Jeudi 22 Juin 2017
(BBC 06/06/17)
Au Burundi, les autorités ont décidé de mettre fin à l'union libre et le concubinage d'ici la fin de l'année. Le président Pierre Nkurunziza avait lancé en mai dernier la campagne de moralisation de la société. Des mariages de masse seraient organisés dans plusieurs provinces du pays. Les ONG dénoncent une violation des droits de l'homme estimant que deux adultes peuvent décider de vivre ensemble sans être mariés.
(Jeune Afrique 06/06/17)
Alors que le discours inter-burundais est toujours au point mort, un discours adressé par le facilitateur Benjamin Mkapa aux chefs d’Etat de la sous-région, lors du sommet de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Est du 20 mai dernier, circule dans la presse. Dans ce document, Benjamin Mkapa, qui communique rarement sur son travail, fait part des difficultés rencontrées au cours de sa médiation. Désavoué par une partie de l’opposition, entravé par un gouvernement burundais peu coopérant, la tâche n’est pas facile pour le facilitateur du dialogue inter-burundais. Au Burundi, depuis le début de la crise au printemps 2015 le dialogue politique semble être au point mort. Depuis 2016, c’est l’ancien président tanzanien Benjamin Mkapa qui assume la lourde charge...
(BBC 06/06/17)
Dans un communiqué publié hier, le gouvernement burundais affirme détenir des documents qui montrent que l'Union Européenne a joué un rôle dans la crise qui secoue le pays depuis 2014. Les documents en question rapportent des faits « graves », qui datent de 2014 et qui sont imputables à la délégation de l'Union européenne à Bujumbura. Les faits, précisent le communiqué du gouvernement, remontent à plusieurs mois avant l'insurrection et la tentative de coup d'Etat de mai 2015. L'Union Européenne aurait, soutient encore le pouvoir, financé des personnes physiques ou morales impliquées dans la déstabilisation du Burundi. Le document souligne que ces personnes sont sous mandat d'arrêt international émis par la justice burundaise.
(Burundi– AGnews 06/06/17)
Signature d’un accord financier avec la Banque Africaine de Développement (BAD) pour la construction des routes Nyakararo-Mwaro-Gitega et Bururi-Gitega. A Bujumbura, mercredi 31 mai 2017, M. Ntunzwenimana Jean Bosco, ministre burundais des travaux publics et du transport, a informé que l’Etat venait de signer avec la BAD un accord de financement pour parachever la construction de la route Nyakararo-Mwaro-Gitega, ainsi qu’un autre accord de financement pour la construction de la 1ère phase de la route Bururi-Gitega. Au Burundi, cette annonce a été faite lors de l’évaluation de l’état d’avancement des travaux de construction des routes dans le pays.
(Xinhua 03/06/17)
La présidence du Burundi a dénoncé vendredi la "politisation à outrance" du rapport oral sur le pays dont la présentation est attendue à Genève du 14 au 15 juin prochain par la session du conseil de l'ONU pour les droits de l'homme. L'ambassadeur Willy Nyamitwe, conseiller principal chargé du Bureau Presse, Information et Communication (PIC) à la présidence du Burundi, a déclaré que "la notion des droits de l'homme est devenue maintenant un instrument de coercition pour essayer d'imposer le dictat de l'Occident particulièrement contre les pays africains". L'Occident "a essayé d'opérer un changement de régime par des procédés illégaux ...
(Xinhua 03/06/17)
Le Burundi doit donner un coup d'accélérateur à l'approche GRD (Gestion axée sur les résultats de développement) et miser prioritairement sur le leadership, estime jeudi une experte burundaise en GRD. "Pour le cas du Burundi, le leadership fort et engagé pour réussir l'approche GRD existe bel et bien", a déclaré à Xinhua Valérie Siniremera en marge d'un atelier de la revue à mi-parcours du deuxième cycle des "Initiatives à Résultats Rapides"(IRR) au sein de l'administration burundaise. D'après Mme Siniremera, le Burundi a marqué des progrès depuis le début de la mise en oeuvre de la GRD en 2012. Elle a expliqué que l'IRR, qui est l'aboutissement d'un long processus de planification composé de plusieurs piliers (budgétisation, leadership, capacités à délivrer...
