Vendredi 15 Décembre 2017

Cameroun: quatre militaires tués en zone anglophone

Cameroun: quatre militaires tués en zone anglophone
(AFP 30/11/17)

Quatre militaires ont été "assassinés" par des séparatistes présumés dans le sud-ouest anglophone du Cameroun, un nouvel incident qui porte à huit le nombre militaires tués en un mois dans ces régions et marque une nouvelle escalade vers l'insurrection armée.

"Quatre militaires ont été tués vers 2 heures du matin (dans la nuit de mardi à mercredi) dans la zone Mamfe", dans la province du Sud-Ouest, a affirmé à l'AFP une source proche de l'armée.

"Des assaillants ont attaqué un poste tenu par des éléments du Bataillon d'infanterie motorisée" dans une zone enclavée, a précisé cette source.

"Ils (les séparatistes) ont assassiné nos militaires", a confirmé à l'AFP une source gouvernementale.

Ce nouvel incident porte à huit le nombre de militaires camerounais tués en zones anglophones en moins d'un mois, dans des attaques attribuées par le gouvernement aux séparatistes anglophones.

Sur le plan politique, mercredi à Yaoundé, des députés du Social Democratic Front (SDF), principal parti d'opposition et anglophone, ont de nouveau perturbé les débats à l'Assemblée nationale, chantant, sifflant et dansant pendant un discours du Premier ministre Philemon Yang, selon des vidéos de l'incident.

Ils exigeaient que le problème des régions anglophones soit "posé sur la table" lors de la session parlementaire actuelle, consacrée à l'examen du budget 2018, a expliqué à l'AFP l'un de ces députés SDF, Jean-Michel Nintcheu.

Jeudi dernier, une séance parlementaire avait déjà été suspendue après une bronca des députés SDF sur le même thème.

La sécurité dans les régions anglophones du Cameroun, en proie à une grave crise socio-politique depuis un an, s'est considérablement dégradée en quelques semaines.

Depuis novembre 2016, la minorité anglophone du Cameroun - environ 20% des 23 millions d'habitants - proteste contre sa marginalisation, certains exigeant le fédéralisme, d'autres la sécession. Le régime de Yaoundé rejette ces deux options.

- Lycée bilingue incendié -

A mesure que les autorités camerounaises ont accru la pression sécuritaire et la répression des manifestations séparatistes, les rangs des sécessionnistes se sont étoffés ces derniers mois, en même temps que se sont multipliés les incidents: opérations ville-morte sévèrement réprimées, bâtiments officiels et écoles incendiés, etc... Sept bombes artisanales ont également explosé, sans faire de victimes.

Selon les autorités, des "terroristes" présumés ont incendié cette semaine le palais de justice dans la localité de Batibo, ainsi qu'un lycée bilingue à Fontem.

Observateurs et analystes ont exprimé leur crainte de voir la crise tourner à l'"insurrection armée", alors que les leaders séparatistes en exil appellent ouvertement à "l'autodéfense" et à l'action armée pour faire face à la "répression" des autorités.

Les séparatistes appellent également à combattre ce qu'ils qualifient de "force d'occupation": les milliers de policiers et soldats déployés sur place.

Couvre-feu nocturne, restrictions de mouvement et sévères mesures de contrôle des armes à feu ont été imposés dans plusieurs localités de cette région frontalière du Nigeria pour tenter de juguler la montée des violences. Les militaires mènent également fouilles, opérations de sécurisation et perquisitions dans les bastions sécessionnistes, réprimant violemment toute violation du couvre-feu.

Pour le think tank International Crisis Group (ICG), une insurrection est "en train de prendre corps", et les pièces du puzzle se mettent inexorablement en place pour que le Cameroun anglophone bascule dans la violence.

Quelques semaines après le début de la crise, le gouvernement avait engagé le dialogue avec les avocats et les enseignants, alors les fers de lance de la contestation anglophone. Le processus avait échoué, les autorités rejetant les exigences devenus trop politiques de leurs interlocuteurs selon elles.

Mi-octobre, à la demande du président Paul Biya, le gouvernement a tenté d'amorcer un nouveau "processus de dialogue" avec les populations, sans aucun résultat concret à ce jour.

La violente répression de manifestations le 1er octobre, date à laquelle les séparatistes avaient proclamé symboliquement l'indépendance de l'Ambazonie, leur nouvel "Etat", a semble-t-il joué un rôle de catalyseur de la révolte. De 10 à 12 personnes avaient été tuées selon un bilan officiel, mais ONG locales et opposition ont avancé un bilan beaucoup plus lourd, faisant état de plusieurs dizaines de morts.

Depuis lors, la nébuleuse sécessionniste tente également de se structurer, avec l'annonce le 24 novembre dernier depuis l'étranger, par le "président" Sisiku Ayuk Tabe, de la mise en place d'un nouveau "gouvernement intérimaire" au complet d'Ambazonie.

Une vidéo a également été diffusée sur les réseaux sociaux montrant le "chef d'état-major" de l'Ambazonia Defense Force (ADF, une branche armée du mouvement sécessionniste), Ayaba Lucas Cho, en train de passer en revue une poignée d'hommes en treillis.

Commentaires facebook