Mardi 21 Novembre 2017

Au Cap-Vert, Atlantic Music Expo redonne vie aux rythmes traditionnels

Au Cap-Vert, Atlantic Music Expo redonne vie aux rythmes traditionnels
(AFP 12/04/17)

La cinquième édition du festival annuel Atlantic Music Expo (AME), qui se tient jusqu'à jeudi à Praia, redonne vie à des rythmes traditionnels du Cap-Vert, dont la cola-sanjon et le funana, qui ont fait danser les présidents cap-verdien et portugais.

A son ouverture, lundi soir, le chef de l'Etat cap-verdien Jorge Carlos Fonseca et son homologue portugais Marcelo Rebelo de Sousa se sont levés pour esquisser des pas de danse lors de la prestation du groupe cap-verdien historique Bulimundo, sous les applaudissements du public, selon une journaliste de l'AFP.

Les deux dirigeants n'ont pas fait de discours officiels à cette soirée inaugurale qui, selon des estimations de presse, a rassemblé quelque 3.000 spectateurs dans le centre historique de la capitale cap-verdienne. Mais M. Rebelo de Sousa a indiqué n'avoir pu résister aux rythmes cap-verdiens.

Le groupe Bulimundo, qui existe depuis les lendemains de l'indépendance du Cap-Vert, proclamée en 1975, a notamment interprété des morceaux de funana, musique très animée qui se joue notamment à l'accordéon et constituant un des rythmes propres à cet archipel lusophone dans l'océan Atlantique, au large du Sénégal.

"C'est un plaisir d'être ici" et "de montrer ce qu'est un genre musical traditionnel de l'île de Santiago, le funana, et pouvoir se montrer au monde", a déclaré l'un des chanteurs du groupe, Zé Mario.

Le festival a aussi permis au public de replonger dans la cola-sanjon (ou sanjom), autre rythme traditionnel de l'île de Santo Antao (nord du Cap-Vert) avec des joueurs de tambour accompagnés de danseurs.

L'Espagnol Antonio Serrano, muni d'un seul instrument, un harmonica, a joué du blues, du jazz et de la musique classique. Le trio portugais Dead Combo a de son côté enchanté le public avec des sons rappelant les bandes sonores de films de western.

Marché de la musique, tables rondes, projections de films rythmeront ce festival, dont les prochaines concerts donneront à voir des dizaines d'autres artistes, dont la Cap-Verdienne Lura, la Sénégalo-Italienne Awa Ly, le collectif Coladera (Brésil/Portugal), le Congolais (RD Congo) Jocelyn Balu et la Gabonaise Pamela Badjogo.

Le festival vise à permettre "que les artistes se produisent et que les acheteurs que nous invitons s'intéressent à ces artistes et les fassent tourner", afin d'aboutir à la signature de contrats, a déclaré un de ses responsables, José da Silva.

Selon les organisateurs, l'édition 2016 a rassemblé à Praia 520 invités - artistes, producteurs, directeurs de festivals, hommes de médias - originaires de 37 pays.

Commentaires facebook