(Xinhua 03/06/17)
La présence du Burundi sur la liste des "pays fragiles" sur le continent africain à cause de ses crises politiques récurrentes, empêche ce pays d'accéder à des crédits consistants auprès des bailleurs de fonds internationaux, a déploré vendredi lors d'un point de presse Faustin Ndikumana, président d'une ONG burundaise dénommée "Parole et action pour le réveil et changement des mentalités"(PARCEM). Les rapports de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement régulièrement publiés classent le Burundi, la République démocratique du Congo (RDC), la République centrafricaine(RCA) et le Tchad parmi les "pays fragiles" du continent africain à cause de l'instabilité politique permanente y prévalant, a fait remarquer M. Ndikumana. "Traîner derrière soi une étiquette d'Etat fragile constitue une entrave...
(Agence d'information d'afrique centrale 02/06/17)
Les militaires qui viennent d’être révoqués par le chef de l’Etat burundais avaient été envoyés dans des écoles militaires en France, en Belgique et au Canada, mais ne sont pas rentrés au pays, craignant pour leur sécurité. C’est pratiquement depuis mai 2015, notamment après le coup d’Etat du général Godefroid Niombare, que des militaires en fonction ou en mission à l’étranger refusent de retourner au pays. Et selon certaines sources, d’autres avaient rejoint les mouvements rebelles, mais le porte-parole de la présidence, Jean-Claude Ndenzako a indiqué qu'ils n’ont rejoint aucun mouvement rebelle. Les raisons de cette révocation sont connues, a déclaré le porte-parole de la présidence. « La désertion à l’étranger est sanctionnée », a-t-il précisé, ajoutant que les officiers...
(Burundi– AGnews 02/06/17)
Le tuteurage à cordes au lieu du tuteurage à bois pour aider à stopper la déforestation A Mwaro, ce mercredi 31 mai 2017, M. Ndendekere Jean Bosco, chef d’antenne provinciale de l’office burundais pour la protection de l’environnement (OBPE), a entamé une campagne de sensibilisation sur les bienfaits du tuteurage à cordes de sisals ou d’écorces de bananiers, en remplacement du tuteurage à bois, très nocifs pour l’environnement. La technique de tuteurage à cordes est actuellement expérimenté avec succès à l’Institut régionale de recherche de l’ISABU à Gisozi et chez quelques agriculteurs encadrés par l’ISABU. Au Burundi, des millions d’arbustes sont chaque année coupées par les agriculteurs en quête de tuteurs en bois pour le tuteurage des champs de haricots...
(Burundi– AGnews 02/06/17)
L’application du principe d’égalité HOMME et FEMME fait naître de plus en plus de CONFLITS SOCIAUX à BUBANZA. Des frustrations intraconjugales apparaissent avec ces changements … A Bubanza, ce jeudi 1 juin 2017, M. Niyongabo Tharcisse, gouverneur de la province Bubanza, a présenté des cas de conflits sociaux et intraconjugaux qui sont prégnants dans sa localité, ces derniers jours, par exemples : 1/ Dispute et violence conjugale – Un homme qui a dépensé son argent dans un bar rentre à la maison. Cela se déroule en commune Rugazi,colline Kibenga, ce monsieur arrive à la maison et donne le reste ( la ration du jour ) à Madame, soit 3.000 BIF ( environ 1,7 USD ). Elle refuse, l’homme frappe sérieusement...
