Mercredi 20 Septembre 2017
(Le Faso 29/07/13)
Dans le cadre du Traité d’amitié et de coopération Burkina – Côte d’Ivoire, s’est tenue à Yamoussoukro, en République de Côte d’Ivoire, le dimanche 28 juillet 2013, la réunion ministérielle conjointe préparatoire à la 3eme conférence au sommet. Cette rencontre, co-présidée par les Chefs de la diplomatie des deux pays, Leurs Excellences Djibrill Bassolé et Charles Koffi Diby, a permis de mettre la dernière main aux préparatifs de la Conférence des Chefs d’Etat.Le 28 juillet 2013, une trentaine de ministres des gouvernements burkinabè et ivoirien se sont réunis autour des ministres en charge des Affaires Étrangères pour échanger sur les dossiers prioritaires inscrits à l’ordre du jour du 3ème Sommet prévu pour le 30 juillet à Yamoussoukro. L’objectif de cette...
(Agence Ecofin 29/07/13)
(Agence Ecofin) - En marge de la 44eme réunion ordinaire du comité des gouverneurs des banques centrales de la CEDEAO qui s’est tenue la semaine dernière à Accra au Ghana, le gouverneur de la BCEAO et président de ce comité a réaffirmé la volonté des décideurs politiques de faire converger les économies pour aboutir à la mise en place d’une monnaie unique d’ici 2020. « Les objectifs fixés par les chefs d’Etat, c’est qu’en 2015, la zone monétaire de l’Afrique de l’Ouest (ZMAO) doit être intégrée et avoir une monnaie unique au même titre que la zone UEMOA qui a déjà une monnaie unique et une banque centrale unique. Ensuite, à l’horizon 2020, les deux institutions à savoir l’UEMOA et...
(Le Faso 29/07/13)
Des gaz lacrymogènes, des cailloux, des cris, des larmes et des arrestations … Voila résumé la tournure qu’a pris la marche meeting de l’opposition politique burkinabè à Bobo-Dioulasso. A l’invitation du Rassemblement des partis politiques du Houet (RPOH), des milliers de manifestants hostiles à la mise en place du sénat ont battu le pavé. Accrochés aux échos des autres villes, des manifestants ont voulu marcher sur le Conseil régional des Hauts-Bassins. Sur les lieux, ils ont rencontré des forces de l’ordre et de sécurité qui n’ont pas hésité avec es gaz lacrymogène pour disperser la foule ce dimanche 28 juillet 2013.A quoi ressemblerait l’acte deux des journées de protestations du Chef de file de l’opposition politique burkinabè ? C’est la...
(L'Observateur Paalga 29/07/13)
Quelque un mois après la marche-meeting de l'opposition contre la mise en place du Sénat, son chef de file, Zéphirin Diabré, au motif que Blaise Compaoré n'a pas daigné répondre à sa lettre, a rebeloté dimanche dernier. Et son appel n’est pas tombé dans l’oreille de sourds à Ouagadougou, à Ouahigouya, à Kaya, etc. En effet, comme celle du 29 juin, la marche-meeting du 28 juillet, par ailleurs jour d’élections des sénateurs, a mobilisé grand monde, des marcheurs visiblement deux fois plus nombreux qui ont pris d'assaut la place de la Nation et des rues de Ouaga. La marche-meeting de l’opposition du dimanche 28 juillet 2013 a mobilisé, à vue d’œil, davantage de populations à Ouagadougou que lors de la...
(Xinhua 29/07/13)
OUAGADOUGOU -- Des dizaines de milliers de personnes sont descendues dimanche dans les rues à Ouagadougou pour dire non à la mise en place du Sénat à l'appel de l'opposition politique. Cette manifestation est intervenue au moment où les conseillers municipaux sont appelés à élire dimanche les 39 sénateurs représentant les collectivités territoriales à raison de trois par régions. Les militants et sympathisants des partis politiques de l'opposition avec à leur tête le chef de file de l'opposition, Zéphirin Diabré, ont scandé des slogans hostiles au parti au pouvoir. Sur les pancartes qu'ils portaient, on pouvait lire : " Non à la patrimonialisation du pouvoir", "Non à la modification de l'article 37", "Sénat budgétivore et inutile". Selon les organisateurs, cette...
