Vendredi 20 Avril 2018
(Le Monde 28/03/18)
Le soulèvement populaire, observé actuellement au sein du 101e département de Mayotte, relance le sempiternel débat sur l’appartenance de cette île à la France, différend qui l’oppose à l’Union des Comores depuis des décennies. Le 22 décembre 1974, à l’occasion d’une consultation d’autodétermination, les habitants d’Anjouan, de Mohéli et Grande Comores ont voté à plus de 95 % pour l’indépendance, tandis que les Mahorais se prononçaient largement pour le maintien au sein de la République française. Prenant acte de ce choix, la France a alors décidé de comptabiliser les résultats île par île, conservant ainsi dans son giron le futur jeune département. Cette décision, vivement critiquée, aurait été prise en violation du droit international, et...
(AFP 23/03/18)
Le gouvernement des Comores a annoncé vendredi un renforcement des mesures de sécurité sur l'île d'Anjouan, principal point de départ des immigrants clandestins vers l"île française de Mayotte, notamment pour "traquer" les passeurs. "Il s'agit d'un redéploiement de nos forces pour renforcer le contrôle et la sécurité côtières afin de traquer les passeurs de clandestins vers Mayotte", a déclaré à l'AFP le ministre de l'Intérieur Mohamed Daoudou. M. Daoudou a fait cette annonce à l'issue d'une réunion de travail avec la police, la gendarmerie, le procureur et les préfets des régions à Mutsamudu, la capitale d'Anjouan.
(AFP 23/03/18)
C'est un manège à peine discret auquel les voisins du port de Mutsamudu ne prêtent plus guère attention. Dans la capitale de l''île comorienne d'Anjouan, les clandestins embarquent pour l'île française de Mayotte et, souvent, en reviennent aussi vite. Employé à la manutention, Defala Andili voit les expulsés "débarquer sans rien, hommes, femmes et enfants, même des nourrissons, sans bagages, avec une bouteille d'eau, vide". "Après, explique-t-il, ils s'évanouissent dans la nature…" Les autorités de Moroni considèrent que Mayotte fait...
(RFI 23/03/18)
Aux Comores, le ministère des Transports a publié une note circulaire interdisant le rapatriement des Comoriens expulsés massivement de l'île de Mayotte. Aussitôt la note sortie, un premier bateau a été refoulé de la côte anjouanaise et contraint de retourner à Mayotte avec les clandestins à son bord. La crise sociale qui secoue Mayotte depuis un mois pour cause de pauvreté croissante et d'insécurité, a vu la stigmatisation des Comoriens sans-papiers. Mais les autorités comoriennes ne l'entendent pas de cette oreille. Quelques heures à peine après la décision ...
(AFP 22/03/18)
La France a demandé jeudi aux Comores de revenir sur leur décision de ne plus accepter les migrants clandestins, en grande majorité Comoriens, renvoyés depuis l'archipel français de Mayotte. "La France déplore la circulaire du ministère des transports comorien qui interdit aux compagnies aériennes et maritimes de prendre à bord +toute personne considérée par les autorités qui administrent Mayotte comme en situation illégale+", a déclaré la porte-parole du Quai d'Orsay, Agnès von der Mühll. Les Comores ont renvoyé mercredi soir vers Mayotte un bateau avec à son bord une centaine...
(AFP 22/03/18)
100 à 200 personnes tentaient jeudi d'empêcher l'installation dans un gymnase de Mayotte, archipel français de l'océan Indien, de près de cent immigrants clandestins comoriens que leur pays a refusé de reprendre après leur expulsion, selon les autorités locales. Les Comores ont renvoyé mercredi soir vers Mayotte un bateau qui devait accoster sur leur île d'Anjouan avec à son bord des immigrants clandestins expulsés à leurs yeux illégalement par la France. Les clandestins ont été ramenés au port de Dzaoudzi...
