment rare pour être souligné. L’affaire du député accusé «d’usurpation d’identité» et de «faux et usage de faux» serait à l’origine de ce tohu-bohu (lire l’article de Mariata Moussa). La séance de samedi devait examiner et adopter une série de lois dont celles autorisant le président de la République à ratifier l’Accord...

Pages