(Xinhua 01/06/17)
Le Burundi a perdu six casques bleus dans le cadre de sa participation à la MINUSCA (Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation en République Centrafricaine) depuis 2014, a révélé mercredi à Bujumbura le colonel Gaspard Baratuza, porte-parole du ministère de la Défense Nationale et des Anciens Combattants (MDNAC). Depuis 2014 à ce jour, le Burundi "répond présent" dans la MINUSCA avec un effectif d'un bataillon de 850 casques bleus, a-t-il expliqué dans un point de presse tenu dans la cadre de la commémoration de la Journée Internationale des casques bleus de l'ONU normalement célébrée le 29 mai de chaque année. Pour cette année 2017, les bureaux de l'ONU à travers le monde, ainsi que les Etats membres,...
(Burundi– AGnews 01/06/17)
A KAYANZA, ce lundi 29 mai 2017, Dr. Congera Célestin, médecin provincial de Kayanza, a informé que la province sanitaire de Kayanza connaissait une diminution des cas de paludisme ces derniers mois. On est aujourd’hui à 9.000 malades enregistrés par semaine contre 19.000 et 20.000 il y a quelques mois, comme le confirme les rapports fournis par les 3 districts sanitaires de Kayanza ( Gahombo, Musema, et Kayanza ). Les structures de soins dans ces localités maîtrisent actuellement cette maladie. Au Burundi, Dr. Congera explique que ces résultats satisfaisant ont été obtenu grâce aux séances de sensibilisation à la population sur l’usage correct des moustiquaires. Au niveau de l’ETAT, les services de sécurité burundaises demeurent ces derniers mois vigilantes à...
(Jeune Afrique 01/06/17)
Une vidéo d’une célébration festive du parti au pouvoir circule depuis peu sur les réseaux sociaux. La vidéo du jeune Imbonerakure érigé en instituteur sûr de lui, faisant réciter à un groupe de jeunes danseuses un désolant sketch qui égrène naïvement les dates sombres de l’histoire du Burundi m’a laissé stupéfait, groggy. D’après ces jeunes-filles qui, visiblement, n’ont même pas 15 ans, et qui sont donc nées après la signature des Accords d’Arusha de 1965, 72, 88, ou 93, les responsables de tous les maux sont les opposants au régime actuel du Cndd-Fdd. Une soupe empoisonnée, des salades, que le jeune homme zélé, en uniforme du parti au pouvoir fait avaler à des innocentes. Donc voilà à quoi nos enfants,...
(Iwacu 01/06/17)
Le ministère de l’Intérieur mène des campagnes tous azimuts à l’endroit des couples en union libre pour qu’ils s’enregistrent à l’Etat civil avant fin 2017. Le ministre Pascal Barandagiye n’y va pas par quatre chemins : « Appliquez la tolérance zéro à tous les ménages en union libre ainsi qu’à toute personne qui s’adonne à la polygamie ou à la polyandrie dans votre circonscription administrative », peut-on lire dans sa correspondance du 4 mai 2017 adressée aux gouverneurs de province. Et d’ajouter : « Prendre des mesures énergiques pour faire régulariser à l’Etat civil tous les ménages en union libre recensés avant la fin de l’année 2017.» Cette injonction fait écho aux instructions du chef de l’Etat pour lequel le...
(Afrik.com 31/05/17)
Au Burundi le processus d’amendement de la constitution est déjà en cours. Le chef de l’Etat Burundais Pierre Nkurunziza a déjà nommé quinze membres qui composent la commission chargée d’inventorier et d’analyser les différentes dispositions de la constitution de la République du Burundi à amender et d’en faire la proposition au gouvernement. Cependant, ce projet suscite une vive polémique au sein de la classe politique du Burundi et même au sein de la société civile, voire de la population. En effet, le projet d’amendement de la constitution a occasionné la création de deux blocs. D’une part il y a le gouvernement et ses alliés qui soutiennent cet amendement, d’autre part il y a l’opposition qui est contre ce projet. Selon...
