| Africatime
Samedi 25 Février 2017
(AFP 25/02/17)
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'inquiète de propos récents du président burundais Pierre Nkurunziza évoquant la possibilité de briguer un quatrième mandat, dans un rapport obtenu par l'AFP. Pierre Nkurunziza a annoncé fin décembre qu'il pourrait à nouveau se représenter en 2020, "si le peuple le demande", laissant craindre que la crise née de sa réélection en 2015 à un troisième mandat controversé ne se prolonge durablement. Dans un rapport présenté au Conseil de sécurité jeudi, le chef de l'ONU se dit "très préoccupé" par ces déclarations.
(Belga 25/02/17)
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'inquiète de propos récents du président burundais Pierre Nkurunziza évoquant la possibilité de briguer un quatrième mandat, dans un rapport obtenu par l'AFP. Pierre Nkurunziza a annoncé fin décembre qu'il pourrait à nouveau se représenter en 2020, "si le peuple le demande", laissant craindre que la crise née de sa réélection en 2015 à un troisième mandat controversé ne se prolonge durablement. Dans un rapport présenté au Conseil de sécurité jeudi, le chef de l'ONU se dit "très préoccupé" par ces déclarations. Cela "risquerait d'intensifier la crise et de saper les efforts collectifs en vue d'une solution durable", écrit Antonio Guterres. Le chef de l'ONU s'inquiète notamment du rôle grandissant des milices Imbonerakure,...
(Le Monde 24/02/17)
Dans un entretien accordé au journal en ligne proche de Bujumbura, l’ambassadeur de France a affirmé se « sentir en sécurité » dans le pays. Par Emile Costard et Amaury Hauchard « Je me sens en sécurité dans ce pays », n’avait pas hésité à titrer le journal burundais Ikiriho le 27 janvier. Sur ce média en ligne réputé proche du pouvoir, cette phrase banale serait sans doute passée inaperçue si ces propos n’avaient pas été ceux de l’ambassadeur de...
(Xinhua 23/02/17)
Le gouvernement burundais vient de réitérer sa requête portant remplacement du diplomate britanno-marocain Jamal Benomar, conseiller spécial du secrétaire général de l'ONU sur la résolution des conflits traitant du Burundi, a fait savoir le ministre des Relations Extérieures et de la Coopération Internationale (MRECI), Alain-Aimé Nyamitwe. Une correspondance officielle a été adressée mardi au nouveau secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, par le représentant permanent de la Mission du Burundi auprès des Nations Unies à New-York, Albert Shingiro, selon le cabinet du ministre. La partie burundaise a demandé des consultations avec le nouveau secrétaire général...
(Dw-World 21/02/17)
Dimanche dernier, lors de la clôture des travaux du dialogue inter-burundais, le facilitateur a formulé des propositions de sortie de crise. Elles seront soumises aux chefs d’Etat de la Communauté d'Afrique de l'Est. Lors de ce sommet extraordinaire, dont la date n'a pas encore été fixée, les dirigeants des pays de la communauté d'Afrique de l'Est devront se prononcer entre autres sur des questions politiques, constitutionnelles, législatives et électorales. Mais aussi sur la situation socio-économique, les questions humanitaires et de...
(AFP 20/02/17)
Le médiateur dans la crise burundaise, Benjamin Mkapa, a estimé dimanche urgent de convoquer un sommet extraordinaire des chefs d'Etat de la Communauté des Etats d'Afrique de l'Est (EAC) qui l'ont mandaté, afin d'étudier les "obstacles au processus" de paix au Burundi. L'ex-président tanzanien a fait cette déclaration à l'issue de quatre jours de consultations stériles à Arusha (Tanzanie), en l'absence de délégation du gouvernement qui a boycotté cette session, refusant de siéger à la même table que le Cnared,...
