Jeudi 22 Juin 2017

Statut de Mayotte : le Comité Maore s’élève contre le changement d’appellation de la Coi

Statut de Mayotte : le Comité Maore s’élève contre le changement d’appellation de la Coi
(Al-Watwan 17/03/17)

«Les textes expliquent que pour aller vers cette communauté, il faut l’unanimité, car en cas de refus d’un membre de la commission, le projet tombe à l’eau. Nous comprenons que si Boléro est revenu, c’est parce qu’il n’a pas eu la réponse qu’il espérait de la part du président Azali Assoumani. Nous avons confiance en notre président parce qu’il prend cette question très à cœur en mettant en place une structure à part entière et en nous impliquant dans tout le processus», a déclaré le président du comité Maoré, Me Ali Abdou El-Aniou.

Le comité Maoré a organisé hier, jeudi, une conférence de presse pour annoncer la tenue de son congrès, mais aussi et surtout mettre en garde contre le projet de transformation de la Coi en Communauté des États de l’océan indien. «Cela veut dire que nous acceptons le non-retour de Mayotte», dit-il, avant de lancer une violente charge contre le secrétaire général de la Coi, Hamada Madi Bolero. «S’il s’était investi avec la même énergie qu’il déploie aujourd’hui pour cette communauté des États, Mayotte serait déjà parmi nous depuis belle lurette. Mais, il s’acharne alors que tout le monde comprend parfaitement ce qui se trame derrière. C’est d’autant plus inconcevable que ce soit un Comorien qui manœuvre pour que nous perdions définitivement notre île sœur.»

Le comité Maoré accuse Boléro d’avoir présenté une première fois ce projet au président Azali Assoumani, qui aurait alors émis de nombreuses réserves. «Le revoilà, mais le résultat sera toujours le même», assurent les conférenciers.

Des Comoriens hostiles

«Selon les textes, pour aller vers cette communauté, il faut l’unanimité des Etats, car en cas de refus d’un membre de la commission, le projet tombe à l’eau. Nous comprenons que si Boléro est revenu, c’est parce qu’il n’avait pas eu la réponse qu’il espérait de la part du président de la Republique. Nous avons confiance en notre président parce qu’il prend cette question très à cœur en mettant en place une structure à part entière et en nous impliquant dans tout le processus», a affirmé Me Ali Abdou El-Aniou.

Réagissant aux propos du ministre de la Santé Moussa Mahoma, qui, lors de l’inauguration du bloc opératoire de l’hôpital de Fumbuni, avait déclaré, un peu maladroitement, que les Comores étaient composées de «trois îles », le comité Maoré s’est dit indigné. Selon un des membres, Nasserdine Nadhoiri «ces propos sont anticonstitutionnels et inqualifiables. Des sanctions exemplaires auraient dû être prises parce qu’on ne peut pas comprendre qu’un ministre ose parler de la sorte. C’est indigne et il aurait du être limogé ». Le comité Maoré espère que les autorités comoriennes s’associeront avec l’ile Maurice pour rejeter ce projet de changement de dénomination de la Coi.

Me Ali Abdou El-Aniou a enfin appelé a un rajeunissement du bureau exécutif du comité Maore. «Nous appelons les jeunes à venir prendre leurs responsabilités parce que nous n’allons pas être là éternellement. Nous annonçons également la tenue d’un congrès courant juillet pour dégager un plan d’action tout en espérant que cette histoire de communauté sera tuée dans l’œuf», a-t-il dit.

Commentaires facebook