Jeudi 22 Juin 2017

Cameroun: apeuré, le Président Paul Biya sécurise la fête nationale

Cameroun: apeuré, le Président Paul Biya sécurise la fête nationale
(Afrique sur 7 19/05/17)
Le Président camerounais, Paul Biya

Le Président Paul Biya du Cameroun n’est pas serein en ce moment. Apeuré par les menaces de boycott de la fête nationale par l’Opposition anglophone et d’autres partis alliés, il a décidé de prendre des mesures liberticides pour sécuriser à sa manière cette cérémonie.

Le Président Paul Biya est très craintif en ce moment à cause des menaces qui fusaient de partout de l’Opposition au Cameroun qui veut boycotter la fête nationale. Pour mieux se barricader lors de cette cérémonie, le Président Biya a pris des mesures liberticides dans le style: « Les téléphones portables sont interdits au palais de l’unité le soir du 20 Mai. Ils resteront à l’extérieur », entendait-on retentir sur les antennes de la radio télévision hier jeudi 18 mai 2017, dans la soirée.

L’opinion camerounaise dans son ensemble fut offusquée de telles dispositions sécuritaires prises pour une fête nationale censée réunir les filles et fils du pays, qu’ils soient de la partie francophone ou anglophone.

A l’analyse, cette décision prise au plus haut niveau de l’Etat a suscité de vifs débats sur les réseaux sociaux qui n’ont pas manqué de présenter cette prétendue fête comme un conclave occultiste, d’autant plus que les moyens modernes pour immortaliser l’événement, à savoir les téléphones portables et autres Smartphones, seront interdits.

Pour rappel, le Cameroun traverse en ce moment une profonde crise politique, car la partie anglophone du pays revendique son autonomie pour parvenir au Cameroun à un fédéralisme. En revanche, le camp présidentiel et francophone veut un Cameroun un et indivisible. Des manifestations violentes surgissent au quotidien à cause de cette atmosphère politique délétère.

Demain samedi 20 mai 2017, devrait avoir lieu la fête nationale du Cameroun. L’Opposition a décidé de boycotter la cérémonie en brillant par son absence.

Commentaires facebook