Mardi 25 Juillet 2017
(Burundi– AGnews 21/06/17)
Le Burundi accueille 60.000 réfugiés de toutes origines, majoritairement Congolaises et Rwandaises. A Bujumbura, au terrain Tempête, ce mardi 20 juin 2017, M. SANGARA Innocent, administrateur principal à l’office du Haut Commissariat aux Réfugiés HCR du Burundi en Mairie de Bujumbura, a informé, lors des festivités de la Journée mondiale des réfugiés dans le Monde, que le Burundi accueille 60.000 réfugiés dont la majorité est d’origine Congolaise et Rwandaise. Le Burundi, terre d’asile, selon l’Office National de Protection des Réfugiés et Apatrides (ONPRA), répartit les réfugiés dans 4 camps à travers le pays : 1/ Gasorwe à Muyinga ; 2/ Musasa à Ngozi; 3/ Butezi à Ruyigi ; et 4/ Kavumu à Cankuzo.
(Xinhua 21/06/17)
Le ministère des Relations extérieures et de la Coopération internationale a démenti mardi les fouilles-perquisitions menées contre les résidences des diplomates accrédités au Burundi le 19 juin au quartier résidentiel de Kiriri. Selon Bernard Ntahiraja, assistant du ministre burundais des Relations extérieures et de la Coopération internationale, cette information "n'est pas correcte et carrément fausse". Il a expliqué que "la police nationale a organisé des fouilles de routine dans le quartier de Kiriri comme elle le fait ailleurs dans d'autres localités du territoire burundais, notamment dans Bujumbura-Mairie". Au cours de cette opération policière, a-t-il fait savoir, "aucune résidence d'un diplomate n'a été fouillée". Il a saisi l'occasion pour réaffirmer que le Burundi respecte la Convention de Vienne sur les relations...
(Autre média 21/06/17)
La sécurité au Burundi reste instable, la situation socioéconomique se dégrade, et la récente décision des autorités de mettre en place une commission de révision de la Constitution dans un contexte de fortes restrictions aux libertés civiles risque de provoquer une escalade dans la crise, a averti mardi le Sous-Secrétaire général des Nations Unies aux affaires politiques, Tayé-Brook Zerihoun. Devant le Conseil de sécurité, M. Zerihoun a toutefois estimé que la nomination récente par le Secrétaire général de Michel Kafando comme Envoyé spécial au Burundi permettrait d’avoir une meilleure compréhension du processus politique en cours. Dans son exposé, le Sous-Secrétaire général a fait état d’attaques à la grenade dans la capitale ces dernières semaines, ainsi que de répression et d’intimidation...
(Linfo.re 20/06/17)
Le Burundi institue le mariage obligatoire. D’ici la fin de l’année, tous les couples en concubinage devraient être mariés légalement. Vivre en concubinage est désormais illégal A la suite d’une déclaration du ministère de l’intérieur, vivre en union libre au Burundi est désormais illégal. Comme le mariage est dorénavant obligatoire dans ce petit pays d’Afrique de l’est de 11 millions d’habitants, des unions de masse seront organisées afin que tous les couples qui ne le sont pas encore puissent régulariser leur situation. Les autorités se chargeront d’établir une liste de ceux qui sont illégitimes. Ainsi, ceux qui ne respectent pas cette nouvelle loi risqueront de recevoir une amende de 50 000 FB soit 22 euros, une véritable fortune pour les...
(Burundi– AGnews 20/06/17)
Tribunal de Grande Instance TGI de Cibitoke – 2 ans de prison et 100.000 BIF ( environ 60 USD ) d’amende pour usurpation de fonctions et imputation dommageable. A Cibitoke, ce vendredi 16 juin 2017, le Tribunal de Grande Instance TGI de Cibitoke a condamné à 2 ans de prison et 100.000 BIF d’amende M. Twizerimana Jean Baptiste pour usurpation de fonctions et imputation dommageable, après jugement et délibération. Pendant le procès, M. Twizerimana Jean Baptiste, poursuivi par le Ministère Public, a reconnu ses fautes et a demandé pardon devant les juges.
(MondAfrique 19/06/17)
Voici le texte de l’intervention prononcée le 14 juin 20007 à Genève par le président de la commission d’enquète de l’ONU, Fatsah Ouguergouz, au terme d’un travail de quatre mois sur place Monsieur le Président, Excellences, Mesdames et Messieurs, La Commission d’enquête sur le Burundi, que ce Conseil et vous-mêmes avez établie et que j’ai l’honneur de présider, est opérationnelle depuis maintenant quatre mois. Cette période, si elle est courte au regard de la lourde tâche qui nous a été confiée, nous a néanmoins permis de mieux appréhender la situation des droits ...
