Samedi 25 Novembre 2017
(Jeune Afrique 23/11/17)
Il y a un mois, la Cour pénale internationale a autorisé l'ouverture d'une enquête sur de possibles crimes commis au Burundi entre avril 2015 et octobre 2017. Ancien haut fonctionnaire international, intellectuel burundais engagé, David Gakunzi livre ici sa vision de la situation du pays, de l'impact de cette décision de la CPI et de la réaction des chefs d'État de la région. Depuis avril 2015, le Burundi va très mal : discours de haine, arrestations arbitraires, actes de torture, disparitions forcées, exécutions extrajudiciaires, femmes martyrisées jusque dans leur intimité avant d’être retrouvées, les corps jetés comme des détritus. Des actes inhumains d’une extrême gravité largement documentés par les organisations internationales de défense des droits...
(RFI 17/11/17)
Vers une relance d'un dialogue inter-burundais en crise depuis plus d'une année. L'équipe du facilitateur dans cette crise, l'ancien président tanzanien Benjamin Mkapa, est en train d'envoyer depuis deux jours des invitations aux protagonistes de la crise burundaise. Un nouveau round du dialogue inter-burundais qui doit avoir lieu du 27 novembre au 8 décembre, deux semaines de discussions pour tenter de vider la question, selon des sources diplomatiques. L'ordre du jour de ces discussions n'a pas encore été communiqué, tout comme la liste des personnes invitées, une liste qui a toujours été la pierre d'achoppement lors des trois premiers rounds de discussions, notamment sur la participation du gouvernement...
(La Tribune 14/11/17)
Annonce inattendue lors du dernier Conseil des ministres au Burundi. Près d’un an après son achat, l’avion de Pierre Nkurunziza va être affecté à une « double exploitation ». Entre les lignes, le Gulf Steam présidentiel, cloué au sol depuis décembre 2016, occasionne d’importants coûts que le gouvernement veut réduire. En plus de son affectation au transport du président, une des pistes est de le proposer… à la location ! « Avion d'un président d'un pays d'Afrique de l'Est, cherche locataire sérieux pour utilisation personnelle sans trop l'abîmer ». Cette annonce n'émane pas du responsable commercial zélé d'un constructeur aéronautique. Mais elle pourrait facilement remplacer le communiqué...
(RFI 11/11/17)
Il y a deux jours, la Cour pénale internationale annonçait sa décision d'autoriser le procureur à ouvrir une enquête sur le Burundi depuis le 25 octobre, une décision prise alors que le pouvoir burundais pensait en avoir fini en se retirant du statut de Rome il y a plus d'un an. Un retrait devenu définitif le 27 octobre dernier. Bujumbura, qui avait mis tout en œuvre depuis deux ans pour échapper à cette enquête, a déjà annoncé qu'il ne coopérera...
(Le Monde 10/11/17)
La procureure Fatou Bensouda est compétente pour les faits commis entre avril 2015 et le 27 octobre 2017, mais aussi pour certains considérés comme toujours en cours, telles les disparitions forcées. Les juges de la Cour pénale internationale (CPI) ont donné leur accord à l’enquête demandée par la procureure Fatou Bensouda, ciblant les responsables de crimes commis au Burundi. La décision, prise le 25 octobre, était depuis sous scellés, notamment pour protéger les témoins potentiels. Selon le document d’une centaine...
(La Tribune 10/11/17)
Le Burundi peut se targuer d’être le premier pays au monde à se retirer de la Cour pénale internationale. Mais c’est tout. Bujumbura est toujours contraint par le glaive de la justice internationale, en l’occurrence la CPI qui vient d’autoriser l’ouverture d’une enquête sur la situation au Burundi marquée par une crise politique profonde depuis 2015. Peine perdue pour le Burundi ? En claquant la porte de la Cour pénale internationale ce 27 octobre, après avoir introduit une demande de...