(RFI 31/05/17)
Au Burundi, une directive émanant du président Pierre Nkurunziza lui-même prévoit que les directeurs de collèges et de lycées dont les résultats sont inférieurs à 30 % aux examens nationaux seront licenciés avant la rentrée prochaine. Après avoir lancé une campagne de moralisation du Burundi, en demandant que tous les couples concubins ou en union libre soient mariés officiellement d'ici la fin de l'année 2017, le président Pierre Nkurunziza veut s'attaquer à l'échec scolaire dans les collèges et lycées où les résultats aux différents concours nationaux sont catastrophiques pour certaines écoles. La ministre en charge de l'Education, Janvière Ndirahisha, vient d'adresser un courrier aux directeurs de l'enseignement des 18 provinces du pays pour leur annoncer que les directeurs des collèges...
(Xinhua 31/05/17)
Le vice-président chinois Li Yuanchao a annoncé jeudi à Bujumbura que la Chine et le Burundi envisagent d'élargir leur coopération amicale dans les années à venir dans plusieurs secteurs de développement socio-économique. Le vice-président chinois a annoncé cette perspective de la coopération sino-burundaise dans un point de presse tenu dans les enceintes de la présidence burundaise en compagnie du chef d'Etat burundais Pierre Nkurunziza. "De mes entretiens avec le président Pierre Nkurunziza, j'ai été heureux de constater qu'il partageait la même vision avec son homologue chinois Xi Jinping sur la gestion des grands dossiers ...
(Burundi– AGnews 31/05/17)
L’Association Burundaise pour le Bien être Familial (ABUBEF) : Plus de 36.000 consultations de planning familial en 2016. A Bujumbura, ce samedi 27 mai 2017, Mme NTAKARUTIMANA Sabine, présidente nationale de l’Association Burundaise pour le Bien être Familial (ABUBEF), et Mme UWIMANA Donavine, directrice exécutive de l’ABUBEF, ont informé, lors de l’Assemblée Générale , que l’ABUBEF en 2016 a reçu plus de 36.000 couples en consultation pour le planning familial. Au Burundi, cette association sans but lucratif œuvre dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive. Elle sensibilise notamment à l’utilisation de la contraception et participe à la régulation de la démographie nationale.
(Iwacu 31/05/17)
La Collection Témoins des Editions Iwacu publie ce livre consacré à la vie et au combat de Pierre-Claver Mbonimpa. CouvertureUn livre fort, un témoignage poignant. Un livre qui interpelle et éclaire sur la vie d’un homme exceptionnel et de son pays, le Burundi. Au rythme de questions simples, mais toujours pertinentes, le journaliste-écrivain Antoine Kaburahe nous met en communion avec cet homme hors du commun. « Rester debout » nous raconte une double histoire : celle d’un humaniste, militant des droits de l’homme, mais aussi celle du Burundi indépendant. Un pays beau, mais qui est à nouveau, dramatiquement, au cœur de l’actualité africaine. Pierre-Claver Mbonimpa, est né sous la monarchie et a vécu sous toutes les républiques. Il s’est engagé en politique,...
(Burundi– AGnews 31/05/17)
A Bujumbura, ce mardi 30 mai 2015, l’entourage des autorités burundaises est fâchée par la campagne de Haine ETHNIQUE que KIGALI vient de lancer aux USA contre le Burundi, au travers du WASHINGTON POST : https://www.washingtonpost.com/world/africa/burundi-youth-militia-compar... ou http://www.foxnews.com/world/2017/05/30/burundi-youth-militia-compares-o... Le RWANDA, avec le GENOCIDE DE 1994, veut associer IMBONERAKURE à INTERHAMWE. L’idée du Journaliste – Ignatius Ssuuna – est de tenter d’infléchir la position de l’administration TRUMP par rapport au Burundi. Car les réseaux de KIGALI sont plus associés à l’ancienne administration OBAMA et au Réseau SOROS. L’objectif final est d’espérer une coalition militaire de pays occidentaux pour attaquer le BURUNDI,et permettre à ce que les HIMA puissent à nouveau occuper le BURUNDI. Jean Baptiste Bireha, left, in the Radio Inzamba...

Pages