(Xinhua 19/06/17)
Les pouvoirs publics burundais devraient apporter des "réponses appropriées" aux défis de l'environnement pour prévenir l'éclatement des "catastrophes écologiques" dans le pays dans les années à venir, prévient Jean-Marie Sabushimike, expert environnemental burundais. La première préoccupation environnementale pour le Burundi, est la pression démographique observée sur le territoire burundais,, M. Sabushimike, professeur de Géographie à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l'Université du Burundi (UB), dans une interview accordée vendredi à Xinhua au sujet de l'état des lieux sur les défis actuels de l'environnement burundais. Les données actuelles de l'Institut de Statistiques et d'Etudes Economiques du Burundi(ISTEEBU), service officiel des statistiques du pays, révèlent que le taux moyen de fécondité est de 6,4 enfants par femme ; alors...
(Burundi– AGnews 19/06/17)
Le cheptel burundais était composé en 2016 de : – 700.000 vaches; 2.000.000 de petits ruminants (chèvres et moutons confondus); et plus de 3.000.000 de volailles. A Bujumbura, lundi 12 juin 2017, M. Nsanganiyumwami Déogratias, Directeur National de la Santé animale au ministère burundais de l’Agriculture et de l’Elevage, a informé que, selon un recensement du cheptel burundais réalisé en 2016 par l’état, le Burundi compte : – 700.000 vaches; 2.000.000 de petits ruminants (chèvres et moutons confondus); et plus de 3.000.000 de volailles. Au Burundi, M. Nsanganiyumwami est content car un examen du projet de loi sur la stabulation permanente et l’interdiction de la divagation des animaux domestiques au Burundi, est en cours au Parlement burundais depuis le lundi...
(Xinhua 17/06/17)
Le président de la Fédération Nationale des Associations engagées dans le Domaine de l'Enfance au Burundi (FENADEB ; collectif d'ONG burundaises), Jacques Nshimirimana, a demandé au gouvernement burundais du président Pierre Nkurunziza, d'accélérer la protection des enfants du Burundi d'ici 2030. Ce plaidoyer ressort d'un communiqué de presse publié par la FENADEB à l'occasion de la Journée Mondiale de l'Enfant Africain célébrée le 16 juin de chaque année. Le thème de cette année choisi au niveau de l'Union Africaine(UA), qui interpelle tous les pays africains...
(Iwacu 17/06/17)
«Cent trente-huit réfugiés burundais du camp de Rusenda en République Démocratique du Congo sont volontairement enregistrés auprès du HCR pour être rapatriés chez eux», fait savoir Abel Mbilinyi, représentant du Haut-commissariat pour les réfugiés au Burundi, jeudi 15 juin. Il indique que même en Tanzanie certains réfugiés ont exprimé l’intention de regagner leur pays. Et il note que le nombre total des réfugiés burundais jusqu’au 8 juin 2017 était de 420.472. M. Mbilinyi réfute les effectifs des refugiés rapatriés avancés par le gouvernement : « Il intègre des Burundais refoulés par les pays limitrophes pour d’autres raisons alors qu’ils n’ont pas eu le statut des réfugiés». Il affirme que le nombre total des réfugiés rapatriés est de sept mille réfugiés...
(Africa Top sports 17/06/17)
L’ancien athlète Dieudonné Kwizera est élu président de la Fédération d’Athlétisme du Burundi à l’issue des élections tenues le 11 juin dernier. Dieudonné Kwizera a été voté à l’unanimité par l’assemblée élective de cette fédération. Ce dernier dirigeait la fédération les 2 dernières années à l’intérim. Dans son programme, il veut centrer tout sur les athlètes : « En tant qu’ancien athlète, je comprends les attentes de nos athlètes. L’athlète sera au centre de notre politique sans oublier bien sûr les entraineurs» a t-il dit. Au cours de la période de transition de 2 ans, Dieudonné Kwizera s’était fixé le pari d’envoyer 6 athlètes aux jeux olympiques de Rio de Janeiro. Maintenant l’objectif est d’envoyer plus de 10 athlètes aux...
(AFP 16/06/17)
Les autorités du Malawi ont condamné vendredi de violents incidents qui ont récemment opposé des réfugiés originaires de communautés rivales du Rwanda et du Burundi dans un camp proche de la capitale administrative du pays Lilongwe. "En tant que pays hôte, nous sommes très déçus de ce comportement. Cela doit cesser sur le champ", a déploré la ministre malawite de l'Intérieur et de la Sécurité, Grace Chiuma, dans un communiqué. Ces derniers jours, la presse locale a rapporté de vives tensions entre Rwandais et Burundais dans le camp Dzaleka, à une quarantaine de kilomètres de Lilongwe.
(RFI 16/06/17)
Des morts, des disparitions par centaines, c’est le bilan de la crise au Burundi depuis que le président Pierre Nkurunziza a décidé de se faire réélire en violant la Constitution. Ce jeudi matin, une commission d'enquête internationale rendait son rapport au Conseil des droits de l'homme de l'ONU après quatre mois de travail de terrain. Une enquête qui confirme les «pires craintes» selon les mots du président de cette commission. Fatsah Ouguergouz a été très clair tout à l'heure devant le Conseil des droits de l'homme. Les premiers...
