Lundi 23 Avril 2018
(Sidwaya 07/06/13)
Dans le cadre des préparatifs des états généraux de l’enseignement supérieur au Burkina Faso, le ministre des Enseignements secondaire et supérieur, Moussa Ouattara, a rencontré, le mercredi 5 juin 2013 à Ouagadougou, le chef de file de l’opposition politique, Zéphirin Diabré. En prélude aux états généraux de l’enseignement supérieur au Burkina Faso, prévus du 13 au 15 juin 2013, le ministre des Enseignement secondaire et supérieur, Moussa Ouattara, a échangé, le mercredi 5 juin 2013, avec le Chef de file de l’opposition politique (CFOP), Zéphirin Diabré. « Nous sommes venus présenter nos félicitations au CFOP et solliciter la participation de l’opposition aux états généraux de l’enseignement supérieur », a déclaré le ministre Moussa Ouattara, à l’issue de l’entretien. Il a...
(Journal du Jeudi 07/06/13)
Entre Blaise Compaoré et ses alliés de l’ADF-RDA, l’entente n’est plus la chose la mieux partagée. Les scènes de ménage qui vont crescendo, le refus de s’aligner derrière les positions contestées, le linge sale étalé sur la place publique... Autant de faits qui montrent une nette divergence de vue. En cause, l’agenda politique de 2015 et sur lequel les deux parties n’ont, à l’évidence, plus les mêmes approches qu’autrefois. Pour un partenariat, on peut affirmer que celui qui lie l’ADF-RDA de Gilbert Noëll Ouédraogo au Président Compaoré est vacillant. Le tandem ne pédale plus dans la même direction. Au point que les frictions, jadis contenues dans les limites du politiquement correct, sont désormais publiquement évoquées. Parfois en des termes qui...
(Média Terre 07/06/13)
Financée par le fonds d'urgence de l'UNESCO, l'évaluation du degré d'inclusivité sociale des politiques publiques de trois pays du Sahel sera lancée, lundi 10 juin 2013, par un atelier qui se tiendra à Ouagadougou (Burkina Faso). Deux autres ateliers suivront : l'un à Niamey (Niger), les 19 et 20 juin, l'autre à Dakar (Sénégal), les 24 et 25 juin. Premier atelier à être organisé en Afrique de l'Ouest dans le cadre d'un programme inter-régional de l'UNESCO couvrant neuf pays du monde, dont trois pays du Sahel, un atelier réunira, les 10 et 11 juin 2013, à Ouagadougou (Burkina Faso), une quarantaine de participants. Ces derniers auront ainsi l'occasion de s'approprier les termes de référence de l'évaluation des politiques publiques qui...
(Sidwaya 07/06/13)
Les députés de la Ve législature ont eu, le mercredi 5 juin 2013 à Ouagadougou, une rencontre d’information et d’échanges avec les responsables des organisations du Système des Nations unies (SNU) au Burkina Faso. Pour mieux s’imprégner du fonctionnement des organisations du Système des Nations unies (SNU) au Burkina Faso, les députés ont eu des échanges instructifs, le mercredi 5 juin 2013 à Ouagadougou, avec les représentants- résidents desdites organisations onusiennes. Il s’agit du PNUD, de l’OMS, de l’UNICEF et de l’UNFPA. Et c’est le représentant du PNUD au Burkina Faso, Pascal Karorero, qui a présenté la SNU aux parlementaires, au nom des autres responsables des organisations concernées. Selon ses explications, le SNU fonctionne grâce à un coordonnateur-résident, qui a...
(Le Faso 07/06/13)
A peine installés dans leurs fonctions, les maires du Burkina ont ouvert le débat sur la question du port de l’écharpe. Profitant d’une visite de courtoisie au Président de l’Assemblée nationale, ils ont donc posé cette préoccupation sur la place publique. Sauf que tout le monde ne partage pas le même avis sur la question et sur son opportunité. La raison de la sortie médiatique des maires, c’est qu’ils estiment que l’écharpe aux couleurs nationales, telle que portée à la taille lors des cérémonies officielles, n’est pas très visible. Par conséquent, ils souhaiteraient améliorer leur look d’élu municipal pour qu’on les distingue encore mieux. Mais pour cela, encore faut-il que les maires grognons passent par les voies légales pour avoir...
