Mardi 21 Novembre 2017
(Le Pays 15/07/13)
Le 12 juillet dernier devait avoir lieu, au Tribunal de grande instance de Ouagadougou, un procès au cours duquel des magistrats devaient comparaître. A l’appel du dossier, les parties ont convenu et le président du tribunal a décidé de renvoyer le dossier au 7 octobre 2013. La raison est que les cités à comparaître ne se sont pas présentés devant le tribunal. Des magistrats devaient comparaître devant le Tribunal de grande instance (TGI) de Ouagadougou. Au début de l’affaire, c’est le Centre pour l’éthique judiciaire (CEJ) qui dit avoir des preuves que des magistrats ont été impliqués dans une affaire de corruption. C’est dans ce sens que le Centre s’est constitué partie civile et ce, dans le cadre de ses...
(Le Pays 15/07/13)
Le mouvement M21 a organisé une marche-meeting le 13 juillet 2013 à Ouagadougou à la Place de la Nation. Mais, les marcheurs ont été interdits de séjour à ladite place et se sont retrouvés à la Bourse du travail. Là, ils ont crié leur colère contre ceux qui les en ont empêchés et se sont donné des informations pour la suite de leur lutte. Le mouvement entendait dire non à la mise en place du Sénat et aux comportements qui sont à l’origine de la vie chère. « Très tôt le matin, je me suis rendu à la Place de la Nation afin d’accueillir les marcheurs, mais j’ai constaté que la place avait été barricadée par des forces de l’ordre,...
(Le Quotidien (Bf) 15/07/13)
Dans la journée du samedi 13 juillet 2013, les Gardes de sécurité pénitentiaire (GSP) de la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO), ont observé un arrêt partiel de travail. L’objectif premier de cet arrêt est de « réclamer un traitement particulier, et si possible, un statut particulier ». Après la grève de la faim suivie d’une tentative d’immolation d’un agent de la Garde de sécurité pénitentiaire (GSP), l’ensemble des agents de la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO), observent, à leur tour, un arrêt de travail pour décrier leurs conditions de vie et de travail précaires. Très tôt dans la matinée du samedi 13 juillet, les GSP ont entamé un arrêt de travail. Selon leur représentant,...
(Le Huffington Post 15/07/13)
La France rêve de croissance et devrait aller chercher en Afrique la réalisation de ses rêves. Car là-bas, il y a de la croissance. A moins que, cette fois, ses déficits, la récession, la contraction de son économie soient tels que la croissance dans les PAZF (pays de la zone franc) ne peut plus résorber toutes les fuites d'une économie qui perd tous ses "A". L'Afrique est un "pays" de ressources, de potentiels, mais la richesse aujourd'hui ce sont les nations développées et émergentes qui l'ont. Nous notre principal patrimoine immatériel c'est l'espoir. Nous avons du cacao, mais le meilleur chocolat est suisse. Nous avons du bois, mais sommes aussi mal logés que le cordonnier de l'adage était mal chaussé...
(Sidwaya 14/07/13)
La campagne agricole 2013-2014 s’est difficilement installée dans la Boucle du Mouhoun à cause de la rareté des pluies. Mais le cumul de pluies enregistré à la première décade du mois de juillet, présage des lendemains meilleurs, selon les spécialistes agricoles. Le 11 juillet 2013, dans les environs de Dédougou, pendant que certains paysans regagnaient leur domicile dans la soirée après une longue journée de labeur, d’autres s’activaient toujours dans leurs champs. A la question de savoir comment se déroule la campagne agricole, la réponse est on ne peut plus claire. « Le début n’a pas été du tout facile, car on attendait désespérément les pluies jusqu’au mois de juin. Mais Dieu merci, ces deux jours, il a abondamment plu,...