(Xinhua 16/06/17)
La Commission d'enquête de l'ONU sur le Burundi a dénoncé la persistance des violations des droits de l'homme dans ce pays, lors de la présentation de son rapport devant le Conseil des droits de l'homme jeudi à Genève, selon un communiqué publié jeudi par l'ONU. Ces abus ont été perpétrés, selon les enquêteurs onusiens, dans un climat de peur généralisé et les violations ont été entretenues par des discours de haine prononcés par certaines autorités de l'État, des membres de la ligue des jeunes du parti au pouvoir, les Imbonerakures. "Nous avons été frappés dans nos enquêtes par le sentiment de peur profonde et généralisée qui se dégage des témoignages que nous avons recueillis", ont déclaré Fatsah Ouguergouz, Reine Alapini...
(RFI 16/06/17)
Le Burundi traverse une grave crise politique depuis plus de deux ans. Crise qui a déjà fait de 500 à plus de 2.000 morts selon l'ONU ou les ONG, des centaines de cas de personnes portées disparues ou victimes de torture, et plus de 400.000 réfugiés. Le président de la Commission chargée d'enquêter sur la nature et les responsables de ces violences, mise en place en septembre 2016, a rendu jeudi 15 juin un rapport de mi-parcours, trois mois avant la fin de son mandat et la production d'un rapport final. Son président, Fatsah Ouguergouz fait le point sur leur mission. Lire sur: http://www.rfi.fr/emission/20170616-burundi-fatsah-ouguergouz-enquete-on...
(TV5 16/06/17)
Après quatre mois de recherches, une commission d'enquête des Nations unies dresse le bilan de la crise en cours au Burundi depuis que le président Pierre Nkurunziza a décidé de se faire réélire en violant la constitution. C'est à Genève, devant le Conseil des droits de l'Homme des Nations unies que Fatsah Ouguergouz est venu faire son rapport de mi-parcours ce jeudi 15 juin 2017. Le chef de la commission d'enquête indépendante sur les violences au Burundi va égréner, pendant de longues minutes, la liste des exactions qu'il a consignées en quatre mois d'investigation : « Nous avons en particulier recueilli un grand nombre de témoignages faisant état, lors de séances de torture, de l'usage de matraques, de crosses d'armes,...
(Jeune Afrique 16/06/17)
La Commission d'enquête de l'ONU sur le Burundi a dénoncé la "persistance des violations des droits de l'homme" dans le pays à l’occasion d'une présentation de son rapport devant le Conseil des droits de l'homme jeudi à Genève. Selon les enquêteurs de l’ONU le Burundi est en proie à des violations persistantes des droits de l’homme, entretenues par des « discours de haines ». Au cours de la présentation de leur rapport jeudi 15 juin devant le Conseil des droits de l’homme à Genève, Fatsah Ouguergouz, Reine Alapini Gansou et Françoise Hampson, membres de la Commission d’enquête, ont affirmé avoir été « frappés […] par le sentiment de peur profonde et généralisée qui se dégage des témoignages » recueillis, selon...
(Xinhua 16/06/17)
Le Burundi prépare la construction d'une grande maison culturelle chargée de "juguler la dépravation" des bonnes mœurs nationales dans une perspective de réhabiliter les fondements culturels du pays, a annoncé jeudi à Bujumbura Jean-Bosco Hitimana, ministre burundais de la Culture. Le ministre Hitimana répondait à une séance de questions orales posées devant les députés de l'Assemblée nationale du Burundi. "Aujourd'hui, l'amer constat au Burundi est que les bonne mœurs nationales héritées de la tradition, sont de plus en plus dépravées au regard des mauvais comportements des jeunes burundais manquant du respect aux plus âgés alors que des faits et gestes de ces derniers ne servent pas, non plus, de bon modèle", a-t-il fustigé devant la chambre basse du parlement bicaméral...
(AFP 15/06/17)
Les tortures et les assassinats d'opposants n'ont pas cessé au Burundi, a affirmé jeudi la présidente d'une Commission indépendante de l'ONU, des allégations niées par le gouvernement. Les enquêteurs de cette Commission sur le Burundi, qui se sont vus refuser leur entrée dans le pays, indique qu'il y a un "sentiment de peur profonde et généralisée" dans les 470 témoignages recueillis auprès des réfugiés burundais qui ont fui vers les pays voisins. "Sur la base des entretiens que nous avons pu conduire depuis, nous sommes maintenant en mesure de confirmer nos pires craintes" a indiqué Fatsah Ouguergouz, le président de cette Commission, lors d'un rapport oral d'étape devant le Conseil des droits de l'homme à Genève qui confirme "l'ampleur et...
(AFP 15/06/17)
Une personne a été tuée et neuf blessées mercredi en début de soirée par l'explosion d'une grenade dans un quartier du sud de Bujumbura considéré comme un bastion de l'opposition, a annoncé jeudi à l'AFP le maire de la capitale burundaise. "Une grenade a été lancée et a explosé sur un groupe de personnes qui prenaient une bière à côté de la gare routière du quartier de Musaga mercredi à 18H45, un chauffeur de bus a été tué sur le coup et neuf personnes blessées", a affirmé à l'AFP le maire de Bujumbura, Freddy Mbonimpa. Des policiers, nombreux à cet endroit qui jouxte le bureau du chef de quartier et le commissariat de police, ont riposté par balles, selon des...

Pages