| Africatime
Vendredi 28 Avril 2017
(APA 28/04/17)
Le procès de l’ex-président burkinabè, Blaise Compaoré et des membres de son dernier gouvernement, a été renvoyé au 4 mai prochain, peu après son ouverture, jeudi matin au Tribunal de grande instance de Ouagadougou. En formulant la demande de renvoi, le bâtonnier Mamadou Sawadogo s’est appuyé sur l’absence des avocats motivée par la tenue de la rentrée solennelle du Barreau burkinabè, ce jour-même à Ouagadougou et ce jusqu’au 29 avril. «Après concertation, la cour a décidé de renvoyer l’audience au 4 mai prochain», a alors déclaré le président de la Haute cour de justice (HCJ), Mathieu Bèbrigda Ouédraogo. Il avait, dans un premier temps, fixé le renvoi du procès au mercredi 3 mai, avant de...
(Jeune Afrique 28/04/17)
Dans leur patrie d’adoption, Blaise Compaoré et son épouse, Chantal, ont élu domicile dans une villa cossue de Cocody-Ambassades, un quartier chic d’Abidjan. Dotée d’un vaste jardin et d’une piscine moderne, cette agréable villa – qui jouxte celle d’Henri Konan Bédié – a été mise gracieusement à la disposition du couple par Hamed Bakayoko, le ministre de l’Intérieur. Selon ses proches, Blaise Compaoré reste « serein » malgré l’approche du procès qui lui est intenté par la justice burkinabè, poursuivant son exil doré comme si de rien n’était, entre dîners, sport quotidien, lecture d’essais politiques et week-ends dans la station balnéaire huppée d’Assinie. Des visiteurs réguliers De nombreux responsables politiques ivoiriens lui rendent régulièrement visite, comme le Premier ministre, Amadou...
(Jeune Afrique 27/04/17)
Le procès de Blaise Compaoré et de 31 membres de son dernier gouvernement, qui devait s'ouvrir ce jeudi, a été reporté au 4 mai. Les Burkinabè devront donc patienter une semaine de plus avant de voir s’ouvrir un procès qu’ils attendent depuis de longs mois. Alors qu’il devait commencer ce jeudi 27 avril, ce dernier a finalement été reporté au jeudi 4 mai à la suite d’une requête de renvoi déposée par le bâtonnier de l’ordre des avocats du Burkina...
(RFI 27/04/17)
Initialement prévu de s’ouvrir le jeudi 27 avril, le procès de l’ancien homme fort du Burkina, Blaise Compaoré, et de son dernier gouvernement, a été reporté au 4 mai prochain. Ce procès examinera l’implication présumée des accusés dans la répression sanglante de l’insurrection populaire d’octobre 2014 qui avait conduit à la chute du régime. Poursuivis pour «complicité d'homicide volontaire » et « coups et blessures », ils encourent, s’ils sont reconnus coupables entre 10 et 20 ans de réclusion criminelle...
(Agence Ecofin 27/04/17)
Le Burkina Faso a obtenu de l’Association internationale de développement (IDA), institution de la Banque mondiale qui aide les pays pauvres, deux (2) accords de prêt d’un montant global de 40 millions $, pour des projets de modernisation de son secteur des transports et de son administration publique. Le premier accord, d’un montant de 12 milliards FCFA (environ 20 millions $), vise à financer le projet d’appui à la modernisation du secteur des transports et de facilitation du commerce (PAMOSET-FC)...
(Jeune Afrique 27/04/17)
La Haute Cour de justice juge ce jeudi 27 avril les membres du dernier gouvernement de Blaise Compaoré, poursuivis pour la répression des "jours de colère" d'octobre 2014, qui avait fait 24 morts et 625 blessés, selon le bilan officiel. A l'aube de ce procès très attendu, où l'ancien président brillera par son absence, le Burkina retient son souffle. Trente ans après les tribunaux populaires de la Révolution du capitaine Sankara qui avaient jugé les dignitaires de la troisième République,...
