Mercredi 26 Juillet 2017
(RFI 26/07/17)
Au Cameroun, le dernier rapport d'Amnesty International continue de faire des vagues. L'ONG y épingle les forces de défense camerounaises accusées de graves exactions dans la lutte contre Boko Haram. Des articles de presse ont, du coup, rapporté comme conséquence immédiate de ces dérives que les États-Unis avaient décidé de suspendre toute coopération militaire avec Yaoundé. Faux, s'est vu obligé de rectifier le département d'Etat à Washington. Le département d’Etat américain, dans sa mise au point, affirme n’avoir pas suspendu sa coopération militaire avec le Cameroun. Néanmoins, précise le communiqué, le 11 juillet 2017, répondant par correspondance à une sollicitation...
(La Tribune 26/07/17)
Le secrétaire général du ministère camerounais des Finances, Gilbert Didier Edoa, a révélé que son pays est sur le point d'entamer l'assainissement du secteur bancaire. Avec un budget de quelque 30 milliards de Fcfa, ce plan s'insère dans le cadre des recommandations du FMI pour la réforme des secteurs clés dans le pays. Le gouvernement camerounais a finalement décidé d'entamer des réformes dans le secteur bancaire afin d'améliorer sa participation au tissu économique. L'initiative qui coïncide avec le lancement du programme économique conclu avec le Fonds monétaire international (FMI), a été confirmée par Gilbert Didier Edoa, secrétaire général du ministère des Finances dans un entretien accordé à nos confrères de l'Agence Ecofin. «Le gouvernement camerounais travaille effectivement dans le cadre...
(La Voix de l'Amérique 25/07/17)
Au Cameroun, pour la deuxième fois en moins d'une semaine, les patients atteints d'insuffisance rénale ont manifesté leur mécontentement dans l'enceinte de l'hôpital général de Yaoundé. Les patients, souffrant d'insuffisances rénales, déplorent continuellement le manque de kits pour les séances de dialyse dans ce centre d'hémodialyse de la capitale politique du Cameroun. Le malaise des patients de l'hôpital général est le même sur l'ensemble du territoire camerounais. La même situation est en place dans les deux autres centres, installés à...
(Jeune Afrique 25/07/17)
Dans sa dernière lettre d'Afrique centrale, la direction du Trésor français étudie les éventuels changements structurels dans les économies de la zone Cemac qui pourraient tirer la croissance économique. Des changements trop légers pour permettre une vraie « émergence », de l'avis des experts qui ont rédigé le rapport. Pour évaluer les perspectives de croissance de la zone Cemac, le Trésor français a étudié les changements structurels qui pourraient intervenir dans ces économies.
(La Tribune 24/07/17)
Un aide-mémoire a été signé la semaine dernière à Yaoundé entre les autorités camerounaises et le groupe de la Banque africaine de développement. Le document devra orienter les négociations pour débloquer 3 milliards de francs CFA pour la réalisation des études de faisabilité du projet d'extension du chemin de fer camerounais vers le Tchad. C'est une avancée notable dans le cadre du projet d'extension des chemins de fer camerounais au Tchad à partir du terminal de la Cameroon Railways (CAMAIL)...
(RFI 24/07/17)
Le festival de cinéma «Ecrans noirs» s'est achevé ce samedi 22 juillet à Yaoundé par une fastueuse cérémonie de récompenses. Au cours de celle-ci, quelques productions camerounaises ont été distinguées, surtout le film «Life Point» d'un jeune réalisateur installé à Buea, dans la partie anglophone du pays. Un regain de vitalité pour les films produits et tournés localement qui lors des éditions précédentes étaient ignorés, autant par le public que les jurys. Ovations et applaudissements nourris pour Achille Brice dans l’auditorium plein à craquer du Palais des congrès de Yaoundé.
