Mercredi 26 Juillet 2017

Comores Télécom-Telco : les explications de Saïd Mouinou, directeur général de l’Anrtic

Comores Télécom-Telco : les explications de Saïd Mouinou, directeur général de l’Anrtic
(Al-Watwan 21/04/17)
Saïd Mouinou, directeur général de l’Anrtic.

C’est un secret de polichinelle : Les deux opérateurs des communications électroniques, Comores Télécom et Telco, ne parviennent plus à se mettre d’accord sur les tarifs des terminaisons nationales d’appels fixe, mobile et Sms. Dans une lettre datant du vendredi 14 avril et adressée aux directeurs généraux des deux opérateurs de télécommunication avec copies à la vice-présidence chargée des Tic et la présidence de l’Union, notamment, l’Anrtic «dans son rôle de régulateur, a pris la décision de procéder à un encadrement de ces tarifs conformément à la loi» somme Telma Comores de rehausser ses tarifs internationaux, et à Comores Télécom de revoir les siens à la baisse.

Pourquoi un encadrement orienté vers la hausse des tarifs des communications ?

Les prix des communications appliqués jusqu’à maintenant par l’opérateur Telco sont des tarifs promotionnels ce qui signifie qu’ils doivent avoir une durée maximum de trente jours conformément à la loi. Et Telco nous a confirmé qu’il ne va pas garder ces tarifs mais qu’il les maintient en ce moment pour débloquer la situation de l’interconnexion avec Comores Télécom.

Lire aussi : Telma-Comores : L’Anrtic somme l’opérateur de revoir à la hausse ses tarifications des appels sortants

Nous avons demandé à Comores Télécom et à Telma Comores de nous fournir leurs tarifs définitifs. Parce que, d’un côté, Telco ne peut pas continuer avec des tarifs promotionnels. Et de manière générale, des tarifs promotionnels ce sont des tarifs extrêmement bas. Malheureusement, à notre grande surprise Telco, en réponse à notre demande, a proposé les mêmes tarifs promotionnels comme tarifs définitifs.

Mais n’est-ce pas parmi les effets recherchés de la concurrence, des prix de communications abordables ?

Ce n’est pas bon pour la concurrence. Je m’explique : il faut savoir que dans une situation de concurrence, mettre en place une politique de tarifs plus élevés est nuisible pour l’opérateur puisque ses clients iront voir ailleurs dans la mesure où ils ont le choix. C’est le cas de Comores Télécom. Dans l’autre sens, dans un climat de concurrence saine, un opérateur ne peut proposer des prix trop bas. C’est anticoncurrentiel car cela peut tuer ces concurrents. Or, nous sommes là pour protéger et les opérateurs et les consommateurs.

Encadrer aussi les prix n’est-ce pas quelque part fausser le jeu de la concurrence ?

Mais c’est cela la régulation ! Moi en tant que régulateur, si je constate qu’il y a un opérateur qui applique des prix trop élevés qui nuisent aux consommateurs, je mets le holà. De même si un opérateur applique des prix extrêmement bas, je lui dis qu’il est en train de tuer la concurrence et moi conformément à la loi, j’ai l’obligation, et c’est dans mes prérogatives, de proposer un rééquilibrage de ces tarifs. Cela ne veux pas dire que fixons les tarifs des opérateurs, ce n’est pas notre boulot. Nous ne sommes pas en train de dire à Telco de s’aligner à Comores Télécom, loin de là. Mais nous proposons à ce qu’on ne fausse pas le jeu de la concurrence. C’est à l’opérateur de fixer ses tarifs en toute conformité avec la règlementation.

Aujourd’hui, Comores Télécom n’a ni licence et n’a pas signé de cahier des charges. Comment compter vous recadrer un operateur qui n’est soumis à aucune réglementation sectorielle ?

Cette situation est en cours d’être regelée et je vous assure qu’une solution sera bientôt apportée à cela.

Bon à savoir Plus de 400.000 abonnés actifs du réseau mobile Huri de Comores Télécom, selon les derniers chiffres communiqués par l’opérateur historique. Plus de 40.000 clients annoncés, après seulement un mois d’activité, par le nouvel operateur Telma Comores. Le secteur des télécom fait partie de ces secteurs d’activité exemptés des dispositions de la loi n°13-014/Au du 26 décembre 2013, sur la concurrence en Union des Comores, promulgué par le décret N° 14-015/Pr.

Commentaires facebook