Mardi 12 Décembre 2017

Cameroun : la filière avicole perd 1,2 milliard de Fcfa au mois d’août 2013

Cameroun : la filière avicole perd 1,2 milliard de Fcfa au mois d’août 2013
(Investir au Cameroun 06/09/13)
La filière avicole perd 1,2 milliard de Fcfa au mois d’août 2013

Tout au long du mois d’août 2013, les accouveurs (producteurs de poussins d’un jour) camerounais ont produit 6 millions de poussins d’un jour, à l’intention des éleveurs. Mais face à l’abandon de l’activité par de nombreux éleveurs à cause du retour massif du poulet congelé importé sur le marché camerounais, les accouveurs, pour éviter des charges supplémentaires liées à la nutrition de ces poussins du fait de la baisse de l’activité des éleveurs, ont dû brader leurs poussins, à défaut de les étouffer (260 000 poussins ont ainsi été étouffés en 10 jours, pour une perte sèche de 104 millions de francs Cfa). Selon François Djonou, le secrétaire général de l’Interprofession avicole du Cameroun (Ipavic), ce sont environ 4 millions de poussins d’un jour, soit près de 80% de la production nationale mensuelle, qui ont été vendus au prix de 200 francs Cfa, au lieu de 400 francs Cfa. Ce qui fait, calcule le Sg de l’Ipavic, 1,2 milliard de francs Cfa de perte pour le mois d’août, pour les seuls accouveurs, sans compter les manque-à-gagner causés aux éleveurs par les importations de poulets congelés très bon marché. Mais, M. Djonou rassure que depuis le début du mois de septembre, les poussins d’un jour ont retrouvé leur prix habituel (400 Fcfa l’unité), grâce à la guerre contre le poulet congelé lancée par le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, dont les services ont multiplié des opérations de saisies depuis plusieurs jours. En rappel, afin de booster la production locale de poulets mise à mal par des importations massives, et à l’instigation de l’Association pour la défense des intérêts collectifs (Acdic) qui avait conduit un plaidoyer national, le gouvernement camerounais avait suspendu l’importation de poulets congelés à partir de 2005. Interdiction qui n’a pas été levée à ce jour. Pourtant, régulièrement, le poulet congelé est présent sur les étals des marchés camerounais. Selon l’Ipavic, les importateurs de ces produits évitent désormais le port de Douala, mais font entrer leurs marchandises par le Gabon et la Guinée Equatoriale, des marchandises qui sont ensuite convoyées par route, avec la complicité de certains douaniers corrompus.

Commentaires facebook