Mardi 21 Novembre 2017

“Blague o bled” de l’Ortc : Saïd Ali Mirghane, le nouveau chouchou du petit écran

“Blague o bled” de l’Ortc : Saïd Ali Mirghane, le nouveau chouchou du petit écran
(Al-Watwan 11/09/17)

“Blague o bled”, la nouvelle émission qui cartonne dans le service public de la radio et de la télévision est une émission comique de distraction, animée par Saïd Ali Mirghane le… cameraman de la télévision. Ses sketchs ont pour nom, entre autres, “Kotri”, “Garage, la clé 12”, “Garage, huile et charbon”, “Crédit”, ou encore “500 fc et le sorcier”, sans doute celui qui plait le plus aux téléspectateurs. Mais Saïd Ali craint pour la survie de son “bébé”.

Saïd Ali Mirghane est désormais célèbre depuis la fameuse publicité sur la Télévision numérique (Tnt) à l’Office de radio et télévision des Comores (Ortc). Ce cameraman de la station est apprécié partout où il passe par les téléspectateurs, en particulier les plus jeunes. “Plusieurs personnes aiment se prendre en photo avec moi”, témoigne le principal intéressé. Pour la petite histoire, depuis cette pub sur l’arrivée de la Tnt, qui a été sans doute une réussite, les responsables de l’Ortc ont découvert le talent caché de leur cameraman et lui ont proposé d’animer l’émission “Balgue o bled” dans la rubrique distraction.

“Saïd’Ali”, comme on l’appelle affectueusement, compte déjà une dizaine de sketchs parmi lesquels “Kotri”, “Garage, la clé 12”, “Garage, huile et charbon”, “Crédit”, “500 fc et le sorcier”, “Jus expiré”, “Pétanque”, “Le policier et le contrôle de la bicyclette” et “La dictée”. Tous autant qu’ils sont, des réussites. C’est le cas du sketch où Saïd’Ali après avoir perdu 500 fc au marché Volovolo et allé consulter un sorcier sensé tout faire pour qu’il les retrouve et qu’il attrape le voleur.

Plus de moyens

Pour ce service, le charlatan lui demandera de payer 1.500 fc, puis 2.000 fc avant de lui soutirer encore 1.500 autres. Et vous imaginez ce qu’a fait Saïd’Ali ? Pour le savoir rendez-vous à “Balgue o bled”. Un autre sketch met en scène ce père de famille voulant intervenir auprès d’un haut fonctionnaire de l’administration d’Etat pour qu’il embauche son fils. Au dernier rendez-vous il amènera plusieurs vestes (= kotri, en shikomori) avec lui au bureau du grand patron car on lui a chuchoté que pour multiplier ses chances il fallait venir “en veste” (“avec un kotri” en shikomori).

Saïd Ali compose lui-même ses scénarios qu’il fait entériner par ses supérieurs. “C’est mon chef Ahmed Ahamada qui se charge des travaux de montages et de production avec bien sûr des collègues du département production de l’Ortc”, explique-t-il en remerciant au passage toutes les personnes qui contribuent à promouvoir et valoriser ses émissions.

L’émission va-t-elle durer ? “Je ne sais pas”, répond le comédien qui l’espère de tout cœur. “J’ai actuellement sept sketchs en préparation, mais avec le manque de moyens et de matériels, ils doivent encore attendre avant de passer à l’antenne”, a-t-il indiqué.

Saïd Ali Mirgnane est né en octobre 1979 à Domoni-ya-Ndzuani. Après le baccalauréat, il renoncera à suivre des études universitaires car il devait rester à la maison pour tenir compagnie à sa mère qui était souffrante. Il suivi des formations de filmage avec des amis et des entreprises locales avant d’être recruté, en 2011, à l’Ortc dans le service de programmation.
Longue vie à “Blague o bled”.

Commentaires facebook