Lundi 29 Mai 2017
(AFP 29/05/17)
Plusieurs organisations de la société civile burkinabè ont annoncé, dimanche à Ouagadougou, la création d'une coalition contre la "mal gouvernance" dont elles accusent le régime du président Roch Marc Christian Kaboré, appelant à "sauvegarder l’esprit de l’insurrection populaire" anti-Compaoré. "Cette élection de Roch Marc Christian Kaboré qui a suscité l’espoir au sein de la jeunesse et des femmes est en train de se traduire en désespoir", a fustigé la porte-parole de la coalition Safiatou Lopez Zongo. L'ex président Blaise Compaoré a été chassé le 31 octobre 2014 par une révolte populaire contre un projet de révision de la Constitution qui lui aurait permis de briguer un nouveau mandat après 27 ans au pouvoir. L’élection présidentielle,...
(RFI 29/05/17)
Une nouvelle coalition de plusieurs organisations de la société civile a vu le jour au Burkina Faso. Composée d'organisations qui ont pris part à l'insurrection populaire d'octobre 2014, elle se donne pour mission de maintenir la veille citoyenne et d’interpeller les dirigeants burkinabè qu'il y a lieu de prendre des mesures contre les actes de violence et contre les mauvaises conditions de vie. Selon ses premiers responsables, elle veut amener les dirigeants à regarder dans le sens des aspirations du peuple burkinabè. De plus en plus de voix s'élèvent au Burkina Faso pour dénoncer les conditions de vie des populations. Selon Safiatou Lopez, la porte-parole de la nouvelle coalition d'organisations de la société civile, l'espoir suscité par l'élection de Roch...
(Burkina24 29/05/17)
Les bureaux de votes restent ouverts ce dimanche 28 mai 2017 jusqu’à 18h. L’heure est aux élections municipales partielles et complémentaires dans les zones concernées. La CENI annonce les résultats pour le lendemain 29 mai à partir de 10h. Les partis politiques auront 72 heures pour contester ou non les résultats. En attendant, une équipe de Burkina24 a fait un tour à la Mairie d’Arrondissement de Nongr-Massom (Arrondissement 4) de la Commune de Ouagadougou, la seule zone de la Capitale...
(Jeune Afrique 26/05/17)
Inoussa Kanazoé, l’entrepreneur proche de François Compaoré, le frère de l’ancien président Blaise Compaoré, est accusé de diverses infractions et avait été placé en garde à vue le 19 avril. Écroué depuis plus d’un mois dans le cadre d’une enquête préliminaire de la Gendarmerie du Kadiogo saisie par le Tribunal de grande instance de Ouagadougou sur des surfacturations présumées de la société CimFaso (Cimenterie du Faso), l’homme d’affaires Inoussa Kanazoé bénéficie depuis ...
(Burkina24 26/05/17)
La Commission électorale nationale indépendante (CENI) est prête à organiser les municipales partielles du 28 mai 2017. A trois jours de son premier scrutin en tant que président de la CENI, Newton Barry a assuré ce 25 mai 2017 à la presse qu’il était prêt, rapportent nos confrères de Kamanews. Dès ce jeudi, les premiers convois sont en route pour les 3 600 bureaux de vote. Sur le plan sécuritaire, les choses se passent bien, selon Newton Ahmed Barry. La...
(APA 24/05/17)
L'étudiant Burkinabè Stéphane Bationo Yves Aymar de l'université de Ouagadougou 1, a remporté mardi à Abidjan, le concours inter-universitaire sous-régional d'art oratoire organisé par le Groupe intergouvernemental d'action contre le blanchiment d'argent en Afrique de l'ouest (GIABA). Déclaré premier avec 68,4 points, Stéphane Bationo a reçu la somme de 500.000 FCFA et un ordinateur portable. Les deuxième et troisième place ont été respectivement remportées par les étudiants, Renaud Fiacre du Bénin ( 350.000 FCFA plus un ordinateur portable) et Ibrahim...
