Mardi 17 Octobre 2017
(La Tribune 05/10/17)
Les autorités américaines viennent de mobiliser une enveloppe supplémentaire de 30,2 milliards de francs CFA (54 millions de dollars) dans la guerre contre Boko Haram et l'Etat islamique. Plusieurs pays du bassin du Lac de Tchad et de l'Afrique de l'Ouest profiteront de cette aide, en attendant la concrétisation des engagements de l'ONU dans cette lutte. Le sous-secrétaire d'Etat américain aux affaires politiques, Thomas Shannon, cité par la plateforme d'informations Sahara Reporters, a confirmé ce 1er octobre que l'Administration américaine vient de libérer des fonds supplémentaires au profit du Cameroun, du Nigéria, du Tchad et d'autres pays de l'Afrique de l'Ouest, mobilisés contre les deux groupes terroristes Boko Haram et l'Etat islamique. Selon le responsable américain qui s'exprimait lundi dernier...
(Agence Ecofin 05/10/17)
C’est fait. Après plusieurs mois de tractations avec le gouvernement, l’électricien camerounais Eneo, contrôlé par le fonds d’investissement britannique Actis, vient d’obtenir une prorogation de 10 ans, pour son contrat de concession du service public de l’électricité dans le pays. Selon Le Quotidien de l’Economie, qui révèle l’information, cette prorogation a été accordée par le chef de l’Etat, «sous certaines conditions» devant être réglées au plus tard le 15 octobre 2017. Le contrat de concession du service public de l’électricité au Cameroun a été signé en 2001 pour une période de 20 ans, entre l’Etat camerounais et la société américaine AES qui, en fin d’année 2013...
(APA 05/10/17)
APA-Yaoundé (Cameroun) - Le Comité ministériel de l’Union monétaire de l’Afrique centrale (UMAC), dans un communiqué publié jeudi, annonce une légère hausse de la croissance sous-régionale à 0,8% en 2017, après le 0,2% enregistré l’année dernière Rendant compte des dernière projections macroéconomiques, faites lors de sa session ordinaire, tenue en fin septembre dernier dans la métropole économique camerounaise, Douala, il note également une hausse des pressions inflationnistes dans la sous-région, soit 1,6% alors qu’elles se situaient à 1,1% en 2016. Le Comité ministériel de l’UMAC est par contre encouragé non seulement par la progression de la masse monétaire, mais aussi par le redressement du solde budgétaire ainsi que celui du compte extérieur courant, qui s’établit à -7,9% du produit intérieur...
(Agence Ecofin 05/10/17)
Sans apporter de plus amples précisions, le communiqué de la session extraordinaire de la Commission bancaire d’Afrique centrale signé le 3 octobre, indique que le gendarme du marché bancaire a décidé «d’ouvrir une procédure disciplinaire à l’encontre d’un établissement de crédit et ses dirigeants», à l’issue de ce conclave tenu à Douala. D’après le communiqué signé d’Abbas Mahamat Tolli (photo), gouverneur de la BEAC et président statutaire de la Cobac, cette décision intervient après que le régulateur ait examiné l’évolution de la situation de cet établissement de crédit. Cette sortie intervient au lendemain de la signature d’un autre communiqué de la même institution en juillet dernier où elle s’inquiétait du non-respect des normes prudentielles par la majorité des établissements de...
(Agence Ecofin 05/10/17)
Les automobilistes de la capitale économique du Cameroun peuvent depuis quelques jours, circuler sur le second pont construit sur le fleuve Wouri, à Douala. Le ministère des Travaux publics vient d’annoncer l’ouverture, par anticipation, de la circulation sur cette nouvelle infrastructure, afin de limiter les bouchons sur le premier pont, du fait des travaux en cours sur la pénétrante Ouest de la capitale économique. Le 31 juillet dernier, c’est la voie ferroviaire construite sur ce pont, qui avait officiellement été ouverte à la circulation, en attendant la mise en service officielle du second pont sur le Wouri, alors initialement projetée pour la fin de cette année 2017. D’un coût total de 141,6 milliards de francs Cfa, le second pont sur...
