| Africatime
Dimanche 30 Avril 2017
(Le Monde 28/04/17)
Etabli depuis quinze ans à Genève, le romancier regrette de ne pouvoir être fier de son pays dont le président, Paul Biya, est justement un grand amateur des palaces genevois. Au Salon du livre de Genève, l’écrivain d’origine camerounaise Max Lobe est connu comme le loup blanc. Il suffit pour s’en convaincre de le voir évoluer entre les différentes scènes, passer d’un stand à l’autre. Ecrivains, éditeurs ou ses nombreux lecteurs l’interpellent au passage pour un brin de causette, le saluent chaleureusement. Et lui, affable, charmant, un mot gentil pour chacun, ne boude pas son plaisir : ce Salon du livre, c’est un peu chez lui.
(Jeune Afrique 10/04/17)
La Franco-Camerounaise donne des pistes pour explorer la capitale française en suivant des itinéraires bis, liés à la culture noire. «Paris l’africaine est mon terrain de jeu. Je vous emmène avec moi à la manière d’Indiana Jones. » Sur le site d’Airbnb, Jacqueline Ngo Mpii, 28 ans, dont sept dans le tourisme (de Disney World au Maroc, en passant par le Mexique), invite à une immersion « mode et design » dans le quartier populaire de la Goutte d’or… Parfois jugé infréquentable. Sur sa vidéo de présentation – débardeur jaune, puis trench et chemisier en wax –, elle pourrait passer pour la jumelle noire de Cristina Córdula, reine de la sape et de cavernes d’Ali Baba branchées. L’Afrique à Saint-Germain-des-Près...
(Jeune Afrique 16/03/17)
Il y a plus de trente ans, le hip-hop faisait ses premiers pas au Cameroun. Timide puis éclatant, il a porté de nombreux artistes au rang de stars, avant qu’ils ne retombent plus ou moins dans l’oubli. Alors que Jovi sort son troisième album, que Franko a fait danser la planète et que Stanley Enow s’autoproclame roi du hip-hop, qui connaît les racines de leur succès ? Pourtant, l’édifice du rap « made in Cameroun » ne se serait sans doute...
(Le Monde 10/03/17)
Crise anglophone, histoire coloniale, Fespaco, cinéma et politique : notre chroniqueur a fait parler Jean-Pierre Bekolo, cinéaste camerounais et militant. Jean-Pierre Bekolo est un splendide cinéaste camerounais, mais également un citoyen engagé et un militant au regard lucide sur son pays. Cela fait longtemps que je voulais inviter le natif de Yaoundé à me parler de son art, de ses projets, du Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou qui vient de s’achever le 5 mars, mais aussi de l’actualité camerounaise...
(Afrik.com 22/02/17)
L’édition 2017 du Festival FOMARIC placée sous le signe « À VOTRE SERVICE » et dont la cérémonie d’ouverture a eu lieu ce jour 21 février 2017 avec la forte présence des membres du gouvernement constituée de Luc Magloire Mbarga Atangana, Ministre du commerce, de Narcisse Mouelle Kombi, Ministre des arts et de la culture, de Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, Gouverneur de la région du Littoral, du Préfet du Wouri, des maires des différents arrondissements de la ville, des autorités...
(Jeune Afrique 17/02/17)
Le rappeur camerounais Jovi sort cette semaine son troisième album « 16 Wives », près de deux ans après « Mboko God », qui avait marqué le rap africain. On l’attendait avec impatience. Le rappeur camerounais Jovi a (enfin) sorti son troisième opus, après deux ans de collaboration avec d’autres artistes, comme Reniss et Pascal. Produit par ses soins, sous le pseudonyme « Le Monstre », cet album comporte douze nouvelles chansons, en plus des quatre déjà dévoilées au public...
(Le Point 13/02/17)
"La Guerre du Cameroun, l'invention de la Françafrique" de Manuel Domergue, Thomas Deltombe et Jacob Tatsitsa braque un projecteur sur une histoire franco-camerounaise toujours passée sous silence. Pour comprendre les relations ambiguës entre la France et le Cameroun aujourd'hui, il faut se pencher sur l'histoire occultée de la guerre contre-révolutionnaire au Cameroun. C'est le message du livre de Thomas Deltombe, Jacob Tatsitsa et Manuel Domergue La guerre du Cameroun, l'invention de la Françafrique , sorti aux éditions La Découverte en...
(APA 08/02/17)
APA-Yaoundé (Cameroun) - Le Cameroun présentera dix œuvres en compétition officielle du Festival panafricain du film de Ouagadougou (FESPACO) qui se tient du 25 février au 4 mars prochains dans la capitale burkinabè, a appris APA mardi de source officielle. Il s’agit du long métrage «Life Point» d’Achille Brice, du court métrage «Ashia» de Françoise Ellong, du documentaire «Ceux qui osent» de Dieudonné Alaka. Dans la catégorie série télévisuelle, il y aura «Aïssa» de Jean Roke Patoudem, «La guerre des...
(BBC 31/01/17)
Le Comité d'Organisation Miss Cameroun (Comica) a destitué Julie Cheugeu Nguimfack pour avoir violé le code de conduite, seulement quatre mois après son couronnement. Le Comica évoque une indiscipline aggravée, une insubordination, une indisponibilité ainsi qu'une violation grave et répétée du code de conduite des miss. Elles ne sont pas par exemple autorisées à signer des contrats en leurs noms propres, une clause du code de conduite que l'ancienne miss aurait violé malgré plusieurs avertissements, selon le Comité d'Organisation Miss...