(Jeune Afrique 22/07/17)
Publié le 20 juillet, un rapport d’Amnesty International dénonce des crimes de guerres perpétrés par les forces de sécurité camerounaises dans leur lutte contre Boko Haram. Des personnes accusées sans preuves apparentes seraient ainsi fortement violentées voire torturées à mort, ce que conteste vigoureusement le gouvernement. Basé sur plusieurs dizaines de témoignages et images satellitaires, un rapport d’Amnesty International rendu public le 20 juillet recense des informations sur plus d’une centaine de cas de détentions. Ceux-ci ont eu lieu entre 2013 et 2017 sur plus de 20 sites différents, parmi lesquels, quatre bases militaires.
(RFI 21/07/17)
Au Cameroun, où plus de 600 000 personnes vivent avec le VIH, certaines populations sont particulièrement à risque. C’est le cas des femmes enceintes, chez qui le taux de prévalence atteint 7,6%, posant de manière aigüe la question de la transmission mère-enfant. La maladie est, par ailleurs, de plus en plus répandue chez les jeunes, alors que les acteurs de terrain s’alarment d’une méconnaissance des adolescents en matière de prévention. Pour permettre aux nouvelles générations de vivre sans le Sida,...
(Jeune Afrique 21/07/17)
L'association Afruibana, qui regroupe des représentants de producteurs et d'exportateurs de fruits du Cameroun, de Côte d'Ivoire et du Ghana, a été officiellement lancée ce mercredi 19 juillet à Bruxelles, afin de « rassembler les intérêts de la filière fruiticole en Afrique ». Lancée à Bruxelles, à l’occasion de la visite du ministre camerounais du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, également porte-parole des pays d’Afrique, Caraïbe et du Pacifique (ACP) lors des différentes conférences ministérielles sur la banane, Afruibana fera...
(Le Monde 20/07/17)
Au moins 130 hommes et jeunes hommes sont portés disparus depuis 2014 et au moins une centaine ont été tenus au secret et torturés en toute impunité. Boko Haram n’est pas vaincu. Que ce soit dans le nord du Nigeria, leur fief historique, ou dans les pays voisins qui leur ont déclaré la guerre, les djihadistes, qui ont prêté allégeance à l’organisation Etat islamique (EI), continuent de semer la mort, le plus souvent en envoyant des bombes humaines se faire...
(La Tribune 20/07/17)
A fin mai 2017, l'encours de la dette publique camerounaise s'établit à 5 383 milliards de francs CFA. Un volume qui correspond à 30,3% du PIB en s'inscrivant sur un trend haussier, puisque le solde des récents financements accordés à l'Etat n'y est toujours pas inscrit. Malgré les diverses mesures entreprises par le gouvernement, la dette publique camerounaise ne cesse de grimper. D'après la Caisse autonome d'amortissement (CAA) qui gère notamment les fonds d'emprunts publics de l'Etat, au 31 mai...
(RFI 20/07/17)
Amnesty International dénonce des violations systématiques des droits de l'homme dans l'extrême-nord du Cameroun. L'organisation publie ce 20 juillet un rapport qui s'appuie sur 101 témoignages. Presque tous racontent les arrestations arbitraires, la détention au secret et les tortures imposées par les forces de sécurité. Amnesty International demande une enquête indépendante sur ces violations commises dans le cadre de la lutte contre Boko Haram. « J'étais enchaîné en permanence, des hommes en civil m'ont frappé en me demandant d'avouer mon...
(BBC 20/07/17)
Amnesty International a dénoncé des dizaines de cas de torture contre de présumés membres de Boko Haram. Dans un rapport publié mercredi, l'organisation internationale de défense des droits de l'homme a révélé que depuis 2013, les forces de sécurité camerounaises ont torturé à mort les présumés combattants de Boko Haram. Ces personnes ont aussi été détenues souvent avec peu ou sans preuves. Selon le rapport d'Amnesty International, beaucoup de victimes ont subi des tortures. Le rapport note que le chiffre...
