Lundi 23 Octobre 2017
(Le Faso 14/06/13)
Du 13 au 15 juin 2013 se tiennent à Ouagadougou, les Etats généraux de l’enseignement supérieur. Au cours de ces assises, les participants feront le diagnostic de ce grand corps malade de la société burkinabè afin de proposer des solutions. D’ores et déjà, le Premier ministre, Beyon Luc Adolphe Tiao qui a présidé l’ouverture des travaux, a annoncé l’ambition du gouvernement burkinabè de doter les chefs-lieux de région d’infrastructures d’enseignement supérieur d’ici à 10 ans. L’enseignement supérieur va mal au Burkina Faso. C’est peu dire que de l’affirmer. Les grèves interminables des enseignants, du personnel d’appui, des étudiants avec une violence allant croissante, les années académiques qui se chevauchent finissent de convaincre même les plus sceptiques. Ces problèmes, surtout ceux...
(Sidwaya 14/06/13)
Le Ministère des mines et des énergies a organisé le jeudi 13 juin 2013 à Ouagadougou, une rencontre d’information et d’échanges avec les hommes des médias sur l’Initiative accélérée de transparence dans les pays qui mettent en œuvre cette Initiative, lancée par les pays du G8. Dans le cadre des initiatives visant à accélérer la transparence dans les pays mettant en œuvre Initiative pour la Transparence des industries extractives (ITIE), le Burkina bénéficie de l’appui de la France pour mettre en œuvre des activités qui visent à aller plus loin dans la recherche de la transparence. Selon l’ambassadeur de la France au Burkina Faso, Emmanuel Beth, l’exploitation des mines est aujourd’hui un secteur stratégique pour le Burkina puisqu’il fait environ...
(Sidwaya 14/06/13)
Le ministre de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat, Arthur Kafando, a installé dans leurs fonctions, le 13 juin 2013 à Ouagadougou les membres de la commission d’organisation des élections consulaires et ceux du contrôle des listes électorales. « Je vous exhorte à faire preuve de professionnalisme, d’intégrité, de disponibilité et surtout, de privilégier le dialogue, tout en respectant les textes régissant le renouvellement des instances consulaires ». Tels ont été les propos du ministre de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat, Arthur Kafando, à l’endroit des douze membres de la Commission d’organisation des élections consulaires (COEC) et des sept membres de la Commission de contrôle des listes électorales (CCLE) qu’il a installés dans leur fonction, le 13 juin 2013...
(Sidwaya 14/06/13)
Les travaux des états généraux de l’enseignement supérieur ont débuté, hier 13 juin 2013 à Ouagadougou, sous la présidence du Premier ministre, Luc Adolphe Tiao. Organisées par le Ministère des enseignements secondaire et supérieur (MESS), ces assises rassemblent l’ensemble du monde éducatif autour de la problématique de la vie des universités publiques burkinabè. Plus de 450 personnes, issues de divers milieux de l’enseignement supérieur, sont invitées du 13 au 15 juin 2013 à Ouagadougou, à examiner l’enseignement supérieur au Burkina Faso, à poser un diagnostic et à proposer des remèdes pour son mieux-être. Les travaux lancés ce jeudi 13 juin 2013 par le Premier ministre, Luc Adolphe Tiao, sont structurés autour de six thèmes relatifs à la gouvernance universitaire, aux...
(Le Pays 14/06/13)
Le Chef de file de l’opposition politique (CFOP), Zéphirin Diabré, a animé, le 13 juin 2013 à son siège à Ouagadougou, son deuxième point de presse mensuel. A l’ordre du jour de cette rencontre, un seul point : la journée nationale de protestation qu’organise l’opposition le samedi 29 juin prochain. Zéphirin Diabré était accompagné de quatre autres leaders d’opposition que sont Me Bénéwendé Stanislas Sankara, président de l’UNIR/PS, Ouindlassida François Ouédraogo, président du RDS, Joseph Ouédraogo, président de l’UPS/MP et Fidèle Hien, de la CDN. Un point unique était à l’ordre du jour de ce deuxième point de presse mensuel du Chef de file de l’opposition politique (CFOP) le jeudi 13 juin dernier. Il s’est agi de la journée nationale...
