| Africatime
Samedi 10 Décembre 2016
(AFP 09/12/16)
Le facilitateur dans la crise burundaise, l'ancien président tanzanien Benjamin Mkapa, a estimé inutile vendredi de continuer à contester la "légitimité" de l'élection en 2015 du président Pierre Nkurunziza, et appelé les parties à cette crise à se concentrer sur la bonne tenue des élections de 2020. "Ce n'est pas à moi de déterminer la légitimité du gouvernement du Burundi", a déclaré à la presse M. Mkapa, au terme d'une visite de trois jours au Burundi visant à relancer le dialogue de crise. Mais il a ensuite énuméré: "des élections ont eu lieu, des procédures ...
(La Voix de l'Amérique 09/12/16)
Le médiateur dans le conflit burundais, l’ancien président tanzanien Benjamin William Mkapa séjourne dans la capitale burundaise depuis mercredi. Il mène des consultations avec des acteurs locaux, politiques et de la société civile. Jeudi, M. Mkapa s’est entretenu notamment avec le président Pierre Nkurunziza. Il envisage des négociations directes vers le 10 janvier 2017. Trois raisons ont motivé le déplacement de l’ex-président tanzanien à Bujumbura. Selon des personnes jointes par VOA Afrique qui ont rencontré le facilitateur, M. Mkapa a indiqué qu’il est venu évaluer "la situation politico-sécuritaire, l’espace politique et médiatique et si la suspension de l’aide ne risque pas de favoriser la violence." L’opposition présente a signifié à M. Mkapa que "les mêmes problèmes à l’origine de la...
(RFI 09/12/16)
La visite du facilitateur dans la crise au Burundi se termine ce vendredi. Et les propos de l'ancien président tanzanien Benjamin Mkapa n'ont pas plu à tout le monde. Après trois jours de consultations à Bujumbura, le facilitateur dans la crise burundaise jette un pavé dans la mare. Il a assuré avoir pris note de la légitimité du gouvernement burundais, appelant « à ne plus perdre de temps à discuter de cette question de légitimité ou non du pouvoir en...
(RFI 09/12/16)
Le facilitateur dans la crise et ancien président tanzanien Benjamin Mkapa est au Burundi pour tenter de relancer un dialogue en panne, et qui bute sur le refus du pouvoir de discuter avec l'opposition en exil regroupée au sein du Cnared. Après une rencontre en tête à tête ave le président burundais Pierre Nkurunziza aujourd'hui, Mkapa a reçu toute la journée les différents acteurs de la crise burundaise, mais aussi des diplomates. Que ce soit avec les diplomates africains mercredi...
(Jeune Afrique 09/12/16)
Selon l'ancien président tanzanien Benjamin Mkapa, facilitateur dans la crise burundaise, le président Pierre Nkurunziza est bel et bien légitime. Il l'a fait savoir vendredi lors d'une conférence de presse clôturant sa visite de deux jours à Bujumbura. Benjamin Mkapa, cité par SOS Media Burundi, a appuyé ses propos, lançant : « Les gens qui doutent encore de sa légitimité sont fous. Où est-ce qu’ils tirent cela ? (sic) Ces gens ont perdu le nord. Le peuple burundais a tranché...
(Burundi– AGnews 09/12/16)
A Ngozi, ce jeudi 8 décembre 2016, lors des lancements des activités de l’Office Burundais des Mines & Carrières (OBM), S.E. Joseph Butore, Vice Président du Burundi en charge de l’économie, a annoncé que, les prospections minières avait détecté de gisements de 632 millions de tonnes de Kaolin à Vyerwa en commune Mwumba à Ngozi. La carte minière du Burundi compte 32 sur 118 parmi les éléments chimiques du tableau périodiques de Mendeleïev.
