| Africatime
Samedi 21 Janvier 2017
(France 24 21/01/17)
Le Burundi ne fait jamais la une des journaux. Pourtant les violences y sont quasi quotidiennes. Depuis l'annonce de la candidature de Nkurunziza à un troisième mandat en avril 2015, des centaines de personnes ont été tuées. Plus de 320 000 autres ont fui dans les pays voisins. Nous voulions aller au Burundi, donner la parole au pouvoir et à ceux qui lui résistent, mais notre demande de visa a été refusée. Nous sommes donc partis à la rencontre des Burundais exilés en Ouganda et en Tanzanie. Notre avion roule sur le tarmac de l’aéroport Paris-Charles de Gaulle. Faute d’avoir obtenu un visa pour le Burundi, nous nous envolons pour le Rwanda. Nous nous apprêtons...
(Burundi– AGnews 21/01/17)
La rentrée académique 2016- 2017 à l’Université du Burundi (UB), pour les 1ère année de baccalauréat, est fixé au mercredi 1er février 2017. A Bujumbura, ce mardi 17 janvier 2017, M. Gaspard Banyankimbona, recteur de l’Université du Burundi (UB), a rappelé, dans un communiqué rendu public, que la rentrée académique 2016- 2017 pour les étudiants qui se sont fait inscrire en 1ère année de baccalauréat est fixée au mercredi 1er février 2017 à 8 heures dans toutes les facultés et instituts. M. Banyankimbona a insisté auprès du directeur des services académiques ainsi que de tous les doyens, de tout mettre en action pour être prêt au démarrage des cours à cette date fixée.
(Dw-World 21/01/17)
Après avoir été suspendues fin 2011 par le procureur de la République du Burundi, onze organisations de la société civile du pays ont obtenu le droit de reprendre leurs activités. Au Burundi, onze organisations de la société civile ont obtenu le droit de reprendre leurs activités. Cette autorisation après plus d'une année de suspension ne rassure pas les organisations concernées, certaines se gardent de s'exprimer mais elles doutent déjà de la réalité de l'indépendance qui leur sera accordée par les...
(African Manager 21/01/17)
Au milieu des collines verdoyantes de Mubuga, à 100 km de la capitale burundaise de Bujumbura, 2 500 personnes se sont réunies hier pour célébrer de manière festive le début du chantier d’un champ solaire de 7,5 MW qui ajoutera 15 % à la capacité de production électrique de ce pays d’Afrique de l’Est. Lors d’une cérémonie colorée au son des tambours à laquelle assistaient des représentants du Gouvernement, des investisseurs internationaux, des leaders religieux et le corps diplomatique, Gigawatt...
(RFI 20/01/17)
Une solution vient d’être trouvée pour permettre aux soldats burundais de la force de l’Union africaine en Somalie d’être payés. Leur solde n’était plus versée par l'Union européenne depuis plusieurs mois. Bruxelles ne voulait plus financer un gouvernement burundais sous sanctions. Une entente, que le Burundi et l’Union africaine viennent de conclure, permettra aux Européens de continuer à financer l’Amisom via l’Union africaine. Les fonds aboutiront, non plus à la Banque centrale du Burundi, mais dans des banques commerciales. C’était un sujet de conflit entre l’Union européenne et le Burundi. Bruxelles a longtemps versé à Bujumbura 5 millions...
(La Libre 20/01/17)
Rapport accablant sur la milice du parti présidentiel, les Imbonerakure. Le parlement européen a "condamné", jeudi, une nouvelle loi burundaise qui "légaliserait les activités des Imbonerakure", la milice du parti présidentiel CNDD-FDD, ancienne guérilla devenue formation politique, et demandé à Bujumbura de les désarmer. Cette résolution a été adoptée alors que l’ONG de défense des droits de l’homme Human Rights Watch (HRW) publiait un rapport sur les attaques perpétrées contre des civils par des Imbonerakure. Ils "ont brutalement tué, torturé...
