Mardi 23 Janvier 2018
(APA 16/12/17)
APA-Ouagadougou (Burkina Faso) - Le gisement d’or de Houndé (265 km à l’ouest de Ouagadougou) détenu par le groupe canadien Endeavour Mining, va générer au profit du budget de l’Etat burkinabè, plus de 20 milliards de francs CFA par an, a-t-on appris auprès de la société minière. Selon les premiers responsables de la société Endeavour Mining, la production du gisement aurifère de Houndé est estimée à 190 000 onces d'or sur dix ans. Cette production, précise-t-on, devrait pouvoir générer annuellement plus de 20 milliards de francs CFA(environ 30 millions d’euros), au profit du budget de l’Etat burkinabè. La société Endeavour Mining a investi 300 millions de dollars dans le gisement aurifère de Houndé, qu’elle détient à 90 %. La part...
(AFP 15/12/17)
En combattant avec leurs alliés la myriade de groupes jihadistes sévissant au Sahel, les cinq pays africains mobilisés luttent "pour le monde entier", soutient le président nigérien Mahamadou Issoufou, qui réclame un financement pérenne et une plus grande implication de l'ONU. "La menace terroriste est une menace internationale, le combat que nous faisons dans le Sahel, nous le faisons aussi pour l'Europe, pour le monde entier", souligne le président Mahamadou Issoufou, dans un entretien accordé jeudi soir à l'AFP.
(Jeune Afrique 15/12/17)
Après Bamako et Accra, le constructeur franco-italien ATR a atterri à Ouagadougou pour une opération séduction. Objectif : promouvoir ses avions ATR-72 600 auprès des autorités qui désirent renforcer la flotte de la compagnie Air Burkina. Le vol VS d’ATR s’est posé sans encombre, mercredi 13 décembre, sur le tarmac de l’aéroport international de Ouagadougou. Ce vol accueillait à son bord une guest-star, le ministre burkinabè des Transports, Souleymane Soulama, et une trentaine de passagers minutieusement choisis par les équipes du constructeur d’avions basé à Toulouse. Alors que la compagnie nationale Air Burkina élabore un business-plan qui prévoit, en cas de feu vert de l’exécutif, l’acquisition de deux avions en vue d’ouvrir de nouvelles routes, les constructeurs comme Boeing, Airbus...
(RFI 15/12/17)
Les forces spéciales françaises (FS) au Sahel et au Sahara (BSS) étaient là bien avant l'Opération « Serval » au Mali en 2013. Dès 2010, les enlèvements d’Occidentaux ont poussé les services de sécurité français à accentuer leur présence dans la région. La Force « Sabre » constitue aujourd’hui, la composante de l'opération Barkhane, chargée spécialement de la lutte contre les groupes armés terroristes (GAT). D'après recoupements depuis 2013, « Sabre » aurait éliminé au moins une quinzaine de chef de guerre jihadistes (HVT) lors d'opérations commandos. Le Commandement des Opérations Spéciales, le COS, rappelle pour sa part que l'objectif est bien d'arrêter ces terroristes et de désorganiser les groupes afin qu'ils ne parviennent pas à reconstituer leurs sanctuaires... Pour...
(Le Point 15/12/17)
Coalition. À La Celle-Saint-Cloud, Emmanuel Macron a reçu une vingtaine de délégations pour relancer la création du G5 Sahel. Il a obtenu des financements supplémentaires et attend des résultats rapides. Même si Emmanuel Macron a reçu les chefs d'État des armées de la force anti-djihadiste G5 Sahel sous une pluie glaciale, au château de La Celle-Saint-Cloud, dans les Yvelines, mercredi était une belle journée. L'Arabie saoudite a annoncé qu'elle donnerait 100 millions d'euros à la nouvelle entité, les Émirats arabes unis 30 millions d'euros et les Pays-Bas 5 millions d'euros. Bref, du côté de l'Élysée, on parle tout sourire d'un « déjeuner à 135 millions d'euros ». Ce n'était pas le seul objet de la réunion. « Le terrorisme bat...