(Le Monde 27/04/17)
L’ancien président est poursuivi, avec son dernier gouvernement, pour la mort de sept manifestants en octobre 2014. Par Cyril Bensimon Blaise Compaoré, l’ancien président du Burkina Faso, en octobre 2016 en Côte d’Ivoire. La famille et les héritiers politiques de Thomas Sankara attendent de le voir rendre des comptes pour l’assassinat, en 1987, de l’ancien dirigeant du Burkina Faso ; les supporteurs de Laurent Gbagbo rêvent de le voir jugé pour son implication dans la crise ivoirienne ; des victimes...
(Jeune Afrique 27/04/17)
Reporté d'une semaine, le procès de l'ancien président burkinabè Blaise Compaoré, soupçonné d'être impliqué dans la répression de l'insurrection populaire de 2014, doit s'ouvrir jeudi 4 mai à Ouagadougou. Avant lui, près de 20 autres ex-chefs d'État africains ont eu maille à partir avec la justice nationale ou internationale. Sans surprise, Blaise Compaoré ne compte pas se présenter, le jeudi 4 mai, devant la Haute Cour de justice du Burkina Faso. En exil dans la Côte d’Ivoire voisine, l’ex-chef d’État,...
(RFI 27/04/17)
Au Burkina Faso, il faudra finalement attendre encore une semaine, jusqu’au 4 mai, pour le procès de 32 ministres devant la Haute Cour de justice. Le cabinet, en place en octobre 2014, à l'époque de l'insurrection populaire qui a conduit à la chute du régime, est poursuivi pour complicité d'homicides et complicité de coups et blessures volontaires pour avoir participé au Conseil des ministres qui avait conduit à la répression des manifestants. Ce matin, il y avait du monde au...
(RFI 27/04/17)
Ce jeudi 27 avril s’ouvre devant la Haute Cour de justice de Ouagadougou, un procès très important au Burkina Faso. La quasi totalité des ministres du gouvernement de Luc Adolphe Tiao comparaît pour leur implication présumée dans la répression de l'insurrection populaire d'octobre 2014 qui avait entrainé la chute du régime. L’ancien président Blaise Compaoré, qui vit en exil en Côte d’Ivoire et qui a même pris la nationalité ivoirienne, sera jugé par contumace en tant qu’ancien ministre de la...
(Jeune Afrique 26/04/17)
Le très discret Inoussa Kanazoé a fait un malaise pendant sa garde à vue et a été admis en clinique. Arrêté le 19 avril dans le cadre d’une enquête préliminaire de la Gendarmerie du Kadiogo saisie par le Tribunal de grande instance de Ouagadougou sur des surfacturations de la société CIMFASO (Cimenterie du Faso), Inoussa Kanazoé devrait être inculpé dans les prochains jours, selon les informations de Jeune Afrique Business+. L’homme d’affaires jadis proche de François Compaoré, le frère de...
(Jeune Afrique 26/04/17)
À partir du 27 avril, la Haute Cour de justice jugera Blaise Compaoré et trente et un de ses anciens ministres pour les crimes qui auraient émaillé la chute de son régime. Mais l’ex-chef de l’État ne sera pas dans le box. S’il a toujours fait mine de ne pas s’en soucier, il ne pouvait ignorer que ce jour finirait par arriver. Chassé du pouvoir le 31 octobre 2014 par des milliers de compatriotes survoltés, lassés de ses vingt-sept années...
(Le Point 25/04/17)
En octobre 2014, contre toute attente et sous les caméras du monde entier, les Burkinabè changent le destin de leur pays et font tomber Blaise Compaoré. Un leader politique pourtant largement soutenu par la communauté internationale dans son ensemble, la France en particulier. Par conséquent, même si le président actuel Roch Marc Christian Kabore, ancien opposant, est proche de Paris où il a d'ailleurs été reçu il y a quelques jours à l'Élysée comme d'autres chefs d'État africains, la population,...