(Le Pays 07/06/13)
Après la visite des bureaux, le Premier ministre a eu une séance de travail avec les agents du Ministère de l’Agriculture et de la sécurité alimentaire (MASA) et du Ministère de l’Eau, des aménagements hydrauliques et de l’assainissement (MEAHA). C’était le jeudi 6 juin 2013 à Ouagadougou. Un comité d’experts d’une dizaine de membres sera prochainement mis en place et piloté par le chef du gouvernement lui–même. C’est la principale information qui a été donnée aux journalistes, le 6 juin dernier, après une séance de travail entre Luc Adolphe Tiao et les agents du MASA et du MEAHA. La principale mission de ce comité d’experts sera de trouver une solution définitive au conflit de compétences né de la séparation de...
(Le Pays 07/06/13)
Sous l’initiative du ministère de l’Eau, des aménagements hydrauliques et de l’assainissement, il se tient du 6 au 7 juin 2013 à Ouagadougou, une conférence sur le partenariat public-privé. Cette conférence a pour objectif d’informer et de sensibiliser les principaux acteurs et partenaires du secteur de l’eau et de l’assainissement sur le partenariat public-privé et les opportunités offertes en termes de contribution du privé dans le domaine de l’eau et l’assainissement au Burkina Faso. La conférence a pour thème : « accélérer l’accès à l’eau potable et à l’assainissement en milieu rural et semi-urbain au Burkina Faso : comment impliquer le secteur privé dans le développement et la gestion des infrastructures d’eau et d’assainissement à travers une stratégie PPP appropriée...
(Le Pays 07/06/13)
Ceci est une lettre ouverte que les déflatés de l’ex-RNTC X9 adressent au président du Faso, Blaise Compaoré. Ils demandent une implication personnelle du premier magistrat des Burkinabè pour que leur problème soit résolu. Un peu plus d’une décennie après, des Burkinabè de l’ex- RNTC X9 attendent toujours de son employeur (l’Etat), réparation et reconnaissance pour sacrifice consenti à la nation. Ils souhaitent la reconstitution de leur carrière brisée la main levée, avec des mesures d’accompagnement légalo-légitimes. Ces mesures sont attendues de facto du complice majeur et garant des travailleurs qu’est l’Etat des Hommes intègres. Dorénavant, 215 ex-travailleurs (survivants et ayants droit) assistent passivement au défoulement préféré de son ex-employeur : lenteur politico - administrative légendaire (en tout cas dans...
(Le Pays 07/06/13)
Les responsables du Mouvement des enseignants pratiquants (MONEP) ont animé une conférence de presse le 6 juin 2013 à Ouagadougou en vue de donner leur lecture de la situation de l’enseignant pratiquant burkinabè. Ils prônent pour une prise en compte de leurs préoccupations, eux qui, le plus souvent, sont mis de côté. Le Mouvement des enseignants pratiquants (MONEP) a animé une conférence de presse au cours de laquelle, il a rappelé, à l’endroit des autorités, qu’une catégorie d’enseignants est mise de côté. Selon Mohamadi Zoungrana, secrétaire général du MONEP, les enseignants pratiquants sont très souvent mis de côté. La raison est que ces revendications et les plaidoyers se font par corps, « le corps des enseignants pratiquants est oublié, méprisé...
(Sidwaya 07/06/13)
Le Haut-commissariat des nations unies pour les réfugiés (HCR) au Burkina Faso, a initié un vaste plan de reboisement des localités accueillant les déplacés maliens. Son lancement officiel a eu lieu dans le camp de réfugiés de Goudebou dans la province du Séno au Sahel, le mercredi, 5 juin 2013. La dégradation des ressources naturelles au Sahel préoccupe le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Sa représentation au Burkina Faso en a fait son cheval de bataille. En effet, à l’occasion du 41e anniversaire de la Journée mondiale de l’environnement célébrée le 5 juin 2013, elle a lancé des actions de restauration de la nature dans les camps de réfugiés maliens dans la région du Sahel. Le site...