(Le Pays 14/06/13)
Il s’est ouvert le jeudi 13 juin 2013 à Ouagadougou, et ce, pendant trois jours (du 13 au 15), les états généraux de l’enseignement supérieur au Burkina Faso. Cette cérémonie qui avait pour parrain le général Tiémoko Marc Garango, a été présidée par le Premier ministre, Luc Adolphe Tiao. C’est par l’hymne national chanté, en chœur par l’ensemble des 450 plus grandes sommités du savoir et de la connaissance de notre pays, dont le premier ministre, Luc Adolphe Tiao, que se sont ouverts, le 13 juin dernier à Ouagadougou, les états généraux de l’enseignement supérieur au Burkina Faso. Les maux qui minent l’enseignement supérieur Le chef du gouvernement n’est pas passé par quatre chemins pour faire le diagnostic des maux...
(Le Faso 14/06/13)
Après neuf (9) mois passés au Darfour dans le cadre du maintien de la paix, les éléments du bataillon Laafi 4 ont regagné Ouagadougou. L’Etat-major des Forces armées a organisé dans la soirée du mercredi 12 juin 2013, une cérémonie de bienvenue aux éléments. Mission remplie, les éléments du bataillon Laafi 4 ont été accueillis en héros par la hiérarchie militaire burkinabè. Au cours d’une cérémonie, le chef d’Etat-major général adjoint des Armées, le colonel-major, Pingrenoma Zagré, a tenu à leur dire « toute la fierté de l’Armée nationale ». « Depuis votre projection en août 2012 au Darfour, les comptes-rendus ainsi que les rapports qui sont parvenus au commandement ont tous été constants sur le professionnalisme, le dévouement et...
(Fasozine 14/06/13)
Les Burkinabè de la Belgique sont organisés, à travers une association que préside Benjamin Nabi. Lors du séjour du président du Faso, en mai dernier à Bruxelles, celui-ci a expliqué que les compatriotes au pays des Belges sont estimés à un millier et jouissent d’une « très bonne image ». « Par rapport à d’autres communautés, on peut dire que les Burkinabè ont une très bonne image en Belgique ». Ces propos sont de Benjamin Nabi, président de l’Association des Burkinabè de Belgique. Depuis 1997, il vit au pays des Belges, et travaille comme technicien chargé des hautes tensions à la Société nationale des chemins de fer de Belgique. En 2011, il a succédé à Maxime Kaboré (candidat à l’élection...
(Le Pays 14/06/13)
Avant de rejoindre leurs bases respectives, un pot d’aurevoir a été offert au Bataillon Laafi 4 par la haute hiérarchie militaire, le mercredi 12 juin 2013 à Ouagadougou, après 9 mois passés au Darfour. « Les autorités de la mission hybride de maintien de la paix au Darfour (MINUAD), au regard des qualités intrinsèques des soldats burkinabè, ont exprimé leur désir de voir augmenter la contribution en troupe du Burkina Faso à la mission », a souligné le Colonel-major, Pingrenoma Zagré, adjoint du Chef d’Etat-major général des armées (CEMGA) à l’occasion du pot d’aurevoir offert au Bataillon Laafi 4 de retour du Darfour par la haute hiérarchie militaire le 12 juin dernier à Ouagadougou. Ce souhait, selon le CEMGA/adjoint, vient...
(Sidwaya 14/06/13)
L’Autorité du bassin du Niger (ABN) organise du 13 au 15 juin 2013 à Ouagadougou, un atelier national pour le renforcement des capacités de la Structure focale nationale(SFN) sur la connaissance des objectifs et résultats de l’ABN au Burkina. La rencontre qui regroupe une trentaine de participants, permettra aux membres de la SFN de mieux connaître leur rôle. La Structure focale nationale(SFN) du Burkina de l’Autorité du bassin du Niger(ABN) fut créée par arrêté du ministère en charge de l’eau en avril 2008. Toutefois à l’instar des SFN des autres pays , celle du Burkina n’arrive pas encore à jouer pleinement le rôle de coordination des activités. C’est pourquoi l’ABN organise du 13 au 15 juin 2013, un atelier national...