(Dw-World 20/01/17)
Dans un rapport publié ce jeudi, l'organisation accuse les jeunes du CNDD-FDD, le parti au pouvoir, de multiplier les exactions contre des civils. L'ONG demande à l’ONU de sanctionner les auteurs de ces violences. Le rapport de Human Rights Watch déplore également la proximité de ces Imbonerakure avec les agents du service national de renseignement, la très redoutée police politique au Burundi. Mieux, ceux que l’ONU qualifie de miliciens seraient même devenus plus puissants que les forces de l’ordre. Ce...
(Human Rights Watch 20/01/17)
(Nairobi) – Des membres de la ligue des jeunes du parti au pouvoir au Burundi, connus sous le nom d’Imbonerakure, ont brutalement tué, torturé et sévèrement battu des dizaines de personnes à travers le pays au cours des derniers mois, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. Les meurtres et autres mauvais traitements reflètent l’impunité généralisée dont bénéficient les membres des Imbonerakure et la réticence du gouvernement à poursuivre ou à contrôler ce groupe. Au cours des trois derniers mois, des...
(Agence Ecofin 20/01/17)
Déogratias Rurimunzu, le directeur général de l’Autorité de régulation en charge des télécommunications (ARCT) du Burundi, a appelé les fournisseurs d’accès à Internet du pays à rejoindre le point d’échange Internet national pour améliorer l’accès au service sur tout le territoire. D’après le patron du régulateur télécoms, le Burundi affiche un taux de pénétration de l’Internet de 8,2%, soit 761 061 d’utilisateurs sur une population de 11 millions d’habitants. Ce taux est le plus bas de l’Afrique de l’Est où...
(Burundi– AGnews 20/01/17)
A Gashoho, en province de Muyinga, une pluie de grêlons cause d’énormes dégâts matériels et heureusement pas de pertes humaines … A Muyinga, commune Gashoho, ce mercredi 18 janvier 2017, M. Désiré Bigirimana, administrateur de la commune Gashoho, a informé qu’une grêle s’était abattu mardi 18 janvier 2017, en début de soirée, en causant d’énormes dégâts. Les grêlons ont détruit des maisons, des dizaines d’hectares de bananeraie, de caféiers, de maïs surtout sur les collines Kinyami, Rugero, Bwisha et Gishambusha...
(AFP 19/01/17)
Le Burundi et l'Union africaine (UA) ont conclu jeudi un accord sur les modalités de paiement des soldats burundais déployés en Somalie dans le cadre de la force de l'Union africaine (Amisom), a annoncé à l'AFP le premier vice-président burundais, Gaston Sindimwo. "Nous sommes satisfaits, nous avons bien discuté avec M. Chergui et un MOU ("Memorandum of understanding", protocole d'accord) a été signé", a déclaré M. Sindimwo, après une rencontre avec le Commissaire paix et sécurité de l'UA, Smaïl Chergui...
(AFP 19/01/17)
Des membres des Imbonerakure, la ligue des jeunes du parti au pouvoir au Burundi, ont brutalement tué, torturé ou tabassé des dizaines de personnes dans tout le pays ces derniers mois, a dénoncé jeudi Human Rights Watch (HRW). Les Imbonerakure, que l'ONU qualifie de miliciens, jouissent d'une impunité quasi-totale, le gouvernement rechignant à les sanctionner, accuse dans un rapport l'organisation de défense des droits de l'homme. Les Imbonerakure ont déjà été accusés par le passé de se livrer à de telles exactions.
(Jeune Afrique 19/01/17)
Après la décision de l’Union européenne de ne plus payer le contingent burundais en Somalie via les caisses du gouvernement, les autorités de Bujumbura viennent de décider de retirer leurs troupes. Une décision "dangereuse", estiment certains responsables burundais. La machine est lancée. Le gouvernement burundais « veut » ramener ses troupes de Somalie. La présidence a demandé officiellement aux ministères de la Défense et des Affaires étrangères d’entamer le processus de retrait. La cause ? Le bras de fer...