(RFI 04/10/17)
Au Cameroun, le président Paul Biya a appelé au dialogue après les violences qui ont suivi la tentative de proclamation de leur indépendance par les séparatistes de la partie anglophone du pays, en soulignant que seul un dialogue « serein » permettrait d’apporter des solutions durables aux problèmes. Le porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma-Bakary, a estimé que ceux qui prônaient les idées indépendantistes en seraient non seulement exclus mais devraient également d'abord demander pardon avant de participer à un tel dialogue. Les partis d'opposition, eux, appellent à un dialogue inclusif et sans tabou. Le SDF, le principal parti d'opposition plutôt bien implanté dans la partie anglophone du pays, n'a jamais caché qu'il est un fervent soutien du fédéralisme. Ce parti...
(RFI 04/10/17)
Les affrontements entre forces de l’ordre et indépendantistes qui ont éclaté dimanche dernier dans le Cameroun anglophone ont fait au moins 17 morts, selon Amnesty International. Les heurts se sont produits lors de manifestations organisées à l’occasion du 56e anniversaire de la proclamation de la République fédérale du Cameroun, après la réunification des zones françaises et britanniques créées à la fin de la Première Guerre mondiale, lors du démantèlement de l’ancienne colonie allemande. Régulièrement, le Cameroun anglophone « l’Ambazonie » pour les indépendantistes est le théâtre de manifestations et de violences. Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a demandé aux autorités camerounaises « une enquête ». L’unité du Cameroun est-elle en péril ? Que « pèsent » les indépendantistes...
(Afrique sur 7 04/10/17)
Les Nations-Unies “condamnent les actes de violences“ dans les régions anglophones du Nord-ouest et du Sud-ouest du Cameroun, pays bilingue, où au moins 17 personnes sont mortes dans des manifestations. L’organisation des Nations Unies appelle à l’ouverture d’une enquête, dans un communiqué diffusé mardi. Crise anglophone au Cameroun, l’ONU veut une enquête “Le secrétaire général des Nations-Unies, Antonio Guterres a fermement condamné les actes de violences signalés le 1er octobre (…), y compris les pertes en vies humaines“, indique la note. L’ONU appelle le gouvernement camerounais “à mener une enquête“ et exhorte les dirigeants politiques des deux côtés à appeler leurs partisans à s’abstenir de tous nouveaux actes de violence“. Par ailleurs, les Nations-Unies disent avoir “ note de l’appel...
(RFI 04/10/17)
Au Cameroun, la crise anglophone se transporte dans les médias. Des dizaines de journalistes anglophones ont saisi le 3 octobre le Conseil national de la communication (CNC) avec une plainte visant un journaliste d'une chaîne de télévision privée, coupable à leurs yeux d'« incitation à la haine ». Une plainte que le Conseil a aussitôt décidé d'examiner en promettant des sanctions sévères en cas de faute professionnelle avérée. Plusieurs autres médias sont dans le collimateur de cet organe de régulation pour leur traitement jugé indélicat de la crise dite anglophone. La pétition signée par une cinquantaine de journalistes camerounais d’expression anglaise met notamment à l’index le directeur de la télévision privée Vision 4. Il est reproché à Ernest Obama d’avoir,...
(APA 04/10/17)
APA – Douala (Cameroun) - L’Union européenne (UE) a octroyé une aide de 12 milliards de FCFA au Cameroun pour l’aider ce pays à faire face au flux des réfugiés centrafricains et nigérians notamment en butte aux affrontements fratricides et aux attaques terroristes de Boko Haram, a appris mardi APA de sources concordantes. Cette enveloppe permettra au Cameroun de gérer plus de 300 000 réfugiés provenant de ces deux pays voisins, installés dans les camps aménagés dans la partie septentrionale et dans la région de l’Est. L’enveloppe servira notamment à la prise en charge directe des réfugiés, principalement pour l’alimentation, l’eau, l’assainissement, la santé, l’éducation, le logement, l’aide de subsistance... A cause des exactions de la secte terroriste nigériane Boko...