(Le Faso 07/06/13)
Les personnes en situation de handicap interpellent les autorités à plus de considération à leur égard. C’est le sens du message de Traoré Soumaila, qui dit espérer qu’en 2013, la barre des 10% d’emplois leur soit enfin réservée dans la Fonction publique. La meilleure manière de mesurer le progrès moral d’une société, c’est de voir comment cette société traite les personnes handicapées. Je demande aux autorités du Burkina Faso d’écouter leur cœur car la loi n agit pas seule, il faut des hommes pour l’actionner, nous comptons beaucoup sur votre bonne volonté pour nous appuyer. Des emplois et de la dignité Cette année nous souhaitons, espérons voir les 10% d’emploi réservés aux personnes en situation de handicap lors des concours...
(Le Pays 07/06/13)
Le nouveau Centre hospitalier régional (CHR) de Tenkodogo, inauguré le 24 juillet 2012, dispose désormais d’un scanner. Ce don est le fruit de la coopération entre notre pays et la République de Chine Taïwan. L’inauguration de ce joyau qui permettra d’offrir de meilleurs soins aux populations a eu lieu le lundi 3 juin 2013 en présence du ministre de la Santé, Léné Sebgo, de l’ambassadeur de la République de Chine Taïwan, Shen Cheng Hong et de bien d’autres personnalités de la région du Centre-Est. La République de Chine Taïwan vient d’enrichir le plateau technique du Centre hospitalier régional (CHR) de Tenkodogo en le dotant d’un scanner dont l’installation a coûté 120 millions de francs CFA. Visant à améliorer la qualité...
(Le Pays 07/06/13)
Un sondage sur l’audience des médias ! Une sorte de « médiamétrie » qui classe les organes selon qu’ils sont plus lus ou bien plus connus, je ne sais même pas. Mais c’est une belle initiative dans l’esprit de la chose. Je salue cette démarche, qui permettra certainement certaines choses. Un tandem Conseil supérieur de la communication (CSC)- Institut national de la statistique et la démographie (INSD), deux structures étatiques qui ont réuni leurs force et intelligence pour réaliser une étude sur un secteur aussi important que celui des médias. Si cette initiative est appréciable dans l’esprit, il reste qu’elle a péché à certains points de vue. Je m’explique. Je trouve qu’il y a eu trop d’amalgames dans cette affaire...
(L'Observateur Paalga 06/06/13)
Il s’ouvre ce matin jeudi 6 juin 2013 à Ouagadougou l’atelier national sur les réformes en matière de rationalisation du circuit de la dépense publique. En prélude à cet important événement, nous avons rencontré le directeur général du Trésor et de la Comptabilité publique, Moumounou Gnakambary, qui nous a entretenus sur le sujet. Ainsi, dans les lignes suivantes il a levé le voile sur toutes les étapes successives auxquelles doivent passer tout dossier de dépense. Selon le patron du Trésor, les réformes en cours permettront non seulement une meilleure exécution de la dépense mais aussi, et c’est au grand bonheur des fournisseurs de l’Etat, une certaine célérité dans le traitement et la liquidation des factures. Quand vous parlez du circuit...
(Actu Burkina 06/06/13)
La Société financière internationale (IFC) a organisé, le mercredi 5 juin 2013 à Ouagadougou, un atelier d’information et de sensibilisation aux licences d’affaires au profit des responsables de la communication des ministères et institutions. Les responsables de la communication des institutions et structures administratives publiques du Burkina Faso sont désormais outillés aux questions relatives aux climats des affaires, notamment les licences d’affaires. Cela à la faveur d’un atelier d’information organisé à leur profit le mercredi 5 juin 2013 à Ouagadougou par la Société financière internationale ( IFC) du groupe de la Banque mondiale. Objectifs et activités du programme d’IFC sur l’amélioration du climat des affaires, impact des réformes sur l’investissement privé et la croissance économique ont été entre autres les...
