Jeudi 23 Novembre 2017
(AFP 28/09/17)
Le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU a décidé jeudi d'envoyer au Burundi trois experts, alors que les Occidentaux réclament le renouvellement du mandat de la Commission d'enquête de l'ONU, qui n'a pas été autorisée à se rendre sur place. Une résolution en ce sens a été adoptée par 23 voix pour, 14 contre et 9 abstentions. Les experts auront "pour mandat de travailler en coopération avec le gouvernement en vue de collecter les informations, déterminer les faits et circonstances" des violations des droits de l'Homme "en vue de les transmettre aux autorités judiciaires du Burundi qui auront la charge d'établir la vérité", a expliqué le représentant de la Tunisie, Walid Doudech, au nom du groupe africain. L'"envoi d'une...
(Agence Ecofin 28/09/17)
(Agence Ecofin) - Dans le cadre du processus de la mise en œuvre de la Zone de libre-échange en Afrique centrale, une délégation de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), conduite par Mfoula Marie Thérèse Chantal, secrétaire générale adjointe chargée de l’intégration physique, économique et monétaire, a échangé, ce 25 septembre 2017, avec les autorités tchadiennes. Cet échange qui s’est déroulé en marge de sa mission de relance du Programme de productivité agricole en Afrique centrale (PPAAC), avec Hamid Koua, ministre tchadien du Commerce et du Développement industriel, a porté sur l’évolution du processus d’insertion dans l’ordre juridique interne par la République du Tchad, des instruments juridiques de commerce afin de permettre à la CEEAC d’opérationnaliser la...
(AFP 27/09/17)
Des tirs à l'arme lourde ont été entendus mercredi provenant de combats entre l'armée et des milices dans une ville de l'est de la République démocratique du Congo, près de la frontière avec le Burundi, a-t-on appris de sources concordantes. "Depuis ce matin (mercredi), nous avons entendu des tirs dans la ville d'Uvira. Tout le monde est terré à la maison. Il n'y a aucune activité. La panique est bien perceptible: les écoles ont renvoyé les élèves chez eux, les commerces ont fermé", a déclaré à l'AFP Mgr Muyengo, évêque catholique...
(Iwacu 26/09/17)
Depuis deux mois, des cadavres sont retrouvés ici et là flottant dans des rivières ou gisant sur des terrains vagues. Parfois, les auteurs et le mobile ne sont pas connus. Raisons politiques ? conflits fonciers ? Rien n’est moins sûr. Seule certitude : c’est angoissant.La semaine passée, quatre personnes ont été assassinées en moins de 48 heures. Élysée Irahezagira, élève de la 8ème à Gatumba en province de Bujumbura, a été retrouvé mort, mardi 19 septembre 2017, dans un petit restaurant où il travaillait. Ce même jour, dans le quartier de Carama en mairie de Bujumbura, le corps...
(APA 26/09/17)
APA-Brazzaville (Congo) – Brazzaville, la capitale congolaise, abrite le 19 octobre prochain la huitième réunion de haut niveau de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), axée sur l’examen des mécanismes aptes à mettre fin aux crises qui secouent cette partie du continent africain, a annoncé mardi à Brazzaville la Coordination des agences des Nations Unies au Congo. Organisée par la République du Congo, en coordination avec les Nations Unies et l'Union Africaine (UA), la réunion se penchera dans le détail sur « les progrès et les défis dans la mise-en-œuvre des engagements pris dans l’Accord-cadre signé à Addis-Abeba, en Éthiopie, en février 2013.» Les travaux, souligne la Coordination des agences de l’ONU, mettront « l'accent sur...
(Xinhua 25/09/17)
La justice burundaise a déjà recouvré au profit du trésor public plus d'un milliard de francs burundais (environ 575.000 dollars) détournés en 2016, a révélé en fin de semaine dernière François Ndayiragije, président de la cour suprême du Burundi. M. Ndayiragije, qui intervenait samedi à Bujumbura au cours d'une cérémonie de rentrée judiciaire 2017-2018, a précisé que parallèlement au recouvrement de cet argent, les magistrats corrompus ont été "sévèrement sanctionnés" à la hauteur des infractions commises en la matière.
(RFI 25/09/17)
En RDC, une semaine après les incidents meurtriers de Kamanyola, qui ont fait 39 morts, selon un nouveau bilan officiel, une solution a semble-t-il été trouvée au problème des refugiés burundais, qui refusaient de se faire faire de nouveaux papiers pour des raisons religieuses. Cette question est en voie d'être réglée, selon les autorités locales. Jusqu'à maintenant les réfugiés burundais de Kamanyola refusaient d'être identifiées par les Nations unies. Ces réfugiés, presque tous membres de la secte de Zebiya, rejetent toute identification biométrique pour des raisons religieuses. Le problème est toutefois en voie d'être réglé, selon le vice-gouverneur du Sud-Kivu, Gabriel Kalonda. Les réfugiés devraient être enregistrés manuellement et ensuite, envoyés dans un autre camp dans la région de Fizi,...