(RFI 10/11/17)
Les juges de la Cour pénale internationale (CPI) autorisent l’ouverture d’une enquête sur la situation au Burundi. Cette décision rendue publique ce jeudi a été prise le 25 octobre dernier. La Cour tenait « à mettre en œuvre des mesures de protection des victimes et des témoins éventuels avant de communiquer ». L'enquête portera sur les crimes qui auraient été commis au Burundi ou par des ressortissants burundais à l'étranger entre le 26 avril 2015 et le 26 octobre 2017...
(RFI 03/11/17)
Le président Pierre Nkurunziza a signé il y a quelque jours un décret qui vise à un contrôle strict de l'usage des fameux tambours du pays, qui ont été inscrits au patrimoine immatériel de l'humanité de l'Unesco en avril 2014. Une volonté de redorer le blason d'une tradition séculaire et symbole de la royauté au Burundi qui s'est trop banalisée au cours des dernières années selon les autorités. Le gouvernement exige désormais que les tambours ne soient battus que dans...
(Jeune Afrique 31/10/17)
Dans son dernier rapport sur les perspectives régionales de l'économie de l'Afrique subsaharienne, le Fonds monétaire international confirme la reprise économique dans la zone, mais s'inquiète de voir dans certains pays le revenu par habitant se dégrader et l'endettement augmenter. C’est un tableau en demi-teinte que dresse le Fonds monétaire international (FMI) de l’économie de l’Afrique subsaharienne en cette fin d’année. Dans ses Perspectives régionales intitulées « Ajustement budgétaire et diversification économique » publiées le 30 octobre, le Fonds confirme...
(Le Point 30/10/17)
Pierre Nkunrunziza ne veut pas prendre le risque d'être poursuivi par la CPI, il a donc engagé la procédure de retrait de son pays. Peut-être un peu trop tard... C'est officiel depuis ce vendredi 27 octobre 2017, le Burundi est devenu le premier pays à quitter la Cour pénale internationale (CPI) créée il y a quinze ans à La Haye. Cela aura pris une année entière au pays de Pierre Nkurunziza pour obtenir son retrait de l'organisation internationale dépendante des...
(La Tribune 30/10/17)
Nouveau claquage de porte à La Haye aux Pays-Bas dans la fronde africaine contre la Cour pénale internationale (CPI). En véritable crise de crédibilité et de légitimité sur un continent où elle est accusée d’acharnement anti-africain, l’institution de Fatou Bensouda vient de perdre un de ses 122 pays-membres. Le Burundi de Pierre Nkurunziza qui avait entamé sa procédure de retrait un an plus tôt vient d’acter son départ. Il est le premier Etat en Afrique et dans le monde à...
(Jeune Afrique 28/10/17)
Un an après avoir notifié au Secrétaire général de l'ONU sa décision de se retirer du statut de Rome, le Burundi ne fait plus partie, à compter de ce vendredi, des États parties au Statut de Rome de la Cour pénale internationale. Un retrait qui n'a cependant pas de conséquence sur l'examen préliminaire en cours concernant ce pays. C’est à coup de hashtag #BurundiOut que les autorités burundaises saluent, à leur manière, le retrait officiel, ce vendredi 27 octobre, de...
(Le Monde 27/10/17)
Alors que le pays est le premier à quitter la CPI, le président pourrait se représenter en 2020 voire en 2027 grâce à un projet de réforme constitutionnelle. Les uns après les autres, rapports et témoignages dressent depuis 2015 un bilan étourdissant de la répression contre l’opposition et du système de terreur qui s’enracine au Burundi. En vain. Pendant ce temps, le président Pierre Nkurunziza assoit son pouvoir. Trois événements quasi simultanés confirment ce constat : une Constitution à sa...
