Samedi 22 Juillet 2017
(RFI 19/07/17)
A Moroni, l'annonce ce lundi 17 juillet du nouveau gouvernement du président Azali a officialisé la rupture avec le parti de l'ancien président Sambi qui avait diffusé une vidéo dans laquelle il déclarait ne pas être d'accord avec la manière dont le président Azali gère la crise entre le Qatar et l'Arabie saoudite. Quelles conséquences pour l'échiquier politique comorien? Quel cap va être suivi par cette nouvelle équipe? Reportage à Moroni. Revoir le système de la présidence tournante, et donc la Constitution, est une possibilité envisageable, a confirmé Mohamed Daoud, ministre de l'Intérieur et porte-parole du gouvernement : « La tournante fera partie des discussions. Maintenant s'il y a des aménagements à faire par rapport...
(Al-Watwan 19/07/17)
Selon le directeur de cabinet du président de la République, Youssoufa Mohamed Ali, le nouveau gouvernement a pour mission première, l’organisation et la réussite avec succès des assises du bilan des 42 ans d’indépendance et des 15 ans de la présidence tournante. Quant à la question de l’exclusion des membres du parti Juwa dans la nouvelle équipe gouvernementale, le premier collaborateur du chef de l’Etat a répondu que «le parti Juwa ne pouvait pas faire partie de l’équipe gouvernementale et mettre en cause les décisions du président de la République». Moins de 24 heures après la publication du décret relatif à la composition du gouvernement et aux secrétariats d’Etat de l’Union des Comores, pour le deuxième gouvernement d’Azali III, le...
(Al-Watwan 19/07/17)
Jusqu’à sa nomination au poste de ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, lundi 17 juillet, Soeuf Mohamed El-Amine était le chef du bureau de la Minusma (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali) à Gao. Ce parfait polyglotte, qui connait sur le bout des doigts les arcanes de la diplomatie et auteur de plusieurs livres, notamment sur les enjeux stratégiques de la région, retrouve un portefeuille qu’il avait déjà occupé sans discontinuer entre 1999...
(Al-Watwan 18/07/17)
C’était hier lundi, aux environs de 20 heures, que le décret présidentiel annonçant le nouveau gouvernement est tombé. À la lecture de ce décret No17-083/PR du 17 juillet 2017, on comprend aisément qu’il s’agit d’un gouvernement de rupture puisque seuls les postes occupés par les membres du parti Juwa ont été remplacés si on fait abstraction d’Abdou Houmadi, proche de l’ancien ministre Ali Nassor qui n’a pas été reconduit et qui a été remplacé par un autre proche du même...
(Al-Watwan 18/07/17)
Soeuf Mohamed El Amine est apparemment pressenti pour pouvoir mener avec aisance et jusqu’au bout la politique du président dans le Golfe. Parce que tout l’enjeu de ce remaniement est là. Mais ce choix politique du président n’est pas sans risque. Il trouve désormais en face de lui, des adversaires sérieux, et pousse l’opposition à des recompositions délicates. L’entente harmonieuse entre les deux formations politiques, Juwa et Crc qui, il y a un peu plus d’un an, avait donné la...
(APA 18/07/17)
L'Afrique progresse vers la création d'ici le 30 octobre d'une grande zone de libre-échange (ZLE) qui couvrira environ la moitié des pays du continent. Cette zone serait formée de la fusion du Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA), de la Communauté d'Afrique de l'Est (EAC) et de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC). Francis Mangeni, directeur des questions commerciales et douanières auprès du COMESA, rappelle dans une tribune parue lundi dans le quotidien kenyan The Star que...
(Al-Watwan 13/07/17)
Les rencontres se succèdent au palais de Dari-nadjah, siège de l’exécutif insulaire à Ndzuani. Avant Anissi Chamsidine, le gouverneur Salami avait déjà convié à une entrevue le secrétaire régional de l’Updc, Chamsidine Ali. il a également rencontré l’ancien vice-président Caabi Elyachourtu, l’ancien ministre de l’Intérieur de l’île et leader du parti Gnec-rénové, Djaffar Salim et la Maison des organisations de la société civile (Mosc) de Ndzuani. Idée principale des discussions, les assises et la révision constitutionnelle. Le gouverneur de Ndzuani,...