(Agence Ecofin 04/10/17)
De source officielle, les recettes douanières du Cameroun se chiffrent à 336,2 milliards de Fcfa à fin juin 2017, contre 346,8 milliards à fin juin 2016. Ce qui représente une baisse de 10,6 milliards (-3,1%) en glissement annuel. « Cette sous-performance s’explique notamment par la baisse des importations et, dans une moindre mesure, l’application de l’Accord de Partenariat Economique, dont le manque à gagner pour la période janvier-juin 2017 est de 400 millions environ.», explique l’administration douanière. Par rapport aux 399,8 milliards prévus au premier semestre 2017, les recettes sont en retrait de 63,6 milliards, soit un taux de réalisation de 84,1%. Pour réaliser l'objectif annuel des recettes, l’administration douanière indique que des mesures visant le rattrapage ont été prises...
(Agence Ecofin 04/10/17)
Une société dénommée Orient’s Sugar and Industry SA (OSI SA), fruit d’un joint-venture entre investisseurs camerounais, brésiliens et italiens, vient de lancer dans la région de l’Est du Cameroun, la production du maïs et du soja, sur une superficie d’environ 100 hectares. Mais, apprend-on des porteurs du projet, il s’agit d’activités préparatoires à la mise en place d’un complexe sucrier. «L’option de la culture du maïs et du soja se justifie par le fait que nous devions commencer sur les terres mises à notre disposition par les communes (notamment celles de Dimako et de Nguélébok, Ndlr), et satisfaire les différents engagements pris avec nos partenaires techniques et financiers.», explique Samuel Bebey Essombe Motto, le CEO de OSI SA. En attendant...
(Agence Ecofin 04/10/17)
Le 27 septembre 2017, la Commission des marchés financiers de l’Afrique centrale (Cosumaf), régulateur de la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (Bvmac), basée à Libreville au Gabon, a rendu public un communiqué dans lequel elle dit avoir été «saisie d’une réclamation émanant d’une société de bourse dûment agréée, se plaignant de ne pouvoir librement exercer, au Cameroun, les diligences traditionnelles préparatoires au lancement d’une opération d’appel public à l’épargne sur le marché financier de l’Afrique centrale». Après avoir rappelé la Convention régissant l’Union monétaire de l’Afrique centrale (Umac) et d’autres textes réglementaires subséquents, la Cosumaf conclut que «la régulation, la tutelle et le contrôle des opérations d’appel public à l’épargne réalisées sur le territoire des six pays membres...
(Agence Ecofin 04/10/17)
Des entreprises camerounaises ayant réalisé des travaux dans le cadre du Projet d’alimentation en eau potable et d’assainissement en milieu semi-urbain (Paepa-Msu), financé par la Banque africaine de développement (BAD), attendent depuis plusieurs mois le paiement de certaines factures. De sources internes au ministère de l’Economie, au moins un prestataire, dont les travaux ont été provisoirement réceptionnés depuis un an, réclame encore un paiement de près de 2,5 milliards de francs Cfa, ainsi que le confirment des documents officiels obtenus par Investir au Cameroun. Les raisons officielles de ces blocages préjudiciables à la trésorerie des prestataires, sont révélées dans une correspondance adressée le 5 mai 2017 au ministre camerounais de l’Economie, par le représentant résident de la BAD au Cameroun...
(APA 04/10/17)
APA-Brazzaville (Congo) – La réunion des experts de l’environnement et de l’économie de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) et de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC) s’est ouverte mardi à Brazzaville, en prélude à la Conférence extraordinaire des ministres de l’Environnement et des Finances desdits regroupements, prévue mercredi dans la capitale congolaise. Selon le ministre de l’Environnement et du Tourisme du Congo, Arlette Soudan Nonault, les travaux des experts doivent déboucher sur la validation du plan d’action 2017-2018 de la commission climat pour le Bassin du Congo et la validation des projets et programmes sectoriels pour le développement et la promotion de l’économie bleue. L’adoption de l’agenda des activités conjointes des pays de la CEEAC...
