Lundi 25 Septembre 2017
(Burkina24 25/09/17)
Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) a consacré ses deuxièmes journées parlementaires aux réflexions orientées sur le fondamentalisme islamiste et le terrorisme et a aussi statué sur un éventuel retour de l’ancien Président Blaise Compaoré pour « mettre son expérience au profit » du Faso. Les députés du CDP ont placé au cœur des réflexions des deuxièmes journées parlementaires de l’année à la contribution du groupe parlementaire dans la lutte actuelle contre le fondamentalisme islamiste et le terrorisme violents, les 22 et 23 septembre 2017 à Ziniaré dans l’Oubritenga. « Il y a quelques années, lorsqu’on parlait de terrorisme, cela se passait loin de nos frontières et nos populations avaient du mal...
(RFI 22/09/17)
Au Burkina Faso, alors que la procédure sur l'enquête du coup d'Etat manqué de septembre 2015 suit son cours, la société civile reste divisée sur la détention, deux ans après les faits, des présumés auteurs du putsch. Pendant que le Cadre d'expression démocratique demande la libération des généraux et des autres prisonniers qu'ils considèrent comme des « prisonniers politiques », le rassemblement des organisations de la société civile voit en cette demande une manœuvre de déstabilisation
(Fasozine 22/09/17)
La frange jeune de la Nouvelle alliance du Faso (Nafa), section du Kadiogo, s’est réunie ce jeudi 21 septembre à Ouagadougou. Dans une déclaration rendue publique à l’issue de la rencontre, ces militants ont exigé la libération du général de gendarmerie Djibril Bassolé, détenu à la Maison d’arrêt et de correction des armées pour sa supposée implication dans la tentative de coup d’Etat orchestrée par l’ex Régiment de sécurité présidentiel en septembre 2017 contre les autorités de la transition. La...
(Le Faso 21/09/17)
Voici les faits : Nana Thibault en Eburnie, le 16 septembre, parlant avec Blaise Compaoré de son retour au pays des Hommes intègres ; le même jour, réconciliation médiatisée entre deux figures de proue du CDP dans les Hauts-Bassins à savoir Alfred Sanou et Salia Sanou ; et le 18 septembre, les femmes du parti qui tiennent, depuis l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014, leur première assemblée générale où elles demandent également le retour de Blaise Compaoré… Il y...
(Sidwaya 21/09/17)
La Première dame du Faso, Sika Kaboré, a présidé, le 19 septembre 2017, à New York, une réunion de haut niveau sur le partenariat mondial pour tirer parti du Dividende démographique en Afrique. En marge de la 72e Assemblée générale des Nations Unies, l’Organisation des Premières Dames d’Afrique contre le VIH/Sida (OPDAS) a tenu une rencontre sur la problématique de la santé des femmes et des jeunes, particulièrement la santé sexuelle et reproductive des adolescents. Autour de la vice-présidente de...
(Fasozine 20/09/17)
Le Burkina Faso à l’instar des 192 autres Etats-membres de l’Organisation des Nations Unies (ONU) participe à la 72e assemblée générale de l’institution ouverte le 12 septembre dernier à New York aux Etats-Unis. C’est dans le but d’expliquer à la presse nationale les enjeux de la présente session ordinaire des Nations Unies et l’intérêt de la participation burkinabè que le Centre d’information des Nations Unies (Cinu) en partenariat avec le ministère burkinabè des Affaires étrangères a tenu ce mardi 19 septembre 2017 à Ouagadougou un press-briefing. Cette rencontre d’information...
(Xinhua 20/09/17)
NEW YORK (Nations Unies), (Xinhua) -- Intervenant mardi à l'Assemblée générale des Nations Unies, le Président malien Ibrahim Boubakar Keïta est revenu sur les longues négociations qui ont mené à la signature de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger, selon un communiqué publié par l'ONU. Depuis la mise en œuvre de l'accord, assure-t-il, la situation générale a connu des progrès fort appréciables. Il a donné pour exemple que les autorités intérimaires et les...
(RFI 19/09/17)
Une réunion sur le G5 Sahel s’est tenue lundi 18 septembre 2017 en marge de l'Assemblée générale de l’ONU, avec les présidents des cinq pays du groupe, mais avec aussi Emmanuel Macron, Alpha Condé, président en exercice de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’UA, ou encore la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini et le secrétaire général de l’ONU António Guterres. Et finalement, un représentant américain était bien présent, un conseiller du Homeland Security, le département de Sécurité intérieure. Financement, articulation force G5 et forces de l'Onu, les débats ont porté sur des questions de fond.
(Le Pays 19/09/17)
Sous l’égide de la NAFA, la Coalition nationale pour le changement avec Djibrill Bassolé a organisé à Banfora, un grand meeting pour exiger la libération du Général, détenu injustement selon elle, dans le cadre du coup d’Etat du Général Diendéré. C’était le 17 septembre 2017. La salle de conférence du collège Sainte Thérèse de Banfora a refusé du monde. Une salle de 800 places assises, pleine à craquer, avec des gens amassés aux différentes fenêtres et dans les quatre coins,...
(Sidwaya 18/09/17)
Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré est arrivé à New York aux Etats-Unis, en début de soirée d’hier 17 septembre 2017, pour prendre part à la 72eAssemblée générale des Nations-Unies. Le séjour du chef de l’Etat burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré, à New York, s’annonce bien rempli. Débuté le dimanche 17 septembre 2017, il va durer jusqu’au vendredi 22 du même mois. Le point d’orgue de ce séjour sera la participation du président du Faso à la 72eAssemblée générale des Nations-Unies...
