Mercredi 23 Août 2017

Projet éco-touristique communautaire : les commissaires à la Production et à l’Environnement ont visité les cavernes de Dzwadju

Projet éco-touristique communautaire : les commissaires à la Production et à l’Environnement ont visité les cavernes de Dzwadju
(Al-Watwan 10/08/17)

Les deux commissariats en charge de la Production et de l’Environnement de Ngazidja ont visité les cavernes de Dzwadju. Ils ont évoqué certaines actions éco-touristiques devant être financées afin d’accompagner le projet appuyé par l’Ambassade de France. Il s’agit, entre autres, du désherbage de deux voies d’accès au site principal, de la couverture de l’extérieur et de l’intérieur du bungalow polyvalent, de l’aménagement des sentiers menant vers les grottes.

Accompagnés par des agents de la Maison de l’écotourisme, les commissaires à la Production et à l’Environnement ont visité samedi dernier les cavernes, situées à Dzwadju-ya-Mbajini au sud de Ngazidja. Il a été question de constater et de promouvoir les activités touristiques ainsi que les travaux d’aménagement de ce lieu touristique.

Financé par l’Ambassade de France aux Comores à hauteur de 26 millions de francs comoriens, à travers le Programme franco-comorien de co-développement, le site dispose d’une capacité d’accueil de 90 personnes.
Selon le secrétaire général au commissariat à la Production, Hassane Saïd Mohamed, l’aménagement de ce site entre dans la nouvelle politique pour le développement durable de Ngazidja, initiée par le gouvernorat de l’île.

Ça nous a permis de sensibiliser et encourager les jeunes qui ont initié cette action touristique. C’est un lieu touristique qui possède de bungalows et hôtel pour les touristes. Des étudiants peuvent même y aller pour des recherches éco-touristiques et historiques. Des espèces rares y sont d’ailleurs,

a-t-il fait savoir. A en croire toujours le secrétaire général, cela fait une année depuis que les jeunes du Sud-ouest de Ngazidja ont bénéficié de ce fonds pour la valorisation de ces cavernes, reparties en trois zones dont une à potentialités agricoles, un lieu touristique où y sont construits les bungalows et une réservée à l’écotourisme.

Pour Hassane Saïd Mohamed, des actions éco-touristiques ont été entreprises en vue d’accompagner le projet financé par l’Ambassade de France. Il s’agit, entre autres, du désherbage des voies d’accès au site principal, couvrir l’extérieur et l’intérieur du bungalow polyvalent, aménager les sentiers menant vers les grottes, construire un petit gîte sur le sommet de la grande montagne.

Commentaires facebook