Lundi 11 Décembre 2017

Le Cap-Vert rend hommage aux victimes du massacre de Monte Tchota, il y a un an

Le Cap-Vert rend hommage aux victimes du massacre de Monte Tchota, il y a un an
(AFP 26/04/17)
Des habitants et des agents de police, près du lieu de la fusillade. Photo d'archives

Le Cap-Vert a commémoré mardi par une messe et une cérémonie de recueillement le massacre de onze personnes à Monte Tchota, au nord de Praia, par un soldat dans un centre de télécommunications gardé par l'armée, a rapporté une correspondant de l'AFP.

Le 25 avril 2016, Antonio Silva Ribeiro, un jeune militaire cap-verdien, avait ouvert le feu sur plusieurs personnes sur ce site. Il avait tué huit militaires et trois civils, dont deux techniciens espagnols, avant de prendre la fuite.

Il avait été arrêté le 27 avril à Praia, où il a été jugé et condamné en novembre 2016 à 35 ans de prison. D'après un rapport psychiatrique cité par la justice, son comportement "se caractérisait par des tendances psychopathes" et "il a commis ses crimes en toute conscience".

"Le massacre de Monte Tchota a été l'un des moments les plus sombres et difficiles de l'histoire récente du Cap-Vert", a déclaré le ministre cap-verdien de l'Intérieur, Paulo Rocha, lors de la cérémonie officielle sur le site en présence de plusieurs personnalités dont le chef de l'armée, le général Anildo Morais.

Les deux hommes ont dévoilé une plaque en mémoire des victimes.

"Les moments vécus après le massacre du 25 avril étaient très difficiles" cependant, "un an plus tard, la justice des hommes a été faite, et les institutions nationales liées à l'armée ont tiré les leçons" du massacre, a de son côté déclaré le général Morais.

Des témoignages ont été faits par des collègues et membres des familles des victimes durant la cérémonie. Victor Martinez, fils d'un des deux Espagnols tués, a remercié les autorités cap-verdiennes pour avoir apporté à sa famille "tout le soutien nécessaire.

Avant la cérémonie à Monte Tchota, la commémoration avait commencé par une messe dans la petite ville de Rui Vaz, localité la plus proche du détachement militaire.

"Jésus nous a montrés qu'avec lui, on peut tout surmonter et la vie continue dans l'espoir", a déclaré le cardinal de Santiago, Dom Arlindo Futado, qui a célébré l'office.

Le soldat Antonio Silva Ribeiro a été jugé par un tribunal militaire, qui l'a déclaré coupable d'assassinat mais également de vol aggravé, utilisation illégale d'armes et abandon de poste de garde.

En plus des 35 ans de prison, il a été condamné à payer des dommages et intérêts de 11 millions d'escudos (environ 100.000 euros) aux familles des victimes et à une radiation de l'armée.

Commentaires facebook