(RFI 27/10/17)
Le projet de révision constitutionnelle adopté mardi 24 octobre en Conseil des ministres au Burundi fait réagir. S'il est validé par référendum, ce texte permettra au président burundais Pierre Nkurunziza de se maintenir au pouvoir jusqu'en 2034, voire 2041, et donnera ainsi le coup de grâce à l'accord d'Arusha, signé en 2000, un texte qui interdit à un chef d'Etat de rester au pouvoir plus de dix ans. Toute référence à cet accord de paix est donc gommée dans le...
(RFI 27/10/17)
Réunion de haut niveau entre les gouvernements du Burundi et de la République démocratique du Congo. Les ministres des Affaires étrangères et ceux de la Défense des deux pays se sont retrouvés, mardi 24 et mercredi 25 octobre, à Bujumbura. Objectif : renforcement de la paix et de la sécurité à leur frontière commune. Plusieurs décisions ont été prises, a assuré ce mercredi 25 octobre à RFI le chef de la diplomatie congolaise, Léonard She Okitundu ; notamment, en ce qui concerne les camps de réfugiés burundais de RDC, devenues des « pépinières pour les groupes armés burundais » selon lui...
(La Tribune 25/10/17)
Les investissements affichent une courbe ascendante depuis début 2016, se félicitent les autorités burundaises. Mais cette tendance a-t-elle réellement un impact positif sur l’économie du pays de Pierre Nkurunziza plongé dans une crise politique depuis deux ans ? Eléments de réponse. Création de centaines d'entreprises et de milliers d'emplois... Les investissements sont en hausse au Burundi depuis 2016, comme l'affirment les autorités du pays, notamment le directeur de l'Agence de promotion des investissements (API), Didace Ngendakumana. «Depuis le début de...
(RFI 24/10/17)
La rébellion des Forces populaires du Burundi, les ex-Forebu composés essentiellement de soldats et de policiers qui ont déserté les corps de défense du Burundi depuis le début de la crise politique dans ce pays il y a plus de deux ans, pourrait avoir subi un coup dur. Ses deux principaux leaders, le général Jérémie Ntiranyibagira, un ancien compagnon d'armes du président Pierre Nkurunziza devenu leur chef depuis leur changement de nom fin août et son adjoint, le colonel Edouard Nshimirimana, auraient été arrêtés samedi 21 ...
(Jeune Afrique 20/10/17)
Réunis à Brazzaville sous la houlette du nouveau président en exercice, le président congolais Denis Sassou-Nguesso, les chefs d’État de la région des Grands lacs (CIRGL) ont adopté une série de recommandations ce 19 octobre pour accélérer le règlement des conflits dans cette zone qui réunit douze États du continent. Ils ont par ailleurs apporté leur soutien à l'accord électoral en RDC. La situation politique et sécuritaire de la région se retrouvait au cœur des résolutions adoptées au terme de cette 7ème session de la CIRGL, notamment la question cruciale des groupes armés actifs en République démocratique du Congo (RDC) face auxquels Kinshasa accuse certains de ses voisins de ne pas suffisamment agir.
(RFI 16/10/17)
Le Burundi vient de perdre la gestion de l'argent attribué par le Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme au profit du Programme des Nations unies pour le développement. Ce Fonds mondial a injecté dans le pays plus de 275 millions de dollars américains dans le pays en 14 ans. La raison de cette décision est la mauvaise gestion de ces fonds comme cela transparaît dans une lettre que le Fonds mondial vient d'envoyer à...
(Amnesty International 02/10/17)
Des milliers de réfugiés burundais font l’objet de pressions de plus en plus fortes visant à les inciter à rentrer dans leur pays, où ils risquent pourtant d’être tués, violés ou plus généralement torturés, écrit Amnesty International dans un rapport publié vendredi 29 septembre. Le rapport, intitulé Se soumettre ou fuir. La répression et l’insécurité poussent les Burundais à l’exil paraît alors que deux pays d’Afrique de l’Est ont décidé de ne plus accorder automatiquement le statut de réfugié aux demandeurs d'asile burundais. Cette décision a été prise en janvier dernier par...

Pages