Vendredi 24 Novembre 2017
( 20/03/13)
La Fédération des associations professionnelles de banques et établissements financiers de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (FAPBEF-UEMOA) tient les 19 et 20 mars 2013 à Ouagadougou la première session de son conseil fédéral. Les rapports d’activités et financier 2012 de la fédération, ainsi que ses programmes d’activités et de budget de l’exercice 2013 sont, entre autres, inscrits au menu de cette rencontre. Les banques et établissements financiers de l’espace de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) vont dresser les 19 et 20 mars 2013 à Ouagadougou, le bilan de leurs activités de l’année 2012, examiner leur performance, les acquis et voir comment relever les défis qui se posent dans leur secteur d’activités. Cela, à l’occasion de la première session du...
(Le Pays 20/03/13)
Des militants du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) étaient, hier 19 mars, au haut-commissariat du Kadiogo. L’objectif de cette visite peu ordinaire des inconditionnels du parti majoritaire à l’autorité provinciale était, selon le contenu d’une lettre remise à celle-ci, d’informer l’autorité de tutelle du refus catégorique des contestations du CDP d’accepter le nouveau maire élu à la tête de leur arrondissement. La situation sociopolitique dans l’arrondissement n°4 de la commune de Ouagadougou est des plus tendues. Après leur marche de protestation, le 15 mars dernier, sur la mairie de Nongr-Massom, les militants du CDP ont fait une descente pacifique sur le haut-commissariat du Kadigo tôt dans la matinée du mardi 19 mars dernier. En effet, ils étaient...
(Le Faso 20/03/13)
Conseils scientifiques, personnel administratif, technique, ouvriers et de soutien (ATOS), et les syndicats d’enseignants, tous ont été reçus en audience par le Premier ministre Luc Adolphe Tiao le 18 mars 2013. Ces rencontres s’inscrivent dans le cadre des activités de visite des universités de Ouagadougou et de Ouaga II. Les audiences avec les différentes composantes du monde universitaire ont été perçues comme étant les cadres appropriés d’indentification à la fois des problèmes que connaissent nos deux universités publiques de la capitale, que des pistes de solutions. Mais parce que, dit-on à la Primature, « le climat n’est pas favorable au dialogue », les syndicats d’étudiants n’ont pas été reçus, comme prévu. Avant cette série d’audiences, les étudiants avaient manifesté de...
(Le Pays 19/03/13)
Le Premier ministre Luc Adolphe Tiao est allé visiter les chantiers en construction à l’université de Ouagadougou et à l’université Ouaga II, le lundi 18 mars 2013. Visite à l’issue de laquelle il a rencontré la communauté universitaire et décoré des enseignants- chercheurs qui se sont distingués par leur ardeur au travail et leur dévouement. Ce sont des visites aux allures d’un parcours du combattant qu’a entrepris le chef du gouvernement en cette matinée et les étudiants n’ont pas manqué l’occasion de crier leur ras-le-bol quant aux conditions d’étude difficiles dans lesquelles ils acquièrent le savoir. Luc Adolphe Tiao lors de sa visite sur le campus hier, avait prévu de s’entretenir avec toute la communauté universitaire mais c’était sans compter...
(Le Soleil 19/03/13)
Le Premier ministre burkinabè Luc Adolphe Tiao a été contraint hier à abréger une visite à l'université de Ouagadougou, face aux protestations et aux sifflets d'étudiants en colère, a constaté un journaliste de l'AFP. "On ne te veut pas ici", "A bas les voleurs, à bas les démagogues", "A bas le pouvoir de Blaise Compaoré", président depuis 1987, criaient quelques dizaines d'étudiants à l'arrivée de la délégation gouvernementale. Le Premier ministre a essuyé des sifflets, tandis que des membres de sa délégation ont reçu de la boue. "Mon intention était d'avoir un vrai dialogue et de trouver des solutions aux problèmes des universités. Mais d'autres n'avaient pas les mêmes schémas que nous", a regretté le Premier ministre, critiquant un "groupuscule"...
