Vendredi 22 Septembre 2017
(RFI 20/09/17)
Près d'un an après sa mise en place, une commission indépendante d'enquête de l'ONU sur le Burundi a présenté mardi 19 septembre devant le Conseil des droits de l'homme à Genève le rapport définitif de ses investigations, qui reprend les principales conclusions présentées à la presse le 4 septembre dernier. Elle dénonce de graves violations de droits humains et exhorte la CPI à enquêter dans les plus brefs délais sur les crimes contre l'humanité et autres atrocités commis dans le pays. Avant la fin de cette session, un vote doit statuer sur le renouvellement du mandat de la commission d’enquête pour un an. Bujumbura ne veut pas en entendre parler. La défense de Bujumbura n'a...
(Le Monde 19/09/17)
A la veille de la présentation des conclusions de l’enquête de l’ONU sur les « crimes contre l’humanité commis au Burundi », le conseiller du président Nkurunziza était en visite à Paris pour présenter son « contre-rapport ». « Il n’y a pas de guerre au Burundi, monsieur ! » Ce samedi après-midi 16 septembre, dans les salons à moquette de l’hôtel parisien Renaissance, un scandale perce le calme feutré d’une discrète conférence. Un vieux monsieur a osé dire que des crimes politiques...
(RFI 18/09/17)
En RDC, le dernier bilan des violences qui ont éclaté vendredi 15 septembre à Kamanyola, au Sud-Kivu, fait état de 38 morts, dont 37 réfugiés burundais et un militaire congolais. C'est l'armée de la RDC qui a ouvert le feu. Joint par RFI, Ladislas Muganza, gouverneur de la province, affirme qu'elle a agi en légitime défense. Les forces de l'ordre ont été débordées par les demandeurs d'asile qui réclamaient la libération de quatre des leurs, explique-t-il. Trente-sept Burundais, dont des...
(RFI 18/09/17)
Au Burundi, une manifestation était organisée samedi 16 septembre par le CNDD-FDD, le parti au pouvoir pour protester contre le rapport publié au début du mois par des experts des Nations unies, appelant à une enquête sur des crimes contre l'humanité commis par des agents de l'Etat burundais. A Bujumbura, le parti du président Nkurunziza ne veut pas en entendre parler. Exécutions extrajudiciaires, détentions arbitraires, tortures, violences sexuelles : le rapport des experts des Nations unies est accablant pour l'Etat burundais. Mais pour le parti au pouvoir à Bujumbura, ce travail n'est pas légitime...
(Jeune Afrique 18/09/17)
Au Burundi, à quelques jours de l'enlèvement en plein jour de Léopold Habarugira, un cadre de l'opposition burundaise, alors qu’il se déplaçait à pied avec son épouse dans la capitale burundaise, d’autres disparitions forcées, impliquant entre autre le Service national de renseignement, ont été signalées par l’ONG burundaise Forum pour la conscience et le développement (Focode). Au Burundi, les disparitions forcées se suivent et se ressemblent. En deux ans, depuis l’éclatement de la crise politique en avril 2015, entre 400...
(RFI 14/09/17)
Au Burundi, le porte-parole de la police a annoncé à la presse ce mercredi que « la police n'a pas reçu une plainte » et qu'elle n'était donc pas au courant de l'enlèvement mardi matin d'un cadre du parti d'opposition, l'Union pour la paix et le développement (UPD). Léopold Habarugira a été enlevé en pleine journée par un groupe de quatre personnes, dont une en tenue de policier et armée. Le président en exil de l'UPD, Chauvineau Mugwengezo évoque un mode opératoire déjà vu et qui s'est toujours...
(France TV Info 13/09/17)
Au Burundi, visiblement, on ne plaisante pas avec la réussite scolaire. Faute de résultats suffisants aux tests nationaux, 20 établissements scolaires ont été contraints de fermer, et 14 autres sont sanctionnés d’une suspension provisoire. 49 établissements affichaient moins de 20% de réussite aux tests, et neuf un taux de 0%. En cette période de rentrée scolaire, le ministère de l’Education du Burundi fait le ménage, et la méthode employée...
(RFI 12/09/17)
Au Burundi, une déclaration lue dimanche dans toutes les églises du pays a créé la polémique. La Conférence épiscopale appelle tous les acteurs de la crise burundaise à s'asseoir autour de la même table. Un appel au dialogue qui s'adresse directement au gouvernement. Ce dernier ne veut pas participer à des discussions avec l'opposition en exil. Les négociations sont au point mort depuis plusieurs mois. Il y a un peu plus d'un an, le ministre de l'Intérieur s'en était pris aux évêques catholiques, accusés de s'immiscer dans un...
(Iwacu 11/09/17)
La Commission d’enquête de l’ONU a rendu son rapport, ce lundi 4 septembre. Elle demande à la Cour pénale internationale d’enquêter sur les crimes contre l’humanité commis dans ce pays. La commission évoque « un plan organisé dans la poursuite d’une politique commune.» Il s’agit d’une attaque généralisée et systématique contre la population civile. Ce qui laisse croire que des crimes contre l’Humanité sont commis au Burundi depuis avril 2015. Exécutions extrajudiciaires, arrestations arbitraires, disparitions forcées, tortures, traitements inhumains ou dégradants et de violences sexuelles. La liste des exactions est longue.
(RFI 07/09/17)
Pancrace Cimpaye, porte-parole du Cnared, plateforme d'opposition burundaise en exil, s'est félicité de la publication du rapport de l'ONU qui expose les crimes commis par le pouvoir de Pierre Nkurunziza et exhorte la CPI à s'en saisir. Une commission indépendante d'enquête de l'ONU sur les crimes commis au Burundi a rendu son rapport le 4 septembre. Elle exhorte la Cour pénale internationale (CPI) à enquêter de toute urgence sur les crimes contre l'humanité et autres atrocités au Burundi. Pancrace Cimpaye,...