(Le Monde 15/12/17)
Inquiet du phénomène, le Programme des Nations unies pour l’environnement prépare un rapport inédit sur l’explosion du marché des véhicules d’occasion. Des dizaines d’épaves de Golf et de Mercedes sont alignées et empilées sur le bord de la route et jusqu’au pied des immeubles délabrés. Ces voitures-là ont rendu depuis longtemps leur dernier souffle. Mais l’air est irrespirable. Matatus (minibus bondés ornés de graffitis bariolés), camions, voitures… la plupart hors d’âge, jouent du klaxon et du volant pour tenter de progresser de quelques mètres dans un immense flot anarchique qui s’ébroue au milieu des piétons et des vendeurs de rue. Fin de journée banale dans les faubourgs déshérités de Nairobi. Dans quelques années, c’est ici, dans les bouchons de la...
(AFP 14/12/17)
L'Arabie saoudite a un double intérêt à aider financièrement la force conjointe du G5 Sahel: le nouveau régime a le souci de contrecarrer les accusations de financement du terrorisme, tout en consolidant son influence au Sahel, une région dans laquelle il investit depuis de longues années, selon les experts. Mercredi, Ryad a confirmé qu'il allait verser 100 millions d'euros au profit de la nouvelle force antijihadiste composée de soldats de cinq pays de la région (Mali, Tchad, Burkina Faso, Niger, Mauritanie), lors d'un sommet organisé par le président français Emmanuel Macron. Pour l'heure, cette contribution fait de l'Arabie saoudite le premier bailleur de fonds de la force du G5 Sahel, dont les besoins de départ ont été évalués à 250...
(AFP 14/12/17)
La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'ouest (Cédéao) va consacrer un sommet extraordinaire début 2018 à la confirmation de l'adhésion du Maroc, a indiqué jeudi un haut responsable gouvernemental à Rabat. "Après concertation avec le Maroc et discussions avec les Etats membres ces derniers jours, on s’oriente vers un sommet extraordinaire en début d'année prochaine, exclusivement consacré à la question", a indiqué à l'AFP ce responsable marocain qui a requis l'anonymat. Il n'a pas été possible d'obtenir des informations à ce sujet à Abuja, où les travaux préparatoires du sommet ont commencé cette semaine.
(AFP 14/12/17)
François Compaoré, frère de l'ex-président déchu burkinabè Blaise Compaoré, a indiqué mercredi à la justice française qu'il ne souhaitait pas être jugé au Burkina dans le cadre du procès sur l'assassinat du journaliste Norbert Zongo. La cour d'appel de Paris doit statuer en mars sur la demande d'extradition émise par le Burkina Faso. "A la question de savoir, comme la procédure l’exige, s’il consentait à être remis aux autorités judiciaires du Burkina Faso pour y être jugé...
(APA 14/12/17)
APA-Ouagadougou (Burkina Faso) - La Chambre du contrôle de l’instruction de la Cour d’appel de Paris a décidé de renvoyer au 7 mars prochain l’audience concernant la demande d’extradition de François Compaoré, frère cadet de l’ancien président Blaise Compaoré, inculpé dans l’affaire relatif à l’assassinat du journaliste Norbert Zongo, indique un communiqué du ministère en charge de la justice. Selon le communiqué signé de la Direction de la communication et de presse ministérielle (DCPM) parvenu à APA, mercredi dans la soirée, l’audience de notification à François Compaoré de la demande d’extradition du Burkina Faso, a eu lieu ce jour 13 décembre 2017 à 14 heures 30 précises. «La Cour a d’abord statué sur la demande faite par le Burkina Faso...
