Mardi 12 Décembre 2017

Burundi : « Le Focode a déjà documenté 42 cas de disparitions forcées »

Burundi : « Le Focode a déjà documenté 42 cas de disparitions forcées »
(Jeune Afrique 18/09/17)
Les forces de sécurité.

Au Burundi, à quelques jours de l'enlèvement en plein jour de Léopold Habarugira, un cadre de l'opposition burundaise, alors qu’il se déplaçait à pied avec son épouse dans la capitale burundaise, d’autres disparitions forcées, impliquant entre autre le Service national de renseignement, ont été signalées par l’ONG burundaise Forum pour la conscience et le développement (Focode).

Au Burundi, les disparitions forcées se suivent et se ressemblent. En deux ans, depuis l’éclatement de la crise politique en avril 2015, entre 400 et 900 personnes en auraient été victimes, selon la FIDH et la ligue burundaise des droits de l’Homme, Iteka. La dernière en date, celle de Léopold Habarugira, trésorier du parti d’opposition Union pour la paix et la démocratie (UPD), enlevé en plein jour le 11 septembre à Bujumbura par quatre hommes dont un en tenue de police et armé d’un fusil, a suscité un écho international.

Pour faciliter la circulation d’informations sur les personnes dont l’absence suspecte a été signalée par des proches, l’ONG burundaise Forum pour la conscience et le développement (Focode) a mis en place dès le 28 avril 2016 le hashtag #Ndondeza (« Aidez-moi à retrouver ! » en kirundi). Gordien Niyungeko, son secrétaire exécutif, revient sur un phénomène nié par les autorités mais qui trouve sa source dans la crise politique que traverse le pays depuis avril 2015.

Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/474252/politique/burundi-le-focode-a-deja-do...

Commentaires facebook