(Xinhua 19/01/17)
Le commissaire en charge de la paix et de la sécurité au sein de la Commission de l'Union Africaine (CPS/UA), Ismaïl Chergui, est arrivé à l'aéroport international de Bujumbura mercredi après-midi pour une visite de travail de deux jours au Burundi. La visite du commissaire Chergui au Burundi intervient au moment où la présidence burundaise vient d'ordonner au MRECI d'enclencher le processus de retrait des troupes burundaises déployés en Somalie dans le cadre de la Mission de l'Union Africaine en...
(RFI 18/01/17)
Il y a plus d’une semaine, le président burundais a pris la décision de lancer le processus de retrait des militaires burundais engagés dans l’Amisom, la mission de l'Union africaine en Somalie. Mais l’information n'a fuité sur un site proche du pouvoir que lundi dernier. Et cela juste avant une visite du commissaire Paix et Sécurité de l'Union africaine à Bujumbura qui devrait débuter ce mercredi, selon des sources de l'UA. Les soldats burundais n'ont pas été payés depuis un...
(Xinhua 18/01/17)
La présidence burundaise vient d'ordonner au ministre des Relations Extérieures et de la Coopération Internationale (MRECI), Alain-Aimé Nyamitwe, d'enclencher le processus de retrait des troupes burundaises déployés en Somalie dans le cadre de la Mission de l'Union Africaine en Somalie (AMISOM). Créée par le Conseil pour la Paix et la Sécurité de l'Union Africaine (CPS/UA) le 19 janvier 2007 avec l'aval de l'Organisation des Nations Unies(ONU) à la suite de la guerre civile somalienne, l'AMISOM comptait, début 2016, 22.000 soldats...
(Agence d'information d'afrique centrale 18/01/17)
Pour déplorer et manifester son mécontentement quant au conflit né sur le problème lié au non paiement des salaires de ses soldats en mission, la présidence burundaise a résolu de retirer ses troupes déployées en Somalie dans le cadre de la force de l'Union africaine (Amisom). Cette décision a été rendue publique, le 16 janvier par ses ministres des Affaires étrangères et de la défense afin qu’elle soit entérinée. Selon la présidence burundaise, les salaires des soldats de l'Amisom représentant...
(BBC 18/01/17)
Au Burundi les prix grimpent sans cesse depuis le début de l'année. c'est la conséquence de l'augmentation des taxes sur la consommation. Cette flambée des prix touche des produits comme la bière, le sucre, le carburant, les tickets de bus… La hausse est consécutive aux mesures prises par le gouvernement qui a décidé de financer le budget 2017 à plus de 70% par une mobilisation des recettes intérieures. La décision est une suite logique de la diminution de l'aide extérieure...
(La Tribune 17/01/17)
Afin de pouvoir se sortir de la crise financière grave que traverse le pays, les autorités burundaises ne cessent d'augmenter de diverses manières les prix des denrées. Le prix du ticket du transport des personnes et des marchandises vient d'augmenter de 12%. Une situation qui crée un malaise que la population ne peut même pas librement exprimer. Le peuple burundais traverse des temps extrêmement durs. C'est le moins qu'on puisse dire. Afin de supporter ses dépenses publiques et sans doute aussi personnelles, ...
(RFI 17/01/17)
Le facilitateur dans la crise burundaise, Benjamin Mkapa, poursuit ses efforts en vue d'un dialogue pour une sortie de crise de ce pays, sans le Cnared. Après son séjour contesté à Bujumbura du 9 au 11 décembre dernier, au cours duquel il avait affirmé la « légitimité » du mandat du président Pierre Nkurunziza et appelé à se focaliser sur les élections de 2020, l'ancien président tanzanien, récusé depuis lors par le Cnared, une plateforme qui regroupe la quasi-totalité de l'opposition burundaise, a organisé lundi à Arusha une nouvelle session ...

Pages