(Africatime 14/07/13)
La réunion tripartite entre la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) et le Groupe de la Banque mondiale a pris fin ce jour dimanche 14 juillet 2013, à Abidjan, note Africatime. Au terme des deux jours de concertations (du 11 au 12 Juillet 2013), les trois institutions ont décidé de renforcer leur coopération en vue d’impulser le développement intégré de l’Afrique de l’Ouest qui regroupe plus de 300 millions d’habitants. Il a aussi été mis au cœur des débats les problèmes liés au développement et à la sécurité transfrontalière, notamment « dans la bande sahélo-saharienne qui nécessite un leadership et une volonté politique des dirigeants de la CEDEAO.» par ailleurs,...
(RFI 14/07/13)
Les troupes africaines et les unités françaises engagées au Mali sont à l'honneur pour le traditionnel défilé du 14 juillet sur les Champs-Elysées à Paris. Une dizaine de contingents venus d'Afrique sont représentés aux côtés des Français, mais aussi d'Allemands, de Croates, de Belges ou encore de Danois. A l'issue de la cérémonie, François Hollande se livrera à un entretien télévisé à l'Elysée pour livrer son « éclairage sur les quatorze premiers mois » de sa présidence. C'est un défilé allégé pour cause de crise. Parmi les restrictions opérées cette année, il y a celles qui concernent les chars. La plupart ont été priés de rester au garage. Cette décision représente un effort important puisque cela concerne 4 800 hommes,...
(AFP 14/07/13)
BRAZZAVILLE (RD Congo) (AFP) - L'Afrique du Sud et le héros de la lutte contre l'apartheid Nelson Mandela ont été mis "à l'honneur" du Festival panafricain de musique (Fespam) qui a débuté samedi soir à Brazzaville et s'achèvera le 20 juillet. Quelque 3.000 à 4.000 personnes assistaient au lancement du Fespam, sous forte surveillance policière, a constaté l'AFP. Au stade Félix Eboué du quartier Poto-Poto, reconnu comme le "berceau de la musique congolaise", cette 9e édition s'est ouverte en présence de la directrice générale de l'Unesco, Irina Bokova et du président congolais Denis Sassou Nguesso. "Cette année c'est l'Afrique du Sud qui est à l'honneur", a dit le ministre congolais de la Culture, Jean Claude Gakosso en annonçant que la...
(AFP 12/07/13)
OUAGADOUGOU, 12 juillet 2013 (AFP) - Le syndicat des journalistes du Burkina Faso a dénoncé vendredi "l'immixtion" du pouvoir dans le traitement de l'information par les médias publics, concernant notamment l'opposition au président Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 1987. "Les travailleurs du secteur public du ministère de la Communication, sous la conduite de leur syndicat, le Syndicat autonome des travailleurs de l'Information et de la Culture (Synatic), protestent contre l'immixtion des autorités du ministère de la Communication dans le traitement de l'information au niveau des médias publics", selon une lettre publique signée du secrétaire général du Synatic, Justin Coulibaly. Cette déclaration a été soutenue par l'Association des journalistes du Burkina (AJB) qui, dans un communiqué distinct, a fustigé "les censures...
(AFP 12/07/13)
OUAGADOUGOU, 12 juillet 2013 (AFP) - Le trafic aérien a été paralysé vendredi au Burkina Faso par une grève des travailleurs du secteur, qui réclament à l'Etat la construction de logements, a-t-on appris de sources concordantes. A l'aéroport international de Ouagadougou, de nombreuses compagnies ont annoncé l'annulation des vols par des affiches, a constaté un journaliste de l'AFP. La grève, qui touche aussi l'autre aéroport du pays, situé à Bobo Dioulasso (365 km à l'ouest de la capitale), a démarré vendredi et doit s'achever samedi soir. Le mouvement a été lancé par le Collectif des syndicats de l'aéronautique civile au Burkina Faso, qui réclame aux autorités la construction de logements sociaux pour l'ensemble des agents membres de la mutuelle du...
