Samedi 21 Octobre 2017

Polémiques autour des patrouilles

Polémiques autour des patrouilles
(Iwacu 18/05/17)

Des blindés et des pick-up de la police et de l’armée font des patrouilles dans la capitale la nuit tombée depuis une semaine. Les citadins se disent inquiets, le porte-parole de la police tranquillise.

Des blindés étaient postés un à Musaga et l’autre à Kamenge sur la RN1Des blindés étaient postés un à Musaga et l’autre à Kamenge sur la RN1
Selon des habitants interrogés de Kamenge et de Musaga, dans la soirée de samedi 6 mai, un blindé militaire était garé en zone Musaga (sud de la capitale), un autre circulait au niveau de la gare du nord à Kamenge (nord de la capitale).

Après plusieurs heures, ils sont repartis. Pendant ce temps, des camionnettes remplies de policiers et de militaires armés jusqu’aux dents circulaient dans la ville de Bujumbura.

Interrogés, certains habitants de Kamenge se demandent si ces patrouilles n’auraient pas un rapport avec les rumeurs qui circulent faisant état d’attaques imminentes des rebelles qui seraient postés dans les collines surplombant la capitale.

« Avec ce qui s’est passé le 13 mai 2015, il est tout à fait normal que les blindés soient postés sur des axes stratégiques», indique un jeune homme rencontré au quartier Heha. Mais d’autres soutiennent que multiplier des patrouilles avec des armes lourdes peut créer la peur au lieu de calmer les esprits.

Même son de cloche à Musaga où certains habitants se demandent si ce n’est pas l’effet inverse qui se produit quand des engins comme des blindés sillonnent la capitale toute la nuit : « Face à un discours officiel faisant état d’une sécurité totale sur tout le territoire nationale, la vue des blindés ne peut qu’inquiéter.» Pour nos sources, ces patrouillent démontrent qu’il y a anguilles sous roche, sinon concluent-elles, l’armée et la police ne s’exciteraient pas de la sorte.

«La sécurité est totale sur tout le territoire»

Contacté, Pierre Nkurikiye, porte-parole de la police, reconnaît qu’il y a eu beaucoup des rumeurs ces derniers jours. « Elles ont existé dans le passé et existeront toujours. La sécurité est totale à Bujumbura comme en provinces. Et ceux chargés de l’assurer sont à pied d’œuvre pour veiller à ce qu’elle ne soit pas perturbée», déclare-t-il.

Et d’expliquer que lorsqu’il y a de fausses informations, des rumeurs d’attaques, l’une des stratégies des forces de l’ordre, est justement une démonstration de force, apparaître pour rassurer les citoyens : « C’est dans cette optique que les militaires et les policiers font ces patrouilles ensemble passant de quartiers en quartiers pour faire savoir à la population que tout ce qui se dit n’est que rumeur et que nous sommes bien préparés à les défendre en cas d’attaques».

A la question de savoir si ces patrouilles ne créent pas la peur plus qu’elles ne tranquillisent, Pierre Nkurikiye réfutent et affirme que ce sont plutôt les rumeurs qui créent la psychose. Et pour cause, explique-t-il, ces patrouilles se sont toujours organisées chaque fois que de besoin.

Commentaires facebook