Lundi 21 Août 2017

Libre circulation : La Guinée Equatoriale ouvre partiellement ses frontières au Cameroun

Libre circulation : La Guinée Equatoriale ouvre partiellement ses frontières au Cameroun
(Autre média 17/03/17)

Le 3 mars 2017, l’ambassade de Guinée Equatoriale à Yaoundé a rendu publique la décision du gouvernement équato-guinéen, à savoir l’ouverture des frontières aux Camerounais en possession d’un ordre de mission ou d’un passeport diplomatique, officiel ou de service.

Cette mesure s’inscrit dans le cadre d’une décision commune prise par les chefs d’État de la zone CEMAC (Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale) lors du Sommet qui s’est tenu le 17 février dernier à Oyala en Guinée Équatoriale.

Au cours de ce sommet, les présidents Teodoro Obiang Nguema et Ali Bongo Ondimba se sont engagés à mettre en place la libre circulation de tous les ressortissants de la zone CEMAC munis d’une pièce d’identité sécurisée.

Suite à cette décision, il a été convenu qu’une mission de la commission de la CEMAC se chargerait de vérifier la matérialisation de la mesure. La Guinée Equatoriale est le premier pays à matérialiser cet engagement.

Une matérialisation partielle

Même si la Guinée Equatoriale s’est empressée de tenir ses engagements, il est important de relever que la matérialisation reste encore très limitée.

En effet, le communiqué de l’ambassade équato-guinéenne donne « l’ordre d’observance et l’exécution des dispositions de la libre circulation des citoyens communautaires titulaires du passeport diplomatique, officiel ou de service, ou en possession d’un ordre de mission délivré par l’autorité compétente ».

Ce communiqué montre que la zone CEMAC est encore loin de l’engagement pris par les chefs d’Etat qui impliquait une ouverture totale des frontières. La matérialisation actuelle ne bénéficiera qu’à une faible portion de la population et la majorité des Camerounais devra encore solliciter un visa d’entrée afin de se rendre en Guinée Equatoriale.

La libre circulation dans la zone CEMAC, une utopie ?

Aujourd’hui il est légitime de se demander si la libre circulation, inscrite dans les traités de la CEMAC (l’acte additionnel de 2005 et le règlement n 01/08-UEAC-042-CM-17 du 16 mars 2010), se mettra réellement en place. En effet, ce n’est pas la première fois que de telles décisions sont prises, au cours de la dernière décennie, au moins deux dates peuvent être retenues :

– En juin 2013, lors de l’acte II du New York Forum Africa à Libreville, la libre circulation des personnes dans la zone CEMAC a été decidée et devait entrer en vigueur le 1er janvier 2014.
– Au cours de la 12e session ordinaire des chefs d’État à Libreville (Gabon) le 6 mai 2015, les chefs d’état ont pris la décision de rendre effective la circulation sans visa des ressortissants de la sous-région au sein de cette même zone.

Malgré les décisions multiples et répétitives des chefs d’état, la libre circulation n’est toujours pas une réalité au sein de la sous-région.

Suite au dernier sommet, la Guinée Equatoriale est le seul pays à avoir pris une mesure dans le sens de la libre circulation, bien que cette dernière soit très limitée.

Source: Africapostnew

Commentaires facebook