(Agence de presse Labor 19/03/13)
Le Burkina Faso, après moult hésitations et tâtonnements, a finalement décidé de s’engager dans l’usage de la biométrie électorale en 2012, lors des élections couplées législatives et municipales du 02 décembre. Pour parvenir à ce résultat, les intenses revendications et plaidoyers de l’opposition et de la société civile, ont fini par lasser et mettre le pouvoir burkinabè dans une posture inconfortable quant à un éventuel refus de la biométrie. Les leaders d’opinions de ces groupes s’indignaient que le pouvoir s’évertuait pour des médiations et assistances aux renforcements démocratiques dans d’autres pays, sans être capable d’appliquer au plan national des mesures de transparences électorales comme l’adoption d’un fichier électoral biométrique. Malgré lui ou volontiers, le régime de la IVe république a...
( 19/03/13)
La société marocaine Ciment d’Afrique (CIMAF), accélère son extension dans les autres capitales du continent après le lancement des travaux de construction d’une impressionnante usine dans la capitale économique ivoirienne. Dans un entretien accordé à APA lundi à la veille de la visite du Roi Mohammed VI en Côte d'Ivoire, Khalid Iben Khayat, Directeur Général régional de Ciment d'Afrique (CIMAF) a fait remarquer que son entreprise est en pleine "expansion". "CIMAF est une entreprise marocaine appartenant au groupe Séfrioui qui est très dynamique dans le domaine de la cimenterie au Maroc et dans le domaine du logement, principalement, le logement social", a dit M. Iben Khayat en présentant son entreprise. "Après Abidjan en Côte d'Ivoire, nous sommes dans d'autres pays...
(Le Faso 19/03/13)
Un atelier de formation aux techniques de reportage au profit du personnel des Editions Lefaso a eu lieu le vendredi 15 mars 2013 dans les locaux de Jade Productions à Ouagadougou. Organisé par la direction des éditions Lefaso en partenariat avec la Francophonie, cet atelier avait pour objectifs le renforcement des capacités des journalistes. Dès l’entame de cet atelier, Dr Cyriaque Paré, promoteur du site portail Lefaso.net a justifié l’intérêt d’une telle formation par le besoin d’acquérir ou de renforcer les connaissances pour mieux écrire. Car, précise-il, depuis octobre 2012, la rédaction du Faso.net a sa propre identité éditoriale. Ce journal en ligne allie revue de presse et production interne depuis 2010. De ce fait, il dispose de son propre...
( 19/03/13)
APA-Ouagadougou (Burkina Faso) Les actionnaires de la mine de zinc de Perkoa au Burkina Faso ont décidé d’injecter 80 millions de dollars dans le développement de cette mine, l’une des plus grandes réserves en Afrique, a appris APA auprès des responsables de la sutructure. Ce financement additionnel a été obtenu auprès de la société suisse Glencore, le deuxième actionnaire par la cession d'actions de Blackthorn Resources, l'Etat burkinabé détenant 10%. Ainsi, Blackthorn Resources cède une part de 35 millions de dollars dans le capital de Perkoa et voit sa participation passer de 39,9% à 27,3% dans le projet. Cet apport va permettra l'achèvement et les ajustements nécessaires pour la mise en activité de la mine, qui a lancé officiellement sa...
(APA 15/03/13)
APA-Ouagadougou (Burkina Faso) Le projet d’interconnexion Han (Ghana)-Bobo-Dioulasso (Burkina Faso)-Sikasso-Bamako(Mali) a fait l’objet d’une concertation entre les ministres de tutelle des trois pays, vendredi à Ouagadougou. L'objectif du conclave était d'accorder les violons pour un aboutissement dudit projet dans les meilleurs délais. La réalisation de cet ambitieux projet, d'un coût de 225 milliards de francs CFA viendra soulager les populations confrontées aux délestages. La réunion de Ouagadougou a recommandé la reprise des études de faisabilité afin de permettre aux partenaires techniques et financiers de revoir leur schéma du financement. ‘'Le projet était prévu pour être opérationnel en 2015. Mais au regard des difficultés qui entravent sa célérité, cette échéance n'est plus tenable et il conviendrait de tabler sur 2017'', explique...
