Samedi 21 Avril 2018
(AFP 02/03/18)
Les attaques qui ont visé vendredi l'ambassade de France à Ouagadougou et l'état-major général des armées burkinabè ont un "relent terroriste très fort", a déclaré le ministre de l'Information Rémis Fulgance Dandjinou à la télévision d'état RTB. "Quatre assaillants ont été neutralisés" à l'ambassade de France où la "situation" était "maîtrisée", a indiqué le ministre. A l'état-major, "il y a eu une attaque à l'explosif qui a détruit un pan" du bâtiment. L'explosion a causé "un certain nombre de blessés parmi les gendarmes et militaires en faction", a ajouté Rémis Fulgance Dandjinou.
(AFP 02/03/18)
La France a été visée vendredi au Burkina Faso où son ambassade à Ouagadougou a été attaquée par des hommes armés qui s'en sont également pris à l'état-major des forces armées burkinabè. Les unités spéciales des forces de défense et de sécurité du Burkina Faso étaient toujours "en opération" vendredi en début d'après-midi, selon un communiqué du service d'information du gouvernement du Burkina Faso. Un journaliste de l'AFP présent à une centaine de mètres de l'état-major des forces armées burkinabè signalait que des "tirs sporadiques" y étaient toujours entendus à 13h40 GMT.
(AFP 02/03/18)
La capitale du Burkina Faso, Ouagadougou, était ciblée vendredi par des attaques toujours en cours en plein centre-ville où se trouvent l'ambassade de France, l'institut français et l'état-major des armées burkinabè. Un correspondant de l'AFP sur place a entendu des échanges de tirs intenses et vu un véhicule, celui des assaillants selon des témoins, en feu sur la chaussée. Des forces spéciales de l'armée se déployaient sur les lieux a également constaté ce correspondant. Des hélicoptères survolaient le ciel de Ouagadougou.
(AFP 02/03/18)
Des attaques armées étaient en cours vendredi matin dans le centre de Ouagadougou, notamment près de l'ambassade de France et de l'état-major des armées, selon un correspondant de l'AFP et des témoins. Selon des témoins, cinq hommes armés sont sortis d'une voiture et ont ouvert le feu sur des passants avant de se diriger vers l'ambassade de France dans le centre de la capitale du Burkina Faso. Un correspondant de l'AFP sur place a entendu des échanges de tirs intenses et vu un véhicule, celui des assaillants selon des témoins, en feu sur la chaussée. Des unités de gendarmerie et de l'armée se déployaient sur les lieux a également constaté ce correspondant. D'autres témoignages ont fait état d'une explosion près...
(Xinhua 02/03/18)
Au Burkina Faso, les recettes d'exportation liées au secteur minier sont évaluées à 1 022,8 milliards de CFA en 2016, a-t-on appris jeudi auprès du ministère des Mines. Le Burkina Faso possède actuellement treize mines en exploitation, alors que cinq permis d'exploitation industriels ont été accordés en 2016, selon un rapport du ministère des Mines. Deux mines d'or sont entrées en exploitation en 2017, notamment à Houndé (ouest) et Netiana (sud). Les exportations des produits miniers s'élevaient ...
(RFI 02/03/18)
Au Burkina Faso, même si les chiffres officiels montrent une évolution de 0,31% des exportations des produits transformés sur place, il reste que les Burkinabè ne consomment pas assez leurs produits. La première édition de la foire « Consommons local » vient de se terminer à Ouagadougou (du 19 au 25 février). Malgré l'existence d'un marché local et d'une main-d'œuvre abondante, les produits locaux manquent de circuits de commercialisation face à une forte concurrence de produits importés. Pour inverser la tendance, une centaine d'associations ...
(RFI 02/03/18)
Hugues Fabrice Zango s’apprête à disputer les Championnats du monde d’athlétisme en salle 2018 (1er au 4 mars à Birmingham), un mois après avoir battu le record d’Afrique du triple saut (en intérieur). C'est un nouveau défi pour ce Burkinabè de 24 ans qui mêle avec brio des études d’ingénieurs et sa carrière sportive. Portrait. « Là, je suis au laboratoire. C’est midi, donc j’en profite pour répondre au téléphone », lâche un Hugues Fabrice Zango détendu à quelques jours de ses premiers Championnats du monde d’athlétisme en salle (1 au 4 mars 2018 à Birmingham). A 24 ans, ce Burkinabè mêle à la fois de brillantes études en ingénierie électrique dans le Nord de la France et une carrière...
