Lundi 29 Mai 2017
(Xinhua 02/05/17)
Le président burundais Pierre Nkurunziza, a annoncé lors de la célébration de la fête du travail et des travailleurs du 1er mai 2017 que 48.000 ménages les plus pauvres vont bénéficier de près de 17 millions de dollars pendant 30 mois. "L'Etat du Burundi et la Banque Mondiale continuent à réduire la pauvreté. Ainsi, il sera octroyé 20.000 BIF (près de 12 dollars) par mois à 48.000 ménages les plus pauvres pendant deux ans et demie", a annoncé le président Pierre Nkurunziza, ce qui revient au total à un peu plus de 28 milliards de BIF (près de 17 millions de dollars). Ce programme du gouvernement du Burundi va dans un premier temps être opérationnel dans quatre provinces pilotes avant...
(RFI 02/05/17)
A Kaga-Bandoro, dans le nord de la Centrafrique, une semaine de tensions entre la population et la Minusca vient de s'achever. En cause, le départ du contingent burundais est contesté, notamment par les nombreux déplacés qui vivent encore dans leurs tentes de fortune. Les Casques bleus burundais étaient arrivés en septembre dernier à Kaga-Bandoro. Alors que la région connaissait de nombreux combats entre anti-balaka et ex-Seleka, ils étaient venus renforcer temporairement le contingent pakistanais de la Minusca. Ces derniers sont vivement critiqués par les habitants de la ville. Notamment concernant leur inaction supposée lors de l'incendie du camp de déplacés qui a fait une trentaine de morts le 12 octobre dernier après l'attaque des Seleka du MPC (Mouvement patriotique pour...
(24 Heures.ch 02/05/17)
L'ex-roi du Burundi sera enterré au cimetière de Meyrin. Selon nos renseignements, le sort de la dépouille de l'ancien monarque vient d'être décidé lundi par le Tribunal fédéral (TF). Cette bataille judiciaire, qui aura duré cinq ans, dépendait en effet d'un recours du Burundi rejeté aujourd'hui par le TF. Ce recours avait été déposé en 2016 contre la décision de la justice genevoise donnant raison à la nièce du défunt qui s'opposait au transfert des restes en Afrique. Le corps de Mwambutsa IV a été exhumé du cimetière de Meyrin en 2012 afin d'être rapatrié dans son pays pour des funérailles nationales. Renversé en 1966 après cinquante ans de règne, le roi avait obtenu l'asile en Suisse, où il est...
(Iwacu 02/05/17)
Le ministère de l’Intérieur a organisé une réunion des partis politiques. Une occasion de prendre des résolutions faisant pression au prochain sommet des chefs d’Etat de la région. Il y a une expression que les combattants du Cndd-Fdd, alors dans le maquis, utilisaient : « gupanga akarere » (que l’on traduirait par « affiner, préparer sa stratégie de combat). L’expression est encore aujourd’hui utilisée. C’est ce qui s’est passé dans ce conclave de Gitega. «C’est le moment propice de s’exprimer sur la position à prendre par rapport au dialogue d’Arusha, à l’approche du sommet des chefs d’Etat des pays de la Communauté Est Africaine.» C’est en substance la consigne donnée par le ministre de l’Intérieur, Pascal Barandagiye, aux partis politiques,...
(Le Temps.ch 02/05/17)
Le corps de l’ancien roi du pays d’Afrique de l’Est, qui était décédé en Suisse, a fait l’objet d’une bataille juridique. Le TF donne raison à une nièce qui s’opposait à son transfert Partager Tweeter Partager La dépouille de l'ex-roi du Burundi retrouvera le cimetière de Meyrin. Le Tribunal fédéral (TF) a confirmé un verdict de la justice genevoise, qui avait arbitré un litige entre des proches du défunt. Les restes de Mwambutsa IV avaient été exhumés, en 2012, pour être rapatriés en Afrique. Mais une nièce du roi défunt s'était opposée à ce transfert. La Cour de justice de Genève lui avait donné raison dans un jugement tombé en octobre dernier. Lire aussi: Le roi qui ne voulait jamais...