(Xinhua 20/02/17)
L'ancien président tanzanien Benjamin Mkapa a estimé dimanche qu'il était nécessaire de tenir un sommet extraordinaire de la Communauté de l'Afrique de l'Est (CAE) pour mettre fin à l'impasse politique au Burundi. M. Mkapa, chargé de faciliter le dialogue au Burundi, a fait cette suggestion à l'issue du dialogue interburundais de trois jours à Arusha, dans le nord de la Tanzanie. Sans préciser sur le calendrier du sommet régional, Mkapa a déclaré: "Il est impératif de tenir un sommet extraordinaire ...
(Xinhua 20/02/17)
La future constitution amendée tiendra compte des résultats du dialogue interburundais organisé au niveau des 18 provinces burundaises au premier semestre 2016 sous l'égide de la Commission Nationale de Dialogue Interburundais (CNDI), a fait savoir le cabinet de la ministre burundaise de la Justice et Garde des Sceaux, Aimée-Laurentine Kanyana. Mercredi dernier, le gouvernement burundais réuni en Conseil des Ministres sous la direction du président Pierre Nkurunziza, a adopté un projet de décret portant création, mandat, composition, organisation et fonctionnement...
(Iwacu 20/02/17)
Le premier vice-président de l’Assemblée nationale annonce un montage destiné à l’écarter des élections de 2020. Il y aurait donc un montage concocté contre vous ? Effectivement des projets visant à me nuire pour des raisons politiques. J’ai des infos avérées. Voulez-vous donner plus de détails ? On parle d’une rébellion qui me serait collée pour qu’on procède à ma déchéance politique et m’enlever ainsi l’immunité. Si je ne tombe pas sous les balles de quelques fanatiques, je vais me...
(AFP 18/02/17)
Le Burundi a demandé vendredi aux autorités de Tanzanie d'arrêter des responsables de l'opposition participant aux pourparlers de paix entamés la veille à Arusha (nord de la Tanzanie). Ces pourparlers constituent une nouvelle tentative pour résoudre près de deux ans de crise politique au Burundi. Bujumbura a annoncé mercredi qu'il n'y participerait pas. Le Cnared, plateforme regroupant la quasi-totalité de l'opposition burundaise intérieure et en exil avec laquelle Bujumbura a toujours refusé de négocier, a annoncé sa participation. Le Burundi a demandé à la Tanzanie d'arrêter "quelques ...
(Xinhua 18/02/17)
Le gouvernement tanzanien a été sollicité vendredi par le gouvernement burundais, pour "collaborer" dans l'arrestation des "putschistes" poursuivis par la justice burundaise qui se trouvent présentement à Arusha (nord de la Tanzanie) pour participer à la session du dialogue interburundais prévue du 16 au 18 février. "Qu'il y ait un accord d'extradition ou pas, un pays donné, peut dans le cadre de l'exercice de sa souveraineté, adresser à un pays tiers et vice versa ; et ce dans le cadre...
(RFI 17/02/17)
Le facilitateur dans la crise burundaise, l'ancien président tanzanien Benjamin Mkapa, a lancé jeudi 16 février à Arusha dans le nord du pays, un nouveau round de dialogue en vue d'une sortie de crise. Et ce malgré l'absence du gouvernement burundais qui a annoncé la veille au soir sa décision de boycotter cette session en raison de la présence à ces discussions de membres de l'opposition en exil poursuivis par la justice burundaise, mais aussi du représentant spécial de l'ONU,...
(AFP 16/02/17)
Le gouvernement du Burundi va boycotter les discussions de sortie de crise qui doivent s'ouvrir jeudi à Arusha (Tanzanie), selon un communiqué rendu public mercredi soir. Cette nouvelle session du dialogue interburundais, organisée par le facilitateur régional et ancien président Tanzanien Benjamin Mkapa, vise à sortir le Burundi d'une crise déclenchée il y a près de deux ans par la candidature controversée du président Pierre Nkurunziza à un 3e mandat. Le gouvernement de M. Nkurunziza dénonce la présence parmi les...
