Vendredi 15 Décembre 2017

Assemblée nationale : les Comoriens de France sollicitent leur droit de vote

Assemblée nationale : les Comoriens de France sollicitent leur droit de vote
(Al-Watwan 09/08/17)

A chaque élection ou presque, la question du vote de la diaspora est soulevée. L’initiative n’est pas nouvelle et demeure un souhait de longue date pour les Comoriens vivant, particulièrement, en France. La diaspora comorienne de l’Hexagone a rencontré les parlementaires hier pour évoquer ses envies de pouvoir un jour prendre part, en qualitéd’électeurs, dans les échéances électorales.

La diaspora Comorienne de France a été reçue hier, mardi, par les représentants de la nation au Palais du peuple de Hamramba. A l’ordre du jour, la question relative à la participation aux opérations de vote des Comoriens vivant en territoire français.

Au nom de ses collègues, le président de la diaspora de France, Mohamed Saïd Mouigni, a plaidé, devant les parlementaires, pour la reconnaissance des expatriés dans les sphères de prise de décisions de l’État. Il a rappelé qu’aujourd’hui, le territoire français enregistre plus de quatre cent mille franco-comoriens, qui méritent d’exprimer leurs choix dans les différentes élections nationales, comme cela se fait dans les autres pays du monde.

Affirmer notre droit de participer aux différentes élections (législatives, gubernatoriales et présidentielles, Ndlr) démontrerait que la démocratie occupe une place de choix dans notre pays,

a déclaré Mohamed Saïd Mouigni. Le représentant des franco-comoriens a rappelé, en outre, que la diaspora est toujours au service du développement des Comores sous multiples formes d’appui. Mais, selon la même source, en l’absence de la diaspora dans les sphères de prise de décisions de l’État, ces aides de plusieurs millions de nos francs sont souvent détournées de leurs objectifs initiaux.

Voter pour être éligible

Le président de la diaspora de France a affirmé, par ailleurs, qu’en accordant le vote aux Comoriens vivant dans l’Hexagone, les parlementaires ouvriraient la voie à la prochaine étape qui est celle de la représentation de la diaspora au sein de l’Assemblée de l’Union.

Mais pour le secrétaire général de ladite diaspora, Abdou Djohar, la représentation de celle-ci n’est envisageable que lorsque les membres qui la composent auront le droit de voter. “Pour cela, en votre qualité de législateurs et de représentants de la nation, nous plaidons pour le déclenchement du processus du vote des Comoriens de l’étranger”, a-t-il plaidé devant les élus de la nation.

A son tour, le député Abdallah Tocha Djohar a salué l’initiative du bureau de la diaspora de se rapprocher de l’Assemblée nationale pour plaider cette cause.

Deux poids deux mesures

Le parlementaire a reconnu l’implication multiforme de la diaspora dans le développement du pays. Il a fait part de son initiative personnelle à soumettre, dès l’ouverture de la session d’avril 2018, une proposition de loi portant facilitation de la diaspora dans l’administration publique.

L’élu d’Itsandra-Sud prend l’exemple de la douane, en estimant qu’il faudrait un espace Vip pour nos compatriotes qui viennent de la diaspora afin de faciliter leurs démarches au lieu de subir les mêmes péripéties que les locaux.

Rendez-vous en 2020 et 2021

Revenant à la question du vote de la diaspora comorienne, le député Ali Mhadji a reconnu la nécessité d’impliquer l’ensemble des Comoriens de l’étranger dans les processus électoraux pour l’avenir du pays. Néanmoins, selon le député de Hambu, certaines conditions ne seraient pas encore réunies pour avoir des élections transparentes et démocratiques avec la participation de la diaspora.

De ce fait, il a pris l’engagement que l’Assemblée nationale usera du pouvoir qui lui est conféré dans le but d’inclure la diaspora lors des échéances électorales de 2020 et 2021. Pour y parvenir, le parlementaire assure vouloir tout mettre en œuvre pour réunir les conditions nécessaires devant rendre effectif le vote des Comoriens de l’étranger.

Commentaires facebook