(L'Observateur Paalga 29/07/13)
Combat d’arrière-garde pour l’opposition politique burkinabé et la grande majorité de la société civile qui ferraillent, depuis, contre la mise en place du Sénat ? Contre vents et marées, impassible au mémorable sermon des évêques du Burkina, sourd aux récriminations de l’opposition, et insensible aux supplications des crève-la-faim regroupés au sein du collectif contre la vie chère, le gouvernement ne désarme pas. Vissé sur sa chaise de fer, il fera de son projet, tant décrié, une réalité. Tchogo tchogo ! Hier dimanche, les conseillers municipaux ont été convoqués aux urnes pour élire les 39 sénateurs territoriaux sur les 89 membres que doit compter la future Chambre haute. Ensuite suivra la désignation des 21 représentants de la société civile (autorités coutumières...
(AIP 29/07/13)
Yamoussoukro, 29 juil (AIP)- Dans le cadre du traité d’amitié et de coopération entre la Côte d’Ivoire et le Burkina-Faso, les gouvernements ivoirien et burkinabé se réunissent ce lundi à Yamoussoukro en conseil de gouvernement conjoint, sous la houlette des Premier ministres Daniel Kablan Duncan et Luc Adolphe Tiao, respectivement de la Côte d’Ivoire et du Burkina Faso. Arrivés dimanche en fin d’après midi dans la capitale politique et administrative de la Côte d’Ivoire, MM. Duncan et Tiao travailleront avec leur deux gouvernements à consolider les acquis des sommets précédents, notamment la réalisation de projets socio économiques communs dans divers domaines et renforcer la dynamique de la coopération entre les deux Etats. En attendant l’arrivée des Présidents Alassane Ouatarra de...
(Sidwaya 29/07/13)
A l’instar des autres communes du Burkina Faso, Koudougou, chef-lieu de la région du Centre-Ouest, a voté ce dimanche 28 juillet pour le compte de la mise en place du Sénat. Sur 60 membres que compte le conseil municipal de Koudougou, 58 ont effectivement voté. Dans cette course au Sénat, trois partis politiques, à savoir le CDP, l’UNDD et l’UPR sont en lice au niveau de la région du Centre-Ouest qui dispose de 38 communes disséminées dans 4 provinces. Au décompte des voix vers 14 heures, le CDP l’emporte avec 33 voix contre 25 à l’UNDD et aucune voix pour l’UPR. La tête de liste du côté du CDP, Mme Alimata Kabré, a dit être fière et très heureuse d’avoir...
(Sidwaya 29/07/13)
Les conseillers municipaux de la région du Centre, à l’instar des 12 autres du Burkina Faso, étaient appelés, le dimanche 28 juillet 2013, à choisir leurs trois représentants au Sénat. Dans la commune de Ouagadougou, le processus s’est bien déroulé dans la majeure partie des 12 bureaux de vote, notamment ceux des arrondissements n° 4, 5 et 10. Dimanche 28 juillet 2013. Journée électorale pour les conseillers municipaux du Burkina Faso pour le choix des futurs représentants à la deuxième Chambre du Parlement. A Ouagadougou, précisément dans les arrondissements n°4, 5 et 10, la plupart des votants sont sortis, dès l’ouverture des bureaux de vote à 6 heures, pour accomplir l’acte. « Dans l’ensemble, tout se passe bien dans la...
(Sidwaya 29/07/13)
Les militants et sympathisants de l’opposition politique burkinabè sont descendus, à nouveau, dans la rue pour réaffirmer, le dimanche 28 juillet 2013 à Ouagadougou, leur refus du Sénat, de la politique du gouvernement et de "la révision de l’article 37 de la Constitution". Il est 7h40, ce dimanche 28 juillet 2013 à la Place de la Nation de Ouagadougou, point de ralliement de la marche-meeting de l’opposition politique. Les premiers militants et sympathisants commencent à arriver en petits groupes. Des jeunes, sur le podium, font le "show" en incitant les retardataires à rejoindre le lieu de rassemblement. Petit à petit, la Place de la Nation se remplit et la foule entonne l’hymne nationale, « le Ditanyè ». A 8h00, les...