(AFP 01/03/18)
Le président Recep Tayyip Erdogan a annoncé à Nouakchott une contribution de la Turquie de 5 millions de dollars pour financer la force militaire constituée par cinq pays africains pour lutter contre les groupes jihadistes actifs au Sahel. "La Turquie fait partie des pays qui comprennent le plus les dangers auxquels sont confrontés les pays du Sahel. Nous avons donc décidé de consentir une aide financière de 5 millions de dollars (4 millions d'euros) pour appuyer la force conjointe du G5 Sahel", a déclaré M. Erdogan dans la nuit de mercredi à jeudi, peu avant de quitter la Mauritanie pour le Sénégal, troisième étape d'une tournée en Afrique du Nord et de l'Ouest. "Comme vous le savez, les pays du...
(Agence Ecofin 01/03/18)
Après avoir subi une déconvenue avec le coton génétiquement modifié (CGM) de la firme américaine Monsanto, le Burkina Faso envisage de se tourner vers le chimiste allemand, Bayer. En effet, d’après Wilfried Yameogo (photo), directeur de la SOFITEX, qui indique que les discussions ont été ouvertes depuis 2014, cette nouvelle aventure n’attend que l’entérinement du rachat annoncé en 2016 de l’entreprise américaine par Bayer, pour 66 milliards $. « Nous avons exprimé notre souhait d’établir un partenariat avec Bayer. Ils ont dit d’attendre parce qu’ils sont dans le processus d’acquisition de Monsanto.», a confié à Reuters M. Yameogo. « Nous avions eu des problèmes avec Monsanto en raison de la longueur des fibres. Si nous travaillons avec Bayer ou avec...
(APA 28/02/18)
APA-Ouagadougou (Burkina Faso) - Me Guy Hervé Kam, un des avocats de la partie civile dans le procès du coup d’Etat manqué de septembre 2015, s’est dit «inquiet» de la suspension de l’audience qui a débuté, mardi à Ouagadougou, a constaté APA. «Nous sommes sortis de la salle très inquiet parce que nous n’avons pas compris pourquoi le procès a été renvoyé. Certes, les avocats de la défense sont sortis de la salle, c’est leur droit le plus absolu, mais ils ne se sont pas déportés. Sur cette base, le juge ne devait pas renvoyer le procès. C’est pourquoi, le renvoi nous inquiète», a déclaré Me Guy Hervé Kam. Pour l’avocat, il est important «que la juridiction soit ferme sur...
(APA 28/02/18)
APA-Ouagadougou (Burkina Faso) - Le procès du putsch manqué du 16 septembre 2016 ouvert mardi matin à Ouagadougou avec la présence du présumé cerveau du coup d’Etat le général Gilbert Diendéré et du général Djibrill Bassolé, a été suspendu dans l’après-midi à la suite du retrait des avocats de la défense, a constaté APA, sur place dans la capitale burkinabè. C’est aux environs de 14 h 40 mn (locales Gmt) que le président du tribunal militaire, Seydou Ouédraogo a prononcé la suspension de l’audience, quelques minutes après que les avocats de la défense aient vidé la salle. Dès l’entame du procès mardi matin aux environs de 9 heures 20 mn, les débats ont porté sur des ‘’observations préliminaires’’...
(La Tribune 28/02/18)
Le général Gilbert Diendéré et ses co-accusés étaient à la barre ce mardi 27 février pour répondre du putsch manqué du 16 septembre 2015 perpétré contre le gouvernement de transition de Michel Kafando. L'officier supérieur de l'armée burkinabè et ses proches, dont le général Djibril Bassolé, sont présumés être les instigateurs du putsch. A peine ouvert, le procès du putsch manqué de 2015 contre le gouvernement de transition de Michel Kafando a été reporté sine die. A l'ouverture du procès ce mardi 27 février, on pouvait noter la présence des généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé et des quatre-vingts accusés qui ont répondu à la convocation du président du tribunal militaire Seydou Ouédraogo. Au premier jour du procès, le tribunal...
(RFI 28/02/18)
Au Burkina Faso, le procès du coup d'Etat manqué de septembre 2015 a à peine commencé qu'il est déjà bloqué. L'audience a été suspendue ce 27 février dans l'après-midi. En désaccord avec le décret qui nomme le président du tribunal, les avocats de la défense ont quitté la salle. Au Burkina Faso, ce 27 février, le procès de la tentative de coup d'Etat de septembre 2015 a été suspendu après le retrait des avocats de la défense qui protestent contre le décret de nomination du président du tribunal. Ce texte est paru dans le Journal officiel le 22 février dernier et la loi prévoit qu'il ne peut entrer en exécution que huit jours après sa publication. Les avocats de la...
(RFI 28/02/18)
« Ça coince », s’exclame Aujourd’hui au Faso qui revient sur la levée de l’audience dès les premières heures du procès de Gilbert Diendéré et de ses 83 co-accusés suite aux recours des avocats du général. L’Observateur Paalga « se doutait bien que le procès ne démarrerait pas sur les chapeaux du roue », mais le journal fulmine contre « ces flagrants délits d’illégalité » dans lesquels l’institution judiciaire s’est laissé prendre. En cause le décret de nomination du président du tribunal, qui n’entrera en vigueur qu’en fin de semaine et un problème de grades des magistrats militaires siégeant à ses côtés. Mais attention à la « stratégie de la terre brûlée de la part des défenseurs des généraux »...
