Lundi 23 Octobre 2017

Cap-Vert : « Pour booster le tourisme, nous dispenserons les citoyens de l'espace Schengen de visa »

Cap-Vert : « Pour booster le tourisme, nous dispenserons les citoyens de l'espace Schengen de visa »
(La Tribune 12/10/17)
Luis Felipe Lopes Tavares, le ministre cap-verdien des Affaires étrangères et des Communautés.

Après des années de politique budgétaire contracyclique, les indicateurs de croissance du Cap-Vert s'améliorent et l'archipel intensifie sa diplomatie économique, à quelques mois d'occuper la présidence de la CEDEAO. Entretien exclusif avec Luis Felipe Lopes Tavares, le ministre cap-verdien des Affaires étrangères et des Communautés.

LTA : Avec une croissance estimée à 4% pour 2017, le Cap-Vert a-t-il durablement surmonté la crise ?

Luis Felipe Lopes Tavares : Effectivement, nous devrions enregistrer un taux de croissance supérieur à 4% cette année et nous ambitionnons d'approcher les 7% de croissance en 2021, à la fin de notre législature. Nous sommes aujourd'hui classés à la 129e position du Doing Business et nous voulons entrer dans les 50 premiers pays du classement et dans les 5 premiers pays insulaires d'ici 2021.

Bien sûr nous devrons faire face à de lourds défis (dette publique d'environ 133% selon le FMI, infrastructures et régime fiscal défaillants, dépendance à l'aide internationale, à la diaspora, au tourisme et chômage élevé, NDLR), mais nous disposons d'une stabilité sociale et politique et d'indicateurs socioéconomiques très encourageants.

Quelles sont les nouvelles mesures incitatives pour attirer davantage de touristes au Cap-Vert après le passage de Zika ?

Praia a été touchée, mais Zika n'a pas atteint les îles touristiques et nous avons géré le virus très rapidement qui, selon nos informations, serait venu du Brésil. Les répercussions sur le tourisme ont donc été faibles. S'agissant des nouvelles mesures décidées par le gouvernement, dès le 1er janvier 2018, nous dispenserons les habitants de l'espace Schengen de visa touristique pour permettre le développement du tourisme des Européens sur nos îles. Aujourd'hui, les habitants des 15 pays de l'Afrique de l'Ouest circulent déjà librement et nous voulons étendre ses facilités. Nous y travaillons actuellement pour les Etats-Unis et le Canada...

Lire la suite sur: http://afrique.latribune.fr/think-tank/entretiens/2017-10-12/cap-vert-po...

Commentaires facebook