(Le Monde 14/12/17)
Trente ans après, la disparition brutale du capitaine demeure un sujet très sensible au Burkina, sur tout le continent africain, et même en France. La passe d’armes sur la climatisation défectueuse entre Emmanuel Macron et les étudiants burkinabés réunis, le 28 novembre, dans un amphithéâtre de l’université de Ouagadougou pour écouter son discours à la « jeunesse africaine », et la polémique relative à la familiarité à tout le moins déplacée avec laquelle il s’est alors adressé au président Kaboré, ont quelque peu éclipsé les autres aspects de la tournée africaine du chef de l’Etat français. Non pas que celle-ci ait réellement renouvelé ce genre très prisé des présidents français, nonobstant l’affirmation pour la énième fois de la fin de...
(APA 14/12/17)
APA-Ouagadougou (Burkina Faso) - Le Burkina Faso va lancer le 13 décembre, sur le marché de l’Union monétaire ouest africain (UMOA) une émission d’Obligations assimilables du Trésor (OAT) par adjudication portant sur 35 milliards de FCFA a appris APA auprès du Trésor public. D’une échéance de de trois ans, la valeur nominale unitaire est de 10.000 FCFA et la valeur du taux d’intérêt est de 6%. Cette opération est conduite par l’Agence UMOA en collaboration avec la BCEAO, à la demande de la Direction générale du Trésor public et de la comptabilité du Burkina Faso. Le remboursement de ces obligations se fera en totalité le premier jour ouvrable suivant la date d’échéance. Le paiement des intérêts se fera annuellement sur...
(APA 14/12/17)
APA-Ouagadougou (Burkina Faso) - Le pool bancaire national vient d’octroyer à la Société burkinabè des fibres textiles (SOFITEX) un financement de 70 milliards de F CFA pour la campagne cotonnière 2017-2018, a appris APA auprès des responsables de la Sofitex. Ce consortium bancaire national comprend douze banques : ECOBANK Burkina, la Banque Atlantique, BCB, BDU, BICIA-B, BOA, BSIC, Coris Bank international, CBAO, ORABANK, Société générale, UBA. La Sofitex ambitionne de produire 563 000 tonnes de coton conventionnel pour la campagne cotonnière 2017-2018, contre 544 000 tonnes, la saison précédente. Selon le chef du pool bancaire national, Cheikh Travaly (directeur général d’Ecobank-Burkina), le crédit est accordé à un taux de 6% contre 6,4% pour la campagne passée et 8,25% pour 2012-2013...
(APA 14/12/17)
APA-Ouagadougou (Burkina Faso) - L’Association nationale des étudiants du Burkina (ANEB), notamment la section de Ouagadougou, menace, dans un communiqué rendu public jeudi, d’observer à partir de jeudi prochain une grève de 48 heures. Selon le communiqué dont APA a reçu copie, l’ANEB va mettre sa menace à exécution si « jusqu’au soir du 20 décembre 2017 » l’administration universitaire ne procède pas à la « levée de la sanction» frappant l’étudiant Bahan Yénilo. Si la sanction est maintenue, souligne le communiqué, « une grève de 48 heures sera observée dans les Universités Ouaga 1 et Ouaga 2 les 21 et 22 décembre ponctuée d’un sit-in le deuxième jour». Membre de l’ANEB, Bahan Yénilo a été sanctionné, il y a...
(Le Monde 14/12/17)
L’Arabie saoudite a annoncé une contribution de 100 millions d’euros à la force conjointe antiterroriste, les Emirats arabes unis de 30 millions d’euros. Sortir du tête-à-tête entre la France et les pays sahéliens, et aller vite. Convoquée mercredi 13 décembre par le président Emmanuel Macron, la réunion de soutien au G5 Sahel aura tenu les objectifs fixés par l’Elysée. La force conjointe antiterroriste constituée par le Tchad, le Niger, le Mali, le Burkina Faso et la Mauritanie devrait rapidement recevoir un soutien politique et financier accru. Arrivés en fin de matinée au château de La Celle-Saint-Cloud (Yvelines) sous une pluie glaciale, les présidents Ibrahim Boubacar Keïta (Mali), Roch Kaboré (Burkina Faso), Idriss Déby (Tchad), Mahamadou Issoufou (Niger) et Mohamed Ould...