(AFP 08/12/16)
Le Burundi et le Gabon ont promis jeudi des sanctions à l'encontre de leurs Casques bleus (respectivement 25 et 16) soupçonnés d'abus sexuels en Centrafrique par les Nations unies si les faits étaient confirmés. "S'il y a des cas avérés d'abus sexuels qui impliquent nos soldats, il n'y aura pas d'impunité, la justice va s'appliquer dans ces cas là", a déclaré à l'AFP le porte-parole adjoint de l'armée burundaise, le major Côme Ndayiragije. "Une commission d'enquête a été mise sur...
(RFI 08/12/16)
Le Burundi et le Gabon promettent de faire la lumière sur les soupçons de crimes sexuels qui auraient été commis par leurs soldats en Centrafrique. L'ONU a dévoilé un rapport dans lequel 16 militaires gabonais et 25 Burundais sont accusés d'agressions sexuelles, parfois contre des mineurs. Les faits datent de 2014-2015, dans la préfecture de Kemo. Les Nations unies ont recensé 140 victimes et elles ont demandé aux deux gouvernements de prendre des sanctions pénales. L'ONU a donné six mois...
(Radio Vatican 08/12/16)
Les évêques du Burundi s’expriment sur la situation de leur pays. Dans une lettre pastorale publiée à l’occasion de la fin de l’Année jubilaire, ils affirment apprécier les «pas accomplis vers la réconciliation». Mais, rappellent-ils, «tant de frères et sœurs sont encore réfugiés à l’extérieur du Burundi». Des hommes et femmes qui n’osent pas rentrer au pays, par peur. «N’y-a-t-il pas quelque chose à corriger afin qu’ils puissent se sentir en sécurité ?», se demandent les évêques, qui observent par...
(Burundi– AGnews 08/12/16)
A Rumonge, ce lundi 5 décembre 2016, M. Juvénal BIGIRIMANA, gouverneur de la province de Rumonge, a expliqué qu’une enquête avait été ouverte sur le phénomène de petites croix tracées sur certaines maisons d’habitations dans les quartiers de Birimba et Kanyenkoko. Toutes ces maisons ont la particularité d’appartenir à des citoyens membres du parti CNDD-FDD, dont des jeunes militants de cette formation politique, appelés IMBONERAKURE. Au Burundi, cette ouverture d’enquête par M. Juvénal BIGIRIMANA a pour volonté de tranquilliser ces...
(Burundi– AGnews 08/12/16)
Depuis Londres au Royaume Uni, ce mardi 6 décembre 2016, le Foreign and Commonwealth Office (FCO) a prévenu ses citoyens vivant au Burundi, d’une menace terroriste imminente se référant au communiqué du dimanche 4 décembre 2016 de l’Ambassade des USA au Burundi. Voici en anglais, un résumé du communiqué du Foreign and Commonwealth Office : Summary – on 4 December 2016, the US embassy issued an alert warning that terrorist groups are planning to conduct attacks in Burundi, including, but...
(RFI 07/12/16)
Le facilitateur dans le conflit burundais et ancien président tanzanien, Benjamin Mkapa, n'est parvenu jusqu'ici à faire asseoir à la même table de discussion le pouvoir burundais et son opposition à Arusha, en Tanzanie, comme il l'a tenté à deux reprises. Il va encore une fois essayer de relancer le dialogue qu'il a engagé depuis une année pour tenter de sortir le Burundi de la crise dans laquelle ce pays des Grands Lacs africains est plongé depuis fin avril 2015...
(Iwacu 07/12/16)
Pendant dix ans, il a été parmi les grands décideurs au Burundi. Aujourd’hui, considéré comme un « frondeur », ou un « traître », c’est selon, il est contraint de vivre hors de son pays, en Belgique. Gervais Rufyikiri a retrouvé une liberté de parole et lutte toujours pour l’instauration d’un Etat de droit. Il dresse sans haine ni passion, mais sans concession, un portrait du « système » qui dirige le pays. Au Burundi, certains vous reprochent d’être resté...
