Dimanche 25 Juin 2017

Cameroun: Kolofata, dernier bastion de Boko Haram

Cameroun: Kolofata, dernier bastion de Boko Haram
(Afrique Actualité 20/04/17)
Des combattants du groupe Boko Haram

Kolofota, localité située à l'extrême nord du Cameroun, dans le département du Mayo Sava, a été le théâtre d'une autre attaque kamikaze, attribuée à la secte islamiste Boko Haram mercredi dans la matinée. Le kamikaze, un septuagénaire de sexe masculin (non identifié) a fait exploser sa bombe à l'entrée de la ville, alors qu'il s'approchait d'un poste de contrôle. L'explosion a causé la mort de cinq personnes dont un gendarme, trois civiles et le kamikaze présumé membre du groupe terroriste Boko Haram.

Cet attentat-suicide survient, un jour à peine après que le gouverneur de la région de l'extrême nord, ait présidé une réunion de sécurité dans son territoire de commandement. Midjayawa Bakary recommandait alors aux forces de sécurité, de renforcer la surveillance et de redoubler de vigilance dans la zone de Kolofata devenue la cible privilégiée des attaques kamikazes ces derniers mois.

Trois attaques en trois mois

C'est le troisième attentat enregistrés dans la localité de kolofata depuis fin janvier 2017, et au moins le 5e à l'extrême nord du Cameroun depuis la même période. En effet le 17 mars dernier, deux kamikazes échouaient de justesse leur mission dans la localité. Les jeunes « terroristes » vite repérées par des membres d'un comité de vigilance alors qu'elles se préparaient à rentrer dans un marché ont été interpellées. Démasquées et prisent de panique l'une d'elles a actionné sa charge explosive, tandis que l'autre a été neutralisée à l'aide d'une arme de fabrication artisanale.

Le 22 février, un autre attentat était perpétré à Amchidé, arrondissement de Kolofata faisant deux morts et deux blessés. Au cours de la même période, les localités de Doublé, toujours dans le département du Mayo Sava, ou Soueram dans le département du Logone et Chari ont été le théâtre d'attaques terroristes.

Face à toutes ces attaques les autorités camerounaises ont déployé d'importants moyens pour sécuriser la zone. Depuis février 2017, selon les autorités, Boko Haram anéanti, livrerait là sa dernière bataille.

Commentaires facebook