(Burkina24 12/07/13)
Le procès des juges corrompus dans l’affaire des 23 kg d’or, qui avait été enrôlé pour le matin de ce vendredi 12 juillet 2013 au Tribunal de grande instance (TGI) de Ouagadougou, a été renvoyé au 7 octobre 2013. La raison, les témoins dans ce procès intenté par le Centre d’éthique judiciaire, et qui ne sont en réalité que les juges présumés corrompus, n’ont pas comparu à l’audience. L’affaire des 23 kg d’or n’a pas encore fini tous ses développements. Après ce que l’on peut qualifier de dénouement de l’affaire, avec la restitution de l’or en exécution d’un jugement rendu par des juges du TGI, c’est une affaire de corruption liée à cette affaire qui fait l’actualité. Ce matin au...
(Afrik.com 12/07/13)
Les pays africains sont nombreux à avoir prohibé les sacs plastiques, afin de protéger l’environnement. Le Burkina Faso va à son tour, prochainement, interdire les sachets en plastique, a annoncé le ministre de l’Environnement, Salif Ouédraogo, ce jeudi, lors d’une conférence de presse. Le Burkina Faso a, à son tour, décidé de se débarrasser des sacs plastiques ! Ils seront très bientôt interdits dans le pays, a annoncé jeudi 13 juillet, lors d’une conférence de presse à Ouagadougou, la capitale du pays, le ministre de l’Environnement Salif Ouédraogo, rapporte le site burkinabè Fasozine. L’objectif : réduire la pollution afin de protéger l’environnement. « Un avant-projet de loi portant interdiction de la production, l’importation et de la distribution des sachets plastiques...
(Burkina24 12/07/13)
La diaspora burkinabé reste très active pour ce qui concerne et touche à la vie de leur pays. Particulièrement par ces temps de revendications politiques et marche contre le sénat, cet activisme peut se suivre au travers des réseaux sociaux. Ainsi, Burkina 24 est allé à la rencontre de quelques uns de nos compatriotes résidant en Europe. Il se sont tous livrés à une analyse montrant ce qu’ils pensaient de la mise en place de cette deuxième chambre du parlement burkinabé. Aziz DABO, étudiant en Master en Management et Stratégie D’Entreprise, PARIS « Le moment est très mal choisi » La création du sénat en elle-même n’est pas forcément mauvaise, au vu de l’implication des différentes couches sociales de la...
(Burkina24 12/07/13)
L’Université Laval de Québec, première université francophone du continent américain, voilà le cadre qui a abrité la rencontre du 9 juillet 2013 entre le Ministre d’État chargé des relations avec les institutions et des réformes politiques, M. Bognessan Arsène Yé et les Burkinabé de Québec. En visite au Canada dans le cadre d’une mission de partenariat avec le gouvernement québécois pour une amélioration de la gouvernance électorale au Burkina Faso, le Ministre d’État et sa délégation, composée de cadres de son département, de la CENI et de l’administration territoriale, ont saisi l’occasion pour échanger avec les Burkinabé de Québec, la capitale politique du Québec.Cette rencontre, organisée par l’ambassade du Burkina Faso au Canada en collaboration avec l’association des Burkinabé de...
(Burkina24 12/07/13)
Une manifestation contre la mise en place du sénat au Burkina Faso, s’est tenue hier jeudi 11 juillet 2013 à New York devant le siège des Nations-Unies. Elle a regroupé des jeunes étudiants et travailleurs venus des différents Etats pour soutenir la cause.Munis de balais, de banderoles et de pancartes, durant de longues heures les manifestants scandaient des slogans hostiles au régime de Blaise Compaoré. On pouvait lire « Non à la mise en place du Sénat », « non à la modification de l’article 37″ , « Non à la vie chère », « non à l’impunité », « non à la corruption », « BF c’est ne pas Blaise et François ». Ils ont fait le pied de...