(Belga 07/12/16)
Le facilitateur africain dans le conflit burundais, l'ancien président tanzanien Benjamin Mkapa, est attendu mercredi à Bujumbura, reprenant une médiation en suspens depuis plusieurs mois, a rapporté mardi le site d'informations SOS Médias Burundi. Durant cette visite de trois jours, Benjamin Mkapa s'entretiendra avec le président burundais Pierre Nkurunziza, les ambassadeurs en poste dans la capitale burundaise, les représentants des organisations de la société civile, les groupes de jeunes et femmes, ainsi que les leaders politiques et des confessions religieuses...
(Iwacu 07/12/16)
Six compartiments de la galerie Diko ont brûlé, ce matin du 7 décembre. « Je suis arrivé à 7h20. Même la pharmacie Apteka n’avait pas encore brûlé. », a témoigné, sous le choc, Onesphore Ndayisenga, propriétaire de la pharmacie vétérinaire Gicaniro. Selon ce dernier, le feu a été constaté à 7h30. « J’étais à l’intérieur, du coup, j’ai été alerté par des voisins. » Ce pharmacien salue la rapidité dont la protection civile a fait preuve. Pour Nestor Ndikumugambi, patron...
(AFP 06/12/16)
Une enquête de l'ONU a permis d'identifier 41 Casques bleus gabonais ou burundais de la Mission de l'ONU en Centrafrique (Minusca) soupçonnés d'avoir commis des agressions sexuelles dans la préfecture de Kemo (centre) en 2014 et 2015. Selon le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric lundi, l'enquête, qui a duré quatre mois en coopération avec des enquêteurs burundais et gabonais, a recueilli des preuves contre 16 Gabonais et 25 Burundais servant dans la Minusca. Il appartient maintenant aux deux pays de mener...
(Xinhua 06/12/16)
Le président de l'Assemblé Nationale burundaise, Pascal Nyabenda, a pris l'avion dimanche à destination de Khartoum au Soudan où il va participer à la 7ème session de l'Assemblée Plénière du Forum des parlements des pays membres de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL). "A l'ordre du jour de cette session figurent la présentation et l'analyse de la situation sécuritaire qui prévaut dans certains pays membres de la CIRGL, notamment en République Centrafricaine, en République Démocratique du...
(Iwacu 06/12/16)
Au Burundi, le passage à la Télévision numérique terrestre (Tnt) sera possible d’ici la fin de l’année, grâce aux décodeurs offerts par la Chine. L’annonce a été faite par le ministre des Postes, des Tic et des Medias, Nestor Bankumukunzi (photo). « Le programme de numérisation de la télévision est suffisamment avancé parce que le réseau est installé à plus de 90% », affirme le ministre. Il ajoute pourtant que « le grand défi reste l'acquisition des décodeurs pouvant permettre...
(Burundi– AGnews 06/12/16)
A Bujumbura, ce dimanche 4 décembre 2016, M. Freddy Mbonimpa, Maire de la ville de Bujumbura capitale, a dit regretté la non collaboration au niveau sécuritaire de l’Ambassade des USA au Burundi, avec les autorités burundaises en charge de la sécurité. Ce samedi 3 décembre 2016, l’Ambassade des USA a sorti un Communiqué avertissant d’une probable attaque terroriste au Burundi en exhortant ses ressortissants à limiter leurs voyages… Selon M. Freddy Mbonimpa, les attaques “terroristes” se manifestent partout dans le...
(Iwacu 06/12/16)
Des milliers de personnes ont manifesté dans tout le pays, samedi 26 novembre 2016, à l’appel du gouvernement contre une commission d’enquête des Nations Unies. Une occasion pour Bujumbura de désigner la Belgique comme source de tous ses maux. Les manifestants brandissant des bâtons samedi 26 novembre.Les manifestants brandissant des bâtons samedi 26 novembre. Mardi 22 novembre. Le Conseil des droits de l’homme annonce la nomination d’experts d’Algérie, du Bénin et du Royaume-Uni pour enquêter sur de possibles crimes contre...

Pages