(AFP 25/09/17)
Des gardes forestiers financés par le Fonds mondial pour la nature (WWF) sont accusés de violations des droits de l'homme "systématiques et généralisées" envers les pygmées au Cameroun, en République démocratique du Congo et en Centrafrique, selon un rapport de l'ONG Survival International. "Ce rapport documente de graves abus qui ont lieu depuis 1989 jusqu’à aujourd’hui au Cameroun, en République du Congo et en République centrafricaine par ces gardes financés et équipés par le WWF et la Wildlife Conservation Society (WCS), la société mère du zoo de New York", indique le rapport publié lundi par l'ONG britannique. En janvier, Survival avait porté plainte auprès de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)contre le WWF pour complicité d'abus contre des...
(Le Monde 25/09/17)
Deux grandes ONG environnementales sont visées par les accusations de Survival International. Il ne s’agit pas de bavures isolées. Les témoignages de Pygmées rassemblés par l’ONG Survival International dans trois pays du bassin du Congo – Cameroun, Centrafrique et Congo-Brazzaville – font la lumière sur les violences infligées aux peuples des forêts pour les tenir à distance des aires naturelles protégées. La lecture du rapport intitulé « Comment allons-nous survivre ? La destruction des tribus du bassin du Congo au nom de la conservation ? », auquel Le Monde a pu avoir accès en exclusivité, laisse un profond sentiment de malaise. Près de trente ans après les grandes campagnes pour la défense des peuples autochtones contre le « colonialisme vert...
(Iwacu 22/09/17)
Le prix de l’électricité a été augmenté par la Regideso, vendredi 15 septembre. Jéroboam Nzikobanyanka, son directeur général, soutient que l’Etat a fixé le prix de l’énergie à sa juste valeur. L’annonce de cette révision des prix de la Regideso est tombée comme un couperet: Une hausse de 20% pour un ménage ne dépassant pas 50 KWh par mois et plus 100% pour les autres catégories de ménages ainsi que tous les consommateurs dont la consommation excède 50 KWh par mois.
(Agence Ecofin 22/09/17)
La société minière cotée à Londres, Rainbow Rare Earths, active sur le projet de terres rares Gakara au Burundi, a annoncé qu’elle est en bonne voie pour produire ses premiers concentrés de terres rares commercialisables au quatrième trimestre 2017. En effet, indique-elle, le projet lancé en juillet dernier progresse significativement et l’extraction du minerai a démarré comme prévu dans la zone minière de Gasagwe. La construction de l’usine avance bien et les travaux de terrassement devraient être achevés à la fin du mois de septembre. « La construction de l’usine de traitement à Kabezi évolue bien malgré des difficultés logistiques mineures...
(AFP 20/09/17)
L'Union européenne (UE) a appelé mercredi l'armée congolaise à ne pas "recourir à la force de façon disproportionnée" en réaction à la mort par balles de dizaines de réfugiés burundais dans l'est de la République démocratique du Congo. "Les forces de sécurité congolaises ne peuvent avoir recours à la force de façon disproportionnée, elles doivent respecter les standards internationaux", a estimé la délégation de l'UE à Kinshasa dans une déclaration publiée "en accord avec les chefs de mission des pays membres" de l'UE en RDC. "Une enquête doit être menée et les responsables poursuivis", ajoute le texte. Vendredi, à Kamanyola (Sud-Kivu), les Forces armées de la RDC ont voulu disperser une manifestation de réfugiés burundais mais ont été débordées et...
(RFI 20/09/17)
Près d'un an après sa mise en place, une commission indépendante d'enquête de l'ONU sur le Burundi a présenté mardi 19 septembre devant le Conseil des droits de l'homme à Genève le rapport définitif de ses investigations, qui reprend les principales conclusions présentées à la presse le 4 septembre dernier. Elle dénonce de graves violations de droits humains et exhorte la CPI à enquêter dans les plus brefs délais sur les crimes contre l'humanité et autres atrocités commis dans le pays. Avant la fin de cette session, un vote doit statuer sur le renouvellement du mandat de la commission d’enquête pour un an. Bujumbura ne veut pas en entendre parler. La défense de Bujumbura n'a pas varié d'un iota depuis...
(Le Monde 19/09/17)
A la veille de la présentation des conclusions de l’enquête de l’ONU sur les « crimes contre l’humanité commis au Burundi », le conseiller du président Nkurunziza était en visite à Paris pour présenter son « contre-rapport ». « Il n’y a pas de guerre au Burundi, monsieur ! » Ce samedi après-midi 16 septembre, dans les salons à moquette de l’hôtel parisien Renaissance, un scandale perce le calme feutré d’une discrète conférence. Un vieux monsieur a osé dire que des crimes politiques...
