Jeudi 17 Août 2017

Ouverture du bureau de l’Office de la vanille : “Relancer la filière par la reprise de la production”

Ouverture du bureau de l’Office de la vanille : “Relancer la filière par la reprise de la production”
(Al-Watwan 19/06/17)

A l’occasion de l’ouverture officielle du bureau de l’Office national de la vanille et au lancement de la campagne vanille 2017, samedi, son directeur, Aboubakar Abdoulwahab, a indiqué que prix du kilo de la vanille verte allait se négocier à partir de 20 000fc. Pour sa part, le coordonnateur résident du Snu a soutenu que ce rendez-vous qui se tient “moins d’une année après l’annonce de la création de l’Office, témoigne de la volonté du gouvernement de valoriser ses produits phares” et estimé que c’est par l’investissement maîtrisé que les Comores pourront réussir le changement tant attendu dans le secteur agricole et, en particulier, dans les filières de rente.

Le président de l’Union des Comores a procédé, samedi dernier au Palais du peuple, à l’ouverture officielle du bureau de l’Office national de la vanille et au lancement de la campagne vanille 2017 en présence d’une grande assistance.

Dans son mot de bienvenu, le directeur général de l’Onv a indiqué avoir deux objectifs. La première va consister à augmenter la production qui doit, des vingt trois tonnes cultivées l’année dernière à quatre vingt dix d’ici trois ans.

Nous avons mis en place une carte professionnelle qui permettra à son détenteur d’avoir des lianes en retour.

L’autre objectif consistera à produire de la vanille de bonne qualité”. Aboubakar Abdoulwahab a indiqué, par ailleurs, que prix du kilo de la vanille verte allait se négocier à partir de 20 000fc.

Ce pris serait fait pour “encourager les agriculteurs, les préparateurs et les exportateurs”, a-t-il soutenu. Enfin il a appelé à se battre contre le vol de vanille.

Pour sa part, le président de la République, Azali Assoumani, “lui-même fils d’agriculteur”, a soutenu que “les agriculteurs et les acteurs de la filière vanille sont les véritables artisans du développement des Comores”.

Il a salué ceux qui, ces dernières années, se sont battus avec acharnement pour faire survivre cette filière et empêcher qu’elle ne sombre définitivement.

Commentaires facebook