(AFP 22/03/18)
Les Comores ont durci le ton jeudi dans le bras de fer qui les oppose à Paris sur l'immigration clandestine en refusant d'accueillir près d'une centaine de leurs citoyens expulsés à leurs yeux illégalement de l'île française de Mayotte. Depuis un mois, les tensions sont à nouveau vives entre le petit archipel de l'océan Indien et la France. Mayotte est paralysée par un mouvement de contestation sociale largement provoqué par l'immigration clandestine récurrente en provenance des Comores, où le revenu moyen par habitant est treize fois inférieur à celui du département français. Selon des statistiques officielles françaises, les natifs de l'archipel représentaient en 2015 42% de la population mahoraise, qui les accusent de tous les maux.
(AFP 22/03/18)
La dirigeante du parti français d'extrême droite Front national, Marine Le Pen, a appelé jeudi sur une radio mahoraise à "un bras de fer" avec les Comores qui refusent de récupérer leurs compatriotes clandestins à Mayotte", île française de l'océan Indien, selon des propos retranscrits sur Twitter. "Les Comores refusent de récupérer leurs compatriotes clandestins à Mayotte. Dans le quart d'heure, l'ambassadeur des Comores devrait être convoqué par les dirigeants français pour demander des explications", a déclaré la présidente du...
(AFP 22/03/18)
Les Comores ont renvoyé mercredi soir vers Mayotte un bateau qui devait accoster sur leur île d'Anjouan avec à son bord une centaine d'immigrants clandestins expulsés à leurs yeux illégalement par la France, a-t-on appris auprès des autorités. Le Gombessa, un navire battant pavillon comorien avec 93 passagers en grande majorité Comoriens, s'est présenté mercredi en fin de journée devant le port de Mutsamudu, a constaté un journaliste de l'AFP. Mais les autorités locales lui ont refusé d'accoster sur ordre du gouvernement de Moroni, qui a publié une circulaire interdisant le retour sur son territoire des expulsés de Mayotte.
(AFP 21/03/18)
Quarante-quatre pays africains ont signé mercredi à Kigali l'accord créant une zone de libre-échange continentale (Zlec), perçue comme essentielle au développement économique de l'Afrique, a annoncé l'Union africaine (UA). "L'accord établissant la Zlec a été signé par 44 pays", a déclaré le président de la Commission de l'UA, Moussa Faki, en conclusion d'un sommet de l'organisation dans la capitale rwandaise. Le Nigeria, l'une des premières économies du continent, est le principal pays à s'être abstenu. Le président nigérian Muhammadu Buhari avait décidé de ne pas faire le déplacement à Kigali, après avoir accepté de "donner plus de temps aux consultations" dans son pays...
(AFP 19/03/18)
Le ministre comorien des Affaires étrangères Mohamed Soeuf Elamine a rejeté la responsabilité de l'insécurité à Mayotte sur les autorités françaises qui conduisent des "expulsions illégales manu militari". L'île française de Mayotte est paralysée depuis près d'un mois par un mouvement de contestation sociale contre l'insécurité et l'immigration clandestine en provenance de l'Etat pauvre des Comores, à 70 km de là. Mohamed Soeuf Elamine a "refusé" samedi soir que les Comoriens soient tenus "responsables de l'insécurité" à Mayotte. "L'insécurité est la conséquence des expulsions illégales manu militari" menées par les autorités françaises, a-t-il estimé.
(AFP 19/03/18)
Les autorités comoriennes, qui revendiquent depuis une quarantaine d'années la souveraineté de Mayotte, "instrumentalisent" la crise migratoire sur l'île française, au coeur du mouvement de contestation actuel à Mayotte, estime Thomas M'Saïdié, maître de conférence en droit public au centre universitaire de Mayotte. Les Comores, archipel de l'océan Indien composé des îles de la Grande-Comore, Mohéli, Anjouan et Mayotte, constituaient une colonie française jusqu'à la proclamation de l'indépendance en 1975. Mais Mayotte a décidé de rester dans le giron français...
(RFI 19/03/18)
A Moroni on s’est également intéressé aux élections législatives partielles qui se sont tenues dimanche 18 mars à Mayotte. Les électeurs du 101e département français étaient attendus aux urnes malgré la grève qui paralyse l’île depuis un mois. Les Mahorais protestent contre la pauvreté et l’insécurité grandissante que beaucoup imputent à la présence de nombreux Comoriens sans-papiers français. Le climat d’insécurité dans lequel ces élections législatives partielles ont été organisées à Mayotte préoccupe l’ensemble de l’archipel, les familles comoriennes vivant...