(Dw-World 16/02/17)
Arusha, en Tanzanie, abrite à partir de ce jeudi une nouvelle session du dialogue inter-burundais. Après avoir hésité, le CNARED, le regroupement des opposants burundais en exil, a décidé finalement d’y prendre part. "Pierre Nkurunziza passe son temps à jouer au football" (Teddy Mazina) A la veille de cette enième rencontre plusieurs membres de la société civile et de la diaspora burundaise ont publié un document intitulé : « Arusha, pourquoi ? On se doit d’exiger la justice ». Est-ce...
(RFI 16/02/17)
Un nouveau round de discussion pour une sortie de crise au Burundi censé se pencher pour la première fois sur les questions de fond commence ce jeudi matin 16 février à Arusha, dans le nord de la Tanzanie, dans de difficiles conditions. Le gouvernement du Burundi, qui dénonce notamment la participation d'opposants qui sont recherchés par la justice burundaise et la présence d'un représentant de l'ONU qu'il a récusé, a annoncé mercredi soir sa décision de boycotter cette session. Mais...
(Jeune Afrique 16/02/17)
Le ministre burundais de l’Intérieur, Pascal Barandagiye, a entamé une visite officielle en Ouganda pour rencontrer les réfugiés de son pays et les convaincre de rentrer. Une mission qui s’avère pour le moins difficile. Des plus moqueuses aux plus virulentes, les réactions des réfugiés sont sans appel concernant la visite du ministre de l’Intérieur et de la Formation patriotique, Pascal Barandagiye, dans le camp de Nakivale, au sud-ouest de l’Ouganda, à la mi-journée, mercredi 15 février. « Les autorités burundaises...
(Xinhua 16/02/17)
Le gouvernement du Burundi a décidé de ne pas envoyer de délégués à Arusha dans la session du dialogue interburundais du 16 au 18 février 2017, a indiqué mercredi soir à Bujumbura dans un communiqué Philippe Nzobonariba, secrétaire général et porte-parole du gouvernement. Selon le communiqué, le gouvernement burundais reconnaît qu'en date du 13 février dernier, avoir reçu du facilitateur dans le dialogue interburundais, Benjamin William Mkapa, une invitation pour qu'il envoie des délégués dans la session du 16 au...
(AFP 15/02/17)
Le Cnared, plateforme regroupant la quasi-totalité de l'opposition burundaise intérieure et en exil, a annoncé mercredi qu'il participerait finalement à une nouvelle session du dialogue interburundais qui s'ouvre jeudi à Arusha (Tanzanie). "Le Cnared a noté une évolution positive de la facilitation (médiation) dans l'organisation des négociations de paix au Burundi. Il a donc décidé de répondre à son invitation jeudi, pour aller faire prévaloir ses droits", a déclaré à l'AFP son porte-parole, Pancrace Cimpaye. Le Cnared avait dans un...
(AFP 15/02/17)
Le facilitateur dans la crise burundaise, Benjamin Mkapa, tentera une nouvelle fois de rassembler pouvoir et opposition autour d'une même table de jeudi à samedi à Arusha (nord de la Tanzanie), une démarche dont les chances de réussite semblent toutefois réduites. L'ancien président tanzanien souhaite aborder pour la première fois des "questions de fond", telles que le 3e mandat controversé du président Pierre Nkurunziza ou la "mise en place d'un gouvernement d'union nationale", selon un diplomate africain souhaitant conserver l'anonymat...
(RFI 15/02/17)
Le ministre burundais de l'Intérieur et de la Formation patriotique a entamé une visite en Ouganda mardi 14 février. Il est notamment accompagné de différents acteurs burundais en charge du rapatriement et de la réinstallation des réfugiés. L'objectif de cette visite est de convaincre ceux qui ont fui la crise - 45 000 Burundais se trouvent en Ouganda selon le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) - que toutes les conditions pour eux sont réunies pour rentrer.

Pages