(Le Pays 14/06/13)
Depuis le début de l’année, il n’y a jamais eu unprocès à Ouahigouya, aussi déterminant que celui qui s’est déroulé le mercredi 12 juin 2013.Ce jugement qualifié par beaucoup de celui de tous les dangers, a fait venir à la barre 4 élèves des collèges et lycées, un élève Infirmier diplômé d’Etat(IDE).Parmi les 5 prévenus,1 a été relaxé en raison de son âge,2 ont été condamnés à 18 mois de prison et le cerveau de la bande écope de 2ans de prison ferme.Ces 4détenus dont la culpabilité a été clairement établie devant le tribunal, arrachaient les sacs à main des femmes sur leurs motos. Tentative de vol, fait de vol et détention illégale d’arme à feu : voilà les chefs...
(Burkina24 14/06/13)
Nous l’avions déjà dit : la langue française est en déclin. La francophonie reste une notion abstraite et son rayonnement sur le monde n’est plus que le reflet d’une splendeur passé jadis aidée par le fait colonial. Guidé par un sursaut de nationalisme linguistique et d’identité culturelle les peuples africains se referment ou effarouchent la langue de Molière en créant un français populaire à la sauce africaine. Désormais classé à la cinquième place dans le monde le français fait face à une concurrence dont la plus menaçante est l’anglais qui pollue désormais le vocabulaire francophone. La langue française des élégances classiques et des références littéraires semble confrontée à une simplification et une ouverture forcée pour intégrer les autres langues si...
(AFP 14/06/13)
DAKAR, 14 juin 2013 (AFP) - Le rapporter spécial des Nations Unies pour le droit à l'alimentation, Olivier De Schutter, a appelé vendredi à Dakar les Etats d'Afrique de l'Ouest à ancrer le droit à l'alimentation dans leurs politiques de sécurité alimentaire pour mieux lutter contre la faim. "Nous invitons les Etats d'Afrique de l'Ouest à ratifier les textes" internationaux relatifs au droit à l'alimentation, a déclaré M. De Schutter lors d'une conférence de presse. Il s'exprimait à l'issue d'une réunion de deux jours organisée par les Nations Unies pour "mettre en oeuvre concrètement le droit de l'homme à une alimentation adéquate" en Afrique de l'Ouest. Des représentants venus du Bénin, du Burkina Faso, de Côte d'Ivoire, du Ghana, du...
(AFP 13/06/13)
OUAGADOUGOU, 13 juin 2013 (AFP) - Les discussions ont repris jeudi à Ouagadougou pour parvenir à un accord entre le pouvoir malien et les rebelles touareg occupant Kidal, dans le nord du Mali, a-t-on appris de source proche de la médiation burkinabè. Le chef de la diplomatie burkinabè Djibrill Bassolé a retrouvé la délégation conjointe touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) et du Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA), a indiqué à l'AFP cette source. Il devait s'entretenir ensuite avec les diplomates qui l'assistent au nom de la communauté internationale. La délégation des autorités maliennes est attendue dans la journée dans la capitale burkinabè, selon la même source. Lancées le 8 juin par le président burkinabè...
(AFP 13/06/13)
PARIS, 13 juin 2013 (AFP) - Quelque 550 millions de faux médicaments ont été saisis lors d'une opération douanière menée début avril dans 23 pays africains, une saisie record annoncée jeudi à Paris par l'Organisation mondiale des douanes (OMD). Baptisée "Biyela" ("encerclement" en zoulou), l'opération a été menée conjointement par 23 administrations douanières dans les principaux ports maritimes du continent africain. En une dizaine de jours, les douaniers ont intercepté un milliard d'articles de contrefaçon, dont 550 millions de doses de médicaments illicites, "potentiellement dangereux voire mortels", selon l'OMD. De faux antibiotiques, antidouleurs et anti-inflammatoires, des médicaments contrefaits utilisés contre l'hypertension artérielle et le diabète, ainsi que des compléments alimentaires illicites ont été saisis, pour une valeur totale de 275...