(RFI 28/02/18)
Au Burkina Faso, le procès du putsch manqué s’est ouvert ce mardi 27 février dans la matinée devant un tribunal militaire. Au total, 84 accusés sont jugés pour la tentative de putsch du 16 septembre 2015, où des soldats du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) avaient tenté en vain de renverser le gouvernement de transition mis en place après la chute du président Blaise Compaoré. Ce procès tant attendu par les Burkinabè s’est ouvert à la salle des banquets de Ouaga 2000. L’audience a commencé avec la vérification de la présence des accusés. Dès l’appel du nom du général Gilbert Diendéré, ses sympathisants ont applaudi, ce qui a poussé le président du tribunal à interdire toute forme de soutien ou...
(Agence Ecofin 28/02/18)
Au Burkina-Faso, le comité d’organisation de l’étape africaine de Série Series, le festival africain de la série de Ouagadougou, a organisé le 23 février, une conférence de presse. Face aux journalistes, les organisateurs de l’événement ont présenté les différents objectifs de la 1ère édition du festival qui démarre le 27 février prochain, pour s’achever le 1er mars. « Créer un lieu de rendez-vous centré sur la série en Afrique, fédérer un réseau international autour de la création africaine, professionnaliser la création audiovisuelle en Afrique et contribuer à faire de la série, un vecteur de rayonnement des cultures africaines.», sont les principaux objectifs de l’évènement selon Issaka Sawadogo, qui dirige le comité d’organisation du festival. Le début des manifestations sera certainement...
(APA 28/02/18)
APA-Ouagadougou (Burkina Faso) - L’artiste musicien burkinabè Joseph Salambéré alias Salambo est décédé mardi soir à l’hôpital Yalgado Ouédraogo des suites de maladie, a-t-on appris de sources proches de sa famille. Salambo compte à son actif plusieurs œuvres : un 33 tours, deux 45 tours et trois casettes audios. Sa dernière œuvre comporte 6 titres dont un en « mooré » (langue majoritaire au Burkina) intitulé « Wend-la-manegri-tinga » (un hommage aux ancêtres), un autre en fulfuldé, « A weli kamsalé ». L’opus compte aussi un titre qui parle du tourisme, « je reviendrai » dans lequel il parle de Banfora, cette ville touristique du Burkina. Le 5e titre est un refrain de la chanson « Pougsada » qui a...
(RFI 28/02/18)
Le premier festival panafricain de séries télévisées s'ouvre ce mardi 27 février à Ouagadougou au Burkina Faso. « Série Séries », l'évènement organisé tous les ans en France, s'exporte pour la première fois sur le continent. Il va réunir des réalisateurs, des producteurs, des acheteurs. Preuve du dynamisme des productions made in Africa, et d'un secteur qui doit encore se professionnaliser. Tous les foyers en Afrique, même dans les brousses, les gens s’achètent des télévisions. Donc nous devons essayer, nous, pays africains, de nous approprier ce canal sinon nous risquons de tomber dans ce que nous appellerons un esclavage mental. Lire sur: http://www.rfi.fr/afrique/20180227-festival-series-ouagadougou-burkina-t...
(AFP 27/02/18)
Le procès du putsch manqué de septembre 2015 au Burkina Faso a été suspendu sine die mardi après-midi après le retrait de tous les avocats de la défense, a constaté un journaliste de l'AFP. Au total 84 accusés sont jugés par un tribunal militaire, dont les généraux Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, cerveaux présumés du coup d'Etat manqué qui a fait 14 morts et 270 blessés. "Compte tenu de l'absence des avocats, l'audience est suspendue", a déclaré le président du tribunal Seydou Ouedraogo, un magistrat professionnel. Les avocats de la défense se sont retirés parce qu'ils contestent la légalité du tribunal militaire, composé de deux magistrats professionnels et de trois militaires ayant rôle d'assesseurs. "Nous nous retirons parce que la...
(AFP 27/02/18)
Le procès du putsch manqué de septembre 2015 au Burkina Faso s'est ouvert mardi à Ouagadougou, protégé par un dispositif sécuritaire exceptionnel. Les forces de l'ordre étaient positionnées sur un rayon de 200 mètres autour de la salle des banquets de Ouaga 2000, un quartier huppé de la capitale burkinabè, où le tribunal militaire a été délocalisé pour la circonstance. Toute circulation était bloquée, ont constaté des journalistes de l'AFP. Les généraux Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, cerveaux présumés du coup d'Etat manqué, ont été acclamés par des partisans à leur arrivée à 8H00 (locales et GMT)...

Pages