(AFP 29/04/17)
A l'ombre du stade national Amahoro, à Kigali, les chaises et tables en plastique rouge de la terrasse d'un bar-restaurant accueillent des réfugiés burundais. Ils se désaltèrent, mangent et parlent du pays, en proie depuis deux ans à une grave crise émaillée de violences. A l'intérieur, une chaîne hi-fi crache un morceau d'un groupe de reggae burundais. Le nom de l'établissement, qui se détache en lettres capitales sur la devanture, n'a pas été choisi par hasard: "Imuhira", signifiant "A la maison" en kirundi, la langue officielle au Burundi. L'Imuhira, un bâtiment de plain-pied coincé entre d'autres bars, a été ouvert il y a un mois dans la capitale rwandaise par des réfugiés burundais regroupés en coopérative. Car, après deux ans...
(Xinhua 29/04/17)
L'Assemblée nationale a "rejeté" la demande adressée au chef d'Etat burundais Pierre Nkurunziza, pour accorder l'immunité à "certaines personnalités poursuivies par la justice pour leurs rôles-clés" dans la tentative de putsch du mai 2015, a déclaré vendredi à Bujumbura le député Pascal Nyabenda, président de cette chambre basse du parlement bicaméral burundais. Le 13 mai 2015, alors que le président Nkurunziza se trouvait à Dar-Es-Salaam (Tanzanie) pour un sommet des chefs d'Etat de la Communauté Est-Africaine (CEA), un groupe d'officiers généraux et supérieurs issus de la Force de Défense Nationale (FDN) et de la Police Nationale du Burundi (PNB), ont organisé à Bujumbura une tentative de coup d'Etat, déjoué deux jours après. "Certes, sur le plan du dialogue interburundais, l'Assemblée...
(RFI 29/04/17)
Au Burundi, une pénurie de carburant frappe actuellement la capitale Bujumbura. Depuis deux jours, les stations-services peinent à satisfaire des foules d’automobilistes qui s’agglutinent par dizaines pour être alimentés en essence. Une situation chaotique qui pèse sur le quotidien des Burundais. Des rangées de voitures qui klaxonnent à l’entrée d’une station-service. L’image devient courante dans les rues de Bujumbura. Transports en commun ou particuliers, tout le monde fait les frais de cette pénurie de carburant. Dieudonné, assureur et automobiliste, est résigné. « Maintenant je suis devant une station-service, témoigne-t-il. A cause de l'agglomération des personnes qui cherchent le carburant, les pompistes viennent de fermer maintenant. Nous sommes là, nous attendons, on ne sait pas quand on va avoir du carburant...
(Xinhua 29/04/17)
Les cas de paludisme "ne cessent d'augmenter" au Burundi en dépit de multiples interventions pour faire baisser la maladie dans le pays, reconnaît Dionis Nizigiyimana, directeur du Programme National Intégré de Lutte contre le Paludisme (PNILP) placé sous tutelle du ministère burundais de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida. Le médecin-directeur du PNILP s'exprimait au cours d'un atelier-média organisé vendredi à Bujumbura dans le cadre de la commémoration de la Journée mondiale de Lutte contre le Paludisme (JMP) sous un thème central ainsi libellé : "En finir pour de bon avec le paludisme". En principe, cette journée est commémorée normalement tous les 25 avril de chaque année. "Première cause de morbi-mortalité avec un taux d'incidence de...
(Le Pays 28/04/17)
Michel Kafando, ancien président de la Transition au Burkina Faso, a été nommé représentant spécial des Nations unies au Burundi, en remplacement de Jamal Benomar en fin de mandat. C’est le pouvoir burundais qui a donné son accord pour la nomination, par l’ONU, de l’ex-président du Faso. Michel Kafando est désormais chargé d’aider les Burundais à résoudre leur crise qui n’a que trop duré. Il lui faudra à la fois lever les malentendus entre Bujumbura et New York, tout en faisant en sorte que toutes les résolutions du Conseil de sécurité sur le Burundi soient mises en application et rapprocher un peuple profondément divisé. M’Ba Michel réussira-t-il là où plusieurs personnalités ont échoué ? C’est tout le mal que le...