(L'Evénement 15/03/13)
Comme d’habitude en ce mois de février, le gouvernement a rendu public les bilans de la saison agricole 2012. Il y a un léger excédent d’environ 900 000 tonnes pour les céréales. Autant dire une goutte d’eau dans un environnement sous régional globalement en situation de crise alimentaire. Au moment où le gouvernement rend public les chiffres des récoltes de 2012, les marchés de céréales sont fébriles. Les paysans, dont les stocks propres ont été entamés ces dernières années, veulent d’abord se sécuriser. Une partie des excédents devrait donc aller dans ces stocks de sécurité familiaux. Le reste, si le gouvernement s’y prend à temps et propose un prix rémunérateur, pour servir en partie à renouveler les stocks nationaux de...
(L'Opinion (BF) 15/03/13)
Le processus de renouvellement des Conseils municipaux a changé la physionomie administrative de nos villes. A Ouagadougou, le nouveau découpage a consacré la création de douze arrondissements au lieu de cinq. Mais une chose est de devenir maire d’une entité administrative, une autre est d’être utile aux populations. Casimir Marin ILBOUDO, «Pour jouir de ce bonheur qu’on cherche tant et qu’on trouve si peu, la sagesse vaut mieux que le génie, l’estime que l’admiration, et les douceurs du sentiment que le bruit de la renommée» a dit l’écrivain français Jean Le Rond D’ALEMBERT (1717-1783). En se luttant de toutes leurs forces pour se faire élire à la tête d’une mairie, les élus sont sans doute pleins de bonne volonté. En...
(Faso Actu 15/03/13)
Le premier ministre a rencontré aujourd’hui 14 mars 2013 à la primature, les partenaires techniques et financiers (PTF) du Burkina Faso. Une rencontre au cours de laquelle les échanges ont porté sur les mesures prises par le gouvernement pour lutter contre la corruption, le bilan des élections couplées de décembre 2012 et la situation sécuritaire. C’est par des remerciements que le premier ministre a ouvert les échanges avec les partenaires techniques et financiers (PTF). Car il reconnaît que l’aide public au développement que les partenaires octroient constitue un apport fondamental pour le financement de projets de développement au profit des populations laborieuses. Il a rappelé que le volume de cette aide a presque doublé ces dix dernières années, passant de...
(Le Faso 13/03/13)
Avec une demande qui dépasse l’offre en cette période de grande chaleur, la production énergétique de la SONABEL ne satisfait pas les attentes des consommateurs. Les différents délestages l’attestent. Quelles sont les solutions alternatives que le solaire peut offrir en ces temps de délestages ? Les réponses d’Emmanuel Kaboré, directeur de Projet production solaire (PPS), une entreprise qui travaille dans le domaine de l’énergie solaire. Energie solaire : Des solutions alternatives aux délestages Lefaso.net : Pouvez-vous nous présenter l’entreprise PPS ? Emmanuel Kaboré : Le projet production solaire (PPS) est une entreprise spécialisée dans le domaine de l’énergie solaire et de l’optimisation énergétique. Nous sommes une jeune entreprise avec un personnel composé de dix huit employés permanents. Nous faisons les...
(Le Pays 13/03/13)
L’Autorité supérieure de contrôle d’Etat (ASCE) a, en collaboration avec le ministère des Ressources animales et halieutiques (MRAH), organisé une journée de réflexion le 7 mars 2013 à Ouagadougou sur la lutte contre la corruption au bénéfice des agents dudit ministère et des élèves de l’Ecole nationale d’élevage et de santé animale (ENESA). L’objectif de la journée était, d’une part, d’informer et de sensibiliser les agents et les élèves sur les effets néfastes de la corruption et, d’autre part, les inviter à s’engager davantage dans la lutte contre ce fléau. Ce sont le secrétaire général de l’ASCE, Ousmane Jean-Pierre Siribié et celle du MRAH, Dr Jocelyne Somé, qui ont représenté leurs supérieurs hiérarchiques respectifs. Une des actions prioritaires du gouvernement...
