Vendredi 18 Août 2017

Le Cameroun crée un comité chargé de l'organisation de la CAN 2019 (décret présidentiel)

Le Cameroun crée un comité chargé de l'organisation de la CAN 2019 (décret présidentiel)
(Xinhua 12/08/17)

YAOUNDE, (Xinhua) -- Un comité chargé de l'organisation de la prochaine Coupe d'Afrique des nations de football (CAN), que le Cameroun se prépare à accueillir en 2019, a été mis sur pied vendredi par les autorités du pays, jugé récemment par le président de la Confédération africaine de football (CAF) incapable d'offrir les conditions nécessaires au bon déroulement de cette compétition.

Cette CAN est la deuxième organisée au Cameroun après celle de 1972, qui avait été émaillée par des scandales de détournement de fonds publics alloués par le pouvoir pour son organisation. Le Cameroun a de nouveau été désigné pays hôte en 2014 parmi d'autres dossiers de candidature examinés par la CAF, l'instance de gestion du football en Afrique.

Selon un décret du chef de l'Etat, Paul Biya, lu vendredi par la radio publique (CRTV), la coordination des activités relatives à cet événement est dévolue à un comité d'organisation (COCAN) placé sous la responsabilité du ministre des Sports et de l'Education physique, secondé par le président de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT).

Parmi ses membres, cette équipe comptera un représentant de la CAF, indique le décret présidentiel, qui énumère une liste de tâches à accomplir allant du suivi des chantiers d'aménagement des stades destinés au déroulement de la compétition à la mise en place des mesures de sécurité, en passant par les dispositions pratiques concernant l'hébergement, le transport, la communication puis la santé.

La création de cette structure survient au lendemain d'une déclaration du dirigeant camerounais réaffirmant son engagement à faire de cet événement une réussite, à la suite de la CAN féminine jouée en décembre 2016 dans ce pays.

"La CAN 2019, c'est demain. Vous aurez rendez-vous avec l'Afrique sportive ici même au Cameroun et le Cameroun sera prêt le jour-J. J'en prends l'engagement", a-t-il affirmé lors d'une réception organisée jeudi au palais présidentiel de Yaoundé en l'honneur de 192 athlètes camerounais ayant remporté des médailles lors de récentes compétitions internationales.

Cette déclaration présidentielle visait à clore une polémique provoquée par une sortie médiatique d'Ahmad Ahmad, le président de la CAF, qui à l'occasion d'une visite samedi à Ouagadougou (Burkina Faso) a mis en doute les capacités du Cameroun à tenir son pari.

La CAN est connue pour être le rendez-vous sportif qui retient le plus d'attention en Afrique. Elle est organisée tous les deux ans dans un pays désigné au terme d'une sélection de candidatures et jouit aujourd'hui d'un réel prestige qui s'est accru au fil des éditions.

Jusqu'à présent, ce tournoi se jouait avec 16 sélections nationales africaines retenues au terme d'une phase éliminatoire. Mais lors d'une réunion tenue en juillet à Rabat (Maroc), la CAF a décidé de réviser le format de la compétition en augmentant le nombre de participants à 24, soit 8 places supplémentaires.

La réforme est assortie d'un cahier de charges plus contraignant, notamment l'exigence pour le pays hôte de la compétition de disposer d'un plus grand nombre de sites d'accueil des rencontres au programme (au moins six) et d'un dispositif technologique plus important.

Elle devrait être effective dès la CAN 2019, a annoncé le président de la CAF. Les autorités camerounaises continuent toutefois de défendre les capacités de leur pays à relever le défi.

Commentaires facebook