(RFI 18/09/17)
Au Burkina Faso, samedi 16 septembre, cela faisait deux ans que les populations se sont opposées à la tentative de coup d'Etat perpétrée par l'ancienne garde de Blaise Compaoré. Les manifestations avaient fait au moins quatorze morts et plus de 200 blessés. Membres du gouvernement, parents des victimes, populations se sont retrouvés au cimetière pour rendre hommage aux personnes tuées au cours de la résistance au putsch. Mais les questions de prise en charge et de justice se sont invitées au cours de la cérémonie.
(RFI 18/09/17)
En marge de l’Assemblée générale de l’ONU, une réunion spécifique aura lieu sur le G5 Sahel ce lundi 18 septembre après-midi à New York. Elle réunira les présidents des cinq pays du groupe, Emmanuel Macron, Alpha Condé, président en exercice de l’Union africaine, la chef de la diplomatie européenne et le secrétaire général de l’ONU. Une réunion de haut niveau pour inciter la communauté internationale à soutenir la force antiterroriste conjointe au moment où le déblocage...
(Le Pays 18/09/17)
Le Burkina Faso a commémoré, le 16 septembre dernier, le deuxième anniversaire du putsch manqué dirigé par le Général Gilbert Diendéré. Ce coup de force était intervenu, rappelons-le, après une série de sautes d’humeurs du tristement célèbre Régiment de sécurité présidentielle qui avait maille à partir avec les autorités de la Transition et qui s’accommodait difficilement de la situation induite de la chute et de la fuite de son mentor, Blaise Compaoré. Ce fut, pour ainsi dire, l’épilogue d’une litanie...
(Le Faso 18/09/17)
Ce vendredi 15 septembre 2017, le ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation a rencontré le corps diplomatique. Objectif, échanger sur les assises nationales de la coopération décentralisée qui doivent se tenir du 05 au 07 octobre 2017.La coopération décentralisée est une pratique ancienne au Burkina Faso. Selon Siméon Sawadogo, ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation, les collectivités territoriales burkinabè entretiennent de nombreux...
(AFP 16/09/17)
Le tribunal militaire du Burkina Faso a renvoyé au 6 octobre l'audience de mise en accusation de 107 personnes, dont deux généraux, poursuivis dans le cadre du putsch manqué de septembre 2015, a-t-on appris vendredi de sources judiciaires. L'audience a été renvoyée afin de transmettre le dossier "à tous les conseils et à ceux qui n'ont pas été avisés dans les délais", a déclaré Yacouba Traoré, un avocat de la défense, à l'issue de l'audience à huit-clos. Cette audience devrait...
(Jeune Afrique 16/09/17)
Plusieurs chefs d'État du G5 Sahel n'avaient pas prévu de se rendre à New-York pour l'Assemblée générale des Nations unies. Ils feront finalement le voyage pour assister à une réunion de haut niveau sur la mise en place de leur force conjointe. Explications. Après leur dernier sommet le 2 juillet, à Bamako, les chefs d’État du G5 Sahel se retrouveront lundi 18 septembre, à New-York, pour participer à une réunion de haut niveau sur leur projet de force conjointe en...
(RFI 16/09/17)
Le général Gilbert Dienderé et plusieurs militaires de l'ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP) accusés dans le cadre du coup d'Etat de septembre 2015, étaient face au président de la chambre de contrôle ce vendredi. L'audience de ce jour avait pour objet la vérification de la régularité de la procédure. Voir si le travail du juge d'instruction a été bien fait et procéder par la même occasion à la mise en accusation des inculpés contre qui pèseraient des charges. Mais l'audience a été repoussée au 6 octobre prochain...
(AFP 15/09/17)
La force antijihadiste du G5 Sahel, en voie de formation, "prouvera son efficacité dans un futur proche", a affirmé jeudi le président malien Ibrahim Boubacar Keïta en visite à Ouagadougou. "Nous avons compris que notre défense et notre sécurité ont des prérogatives et des devoirs qui nous incombent en tout premier chef. Dès lors, il fallait trouver le système et il est trouvé. Il est cohérent, il est pertinent et il prouvera son efficacité dans un futur proche", a déclaré...
(Jeune Afrique 15/09/17)
Les cinq présidents du G5 Sahel tiendront une réunion de haut niveau avec Emmanuel Macron le 18 septembre, à New-York, en marge de l'assemblée générale des Nations unies. Objectif : résoudre le casse-tête du financement de leur force conjointe. Ils avaient convenu de se revoir rapidement à l’issue de leur dernier sommet, à Bamako, le 2 juillet dernier, pour faire un nouveau point sur la mise en place de la force conjointe du G5 Sahel. Ibrahim Boubacar Keïta (Mali), Mohamed...
(Jeune Afrique 15/09/17)
C’est à Ouagadougou qu’Emmanuel Macron prononcera son premier discours consacré à l’Afrique. Date retenue pour le premier discours africain d’Emmanuel Macron : le lundi 13 novembre. Sa préparation a été confiée aux onze membres du Conseil présidentiel pour l’Afrique (CPA), sous la supervision de Franck Paris, le conseiller Afrique de Macron. Il sera ensuite rédigé par Sylvain Fort, la « plume » du chef de l’État. Objectif : concilier les enjeux du moment (sécurité, flux migratoires) et la volonté de renouveau annoncée durant la campagne présidentielle. Celle-ci s’exprimera à travers des thèmes tels que la jeunesse, les opportunités d’affaires...

Pages