(Radio Okapi 19/09/17)
La MONUSCO continuera à apporter son appui aux réfugiés burundais et elle discute avec d’autres partenaires pour qu’une solution durable soit vite trouvée pour leur séjour en RDC, affirmé lundi 18 septembre le représentant spécial adjoint du Secrétaire général de l’ONU en RDC, David Gressly. Il a fait cette déclaration après sa visite à Kamanyola (Sud-Kivu) après les échauffourées entre l’armée congolaise et ces réfugiés, qui ont fait plus de 36 morts vendredi dernier. « C’est une situation très difficile. On sait déjà qu’il y avait plus de 36 personnes qui ont trouvé la mort et aussi 117 personnes grièvement blessées. Donc, nous sommes là pour mieux comprendre cette situation et de voir dans quelle mesure on peut aider dans...
(Agence Ecofin 19/09/17)
(Agence Ecofin) - Le siège de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac) a abrité le 15 septembre à Libreville, le lancement de l’Accord sur la facilitation des échanges de l’Organisation Mondiale pour le commerce (OMC) en Afrique centrale. Claude Sinzogan, représentant de la Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique présent à la cérémonie, a expliqué que globalement, le projet vise à renforcer l’intégration régionale à travers des actions visant à stimuler le commerce et la compétitivité. Ceci, afin de contribuer à une croissance économique inclusive dans les pays membres de la Communauté. Cet Accord entend également renforcer les capacités du Secrétariat général de la Ceeac en matière de facilitation des échanges afin de lui permettre...
(AFP 18/09/17)
Le parti au pouvoir au Burundi a fortement mobilisé samedi à Bujumbura contre un récent rapport des experts des Nations unies qui a appelé la Cour pénale internationale (CPI) à enquêter sur de crimes contre l'humanité commis par les autorités burundaises. "Des dizaines de milliers de militants du parti CNDD-FDD" (au pouvoir), ont défilé dans les rues de Bujumbura, selon le compte twitter du parti, qui a évoqué "une marée humaine (...) pour dénoncer un rapport biaisé et sans effets". Le secrétaire général du CNDD-FDD, le général Evariste Ndayishimiye, s'en est pris à l'ONU et aux "diables" européens.
(AFP 18/09/17)
Kinshasa a annoncé dimanche l'ouverture d'une enquête judiciaire après la mort de dizaines de Burundais tués vendredi par l'armée dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC). Certaines victimes burundaises, présentées par les Nations unies comme des "réfugiés et demandeurs d'asile", seraient "membres d'un groupe armé", a expliqué à l'AFP le porte-parole du gouvernement congolais Lambert Mende. "Nous avons ouvert une enquête" à la suite des affrontements dans la province du Sud-Kivu, a ajouté M. Mende. Samedi, la Mission des Nations unies en RDC (Monusco) avait fait état d'au moins 36 Burundais tués par l'armée congolaise à Kamanyola alors qu'ils manifestaient vendredi. "Un lieutenant de l'armée a été tué" ainsi qu'"une vingtaine des membres d'un groupe armé" étranger lors...
(RFI 18/09/17)
En RDC, le dernier bilan des violences qui ont éclaté vendredi 15 septembre à Kamanyola, au Sud-Kivu, fait état de 38 morts, dont 37 réfugiés burundais et un militaire congolais. C'est l'armée de la RDC qui a ouvert le feu. Joint par RFI, Ladislas Muganza, gouverneur de la province, affirme qu'elle a agi en légitime défense. Les forces de l'ordre ont été débordées par les demandeurs d'asile qui réclamaient la libération de quatre des leurs, explique-t-il. Trente-sept Burundais, dont des femmes et des enfants, ont été tués vendredi après-midi à Kamanyola, dans des échauffourées avec les forces de sécurité congolaises. Leurs corps ont été enterrés ce dimanche en face de la base temporaire de la Monusco où des milliers d'autres...
(RFI 18/09/17)
Au Burundi, une manifestation était organisée samedi 16 septembre par le CNDD-FDD, le parti au pouvoir pour protester contre le rapport publié au début du mois par des experts des Nations unies, appelant à une enquête sur des crimes contre l'humanité commis par des agents de l'Etat burundais. A Bujumbura, le parti du président Nkurunziza ne veut pas en entendre parler. Exécutions extrajudiciaires, détentions arbitraires, tortures, violences sexuelles : le rapport des experts des Nations unies est accablant pour l'Etat burundais. Mais pour le parti au pouvoir à Bujumbura, ce travail n'est pas légitime...

Pages