Dimanche 23 Juillet 2017

Transport aérien et télécommunications : une semaine pour régler le problème de l’interconnexion et le litige entre Ab Aviation et l’Anacm

Transport aérien et télécommunications : une semaine pour régler le problème de l’interconnexion et le litige entre Ab Aviation et l’Anacm
(Al-Watwan 15/03/17)

Le conseiller spécial du président admet des dysfonctionnements et des ‘‘orages’’ entre la vice-présidence chargée des Transports et l’Anacm, mais il réfute l’idée selon laquelle Jean Marc Heintz défierait les autorités étatiques. «A ma connaissance, aucun directeur général n’oserait défier l’autorité du président Azali Assoumani. On avait un problème financier qui a été réglé. Nous avons actuellement un problème technique qui ne saurait durer», dit-il.

Une commission composée de plusieurs conseillers du chef de l’Etat, dont Ibrahima Hissani et Said Abdallah Cheikh Soilihi, vient d’être mise en place pour trouver rapidement une solution au problème de l’interconnexion nationale entre Telma-Comores et Comores Télécom, et au litige qui oppose Ab Aviation à l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (Anacm).

«D’abord, il faut savoir qu’il ne s’agit pas de se substituer au ministre et aux techniciens en charge de ces dossiers. Il s’agit d’une mission d’appui pour épauler le ministère compétent en vue d’aboutir à des conclusions satisfaisantes pour toutes les parties. En ce qui concerne l’affaire Ab Aviation, le problème financier est déjà réglé ; le directeur de cette compagnie a versé 20 millions et va apurer le reste de sa dette par échéances une fois que ses appareils auront repris services», nous a expliqué le conseiller spécial Said Abdallah Cheikh Soilihi.

Les autorités espèrent obtenir des résultats satisfaisants sur ces deux crises, qui n’ont que trop duré. «Actuellement, Ab Aviation est propriétaire d’un appareil immatriculé aux Comores et est locataire d’un autre enregistré en Afrique du Sud. Le premier doit subir des contrôles techniques sauf que les techniciens de l’Anacm sont partis en formation de deux semaines.

En attendant leur retour pour effectuer les contrôles techniques et délivrer toutes les autorisations, le second appareil est parti en Afrique du sud pour un contrôle de l’aviation civile sud-africaine». Le conseiller du président admet des dysfonctionnements et des ‘‘orages’’ entre la vice-présidence chargée des Transports et l’Anacm, mais il réfute l’idée selon laquelle le directeur de l’agence nationale défie les autorités étatiques. «A ma connaissance, aucun directeur général n’oserait défier l’autorité du président Azali Assoumani.

On avait un problème financier qui a été réglé. Nous avons actuellement un problème technique qui ne saurait durer».
Revenant sur le problème de l’interconnexion nationale, Said Abdallah Cheikh Soilihi estime que les dernières réunions ont permis d’avancer et les discussions entre les deux opérateurs ne sauraient tarder à reprendre.

Fin de semaine comme deadline

«Pour l’interconnexion, nous avons rencontré séparément les opérateurs et l’Anrtic, avant de les réunir. En toile de fond, il s’agit d’un problème de tarification. Les discussions ont permis de lever certains quiproquos et les négociations vont reprendre d’ici vendredi sur la base d’un nouveau projet de tarification. Aujourd’hui (hier, Ndlr) ou au plus tard demain (aujourd’hui, Ndlr), Comores Télécom doit nous soumettre un protocole pour qu’on le présente à Telma-Comores», a-t-il fait savoir.

Selon notre source, le président n’a pas à intervenir directement lorsqu’il a des conseillers qui doivent lui rendre des comptes. «Toutefois, si la nécessité se fait sentir, le président interviendra et tout le monde prendra ses responsabilités. N’oublions pas que Comores Télécom est une société nationale et en cas d’intervention du chef, elle serait dans l’obligation de respecter les décisions prises», a-t-il dit en guise de mot de la fin.

Commentaires facebook