(Al-Watwan 12/07/17)
Le Mouvement du 11 août a été reçu récemment à Beït-Salam avec, comme résultat, l’adhésion du président Azali Assoumani à la volonté d’organiser des assises nationales pour faire le bilan des 42 ans de notre indépendance. Suite à cet accord, des questions se sont posées quant à l’organisation, le timing, le financement et les thèmes qui seront abordés sans oublier le spectre de la fin de la présidentielle tournante. À en croire un membre du Mouvement du 11 août, Idriss Mohamed, la tournante «ne constitue pas l’enjeu principal» de cet événement.
(Al-Watwan 06/07/17)
Le président Azali Assoumani a reçu les partis politiques mercredi dernier une journée après avoir reçu le Mouvement du 11 août, qui rappelons le, œuvre depuis 2 ans pour la tenue d’Assises de bilan sur les 42 ans d’indépendance. Les formations présentes ont toutes montré leur accord. Le leader du Radhi, Houmed Msaidie qui a parlé au nom de l’opposition a affirmé que les partis présents partageaient la vision d’Ali Bazi Selim, désormais approuvée par le chef de l’Etat. Il...
(Al-Watwan 05/07/17)
Le président de la République a reçu hier, mardi dans la matinée au Palais de Beït-Salam, le Mouvement du 11 août. Devant l’assistance, il a annoncé, sans ambages, que les Assises de bilan auront bien lieu. Reste à savoir, quand, où et comment. Une certitude, cependant, le président tient à ce qu’elles aient lieu rapidement, bien avant la tenue de la prochaine élection présidentielle prévue en 2021. Les participants ont eu, en cet instant, une pensée à l’endroit du regretté...
(Al-Watwan 04/07/17)
Sur les ondes de la station privée, Radio Kaz, le chef de l’exécutif de Ndzuani est amplement revenu sur ses relations avec le gouvernement central, en ce moment pas très au point. Au sujet des relations, le gouverneur Salami expliquera qu’entre lui et la personne d’Azali Assoumani tout allait bien, mais que par contre «entre le gouvernement de l’Union et l’exécutif de l’île, il y a des choses qui ne vont pas bien». Le gouverneur de l’île de Ndzuani, Dr...
(RFI 03/07/17)
La France souhaitait voir des élus de Mayotte participer aux rencontres de la coopération décentralisée France-Comores à Moroni. Les autorités comoriennes ont refusé cette demande, surtout après le dérapage du président Macron. Mais les élus français venus de Dunkerque, Seine-Saint-Denis ou encore l'île de la Réunion, ont tout de même travaillé avec les maires des Comores. Ils se sont envolés samedi 1er juillet après avoir été reçus au palais présidentiel de Beït Salam. D'abord annulées, puis reportées, les rencontres de la coopération décentralisée ont été rebaptisées Assises de travail afin d'avoir lieu...
(Al-Watwan 30/06/17)
Après les dernières listes communales, toutes les lignées politiques sont désormais appelées à impliquer et inciter davantage les femmes à prendre le devant dans les différentes circonscriptions. Ce qui permettrait d’obtenir le pourcentage requis des candidates aux législatives et aux conseils des îles. La loi instituant des mesures pour promouvoir le genre dans l’accès aux fonctions nominatives et électives a été examinée et adoptée en séance plénière du 22 juin dernier. Proposée par la députée Hadjira Oumouri, cette loi est...