(RFI 16/03/18)
A Moroni, on ressent les déflagrations de la crise qui dure à Mayotte depuis près d'un mois. Cette île de l'archipel des Comores, sous administration française, proteste contre une insécurité croissante et des conditions de vue déplorables qu'elle impute à l'immigration clandestine venue des Comores. Une situation que les autorités comoriennes prennent très au sérieux. Le ministre de l'Intérieur a réuni l'ensemble des forces de l'ordre militaires et civiles afin de s'assurer que tous soient en alerte en cas de débordements. Les liens familiaux des Comoriens dépassent les frontières de chaque île. Aussi tous sont concernés par les troubles à Mayotte, insiste Mohamed Daoud, le ministre de l'Intérieur...
(AFP 14/03/18)
Le gouvernement comorien a dénoncé mercredi la "stigmatisation des Comoriens" dans le mouvement social qui secoue l'île française de Mayotte, dans l'archipel des Comores. "Nous refusons la stigmatisation qui veut que tout ce qui se passe à Mayotte soit le fait des Comoriens des autres îles" de l'archipel, a déclaré à l'AFP le ministre comorien de l'Intérieur Mohamed Daoudou. Le département français de Mayotte est secoué depuis quatre semaines par un mouvement social contre l'insécurité et l'immigration clandestine en provenance...
(RFI 21/02/18)
Quelque 224 millions de personnes ont été sous-alimentées en Afrique en 2016, quatre millions de plus qu'en 2015. L'insécurité alimentaire s'est aggravée, c'est le constat de la conférence régionale de la FAO, l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation, organisée à Khartoum jusqu'à la fin de la semaine. Les conflits et les aléas climatiques sont en cause, mais également l'absence d'un soutien public suffisant aux agriculteurs africains, estime la Fondation Farm. Près d'une personne sur quatre est sous-alimentée en...
(RFI 19/02/18)
Le 17 février, Me Pierre-Olivier Sur, de passage aux Comores pour voir un client emprisonné, a été reçu au ministère des Affaires étrangères pour discuter de l'état des prisons dans l'archipel. Il avait affirmé dans la presse nationale qu’il pourrait faire condamner les Comores pour « conditions de détention inhumaines » avec le soutien de l’ONU et de l’Union africaine. Hygiène déplorable, pénurie d’eau, prolifération d’ordures, de cafards et de rats : les conditions de vie des prisonniers à la maison d’arrêt de Moroni, la capitale ...
(RFI 13/02/18)
La cérémonie de clôture des assises nationales aux Comores s'est tenue lundi au stade de Moroni. Des experts nationaux ont synthétisé les opinions recueillies lors de consultations citoyennes afin de les présenter aux Comoriens. Après une semaine d'assemblées générales auxquelles les différentes couches socioprofessionnelles ont participé, les recommandations des assises nationales ont été livrées. En clôturant les assises nationales, le président Azali Assoumani est revenu sur des points essentiels qui nécessitent le changement, comme l'éducation nationale ou la santé. Mais...
(RFI 12/02/18)
Les premières assises nationales ont mobilisé les Comores durant toute la semaine écoulée. Evénement historique pour les uns et biaisé pour les autres, elles ont fait sortir de sa réserve le candidat arrivé second à la dernière élection présidentielle, le vice-président de l’ancien régime, Mohamed Ali Soilihi. Il s’exprime pour la première fois depuis sa défaite en répondant à notre correspondante à Moroni, Anziza M’Changama. Lire sur: http://www.rfi.fr/emission/20180211-comorres-ex-vice-president-exprime-p...
(RFI 08/02/18)
A Moroni, les séances plénières des assises nationales suscitent un véritable intérêt faisant chaque jour salle comble. Mercredi, on y abordait la gouvernance économique et financière. Opérateurs économiques du pays, investisseurs de la diaspora et représentants de l'île de Mayotte étaient présents et particulièrement intéressés par les recommandations issues des consultations citoyennes pour le développement économique du pays. Les recommandations présentées ont animé le débat. Loin d'être d'accord sur tout mais satisfait de la possibilité offerte...

Pages