Mardi 21 Novembre 2017

Haut conseil paritaire (Hcp) Une feuille de route signée entre Moroni et Paris

Haut conseil paritaire (Hcp) Une feuille de route signée entre Moroni et Paris
(Al-Watwan 13/09/17)

Les travaux du Haut conseil paritaire (Hcp), qui se sont déroulés hier, mardi 12 septembre au Quai d’Orsay, ont accouché d’une feuille de route qui retrace les étapes à franchir en vue de la suppression à terme du visa Balladur. Le document final a été signé par les ministres comorien et français des Affaires étrangères, respectivement Mohamed El-Amine Souef et Jean Yves Le Drian.

Désormais, le Haut conseil paritaire (Hcp) ne traitera que de la question de la circulation des personnes et des biens. Les sujets relatifs à la coopération régionale et bilatérale seront discutés au niveau de la commission mixte, qui se réunira à la fin du mois d’octobre. Ce souhait exprimé par les autorités comoriennes et accepté par la partie française montre combien Moroni attache un intérêt tout particulier au problème de la circulation entre les quatre îles de l’archipel.

Cette cinquième réunion du Hcp a accouché d’une feuille de route qui retrace les principales étapes à franchir (par les deux parties) en vue de parvenir à une libre circulation entre les îles. Pour la première fois, un comité de suivi restreint sera mis en place dès la semaine prochaine pour veiller au respect des dispositions du document signé entre les deux parties.

Les Comores et la France se sont convenues de faciliter la libre circulation des personnes entre Mayotte et la partie indépendante de l’archipel afin de limiter les pertes en vies humaines et d’assécher progressivement la filière des passeurs.

Je suis persuadé que la volonté qui nous anime aujourd’hui nous permettra de dégager des pistes pour un vrai rapprochement des 4 îles de l’archipel des Comores. Et ce travail devra sans doute se faire en concertation et en collaboration avec les élus et les élites de Mayotte, a déclaré le ministre Mohamed Soeuf El Amine.
Selon lui, “plusieurs opportunités s’offrent devant nous, tant dans le domaine de la coopération régionale que dans le domaine de la coopération décentralisée. Il nous revient, dès lors, de les cibler, de les exploiter, au bénéfice du développement de nos deux pays.”

Il faut dire que l’esprit de cette cinquième réunion du Hcp s’inscrivait dans le cadre de la Déclaration de Paris signée en juin 2013 entre les présidents comorien et français, Ikililou Dhoinine et François Hollande.

Pour rappel, la quatrième rencontre du Hcp, organisée à Paris en octobre 2016, avait buté sur un certain nombre de questions, notamment la demande faite au gouvernement comorien de “lutter contre les trafics d’être humains et l’affectation à Anjouan d’un officier de liaison pour le démantèlement des filières de passeurs.”

En échange, Paris avait proposé d’élargir “la délivrance de visa de circulation au profit de certaines catégories de personnes.” Mais, les Comores y avaient alors opposé une fin de non recevoir, estimant que cette offre ne ciblait pas “les personnes qui empruntent les kwassa-kwassa.”

Commentaires facebook