(Sidwaya 29/07/13)
La communauté malienne vivant au Burkina Faso a pris part au premier tour du scrutin présidentiel du 28 juillet 2013. A Ouagadougou, les élections se sont déroulées dans le calme et la discipline. Le corps électoral des Maliens résidant au pays des Hommes intègres est significatif. 8 293 inscrits repartis dans 25 bureaux de vote sur l’ensemble du territoire burkinabè. A Ouagadougou, 2123 électeurs étaient attendus dans neuf bureaux de vote. En dehors du site de l’ambassade où il y avait de l’affluence, les autres centres étaient peu fréquentés. « A peu près dix personnes ont voté », a indiqué Adjaratou Gadiaga, présidente du bureau de vote, sis à l’Ecole primaire publique (EPP) de Kolog-koom, à Tampouy, aux environs de...
(Sidwaya 29/07/13)
La 14e Assemblée générale des sociétés d’Etat consacrée aux Etablissements publics de l’Etat (AGSE/EPE) a pris fin, vendredi 26 juillet 2013 à Ouagadougou, par des recommandations et résolutions visant à rendre ces établissements plus performants. Les rapports de gestion et les états financiers de l’exercice 2012 des 68 Etablissements publics de l’Etat (EPE), ont été tous approuvés par la 14e session de l’Assemblée générale des sociétés d’Etat consacrée aux EPE (AGSE/EPE), tenue les 25 et 26 juillet 2013 à Ouagadougou. A l’issue de deux jours de travaux, présidents de Conseil d’administration, Directeurs généraux, Agents comptables, Contrôleurs financiers, Directeurs des affaires administratives, sous la houlette du président par délégation de l’AGSE/EPE, Luc Adolphe Tiao, sont parvenus à quatre résolutions et trois...
(Burkina24 29/07/13)
En fin de cette semaine, deux évènements ont ému le Mercure : les élections sénatoriales et leurs contestataires. Cela appelle à des commentaires.Finalement, les sénatoriales ont eu lieu Malgré la marche de l’opposition, sa puissance de mobilisation, les « non au sénat » n’ont pas troublé outre mesure le déroulement des élections sénatoriales ce 28 juillet. Les manifestants qui ont essayé de les empêcher ont été … « victimes » de la rapidité du scrutin ! Les 29 sénateurs représentants les collectivités territoriales seront donc bientôt connus et installés. Ceux représentant la diaspora probablement aussi (la Côte d’Ivoire a empêché une marche contre le sénat de s’y tenir) et inutile de parler de ceux qui seront nommés par le Président...
(Burkina24 29/07/13)
Pendant que les élections visant à désigner les représentants des collectivités territoriales au sénat se déroulaient dans le calme à Ouagadougou, l’opposition a rebeloté ce 28 juillet à la Place de la Nation contre le sénat et la modification de l’Article 37 de la Constitution. Cette fois-ci, il n’y a pas eu de gaz lacrymogènes et la mobilisation était plus forte que celle du 29 juin 2013.A l’appel de l’opposition, plusieurs milliers de Ouagalais ont envahi les rues de Ouagadougou ce dimanche 28 juillet 2013 pour dire non au sénat, à la modification de l’article 37 et de façon générale au système de gouvernance du régime au pouvoir au Burkina.Zéphirin Diabré, Chef de file de l’opposition, n’a pas souhaité avancer...
(Le Potentiel Online 29/07/13)
L’émergence de la classe moyenne chassera à coup sûr la pauvreté du continent. Le 22 juillet à Brazzaville, la réflexion a tourné autour de la question. Ils étaient quatre chefs d’Etat, un ancien secrétaire général de l’Onu et un ancien Premier ministre belge, parmi tant d’autres personnalités qui ont pris une part active aux travaux du deuxième forum Forbes Afrique à Brazzaville au Congo d’en face. Le thème retenu « Emergence des classes moyennes africaines : financement des infrastructures et nouveaux modes de consommation ». Les exposés étaient de haute facture et les intervenants, eux-mêmes déterminés à laisser des traces indélébiles pour la postérité. Le Congolais Denis Sassou Nguesso, le Burkinabé Blaise Compaoré, le Sud-africain Jacob Zuma, le Ghanéen John...