(Autre média 28/04/17)
La police burundaise a barré l’accès à 10 camions transportant 300 tonnes d’aliments en provenance du Rwanda au niveau de la frontière entre les deux pays le 25 avril dernier. Les tensions diplomatiques qui existent entre le Burundi et le Rwanda ne permettent pas aux organisations humanitaires de mener à bien leurs missions au pays de Pierre Nkurunziza. La preuve, un convoi humanitaire (Pam) transportant 300 tonnes d’aliments en provenance de Kigali a été refoulé par la police burundaise. Les faits se sont déroulés mardi au niveau de la...
(Xinhua 28/04/17)
La ministre burundaise de la Santé publique et de la Lutte contre le Sida, Josiane Nijimbere, a salué jeudi la ratification parlementaire d'un accord de don de 50 millions de dollars offert au Burundi par la Banque mondiale pour financer un projet d'appui au système de santé "KIRA" (vocable burundais signant "guéris" en langue française). La ministre Nijimbere, qui tenait un point de presse dans les couloirs de l'Assemblée nationale burundaise après sa défense du projet d'accord de don devant les députés, a précisé que ce don permettra de soutenir un programme sanitaire gouvernemental dénommé "Financement basé sur la performance" (FBP) ainsi que des programmes gouvernementaux sanitaires mis en place depuis douze ans à l'échelle nationale en ce qui concerne...
(Iwacu 28/04/17)
Patients, pharmaciens et médecins dénoncent une hausse des prix des médicaments, ces derniers jours. Manque de devises ou spéculation? « Je ne sais pas où trouver l’argent pour acheter le médicament de mon enfant? Les prix ont fortement augmenté!» se lamente Nadine Irakoze, une mère rencontrée, ce mercredi 19 avril 2017, à l’Hôpital Prince Louis Rwagasore. Elle affirme que la semaine dernière, elle a acheté du bactox 2500 mg à 7000 Fbu. « Au mois de mars, je l’avais acheté à 5000 Fbu», précise cette mère, désespérée. Les agents d’une pharmacie de la Mutuelle assurent que les tarifs sont restés les mêmes depuis 2015. Ce n’est pas l’avis d’une responsable d’une pharmacie de gros. D’après elle, les prix des médicaments...
(Xinhua 28/04/17)
Le Burundi "s'accommande bien" à une récente proposition du Kenya sur le report du 18ème sommet de la Communauté Est-Africaine (CEA, East Africaine Community) au 20 mai prochain à Dar-Es-Salaam, en Tanzanie, a réagi jeudi à Bujumbura Jean Rigi, secrétaire permanent au ministère burundais à la Présidence chargé des Affaires de la CEA. A ce jour, la CEA est composé de six Etats, à savoir le Kenya, l'Ouganda et la Tanzanie qui en ont été fondateurs en 2000, le Burundi et le Rwanda qui l'ont rejoint en 2007, ainsi que le Soudan du Sud dont l'adhésion récente remonte à l'an 2016. Le 21 avril dernier, le gouvernement kenyan a envoyé au secrétaire général de la CEA (dont le siège est...
(APA 28/04/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - La population de Kaga-Bandoro, au nord est de la Centrafrique, a érigé des barrières et brulé des pneus jeudi pour protester contre le retrait du contingent onusien plus particulièrement burundais et rwandais exigeant par contre le départ des soldats pakistanais qu’elle accuse de passiveté face aux éléments armés. La MINUSCA a déploré la marche et dit être en pourparlers avec les autorités locales, selon son porte parole Vladimir Montéro ce jeudi dans une radio privée de Bangui. La ville de Kaga Bandoro a été touchée à plusieurs reprises par des attaques des groupes armés contre la population civile. Les manifestants disent être déçus de l’abandon par la MINUSCA, « c’est avec beaucoup de regrets que nous avons...