(RFI 22/01/17)
Au Cameroun, les médias privés entrent en résistance après avoir été menacés de fermeture par le Conseil national de la communication (CNC). Cette instance gouvernementale leur reproche des prises de position partisane dans le traitement de la question anglophone, à l'origine d'une grosse crise sociopolitique qui a cours dans le pays depuis bientôt deux mois. Le communiqué du Conseil national de la communication (CNC), sous forme de mise en garde, a été accueilli avec surprise au sein de la rédaction...
(La Libre 20/01/17)
La cour d'appel de Liège a confirmé vendredi matin la condamnation de l'humoriste français Dieudonné. Il a été condamné à une peine de deux mois de prison et à une amende de 9.000 euros après avoir tenu des propos antisémites et révisionnistes lors d'un spectacle donné à Herstal le 14 mars 2012. Cette condamnation est assortie de l'obligation de publier l'arrêt de 20 pages dans deux quotidiens belges. Dieudonné avait été condamné par défaut à deux mois de prison et...
(Le Monde 19/01/17)
Malgré un échec avec sa première salle à Yaoundé, le groupe récidive dans la capitale économique. Et choisit une programmation qui laisse perplexe. Vincent Bolloré avait promis, en juin 2016, lors de l’inauguration à Yaoundé de la salle de cinéma et de spectacle Canal Olympia, que les Camerounais auraient en « avant-première ou en première des films qui sortent au même moment à Los Angeles ou à Tokyo ». C’est loupé ! Non seulement le bâtiment, situé sur le campus...
(APA 17/01/17)
APA – Douala (Cameroun) - Le groupe Bolloré annonce l’ouverture, la semaine prochaine à Douala, d’une nouvelle salle de cinéma et de spectacles, baptisée Canal Olympia, a appris de source interne à l’entreprise. Dans un communiqué dont APA s’est procuré une copie, l’inauguration de la nouvelle salle est prévue pour mercredi prochain au quartier Bessengué à Douala. Une ouverture qui intervient sept mois après celle de Yaoundé la capitale en juin 2014, matérialisant ainsi l’engagement pris un an plutôt par...
(Agence Ecofin 12/01/17)
(Agence Ecofin) - L’enseigne CanalOlympia a été lancée ce 11 janvier 2017 à Conakry, la capitale de la Guinée. Le groupe Canal+ a ainsi ouvert sur le continent africain sa 2ème salle cinéma-spectacles, après la première qui avait été inaugurée à Yaoundé au Cameroun le 14 juin 2016. Après Conakry, 3 autres salles CanalOlympia seront ouvertes dans les tout prochains jours, le 18 janvier à Douala au Cameroun, le 1er février à Niamey au Niger, et le 25 février à...
(Le Monde 28/12/16)
Le bassiste, qui a longtemps souffert de ne pas être aussi populaire que ses alter ego, s’est produit à guichets fermés à Douala le 23 décembre. Certains artistes ont le succès fulgurant. D’autres doivent faire preuve de patience et de persévérance pour conquérir leur public. Le jazzman douala Étienne Mbappé est de ceux-là et reconnaît sans peine en avoir souffert : « Des musiciens ou des chanteurs que je trouve moins bons que moi ont plus de reconnaissance. Charlotte Dipanda...
(Jeune Afrique 19/12/16)
C’est un parti pris audacieux et unique, à l’heure où la presse magazine bat de l’aile et où la culture est souvent négligée dans les médias, de lancer un bimestriel consacré à l’art et au spectacle. Mais la revue camerounaise Show défie les pronostics. Imprimée à plus de 2 000 exemplaires, elle paraît depuis un an maintenant, et entend bien, comme le précise son rédacteur en chef, Alain Tchakounté, être diffusée à court terme dans d’autres pays du continent… Il y...
(APA 16/11/16)
APA-Yaoundé (Cameroun) - La première phase de réalisation physique des travaux du complexe industriel d’Ebolowa (Sud), fleuron de la coopération Cameroun-Inde, affiche un taux de l’ordre de 86%, a appris APA lundi auprès des services compétents du ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire. Présenté comme une unité d’appui logistique à la matérialisation de l’agriculture de deuxième génération, ledit complexe, à travers la convention «riz-maïs», prévoit notamment le montage de 1000 tracteurs ainsi que la formation...
(APA 08/11/16)
APA-Yaoundé (Cameroun) - La 8ème édition du Festival national des arts et de la culture (FENAC) du Cameroun s’ouvre mardi dans la capitale du pays, Yaoundé. Placé sous le thème : «Culture et émergence du Cameroun», cet événement qui court jusqu’à dimanche prochain, se veut une plateforme locale et internationale d'expositions, d'échanges et de valorisation de la culture camerounaise dans sa diversité. Il sera, entre autres, rythmé par des ateliers de formation, des représentations théâtrales, des concerts de musique, des...
(Le Monde 22/10/16)
Si Bili Bidjocka est une âme solitaire, qui aime « pratiquer l’esthétique de la disparition » et s’envoler sur un coup de tête en Amazonie ou en Guyane française sans prévenir ses proches, il n’est pas pour autant un homme seul. Et l’histoire de P.I.E.T.À. Le Plan prend forme, proposée du 13 octobre au 13 décembre par la galerie MAM à Douala, le démontre. L’exposition est née de la rencontre de trois personnalités devenues amis intimes : le plasticien Bili...
(Le Point 14/10/16)
Dans "Mon royaume pour une guitare", l'auteur conjugue l'histoire de l'immense musicien et poète Francis Bebey, son père, avec celle de son pays. Mon royaume pour une guitare est une surprenante partition. Les mots vibrent telles des cordes effleurées, pincées ou grattées, mais la mélopée qui en découle est inattendue. C'est que Kidi Bebey ne s'attache pas stricto sensu à retracer le parcours de son père, l'écrivain et musicien camerounais Francis Bebey. Nous sommes donc loin de la biographie empreinte...

Pages