(Sidwaya 06/06/13)
Les marchés publics sont des contrats conclus, à titre onéreux, entre des pouvoirs adjudicateurs (Etat, collectivités territoriales, institutions…) et des personnes publiques ou privées pour la livraison de fournitures, de prestations de services et bien d’autres travaux. Ces marchés sont soumis à une réglementation nationale à laquelle s’ajoute celle de l’Union économique et monétaire Ouest-africaine (UEMOA). Mais malgré ces contrôles, le circuit du cycle de passation des marchés n’est pas à l’abri de fraudes et de corruption. Ce lundi 6 mai 2013, à 9 heures 15 minutes, dans l’enceinte de la direction générale de l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA) a lieu l’ouverture des plis relatifs à l’appel d’offres concernant la fourniture de mobilier au profit de l’ONEA,...
(Burkina24 06/06/13)
Les députés burkinabè, pour faire connaissance avec les partenaires financiers, ont eu droit le 5 juin 2013, à des exposés des représentants de quatre institutions financières qui interviennent au Burkina Faso. Il s’agit de la Banque mondiale (BM), du Fonds monétaire international (FMI), de la Banque africaine de développement (BAD) et de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD). Les députés de l’Assemblée nationale, pour en savoir davantage sur le fonctionnement des institutions financières internationales, ont eu des séances d’échanges, mercredi 5 juin 2013, à Ouagadougou, avec les représentants-résidents d’institutions de la haute finance internationale. Il s’agit de la Banque mondiale (BM), du Fonds monétaire international (FMI), de la Banque africaine de développement (BAD) et de la Banque ouest-africaine de développement...
(Le Faso 06/06/13)
A leur deuxième journée d’échanges avec les institutions, les membres de l’Assemblée nationale ont discuté ce mercredi 5 juin 2013 à Ouagadougou avec les responsables résidents des principaux bailleurs de fonds multilatéraux du Burkina, à savoir la Banque mondiale (BM), le Fonds monétaire international (FMI), la Banque africaine de développement (BAD) et la Banque ouest-africaine de développement (BOAD). Tour à tour, Mercy Tembon, représentante résidente de la BM ; Jean-Baptiste Le Hen, directeur résident du FMI ; Hugues Messan Edorh, représentant résident de la BOAD ; et Ginette NZau-Muteta, représentante résidente de la BAD se sont succédé pour présenter chacun(e) son institution, ses domaines et modes d’intervention, ses procédures, ses actions sur le terrain et ses ambitions. Ainsi, l’on retient...
(Sidwaya 06/06/13)
Le Secrétaire permanant de l’ARMP, Mamadou Guira, s’exprime sur les missions qui sont assignées à son institution, les difficultés auxquelles elle fait face et les grands chantiers en vue pour contrer la corruption. Sidwaya (S.) : Pouvez-vous nous présenter l’ARMP ? Mamadou Guira (M.G.). : L’ARMP est une autorité administrative indépendante qui a essentiellement quatre missions que sont : la définition des politiques en matière de marchés publics (élaboration des textes en cohérence avec les directives de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), la formation, l’information et la sensibilisation des acteurs du domaine, le suivi-évaluation et la conduite des audits, le règlement non juridictionnel des différends qui doit intervenir dans un délai relativement court et compatible avec le calendrier d’exécution...
(Le Pays 06/06/13)
Les partis politiques affiliés au Chef de file de l’opposition ont tenu leur deuxième rencontre mensuelle le 4 juin dernier sous la présidence de Zéphirin Diabré. Les partis appellent à une journée de protestation sur toute l’étendue du territoire non seulement pour dire non au Sénat, mais aussi pour exprimer également le ras-le-bol des Burkinabè face « aux maux qui minent notre société et qui sont entretenus par la politique du pouvoir de la IVe République ». Lisez ! La deuxième réunion mensuelle des partis politiques de l’opposition s’est tenue le 4 juin 2013 à partir de 18h 00mn. Présidée par le Chef de file de l’opposition, Monsieur Zéphirin Diabré, la réunion a examiné les trois points suivants inscrits à...

Pages