(Agence Ecofin 04/10/17)
Le Groupe français Somdiaa a annoncé fin septembre dernier qu’il a pris l’engagement, dans le cadre de sa Politique de Développement Durable, d’implémenter la récolte « en vert » dans certaines de ses filiales (Cameroun, Gabon, Côte d'ivoire), en particulier dans la filière sucrière. « La récolte en vert, explique Somdiaa, présente de nombreux avantages parmi lesquels, la réduction du recours aux engrais chimiques grâce à la biomasse (pailles résiduelles) issue de la récolte.» L’agro-industriel français espère qu'à travers cette technique culturale, il y aura une diminution également du recours aux herbicides, à l’érosion des sols et aux émissions de CO2 dans l’atmosphère. A terme, l'objectif est d’améliorer la qualité de la canne. Somdiaa précise que, « grâce à l’introduction...
(AFP 03/10/17)
Une bombe artisanale a explosé dans la nuit de lundi à mardi sans faire de victimes à proximité de locaux de la police à Bamenda, chef-lieu du Nord-Ouest du Cameroun, après la proclamation symbolique dimanche de l'"indépendance" des régions anglophones, selon des sources concordantes. "Une bombe artisanale a explosé dans la nuit (de lundi à mardi) à Bamenda", a affirmé à l'AFP une source sécuritaire s'exprimant sous couvert d'anonymat. L'information a été confirmée à l'AFP par une source proche des autorités régionales. "L'explosion n'a pas fait de victimes.
(AFP 03/10/17)
Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a demandé aux autorités camerounaises "une enquête" sur les "actes de violence signalés dans les régions du sud-ouest et du nord-ouest du pays le 1er octobre" ayant donné lieu à "des pertes en vies humaines". Il "condamne fermement" ces actes et "reste profondément préoccupé par la situation au Cameroun", a précisé lundi soir dans un communiqué son porte-parole, Stéphane Dujarric. Le patron de l'ONU "exhorte les dirigeants politiques des deux côtés à appeler leurs partisans à s’abstenir de tout nouveaux actes de violence et à condamner sans équivoque toute action qui puisse nuire à la paix, la stabilité et l'unité du pays", a ajouté son porte-parole. Il "prend note de l’appel au dialogue...
(Le Monde 03/10/17)
John Fru Ndi, opposant respecté originaire de Bamenda, accuse le régime de Yaoundé de n’avoir pas su répondre au malaise des anglophones. Dans la cour de sa villa de Bamenda, ville épicentre de la contestation anglophone, John Fru Ndi reçoit, le visage grave. Le « chairman » du Social Democratic Front (SDF), principal parti d’opposition du Cameroun, dit avoir « tout fait pour attirer l’attention sur cette crise qui se préparait depuis des années ». A 76 ans, l’opposant historique du Cameroun a vieilli. Sa parole n’est plus aussi écoutée qu’en 1990, à la création de son parti, lorsqu’il soulevait des foules entières sur tout le territoire national.
(AFP 03/10/17)
Ouverte il y a près d'un an, la crise anglophone au Cameroun a connu son épisode le plus sanglant dimanche avec au moins 17 morts en marge d'une proclamation symbolique d'"indépendance" vis-à-vis des francophones, selon un bilan établi lundi par Amnesty International et des sources officielles. A ce bilan vient s'ajouter deux autres morts comptés au cours du week-end dans les deux régions anglophones. "Amnesty International peut confirmer qu'au moins 17 personnes ont été tuées par les forces de sécurité lors des manifestations d'hier (dimanche) dans plusieurs villes des régions anglophones du Cameroun"...

Pages