( 13/06/13)
Le gouvernement malien et les groupes armés qui contrôlent une partie du nord Mali, se retrouvent ce jeudi à Ouagadougou au Burkina Faso en vue de trouver une solution à leur différend. Une délégation de la médiation burkinabè et de la communauté internationale a rencontré mercredi à Bamako les autorités maliennes. Le président burkinabè et médiateur dans la crise malienne avait proposé un accord préliminaire, que les deux mouvements touareg, qui prennent aux pourparlers avaient accepté de signer le texte. Ce qui n'est pas le cas des autorités de Bamako. Les discussions n'ont visiblement pas permis d'arracher la signature du gouvernement malien. L'ancien président burundais et chef de la force africaine déployée au Mali, Pierre Buyoya, a indiqué les médiateurs...
(Le Pays 13/06/13)
Pendant combien de temps encore, la médiation et la communauté internationale vont-elles patienter pour qu’enfin, la fumée blanche sorte de la cheminée de Kosyam où se déroulent depuis quelques jours les négociations intermaliennes ? Alors qu’on annonçait en grande pompe, la signature d’un protocole d’accord entre Bamako et les rebelles touaregs dans la soirée du 11 juin dernier, les autorités maliennes ont choisi de se faire désirer. La raison, c’est que Tiébilé Dramé, l’émissaire du président de la transition Dioncounda Traoré, a décidé d’aller rendre compte à qui de droit au palais de Koulouba à Bamako avant de revenir avec des amendements et signer l’accord que toute la communauté internationale attend. Alors, comment comprendre que la délégation du Mouvement national...
(L'Observateur Paalga 13/06/13)
L'engouement suscité par son article sur le sachet plastique dans notre édition n°8350 du 10 avril 2013 n'a pas laissé Leroy Rodney indifférent. Dans ce deuxième écrit, il réaffirme sa volonté de lutter contre ce déchet et invite tous les Burkinabè à s'engager pour la protection de l'environnement. Mon premier article sur l’environnement a suscité quelques réactions qui m’ont encouragé à reprendre la plume. Je ne m’attendais à aucune réaction, tellement les questions d’environnement ne sont pas la priorité du Burkinabè «lambda» comme dirait quelqu’un. N’étant pas moi-même un expert du domaine, je me suis replongé dans la littérature pour renforcer et renouveler l’appel à tous, acteurs politiques, administratifs, citoyens. Mieux, le fait que plusieurs paysans aient évoqué la question...
(L'Observateur Paalga 13/06/13)
Le maire de la commune de Ouagadougou a rencontré les occupants du domaine public et les acteurs du secteur informel dans l’après-midi du mardi 11 juin 2013 à Ouagadougou. Entre Marin Casimir Ilboudo et les commerçants, le débat a tourné autour d'une question principale : l’occupation du domaine public. Dans la forme, la rencontre entre le maire de Ouagadougou et le secteur informel ne s’est pas distinguée de celle du 29 mai dernier entre l'édile et les tenanciers de débits de boisson : état des lieux du secteur, préoccupations des acteurs et annonce des nouvelles mesures du conseil municipal. Dans le fond, l’objet de la rencontre était autre chose. En effet, en prenant la parole, Marin Casimir Ilboudo a fait...
(Sidwaya 13/06/13)
Le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) a organisé, le mardi 11 juin 2013 à Ouagadougou, un dialogue démocratique,, sous le thème : « les tabous constitutionnels de la 4è République burkinabè ». Le conférencier, Pr Luc Marius Ibriga, retient entre autres, « la santé du chef de l’Etat, la question ethnique et le dualisme de certaines règles juridiques et des pratiques coutumières ». A l’occasion du 22e anniversaire de la promulgation de la Constitution de la IVe République, le 11 juin 1991, le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) a invité le Pr Luc Marius Ibriga à animer un débat sur « les tabous constitutionnels de la 4è République burkinabè ». Le directeur exécutif du CGD, Pr Augustin Loada,...

Pages