(Jeune Afrique 25/04/17)
Alors que son mentor et une partie de ses cadres sont jugés cette semaine par la Haute cour de justice à Ouagadougou pour la répression de l'insurrection populaire d'octobre 2014, le parti de Blaise Compaoré est toujours en pleine restructuration. Nombre d’entre eux étaient d’influents responsables du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). À partir de jeudi 27 avril, les membres du dernier gouvernement de Blaise Compaoré et ce dernier seront jugés par la Haute cour de justice...
(Jeune Afrique 25/04/17)
Au Burkina-Faso, la Société Générale a mis en place un système de banques mobiles qui se déplacent à travers le pays. Deux véhicules font office d'agences, et vont cueillir de nouveaux clients directement sur le terrain, particulièrement les jeunes. Un reportage de « Réussite », l'émission coproduite par le groupe Jeune Afrique, Canal + et Galaxie presse. Dans les rues de Ouagadougou, c’est un bataillon aux couleurs de la Société Générale qui défile. Tout de rouge vêtus, dix commerciaux en...
(BBC 24/04/17)
Les trois-quarts des victimes sont des enfants, précise le Programme National de Lutte contre le Paludisme. La maladie a été la première cause d'hospitalisation dans le pays avec plus de neuf millions de cas. Pour les trois premiers mois de cette année, le PNLP au Burkina a enregistré 680 décès pour environ deux millions de cas de paludisme. En 2015, le paludisme avait fait cinq mille morts au Burkina. Le Programme National de Lutte contre le Paludisme a établi un...
(RFI 24/04/17)
Pour le ministre burkinabè du Travail, Clément Sawadogo, le procès de l'ancien chef de l'Etat Blaise Compaoré et ses anciens ministres « vise à situer les responsabilités » dans la répression de l'insurrection d'octobre 2014. Une réponse au Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), l'ancien parti au pouvoir, qui dénonce un « règlement de comptes ». Au Burkina Faso, le procès du 27 avril de l'ex-président Blaise Compaoré, exilé en Côte d'Ivoire, et de ses derniers ministres pour...
(RFI 23/04/17)
Au Burkina Faso, la loi ne permet pas aux familles de victimes d'être entendues par la Haute Cour de justice. Celles-ci demandent une accélération dans le traitement de tous les dossiers liés à l'insurrection populaire d'octobre 2014 et au putsch manqué de septembre 2015 et lancent un appel à la dissolution de la Coalition pour la démocratie et la réconciliation (Coder). Ne pouvant pas se constituer partie civile dans le procès contre l'ancien gouvernement de l'ex-président Blaise Compaoré devant la Haute Cour de justice, la coordination des parents de victimes demande une mobilisation des Burkinabè pour suivre le procès
(RFI 22/04/17)
Au Burkina Faso, c'est le 27 avril prochain que doit se tenir le procès contre Blaise Compaoré, et d'autres membres de son dernier gouvernement, pour avoir assisté au Conseil de ministre d'octobre 2014 qui a décidé de la modification de la Constitution. Au cours d'une conférence de presse pour annoncer son prochain de meeting de protestation contre la dégradation du niveau de vie au Burkina Faso, le chef de file de l'opposition a dénoncé ce qu'il considère comme « ...
(Jeune Afrique 22/04/17)
Si la production d’or blanc explose en Afrique de l'Ouest, la transformation est à la peine. Face au déficit énergétique ou à la concurrence asiatique, de nombreuses usines ont fermé. En Afrique de l’Ouest, le secteur du coton-textile tourne à deux vitesses. D’un côté, la production a connu depuis 2010 une forte progression. La campagne 2016-2017 s’est achevée fin mars sur des niveaux record portés par des conditions climatiques exceptionnelles : 750 000 tonnes de coton-graine pour le Burkina Faso (+ 25...

Pages