(Libération 27/04/17)
Arrestations, chantage, disparitions. Face aux méthodes du pouvoir, les étudiants burundais n’ont d’autres choix que souplesse et discipline. Burundi : «Le pouvoir qui peut faire disparaître n’importe qui» Le climat politique et social burundais est à la peur. Depuis sa réélection contestée en juillet 2015 pour un troisième mandat, le président Pierre Nkurunziza ne tolère plus la moindre contestation. Les arrestations arbitraires et disparitions d’opposants se sont multipliées. La répression a fait plus de 2 000 morts et plus de 400 000 Burundais et près de 2 000 militaires ont fui le pays selon un récent rapport de l’International Crisis Group. Depuis octobre 2016, l’ONU estime à 200 le nombre de disparitions. Dans ce climat de tension généralisée, les étudiants...
(Le Monde 27/04/17)
Le Programme alimentaire mondial estime que 3 millions de Burundais ont besoin d’un secours d’urgence alors que le pays traverse une grave crise politique depuis deux ans. En octobre 2015, des Burundais fuient la répression des manifestations qui ont suivi la réélection contestée pour un troisième mandat du président Pierre Nkurunziza. Les autorités burundaises ont refusé l’entrée sur leur territoire d’un convoi d’aide alimentaire en provenance du Rwanda, pays qu’elles accusent d’attiser la crise politique au Burundi, a-t-on appris mardi 25 avril auprès de l’ONU et de la police. Le convoi de dix camions transportant 300 tonnes de nourriture est arrivé vendredi à la frontière entre le Rwanda et le Burundi. « Les formalités douanières ont été faites mais la...
(Burundi– AGnews 27/04/17)
La Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) présente son 2ème plan stratégique 2016-2020 A Bujumbura, ce mardi 25 avril 2017, M. BARIBONEKEZA Jean-Baptiste, Président de la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH), a lancé le 2ème plan stratégique 2016-2020 de la CNIDH, en présence de S.E. SINDIMWO Gaston, Vice-Président du BURUNDI, en vue de contribuer à la protection, la promotion et la réalisation des Droits de l’Homme de tous les BARUNDI. Désormais, les interventions prioritaires du CNIDH s’articuleront sur 5 thématiques : 1/ Amélioration de la protection des droits de l’homme en général et au sein de la chaîne pénale en particulier ; 2/ Contribution à un dialogue constructif sur les questions des droits de l’homme...
(RFI 27/04/17)
Il y a deux ans, le Burundi commençait à sombrer dans une grave crise politique suite à la décision du président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat obtenu quelques mois plus tard. Dans un communiqué paru hier, l’ONG burundaise l’Observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques (Olucome) dresse un effrayant bilan socio-économique de ces deux ans de crise. En deux ans, le pays a dégringolé dans l’ensemble des classements internationaux comme le PIB, l’indice de développement humain, la bonne gouvernance et même l’indice mondial du bonheur où il occupe désormais l’avant-dernière place. Que ça soit au niveau de la démographie, au niveau des droits de l’homme, du taux de chômage, tout est bloqué au pays. Trouver...
(RTBF 27/04/17)
Diffusée au début du mois, une vidéo embarrasse le gouvernement. Devant un local du parti du pouvoir, le CNDD-FDD, on découvre une longue colonne de jeunes gens, non armés, vêtus les uns de T-shirts rouge, les autres en bleu. Ils ne sont pas armés. Ils s'échauffent en dansant sur place et en scandant une formule en kirundi. Juliette Nijimbere, une des Burundaises de Belgique qui ont choisi de diffuser la vidéo pour mettre en lumière les appels au crime des Imbonerakure explique : "Ils ont l'habitude de s’entraîner à chanter des slogans, chaque fois définis par le Parti CNDD-FDD ( Conseil National de Défense de la Démocratie - Forces pour la Défense de la Démocratie). Leur but c'est d'intimider la...

Pages