Lundi 22 Mai 2017

Comores: l'année électorale 2015 particulièrement mouventée

Comores: l'année électorale 2015 particulièrement mouventée

La première session du dialogue entre les Comores et l’Union européenne (Ue), qui s’inscrit dans le cadre de l’accord de Cotonou, a eu lieu le jeudi dernier au ministère des Relations extérieures (Mirex) à Moroni. Au cours d’une conférence de presse clôturant les travaux, les deux parties se sont félicitées de la qualité des discussions et de «l’approfondissement» des relations entre Moroni et Bruxelles. «Les parties ont passé en revue les aspects les plus saillants de la situation politique aux Comores et du processus d’intégration au niveau de la région de l’Océan indien.

L’actualité politique et économique de l’Union des Comores a été également discutée», a indiqué le secrétaire général du Mirex. Et d’ajouter que les débats étaient particulièrement axés sur la gouvernance, la démocratie, l’Etat de droit et les droits de l’homme, notamment en référence au processus électoral aux Comores. «Le gouvernement s’engage à tout mettre en œuvre pour que les élections de 2016 soient libres, apaisées, inclusives et transparentes», a encore fait savoir Hamada Hamadi. Il a, à cet effet, annoncé la disponibilité de l’Union européenne à appuyer les échéances électorales de 2016 dans le cadre du 11ème Fed (Fonds européen de développement).

Concernant l’environnement sécuritaire régional, les deux parties ont mentionné leur convergence de vues sur le besoin d’une réponse urgente et efficace aux risques de radicalisation et aux dérives terroristes dans la zone de l’Afrique orientale et de l’Océan indien, mais également face aux menaces de tous ordres (sûreté maritime,…) et à toute activité criminelle susceptible de mettre en danger les populations et les institutions légitimes.
Malgré ces engagements, la question des drames qui se produisent dans le bras de mer entre Ndzuani et Mayotte, évoquée par le chef de la diplomatie comorienne lors de l’ouverture de la session, a été passée à la trappe. Tout juste le chef de la délégation de l’Union européenne, Aldo Dell’Aricia, s’est-il contenté de déclarer : «Nous avons pris note par rapport à la question relative à la rupéisation de Mayotte et aux drames qui se produisent dans la mer séparant Mayotte et Anjouan, et nous discuterons dans les prochaines sessions».

Par ailleurs, Bruxelles a confirmé son soutien, notamment par la programmation conjointe des fonds européens et français, à la Stratégie de croissance accélérée et développement durable (Sca2d). La partie comorienne s’est ainsi engagée à soumettre rapidement une mise à jour de son offre de marché car, selon le communiqué publié à la fin de cette rencontre, cela contribuera à la signature d’un programme régional élargi avant la fin 2015.
Les accords de pêche signés entre les Comores et l’Ue ont été enfin examinés. L’on a souligné l’origine licite des captures et leur qualité sanitaire. «Nous avons reconnu la nécessité de respecter les obligations correspondant à l’Etat de pavillon»’, lit-on dans le même communiqué. S’agissant de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, Hamada Hamadi a déclaré que les deux parties se seraient convenues de l’importance de la Cop 21, prévue en décembre à Paris, et se seraient engagées à atteindre les objectifs fixés à cet effet pour un meilleur avenir planétaire.

Nassila Ben Ali

Article(s) de presse

Partager

Commentaires facebook