(Fasozine 23/05/17)
Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP-au pouvoir) appelle, dans la déclaration qui suit, le gouvernement à ouvrir les informations judiciaires pour permettre aux autorités judiciaires de châtier les coupables à la hauteur de leurs forfaits, après les affrontements entre populations et groupe d’autodéfense à Tialgo. C’est avec consternation que le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) a appris l’affrontement entre Koglwéogo et populations de Tialgo/Sanguie, localité située à 3 kilomètres de Ténado depuis le jeudi 18 mai 2017. Cette série de violences, faut-il le réitérer, est un acte répréhensible aux...
(L'Observateur Paalga 23/05/17)
La délégation de Koukouldi, une équipe composée de natifs de la zone où ont eu lieu les affrontements meurtriers entre koglwéogo et habitants de Tialgo dans le Sanguié, a donné une conférence de presse hier 22 mai 2017 à la Bourse du travail de Ouagadougou. Elle dit s’être rendue sur les lieux pour contribuer à sa manière à l’apaisement de la situation et dans le but de permettre la recherche de solutions idoines à cette crise. C’est après une minute...
(RFI 22/05/17)
Au Burkina Faso, des membres des Koglweogo, structures d’autodéfense spécialisées dans la lutte contre le vol, les braquages et les attaques à main armée, ont affronté des villageois dans la région du Centre-Ouest, à une centaine de kilomètres de Ouagadougou. Ces affrontements ont provoqué la mort de cinq personnes dont trois membres des Koglweogo. Le ministre de la Sécurité s’est rendu sur place pour faire libérer des habitants du village de Tialgho, détenus par ces milices d’autodéfense. Accompagné par une délégation gouvernement, Simon Compaoré s'est également rendu dans les villages touchés pour assurer aux habitants...
(TV5 22/05/17)
À Ouagadougou, depuis la chute du régime Compaoré, la population souhaite rendre hommage à l'ancien président Thomas Sankara, devenu une icône très forte dans le pays. L'idée d'un mémorial a fait son chemin mais il reste encore à trouver un lieu. L'endroit même où Thomas Sankara a été assassiné, il y a près de 30 ans, devrait l'accueillir.
(Présidence 22/05/17)
« Ensemble nous vaincrons » c’est sous ce thème qui sonne comme un cri de guerre contre le terrorisme, que plus de 25 chefs d’Etat et de délégation, venus des États Unis d’Amérique, d’Afrique et du monde arabe se sont réunis sous la coupole du Centre international de Conférence du Roi Abdoul Aziz, ce dimanche 21 mai 2017 dans l’après-midi. Ce Sommet coprésidé par le Roi Salman Ben Abdelaziz Al-SAOUD et le Président américain Donald TRUMP se voulait une opportunité...
(AFP 19/05/17)
Des organisations de la société civile burkinabè ont dénoncé jeudi la gestion du pouvoir du président Roch Marc Christian Kaboré, y voyant une "copie conforme" de celle de l'ex-président Blaise Compaoré chassé par la rue en 2014. Safiatou Lopez Zongo, présidente du Cadre de concertation nationale des organisations de la société civile (CCNOSC), a dénoncé "la corruption, les détournements de deniers publics, l’acharnement sur les acteurs politiques et civils, l’achat de consciences", lors d'une conférence de presse. ‘’Le MPP (Mouvement du peuple pour le progrès, au pouvoir) est une copie conforme du CDP (Congrès pour la démocratie et le...
(La Tribune 19/05/17)
Le président Burkinabé Roch Marc Christian Kaboré est en visite officielle depuis le 16 mai au Qatar, où il a été reçu hier par l’émir Tamim Ben Hamad Al-Thani. Au menu de la rencontre entre les deux chefs d'Etat, la coopération dans la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme. Mais Kaboré ne s'est pas déplacé jusqu’à Doha pour parler uniquement d'anti-terrorisme... Les fonds d'investissement qataris attirent de plus en plus la convoitise des pays africains, le Burkina Faso en particulier...