(APA 14/12/17)
APA-Paris (France) - La réunion internationale sur la force commune du G5 Sahel convoquée ce mercredi à Paris par le président Emmanuel Macron a pris fin sur l’engagement, d’après le chef de l’Etat français, de l’Arabie Saoudite et des Emirats arabes unis d’octroyer respectivement à la dite force 100 et 30 millions de dollars. Ces enveloppes en venant s’ajouter à l’apport des cinq pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) ainsi qu’aux contributions de la ‘’coalition Sahel’’ composée de l’UE et des Etats-Unis, devraient permettre le lancement effectif de la force qui pour ce faire avait besoin de 250 millions d’euros. Les annonces de contribution de l’Arabie Saoudite et des Emirats arabes unis permettront d’atteindre ce...
(RFI 14/12/17)
Il faut aller plus vite dans la mise en œuvre du G5 Sahel. C’est l’objectif de la France et le but de cette réunion mercredi 13 décembre près de Paris. Le président français a convié ses homologues des pays membres de la force conjointe. A terme, cette force antiterroriste devrait compter 5 000 hommes. Mais aujourd’hui, elle est loin d’être opérationnelle. Au château de la Celle Saint-Cloud, où s'est tenue cette réunion, les discussions ont commencé à huis clos en fin de matinée entre les présidents du G5 et Emmanuel Macron, le président français. Contrairement à Abidjan, fin novembre, où il manquait le président mauritanien, les cinq chefs d’Etat concernés sont tous là. Ces premiers échanges en comité restreint ont...
(RFI 14/12/17)
Mercredi 13 décembre 2017, cela fait 19 ans que le journaliste Norbert Zongo a été assassiné au Burkina Faso. Les populations de Koudougou, la ville natale du journaliste, ont manifesté pour réclamer justice et demander l’extradition de François Compaoré. Le frère de l'ex-président burkinabè Blaise Compaoré, qui comparaissait mercredi devant la Cour d'appel de Paris, a déclaré qu'il ne voulait pas être jugé dans son pays. L'affaire a été renvoyée au 7 mars. Il avait été arrêté à l'aéroport parisien de Roissy fin octobre. « Non, non et non. Non à la comédie judiciaire », a scandé une foule mercredi dans les rues de Koudougou. Ils sont sortis nombreux pour réclamer justice pour Norbert Zongo et ses compagnons. Pour les...
(RFI 14/12/17)
Une réunion sur le G5 Sahel s'est tenue ce mercredi 13 décembre à la Celle-Saint-Cloud, en banlieue parisienne. Les cinq chefs d'Etat des pays sahéliens ont été invités par le président Emmanuel Macron. L'objectif : accélérer la mobilisation internationale autour de cette force conjointe de lutte contre le terrorisme dans le Sahel. Avec au cœur des préoccupations, la question d'un financement durable de cette force. C'est avec une certaine satisfaction qu'Emmanuel Macron a annoncé deux nouveaux contributeurs financiers de la force G5 Sahel. « Je souhaite souligner évidemment l’engagement de l’Union européenne, qui s’est engagée à hauteur sur 50 millions d’euros, mais également l’Arabie Saoudite qui contribuera à hauteur de 100 millions et les Emirats Arabes Unis à hauteur de...
(APA 14/12/17)
APA-Ouagadougou, (Burkina Faso) - La première édition de la journée de «devoir de mémoire et d’hommage à Norbert Zongo», dédiée au journaliste d’investigation, assassiné le 13 décembre 1998 a eu lieu ce mercredi à Koudougou, au Centre-ouest du Burkina La cérémonie s’est déroulée en présence des professionnels de médias burkinabè dont la Société des éditeurs de la presse privée (SEP), notamment. Selon les organisateurs, cette journée s’inscrit dans le prolongement des luttes engagées pour que triomphe la justice et «vise surtout à faire connaitre le combat et l’œuvre de Norbert Zongo aux jeunes générations». Pour le président de la SEP, Boureima Ouédraogo, l’institution de cette journée en hommage à Norbert Zongo, dans sa ville natale (Koudougou), va au-delà du combat...

Pages