(APA 30/06/17)
Doit-on estimer que pour qu’une loi entre en vigueur, elle dépend de l’humeur présidentielle ? L’esprit de l’article 17 de la constitution ne signifie-t-il pas que toute loi adoptée définitivement doit nécessairement entrer en vigueur sous les quinze jours comme indiquée ? Toujours est-il qu’aucune disposition ni aucun texte n’est prévu pour exiger la promulgation d’une loi. Voter des lois entre généralement dans le cadre d’une modernisation du droit en l’adaptant aux nouvelles réalités. Mais encore faut-il qu’elles soient promulguées,...
(Al-Watwan 21/06/17)
Selon le conseiller diplomatique du président Azali, l’ex-président de la République, Sambi, ne devait pas rendre public son opposition “dans la mesure où il connait parfaitement les rouages, comprend les difficultés quand il s’agit de prendre ce genre de décision et du fait que son parti, allié du principal parti au pouvoir, détient des postes ministériels. Le conseiller diplomatique du président de la République, Mohamed Issimaïla, a tenu un point de presse hier, mardi 20 juin au palais de Beït-Salam,...
(Al-Watwan 20/06/17)
Parmi les amendements apportés au règlement intérieur révisé de l’Assemblée de l’Union, figure l’article 5 qui donne aux membres du bureau de l’institution et les présidents des commissions permanentes, un mandat de cinq ans, comme celui du président de l’Assemblée. Dans le cadre de leurs travaux parlementaires, les représentants de la nation se sont réunis hier, lundi, en session plénière pour adopter une série de lois. Parmi les projets et propositions de lois adoptés, figure le règlement intérieur de l’Assemblée...
(Al-Watwan 19/06/17)
A l’occasion de l’ouverture officielle du bureau de l’Office national de la vanille et au lancement de la campagne vanille 2017, samedi, son directeur, Aboubakar Abdoulwahab, a indiqué que prix du kilo de la vanille verte allait se négocier à partir de 20 000fc. Pour sa part, le coordonnateur résident du Snu a soutenu que ce rendez-vous qui se tient “moins d’une année après l’annonce de la création de l’Office, témoigne de la volonté du gouvernement de valoriser ses produits phares” et estimé que c’est par l’investissement maîtrisé que...
(Al-Watwan 16/06/17)
Le grand ménage peut commencer. Cinq députés viennent d’être désignés membres de la Commission d’enquête parlementaire sur la loi relative à la citoyenneté économique. Trois jours après l’adoption, samedi 10 juin dernier, en séance plénière, de la proposition de résolution portant création d’une commission d’enquête parlementaire sur la loi relative à la citoyenneté économique, le président de l’Assemblée nationale n’a pas perdu son temps en signant mardi dernier l’arrêté de la liste des députés qui auront la lourde tâche d’enquêter sur ce dossier aux multiples implications à la fois politiques et financières. Il s’agit des députés Abdallah Tocha Djohar, Mohamed Rachadi Abdou, Oumouri Mmadi Hassani, Hachim Ramiara...
(Financial Afrik 15/06/17)
Le président des Comores, Azali Assoumani, a reçu Financial Afrik pour un entretien autour des questions de l’émergence, à travers le cas particulier de son pays. Rayé de la carte par une série d’épreuves, l’archipel de l’Océan indien retrouve de la lumière. Les délestages électriques qui empêchaient toute action économique sont maintenant de vieux souvenirs. Rivé sur l’horizon 2030, rendez-vous promis à ses concitoyens pour l’émergence, le président Assoumani refuse de céder à tout triomphalisme. «Le combat pour le développement est un long voyage», nous dira-t-il.
(Al-Watwan 15/06/17)
Situation tumultueuse au parlement de Ndzuani. Un climat malsain qui écorne même le travail des représentants insulaires. Une session ouverte à une heure peu ordinaire, des suppléants qui siègent à la place des titulaires sans connaître la raison valable, la fracture du Conseil de l’île en deux institutions opposantes et tant d’autres situations auxquelles le président Ibrahim Mohamed tente d’apporter des éclaircissements à notre reporter. Interview. Une chose peu ordinaire : la session a cette fois été ouverte un après-midi,...

Pages