(Burkina24 19/05/17)
 
00:00
Le Cadre de concertation nationale des organisations de la société civile (CCNOSC), une Organisation de la société civile, a rendu sa copie sur la gestion du pouvoir par le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP). Porté par sa présidente Safiatou Lopez/Zongo, le CCNOSC a conclu que « l’espoir suscité par cette élection (du président Roch Kaboré) est devenu un leurre ». Plus d’une année après l’avènement du Président Roch Kaboré au pouvoir, le Cadre de concertation nationale des organisations...
(Afrique sur 7 18/05/17)
Le président Roch Kaboré du Burkina Faso aurait fait savoir qu’il ne milite pas pour Laurent Gbagbo. Selon Jeune Afrique, il estime que ses compatriotes étaient maltraités en Côte d’Ivoire sous le régime de la Refondation. De ce fait, il est impensable pour lui de militer pour sa libération. Récemment, Jeune Afrique, a fait cas d’une démarche de dirigeants africains pour faire libérer Laurent Gbagbo. Ce collectif de chefs d’État a à sa tête Alpha Condé. Ces dirigeants africains auraient...
(Présidence 18/05/17)
Arrivé à Doha le mardi 16 mai 2017 pour une visite officielle au Qatar, le Président du Faso a été reçu ce mercredi 17 mai 2017 au palais par l’Emir Tamin Ben Hamad Al THANI. L’Emir qatari et son hôte se sont entretenus sur des sujets relatifs à la cooperation entre les deux pays.L’Emir Tamin Ben Hamad Al THANI a manifesté sa volonté de renforcer les relations déjà bonnes entre son pays et le Burkina Faso. Les deux pays ont...
(APA 17/05/17)
Le Chef de l’Etat burkinabé Rock Marc Kaboré sera en visite officielle au Qatar et en Arabie Saoudite, à partir de ce mardi, a appris APA auprès de la Présidence du Faso. Rock Marc Kaboré se rendra à Doha, au Qatar, ce mardi 16 mai 2017 pour une visite d’amitié et de travail. Le renforcement de la coopération bilatérale sera au centre de cette visite au cours de laquelle plusieurs dossiers seront passés en revue. Au cours de son séjour,...
(Fasozine 17/05/17)
Les organisations patronales des médias burkinabè ont eu ce mardi 16 mai 2017 une rencontre avec le Premier ministre Paul Kaba Thiéba. Au menu des échanges : Les créances de l’Etat envers les médias, l’agenda de la mise en place de la Télévision Numérique terrestre (TNT) et l’opérationnalisation du Fonds d’appui à la presse privée. Au sortir des échanges, Paul Kaba Thiéba a indiqué à la presse qu’il a donnée des instructions « fermes » pour que l’Etat s’acquitte de...
(AFP 16/05/17)
La Haute cour de justice du Burkina Faso, qui juge 34 ministres du dernier gouvernement de Blaise Compaoré pour leur implication présumée dans la répression de l'insurrection populaire d'octobre 2014, a décidé lundi de suspendre le procès, après une saisine du Conseil constitutionnel par la défense. "Pour une bonne administration de la justice, il y a lieu de sursoir à statuer jusqu’à la décision du Conseil constitutionnel, faisant par ailleurs droit aux conclusions formulées (par la défense)", a déclaré le...
(APA 16/05/17)
Le procès de l’ex-président burkinabè Blaise Compaoré et de plusieurs ministres de son dernier gouvernement a, peu après sa reprise, lundi à Ouagadougou, été à nouveau suspendu en attendant la décision du Conseil constitutionnel attendue au plus tard dans un mois. «Pour une bonne administration de la justice, il y a lieu de surseoir jusqu’à la décision du Conseil constitutionnel faisant droit aux conclusions formulées dans ce sens», a déclaré le président de la HCJ, Bèbrigda Mathieu Ouédraogo. Auparavant, il...

Pages