(RFI 06/09/17)
Pancrace Cimpaye, porte-parole du Cnared, plateforme d'opposition burundaise en exil, s'est félicité de la publication du rapport de l'ONU qui expose les crimes commis par le pouvoir de Pierre Nkurunziza et exhorte la CPI à s'en saisir. Une commission indépendante d'enquête de l'ONU sur les crimes commis au Burundi a rendu son rapport le 4 septembre. Elle exhorte la Cour pénale internationale (CPI) à enquêter de toute urgence sur les crimes contre l'humanité et autres atrocités au Burundi. Pancrace Cimpaye,...
(Le Monde 05/09/17)
Une commission d’enquête des Nations unies documente les exactions commises depuis 2015 et le maintien au pouvoir de Pierre Nkurunziza. Dans le rapport de la commission d’enquête des Nations unies sur le Burundi, rendu public lundi 4 septembre, ne figurent que peu de témoignages, et presque aucune recension détaillée des horreurs subies par une partie de la population, pourtant au cœur des préocupations des enquêteurs. Parmi les centaines d’hommes, de femmes et d’enfants entendus par ces derniers...
(Le Monde 05/09/17)
La commission d’enquête du Conseil des droits de l’homme souhaite voir la Cour pénale internationale se saisir du dossier. Dans le rapport de la commission d’enquête des Nations unies (ONU) sur le Burundi, rendu public lundi 4 septembre, ne figurent que peu de témoignages et presque aucune recension détaillée des horreurs subies par une partie de la population. Parmi le demi-millier d’hommes, de femmes et d’enfants entendus par les enquêteurs, nul n’est cité de façon personnelle. Les détails demeurent confidentiels. Il faut y voir à la fois une mesure de protection...
(RFI 05/09/17)
Une commission indépendante d'enquête de l'ONU sur les crimes commis au Burundi a rendu son rapport lundi 4 septembre. Elle exhorte la Cour pénale internationale à enquêter de toute urgence sur les crimes contre l'humanité et autres atrocités au Burundi. Son président parle d'une attaque « généralisée ou systématique » contre la population civile. Et Fatsah Ouguergouz va plus loin. Il blâme « une politique de l'Etat burundais ». Un rapport qui pointe du doigt une responsabilité jusqu'au sommet de l'Etat, pour la première fois...
(RFI 05/09/17)
Des violations des droits de l’homme relevant du crime contre l’humanité ont bien été commises au Burundi, selon l’ONU. La commission d’enquête des Nations unies sur le Burundi vient de rendre son rapport final. Sa mission était de dresser un état des lieux des violations des droits de l’homme au Burundi depuis le début de la crise en septembre 2015. La commission demande donc à la CPI d’ouvrir une enquête dans les plus brefs délais. Bujumbura n’a pas permis aux...
(France 24 31/08/17)
À l'occasion de la journée internationale des disparitions forcées, l'ambassadrice du Burundi en France, Christine Nina Niyonsavye, était l'invitée de France 24. Elle décrit "un pays en paix" où "la crise est passée depuis longtemps". "La crise dont on parle de manière régulière n'existe plus." Christine Nina Niyonsavye, l'ambassadrice du Burundi en France, estime que "depuis presque deux ans", son pays "se développe" grâce à "des institutions qui fonctionnent". Preuve de cette relance, "les touristes continuent à venir" selon la...
(RFI 30/08/17)
Le 30 août marque la Journée internationale des victimes de disparition forcée. La date retient l’attention au Burundi, où les opposants au troisième mandat du président Nkurunziza sont régulièrement portés disparus. C’est du moins ce qu’affirme le Forum pour la conscience et le développement (Focodé), qui réunit des organisations de la société civile. Au Burundi, les familles qui sont soudain sans nouvelles d'un proche se tournent parfois vers le Focodé. Depuis l’an dernier, cette organisation a fait enquête sur 150 personnes introuvables. Il s’agissait pour la plupart de manifestants ...
(Jeune Afrique 30/08/17)
La rébellion des Forces républicaines du Burundi (Forebu) a annoncé lundi qu'elle changeait de nom et qu'elle serait désormais dirigée par un ancien officier supérieur de l'armée burundaise. Le général major Jérémie Ntiranyibagira est le nouveau leader des désormais Forces populaires du Burundi (FPB), dont l'objectif n'a pas changé depuis sa création en 2015 : chasser par les armes le président Pierre Nkurunziza du pouvoir. Essentiellement composé de soldats et de policiers qui ont déserté les corps de défense du...
(Dw-World 30/08/17)
La loi créant l’Observatoire national pour la prévention et l’éradication du génocide, des crimes de guerre et crimes contre l'humanité a été votée par le parlement. Mais elle divise la classe politique. Écouter l'audio 02:09 "L’Observatoire fournira des propositions à tout" (Pascal Barandagiye, ministre) L'opposition dénonce la volonté du pouvoir en place de dresser un écran de fumée sur cette question très sensible. De son côté, le parti présidentiel, CNDD-FDD, dément toute récupération politique. Prévu par l'article 268 de la...
(RFI 29/08/17)
Dans une déclaration rendue publique dimanche 27 août au soir, la principale rébellion burundaise agissant en RDC, les Forebu, a annoncé leur changement d’appellation et officialisé leur nouvel organigramme. L’ONU estime les effectifs des FPB à plusieurs centaines d’hommes, en majorité des déserteurs de l’armée et de la police burundaise qui seraient installés dans l’est de la RDC dans les territoires d’Uvira et de Fizi. C’est la principale rébellion burundaise dans l’est de la RDC. Les Forebu se nomment désormais...

Pages