(Le Pays 13/03/13)
Définir et assigner de façon participative des objectifs de recouvrement aux régies de recettes et leur doter de moyens conséquents en arrêtant de commun accord les mesures et actions entre le ministre de l’économie et des finances et les régies, telle est en substance l’Approche Unités de Recouvrement (AUR) mise en application à partir de 2009 au Burkina. 
 Au 31 décembre 2012, l’évaluation des performances des régies de recettes a donné les résultats suivants : 1012,36 milliards de FCFA contre des prévisions de 931,6 milliards de FCFA soit un taux de réalisation de 108,67%. Ces résultats satisfaisants sont à mettre au compte de la mise en œuvre de l’Approche Unités de Recouvrement (AUR), un nouveau dispositif de pilotage du...
(Sidwaya 13/03/13)
Et parlant de grandeur de notre démocratie, on doit lui reconnaître celle d’avoir justement eu l’intelligence de réduire le sankarisme à sa plus simple expression le renvoyant à une nébuleuse sans consistance constituée de marginaux d’ici et d’ailleurs qui font et défont le monde à coups de slogans et de rhétoriques éculées. Notre démocratie n’a usé ni de menace, ni de propos outranciers, encore moins d’appels à la révolte pour parvenir à cette fin qui sonne l’hallali d’une idéologie qui ne croit pas en la démocratie et pense pouvoir l’utiliser à des fins perverses Disons-le d’entrée et tout net, avec la forme que prend le débat sur la révision ou non de l’article 37 de la Constitution qui limite à...
( 13/03/13)
Le chef de l’Etat, Blaise Compaoré, s’est entretenu, le mardi 12 mars 2013, au palais de Kosyam, avec le président de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), Pr Akihiko Tanaka, en séjour au Burkina Faso. Les autorités japonaises ne sont pas insensibles aux efforts consentis par le Président du Faso, Blaise Compaoré, en sa qualité de médiateur de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dans la crise malienne. Toute chose que le président de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), Pr Akihiko Tanaka, a tenu à signifier au chef de l’Etat burkinabè, au cours de l’entrevue, le mardi 12 mars 2013. « J’apprécie les efforts du président Blaise Compaoré dans la préservation de la stabilité et...
( 12/03/13)
La question taraude les Burkinabè : le chef de l'État, Blaise Compaoré, demandera-t-il une révision de la Constitution pour briguer un autre mandat ? À deux ans de l'échéance, il va devoir lever le voile. Le spot a marqué les esprits. Diffusé en France dans les années 1990, il montrait un enfant qui, sommé par un médecin de dire « trente-trois » sous les yeux inquiets de sa mère, répondait inlassablement le même chiffre, « huit cent six », celui du modèle de voiture vanté par la publicité. Au Burkina Faso, c'est un peu la même chose. Le chiffre 37 revient sans cesse. Un M37, inspiré du M23 sénégalais (mouvement né le 23 juin 2011, en opposition à la candidature...
(Le Faso 12/03/13)
Les relations entre Le Faso et le pays du soleil levant se portent bien. C’est ce qui ressort de la conférence de presse animée, ce jeudi, 7 mars 2013 à Ouagadougou, par les membres de l’équipe de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA). En effet, des présentations faites par Morishita Hiromichi, représentant de la JICA au Burkina, et ses différents collaborateurs, chacun selon son domaine de responsabilité ou de compétence, il se dégage clairement que la coopération nipponne avec le Burkina se situe à plusieurs niveaux et touchent plusieurs secteurs d’activités correspondant aux priorités du gouvernement burkinabè en matière de développement socioéconomiques. La stratégie d’intervention sur le plan diplomatique se fait soit au niveau bilatéral, soit au niveau multilatéral. Sur...

Pages