(Sudinfo.be 12/07/13)
Souvenez-vous, en juillet dernier, un groupe de jeunes de la MJ CARPE DIEM « les Percuss’eaux » est parti à la découverte du Burkina Faso, a échangé avec des jeunes burkinabés souriants. Ils ont eu la chance de rencontrer un chef de village, de manger avec les mains, de s’asseoir sur des caïmans sacrés, de visiter les installations de l’eau,… et tout ça pourquoi, vous allez dire ?! Pour SENSIBILISER et INFORMER quant à la problématique de l’accès à l’eau potable ! La venue des jeunes burkinabés (association BEC) à Comines est prévue ce samedi 13 juillet (16h10 à la gare de Comines) et ce, jusqu’au 24 juillet … pour poursuivre cet échange qui a si bien commencé et surtout...
(Agence Ecofin 12/07/13)
Roxgold Inc. se félicite des résultats de forage encourageants sur les objectifs 109 Hill, 117 Zone, Bagassi Sud, 300 Zone et Haho dans le projet aurifère Yaramoko situé dans la ceinture de roches vertes de Hounde, au Burkina Faso. Les résultats disponibles révèlent des minéralisations à haute teneur dont les meilleures ont été interceptées à Bagassi Sud. Il s’agit globalement de 41,7 g/t d’or sur plus de 4,4 m ; 25 g/t d’or sur plus de 3,8 m ; 16,0 g/t d’or sur plus de 1,0 m dans une vaste interception de 3,1 g/t sur plus de 10,2 m ; 6,9 g/t d’or sur plus de 1m ; 10,0 g/t d’or sur plus de 0,3 m et 7,9 g/t d’or...
(Sidwaya 12/07/13)
La direction générale du trésor et de comptabilité publique a organisé le jeudi 11 juillet 2013 à Ouagadougou, une conférence sur le Tarif extérieur commun (TEC) de la CEDEAO, au profit des élèves- douaniers. L’objectif était de leur faire connaître les textes du TEC et de recueillir leurs préoccupations et suggestions sur le sujet. Le Conseil des ministres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a, au cours de sa session du 21 juin 2013, adopté un Tarif extérieur commun (TEC) applicable dans les Etats-membres, qui rentre en vigueur le 1er janvier prochain. Au Burkina Faso, la direction générale du trésor et de la comptabilité publique a initié une série de conférences sur le sujet au...
(Sidwaya 12/07/13)
Le Japon soutient la justice burkinabè par un don d’environ 1 milliard 500 millions de FCFA pour favoriser l’accès des pauvres à la justice et renforcer l’Etat de droit. La signature de l’échange de note concernant ce don, a eu lieu le jeudi 11 juillet 2013 à Ouagadougou, entre l’ambassadeur du Japon au Burkina, Masato Futaishi, et le représentant-résident du PNUD, Pascal Karorero. Avec le don de la somme de près de 1 milliard 500 millions de FCFA fait le 11 juillet 2013 par l’Empire du Soleil levant à l’Etat burkinabè, la justice ne devrait plus être la « chose » des seuls riches. Ce don octroyé à travers le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) s’inscrit dans...
(Sidwaya 12/07/13)
L’opposition politique affiliée au chef de file a animé un point de presse, le jeudi 11 juillet 2013 à Ouagadougou, sur les évènements en rapport avec la mise en place du Sénat. Le 28 juillet 2013, jour des élections sénatoriales, les partis politiques de l’opposition affiliés au chef de file entendent manifester leur désapprobation. Ils l’ont fait savoir, au cours d’un point de presse, hier jeudi 11 juillet 2013. Ce rendez-vous avec les journalistes était principalement animé par Moussa Boly de la CNPB, Me Bénéwendé Sankara de l’UNIR/PS, Ablassé Ouédraogo de « Faso Autrement » et Dénis Nikiéma, secrétaire général de l’UPC. Pour Me Bénéwendé Sankara, l’opposition n’a pas encore défini exactement les différentes formes de manifestations (Sit-in, marches, meetings)...

Pages