Dimanche 10 Décembre 2017

« Pourquoi nous avons décidé de passer à l’action » : Godefroid Niyombare livre sa version du coup d’État de 2015 au Burundi

« Pourquoi nous avons décidé de passer à l’action » : Godefroid Niyombare livre sa version du coup d’État de 2015 au Burundi
(Jeune Afrique 16/05/17)

Ancien chef d’état-major aujourd’hui en exil, Godefroid Niyombare livre à JA les dessous du coup d’État manqué qu’il a mené contre Pierre Nkurunziza en mai 2015. Et son nouveau plan de bataille.

La dernière fois qu’il s’est exprimé, c’était le 14 mai 2015, dans le tumulte du coup d’État qu’il avait lancé la veille contre le président burundais, Pierre Nkurunziza, alors en course pour un troisième mandat présidentiel. « En violation de la Constitution », affirmait à l’époque le général Godefroid Niyombare, qui avait annoncé prématurément, quelques heures plus tôt, la destitution du chef de l’État. Dès le lendemain, l’un des conjurés confirmait à l’AFP l’échec de leur entreprise : « Nous avons décidé de nous rendre. J’espère qu’ils ne vont pas nous tuer. »

Réélection contestée de Pierre Nkurunziza

Parvenu miraculeusement à quitter le pays, celui qui fut le premier chef d’état-major d’origine hutue de l’armée burundaise a depuis repris du service à la tête des Forces républicaines du Burundi (Forebu), un mouvement rebelle créé « pour restaurer la démocratie dans le respect des accords d’Arusha ».

Car Godefroid Niyombare, 47 ans, n’en démord pas : depuis sa réélection contestée, en juillet 2015, Pierre Nkurunziza est illégitime. Et l’officier en rupture de ban se désespère de voir son pays poursuivre sa descente aux enfers. Si les disparitions se sont faites plus rares et les cadavres moins nombreux ces derniers mois, la situation reste critique dans un Burundi devenu, selon de nombreux témoignages, un véritable État-parti aux couleurs du CNDD-FDD.

Commentaires facebook