(AFP 28/07/13)
JOHANNESBURG, 28 juillet 2013 (AFP) - Nelson Mandela, hospitalisé depuis plus d'un mois et demi à Pretoria, reste toujours dans un état "critique", avec "quelques progrès", a indiqué dimanche la présidence sud-africaine, qui a refusé de commenter des information de presse selon lesquelles l'ancien président aurait subi une légère intervention. Selon la chaine de télévision américaine CBS, le héros de la lutte anti-apartheid, 95 ans, aurait subi vendredi une "intervention chirurgicale pour débloquer le tube de dialyse", à sa septième semaine d'hospitalisation dans une clinique de Petoria. Cette opération a été "bénigne", a assuré CBS. Le porte-parole de la présidence, Mac Maharaj n'a pas confirmé ou infirmer. "Il (Mandela) est dans un état critique, stable, mais il y a quelques...
(Xinhua 27/07/13)
YAMOUSSOUKRO (Xinhua) - Une réunion préparatoire des experts ivoiriens et burkinabè s'est ouvert vendredi pour deux jours à Yamoussoukro (centre, 230 km d'Abidjan) aux fins de produire des documents devant servir de base, dimanche , à une rencontre des ministres en prélude à la conférence au sommet du Traité d'amitié et de coopération entre la Côte d'Ivoire et son voisin du nord, le Burkina Faso. Ces experts, répartis en quatre commissions, réfléchissent sur plusieurs domaines dont l'agriculture, le foncier rural, l'énergie, les infrastructures routières, ferroviaires et maritimes, la diplomatie, l'économie et la sécurité. Ces experts plancheront aussi sur divers projets communs de développement socioéconomique. La journée de samedi est consacrée à la synthèse des travaux en plénière, puis la rédaction...
(Burkina24 26/07/13)
Mettre en œuvre des actions de développement conciliant objectifs d’utilité sociale et viabilité économique. C’est ce que veut promouvoir le Secrétariat permanent des organisations non gouvernementales (SPONG). Les membres du groupe thématique Economie sociale et solidaire (ESS) étaient en atelier ce jeudi 25 juillet, afin d’adopter un plan d’action triennal à cet effet. L’économie sociale et solidaire est l’une des thématiques développées par le SPONG. A travers son plan d’action triennal, son groupe thématique Economie sociale et solidaire, créé en avril 2013, se donne pour objectif de développer les compétences de ses membres afin de promouvoir l’ESS au niveau des organisations de la société civile et des autres acteurs du développement. Élaboré par un groupe restreint mis en place lors...
(Burkina24 26/07/13)
Le secrétaire exécutif du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), Assimi Kouanda s’est entretenu ce vendredi 26 juillet 2013, avec les responsables des femmes du Kadiogo des marchés et Yaars ou exerçants dans des activités comme la vente des fruits et des légumes dans la ville de Ouagadougou. La rencontre fait suite à des incidents survenus après la marche du 6 juillet dernier, mais à servi également de tribune au premier responsable du parti au pouvoir pour inviter les militantes conseillères municipales à se rendre dans les bureaux de vote le 28 juillet prochain afin d’élire leurs sénateurs. Il est inadmissible que des individus manipulés s’en prennent à des militantes, a lancé Assimi Kouanda devant un parterre de...
(L'Observateur Paalga 26/07/13)
Le mandat du président Blaise Compaoré prend fin en 2015. Conformément à la Constitution, il ne peut plus briguer un nouveau mandat, sauf s’il modifie la loi fondamentale. Un exercice qui comporte des risques pour la paix sociale. A l’approche de cette échéance, l’avenir de notre pays préoccupe et les Burkinabè et la sous-région, qui pourrait être déstabilisée si le Burkina basculait dans la violence par suite du maintien ou du départ du président Compaoré. Preuve que la question est prise au sérieux, International Crisis Group, une organisation non gouvernementale multinationale de prévention et de résolution de conflits, vient de produire un rapport intitulé «Le Burkina Faso avec ou sans Compaoré, le temps des incertitudes ». Nous vous proposons la...

Pages