(La Croix 19/07/17)
Selon Paul Samangassou, ancien directeur de Caritas Cameroun et conseiller pour des ONG, l’Église catholique est confrontée à un défi inédit, quelques semaines après la mort soudaine de l’évêque de Bafia, Mgr Jean-Marie Benoît Bala. Aucune mort n’aura été autant commentée et amplifiée que celle de Mgr Bala, évêque sans histoires de Bafia. Évêques du Cameroun et pouvoirs publics s’affrontent par communiqués interposés, sous le regard inquiet et attristé des citoyens. Une tragédie dont on se serait volontiers passé, mais...
(RFI 19/07/17)
Ahmed Abba a reçu le prix de la liberté de la presse de la part du Comité de protection des journalistes. L'organisation américaine a distingué quatre journalistes dans le monde : une Mexicaine qui travaille sur les liens entre le parti au pouvoir et le crime organisé, une Yéménite exilée en Suède qui dénonce les violations des droits de l'homme dans son pays, un reporter thaïlandais et le correspondant de RFI en langue haoussa au Cameroun. Ahmed Abba est maintenant...
(Jeune Afrique 19/07/17)
Les groupes locaux multiplient les implantations de magasins à Yaoundé et à Douala. Et attendent sans trembler l’arrivée prochaine du géant français. En février, le pôle distribution de Nana Bouba Group (NBG) a ouvert son premier magasin Bel Achat, à Douala, dans le quartier chic de Bonapriso. Dans trois mois, il en ouvrira un deuxième, de 1 300 m2, à Ndokoti, dans la zone industrielle de Bassa, et par la même occasion inaugurera officiellement cette nouvelle enseigne. Une entrée dans le...
(RFI 18/07/17)
Un mois et demi après la mort de l'évêque Jean-Marie Benoit Bala, l'église camerounaise vient de récupérer son corps. L'évêque de Bafia avait été retrouvé mort dans une rivière du centre du pays. Un décès suspect autour duquel s'opposent l'église et le procureur. Ce dernier a conclu à une mort par noyade, alors que la Conférence épiscopale parle d'un assassinat. L'Eglise menace de porter plainte. L'Eglise catholique du Cameroun a décidé de se constituer partie civile et « envisage de...
(Jeune Afrique 18/07/17)
L'Église camerounaise hausse le ton et envisage de porter plainte pour assassinat, un mois et demi après la mort de l'évêque Jean-Marie Benoît Bala. La justice privilégie de son côté la thèse de la noyade. « La Conférence Épiscopale Nationale du Cameroun va se constituer partie civile et envisage de porter plainte contre X pour assassinat de Mgr Jean Marie Benoît Bala », ont annoncé lundi 17 juillet les évêques dans un communiqué relayé sur les réseaux sociaux. « Ce...
(RFI 18/07/17)
Au Cameroun, une enquête est en cours et une cellule de crise a été mise sur pied après le naufrage d'un navire de l'armée, dimanche matin, entre Douala et la péninsule de Bakassi, au sud-ouest du pays. Pour l'heure, 34 militaires sont portés disparus. Il n'y a que trois rescapés. Les victimes font partie des militaires du BIR, le bataillon d'intervention rapide. Ils sont en première ligne dans la lutte contre Boko Haram dans l’extrême-nord du pays, mais ils étaient...
(La Tribune 18/07/17)
Jusqu’aux premières lueurs de l’aube, les secours étaient à pied d’œuvre pour sonder les eaux au large de la presqu’île de Bakassi. Les opérations de ratissage devraient se poursuivre pour tenter de retrouver les trente-quatre membres d’équipage de la Brigade d'intervention rapide (BIR), portés disparus depuis le naufrage, ce dimanche 16 juillet, de leur bateau. Les circonstances de la disparition de ces soldats engagés, aussi bien dans la lutte contre Boko Haram que pour contrer la piraterie maritime, sont enveloppées...

Pages